C’est l’angélisme de l’Europe qui nourrit le populisme

Publié par le 15 Oct, 2018 dans Blog | 4 commentaires

C’est l’angélisme de l’Europe qui nourrit le populisme

Décidément, je suis branché Elisabeth Lévy !

Je relaye une nouvelle fois un de ses articles paru dans Causeur. Une thèse qui se résume ainsi :

La doxa immigrationniste tient en trois principes contradictoires :

– il n’y a pas de problème migratoire,
– on ne peut pas rien faire contre lui,
– c’est une merveilleuse révolution.

Prétendant imposer aux peuples européens un devoir d’accueil sans contrepartie, le lobby de l’immigration fait le lit des populismes qu’il dit combattre.

Immigration, une chance pour le populisme

Le lobby de l’immigration fait le lit des populismes qu’il dit combattre

Il faut rendre grâces à Philippe Martinez. Dans une tribune publiée par Le Monde le 26 septembre, le secrétaire général de la CGT a aligné les principaux poncifs disponibles sur l’immigration : « Le fait migratoire est un phénomène incontournable, stable et continu dans l’histoire de l’humanité. » Circulez, il n’y a rien à voir. Il poursuit. « Prétendre que l’on peut stopper ou maîtriser les mouvements migratoires est un leurre politicien et une posture idéologique. Les plus hauts murs n’empêcheront jamais des personnes de fuir, au péril de leur vie, la guerre, la misère économique ou les persécutions. » Acceptez, il n’y a rien à faire. Du reste, il faut s’en réjouir, dès lors que la coexistence culturelle est un enrichissement, voire un enchantement. Dire autre chose, ce serait recourir aux « vieilles recettes de l’extrême droite ». Primo il n’y a pas de problème migratoire, deuxio on ne peut rien faire contre lui, tertio l’immigration est une merveilleuse révolution : cet énoncé en trois temps, qui évoque furieusement le chaudron de Freud, interdit bien sûr que la question soit examinée sérieusement. En clair, on demande aux peuples d’Europe de ne pas voir ce qui se passe sous leurs yeux, tout en les sommant de l’accepter et même d’applaudir.

Et Martinez de conclure par l’inévitable appel à notre bon cœur : nous devons, écrit-il, « accueillir humainement et dignement ceux qui fuient leurs pays. Cela se nomme la fraternité. » Dommage que la fraternité ne vaille pas pour ceux qui ont le sentiment de devenir étrangers chez eux, à qui il est interdit de dire leur frustration et leur inquiétude.

Démantèlement d’un camp de migrants sur le canal Saint-Martin, 4 mai 2018. ©Julien Mattia

Régularisation générale, c’est ma tournée ! 

Inutile de chercher à faire entendre à notre fringant cégétiste qu’une nation souveraine doit avoir le droit de choisir ceux qu’elle accueille sur son sol. En revanche, on pouvait attendre qu’un défenseur des travailleurs soit un peu plus regardant sur l’afflux de demandeurs d’asile qui, une fois déboutés, iront grossir les rangs des clandestins, pesant à la baisse sur les salaires des emplois peu qualifiés. Martinez a dû rater le cours de marxisme sur l’armée de réserve du capital en maternelle. D’ailleurs, il a la solution : régularisation générale, c’est ma tournée ! « Il suffit, écrit-il, de leur donner à tous les mêmes droits qu’aux travailleurs français ! » C’est sûr, pourquoi n’y a-t-on pas pensé plus tôt. Il devrait en parler avec ses copains du Medef qui sont eux aussi très favorables à l’ouverture des frontières. Et à ses troupes qui le sont un peu moins.

Générosité contre égoïsme, le monde de Martinez est simple. C’est la version pour les nuls du chatoyant storytelling d’Emmanuel Macron campant une Europe divisée entre les nations progressistes et accueillantes et les pays populistes et égoïstes. Lequel ne résiste pas plus à l’analyse. L’immigration ne partage pas l’Europe en deux blocs, elle oppose une grande partie des élites à une grande partie des peuples qui, au gré des sondages, affirment avec constance qu’ils veulent l’arrêter. Entendons-nous : même le dernier salaud lecteur de Causeur ou de Valeurs actuelles sait que, sauf à s’entourer de barbelés, l’Europe ne peut pas décourager tous les candidats à une vie meilleure, ni renvoyer tous ceux qu’elle a refusé d’accueillir légalement. Lutter contre les flux migratoires ne signifie pas haïr les immigrés, ni les abandonner à leur sort quand leur vie est menacée. Mais cela impose, parfois, de les ramener chez eux.

Ce n’est pas contre le populisme qu’il faut lutter

Le devoir d’humanité ne saurait être illimité. Quand on dit au salaud lecteur de Causeurou de Valeurs actuelles qu’il n’a pas voix au chapitre, que ses demandes sont non seulement irréalistes, mais moralement scandaleuses, et que de toute façon l’avenir de la France sera multiculturel, que cela lui plaise ou non, il se sent tout simplement dépossédé de ses droits élémentaires de citoyen. À quel moment, les Français ont-ils accepté que la culture française n’ait pas de droits particuliers en France ? Que des questions aussi fondamentales, aussi déterminantes que l’immigration et l’intégration échappent depuis tant d’années à la délibération citoyenne devrait inquiéter les contempteurs de notre apathie démocratique. Que répond Plenel à ce sujet, qu’il n’y a qu’à changer le peuple ? On dira que les Français n’ont pas voté pour Marine Le Pen qui promettait de s’attaquer frontalement à la question. Certes. L’heure est grave, mais pas au point de jouer l’avenir sur un coup de dés. Faut-il attendre qu’ils s’y résolvent ? Ne se trouvera-t-il pas un autre parti pour leur dire qu’ils ont le droit de choisir leur destin ? Comme le résume Marcel Gauchet, ce n’est pas contre le populisme, mais contre les causes du populisme qu’il faut lutter. La poursuite d’une immigration qu’on ne parvient pas à contrôler ni à intégrer est l’une des principales.

Chantage émotionnel

Faute de place, on ne reviendra pas point par point sur la doxa immigrationniste et le chantage émotionnel sur lequel elle s’appuie, analysés par Ingrid Riocreux. Il faut cependant s’arrêter sur l’existence de ce qu’on peut appeler un lobby de l’immigration, décrit par la passionnante enquête d’Erwan Seznec. Il ne s’agit pas de forces obscures guidées par de sombres arrière-pensées – à l’exception des passeurs dont les pensées sont très claires –, mais de tout un monde d’associations bien intentionnées dont la raison d’exister est d’accueillir ceux qu’on appelle les migrants, c’est-à-dire les demandeurs d’asile, dont beaucoup arrivent par voie de mer. Il ne s’agit pas de remettre en cause le dévouement de leurs personnels et bénévoles – que Pierre Henry, le président de France terre d’asile soit d’ailleurs remercié pour avoir répondu aux questions, qu’il jugeait provocantes, de Daoud Boughezala. C’est néanmoins un fait que les organisations, comme les espèces, travaillent à leur propre survie. Depuis 2015, ces structures subventionnées par la puissance publique ont recruté, ouvert des locaux, créé des services et pris la lumière. Un ralentissement des flux d’arrivants n’entraînerait pas seulement la fin d’une belle aventure humanitaire, mais aussi des conséquences beaucoup plus prosaïques comme des compressions de personnel.

Haut les mains !

Erwan Seznec montre que les pérégrinations de l’Aquarius, abondamment relayées par les médias, ont moins pour but de sauver des vies que de culpabiliser les opinions publiques et de forcer la main des gouvernements en les plaçant devant ce choix impossible : ou vous ouvrez vos ports, vos frontières et vos cœurs, ou vous serez responsables de la noyade des enfants. Ainsi existe-t-il une étroite collaboration entre passeurs et ONG, les premiers se contentant de transporter leurs clients à la limite des eaux internationales et de les y abandonner avec un téléphone portable et le numéro de SOS Méditerranée. D’où ce scandale que personne ne veut voir : l’activité des ONG en Méditerranée n’a pas entraîné une réduction du nombre de morts par noyade. Elle s’est accompagnée d’une recrudescence notable de ces morts terribles.

Emmanuel Macron devra trouver un moyen de sortir du piège qu’il s’est tendu à lui-même : en se posant en guide suprême du camp progressiste, prêt à combattre la lèpre italo-hongroise, il s’est interdit d’incarner une troisième voie entre le camp de l’ouverture intégrale et le front du refus. Ses outrances ridicules sur la barbarie populiste, qui renforcent chez beaucoup le sentiment qu’il méprise le populo, l’ont mécaniquement placé dans le camp de l’angélisme. Les élections européennes risquent de lui rappeler que les Français ne sont pas des anges.

Elisabeth Lévy pour Causeur.

Franchement, cette analyse colle exactement à mon opinion sur le sujet et j’en suis certain avec beaucoup de sympathisants de la droite. Qu’en dîtes-vous ?






4 Réponses à “C’est l’angélisme de l’Europe qui nourrit le populisme”

  1. Et maintenant Macron nomme Castaner à l’intérieur. Choix uniquement politique (contrôler les infos qui remontent à Beauveau en plaçant un homme de main) et aucunement