Ces intellectuels qui pensent mal (1/2)

Publié par le 18 Oct, 2018 dans Blog | 5 commentaires

Ces intellectuels qui pensent mal (1/2)

Décidément, tout va de mal en pis
pour notre liberté d’expression.

C’est Eric Zemmour stigmatisé et devenu interdit de service public. C’est Frédéric Taddéi, viré de France2 , et contraint de se réfugier sur Russia today ! C’est Michel Onfray dont la retransmission sur France Culture de ses cours à l’université populaire de Caen a été supprimé …

On s’en prend maintenant à de purs scientifiques dont les travaux s’inscrivent en faux contre la propagande du Système et de ses médias.

Michèle Tribalat est une spécialiste des migrations. Elle a écrit de nombreux ouvrages dont les derniers sont : Statistiques ethniques, une querelle bien française, Assimilation : la fin du modèle français et Les Yeux grands fermés : L’Immigration en France.

Aujourd’hui, c’est dans un article de Causeur qu’elle vient en aide à deux intellectuels dont les travaux et les conclusions dérangent. Je vous propose ce texte assez copieux en deux articles successifs :

1 – Guilluy / Smith : démolition médiatique demandée !

Depuis la parution de leur dernier livre, Christophe Guilluy et Stephen Smith sont victimes d’une fatwa. Coupables de penser différemment de la majorité de la « communauté scientifique », sur les sujets démographiques et migratoires notamment, ils sont minutieusement disqualifiés médiatiquement. 

Une constante des liquidations professionnelles en sciences sociales est le mélange d’attaques personnelles – on s’en prend à l’auteur, on se livre à une analyse psychologique et idéologique de l’auteur, de son passé, de penchants politiques dont il n’est pas forcement conscient lui-même – et de critiques qui, pour être percutantes, nécessitent de faire des raccourcis ou une lecture partielle, parfois des démonstrations frauduleuses. Au mieux, on le taxe d’imprudence, au pire on l’accuse de faire le jeu du camp du mal et des heures les plus sombres qui ne sont pas toutes derrière nous.

Eux pour tous et tous contre un !

Deux affaires récentes racontent le règlement de compte de deux gêneurs, Stephen Smith et Christophe Guilluy. Le premier a écrit un livre traitant de l’avenir des migrations subsahariennes qui a rencontré un gros succès – La ruée vers l’Europe : La jeune Afrique en route pour le Vieux Continent. Le second vient de publier No Society, la fin de la classe moyenne occidentale, dont certains commentaires laissent à penser qu’il n’a pas été vraiment lu. C’est le cas lorsqu’on lui attribue l’expression « ancienne classe moyenne blanche » qui n’apparaît jamais dans son livre (Libération).

Dans ces deux affaires, un procès en légitimité est fait aux auteurs qui, contrairement à ceux qui les ont pris en grippe, n’auraient pas les compétences nécessaires pour traiter les sujets qu’ils abordent.

Deux solutions pour liquider professionnellement un gêneur : ou on y va seul, mais soutenu par des titres qui rendent la contestation quasiment impossible aux yeux du grand public ou des journalistes, ou, n’écoutant que son courage, on chasse en groupe et on se met à plusieurs pour revendiquer les compétences dont manquerait le fauteur de trouble.

« Vrai » scientifique contre « faux » scientifique

Le procès fait à Stephen Smith relève du premier cas. Le démolisseur, François Héran, est présenté, à tour de rôle ou en même temps, comme philosophe, anthropologue,  sociologue ou démographe, sans oublier ses titres académiques : directeur de l’Ined pendant 10 ans, fraîchement nommé professeur au Collège de France et directeur du tout récent Institut Convergences sur les migrations. Avec tout ça, il ne peut que parler d’or. C’est le syndrome Mister Chance. Si l’on y ajoute le fait que la première salve a été tirée dans une revue de réputation scientifique – Population & Sociétés, le quatre pages de l’Ined – l’effet médiatique est assuré. En effet, le plan de bataille a consisté à frapper fort sur le terrain scientifique, puis à finir le travail dans la presse ou sur internet. Le timing est impeccable. Et si l’accusé se rebelle, l’accusateur est à peu près sûr d’avoir le dernier mot ; un journal ne se risquerait pas à refuser ses pages à un aussi grand savant. Sans compter la reprise en boucle sur internet. Aucun décodeur donc pour voir si la réfutation, dénommée scientifique avec une certaine emphase par son auteur et ceux qui le répètent sans en connaître, tient la route. Pas même les « Décodeurs » du Monde qui titra le 12 septembre 2018 sur la « réponse des démographes », comme si un homme aussi prestigieux – « sociologue, anthropologue et démographe, meilleur spécialiste du sujet » – ne pouvait qu’entraîner l’ensemble de la profession derrière lui. Il faut dire, à la décharge du Monde, que la publication dans la supposée très sérieuse revue Population & sociétés de l’Ined peut le laisser croire.

Permis de tuer

Le succès provient d’abord de la satisfaction idéologique procurée par la dénégation d’un risque de migrations massives en provenance de l’Afrique. Ouf ! On croit tenir là un argument scientifique à opposer aux prophètes de malheur. Une lecture attentive et critique est alors impossible, y compris par les chercheurs en sciences sociales qui en auraient les moyens et dont c’est la mission. C’est ainsi que la sociologue Dominique Méda répondit ceci à Guillaume Erner, l’animateur des Matins de France Culture, qui l’interrogeait lundi 15 octobre sur la nécessité d’un débat avec ceux qui pensent mal (il était question de Christophe Guilluy): « Je pense qu’il faut absolument débattre. Je pense à une autre controverse sur l’immigration, le fait qu’on va être submergés par l’Afrique subsaharienne [là, Guillaume Erner intervient pour préciser qu’il s’agit de Stephen Smith et de François Héran qui ont été tous deux reçus, séparément, dans l’émission]… C’est très bien, évidemment il faut donner autant… Les médias ont un rôle absolument central… dans cette question. Il faut donner autant de place à l’un qu’à l’autre… Et montrer… François Héran a fait une démonstration magistrale pour montrer la fausseté des thèses du premier. Donc il faut absolument débattre. »

Cette déclaration de Dominique Méda est intéressante car elle dénote une conception du débat  particulière – débattre, oui, à condition d’être sûr d’écraser son adversaire – et un aveuglement sur les qualités scientifiques de la démonstration de François Héran, qu’elle qualifie de magistrale. Elle a donc privilégié sa satisfaction idéologique à l’interrogation scientifique qui aurait pu l’alerter sur le caractère frauduleux de la démonstration magistrale en question.

A suivre dans un prochain article.

Michèle Tribalat pour Causeur.






5 Réponses à “Ces intellectuels qui pensent mal (1/2)”

  1. Je dois avouer que la lecture de La France périphérique de Guilluy a ouvert les yeux du banlieusard parisien que je suis qui ne s’aventure guère en dehors. Je comprends mieux les réactions de cette France oubliée et grâce lui en soit rendue.

  2. Nous, petite ville de 6000 ha, nous avons reçu 2 cars de chances (un l’année dernière, un autre en Juin).

    la Maire ayant refusé, s’est entendue répondre par le préfet : « vous n’avez pas le droit de refuser. C’est un ordre, je suis le porte parole du gouvernement et de l’Élysée. ! »

    En même temps, il paraît que nous sommes sur-dotés en places d’EHPAD (Établissement Hospitalier pour personnes Âgées dépendantes)
    L’une de mes collègues m’a dit : « ils » oublient que nous sommes sur-dotés en personnes âgées »

    Il est vrai que bientôt nous seront sur-dotés en chances pour la France.. peut être utiliseront ils des places d’ehpad pour les recevoir et mettront nos anciens sous les ponts?

    • Non Suzanne, le gouvernement prévoit de payer 5 € par jour à qui accueillera un migrant, et pourquoi pas pour accueillir une personne âgée?

  3. D’abord, on s’en prend aux intellectuels dissidents,ensuite viendra le tour des populistes que la propagande macronienne nous présentera comme des fascistes factieux qui menacent la sécurité de l’Etat…A l’arrivée,on a toutes les chances d’entrer bientôt en dictature,sans même s’en être rendu compte,encore moins les veaux qui n’ont pour seule source d’information que leur journal télévisé, regardent les émissions au parfum interdit de Ruquier tous les samedis soirs,et ne manquent aucun débat des experts soft d’Yves Calvi sur la 5 🙂

  4. Le systeme de destruction de la vraie infos, s’attque a la personne et NON au debat de fond, comme toujours a goche, aussi laches que nuls.

Trackbacks/Pingbacks

  1. Ces intellectuels qui pensent mal (2/2) | A droite fièrement ! - […] première partie était déjà assez convaincante en pointant la forme primaire des attaques contre nos deux […]

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *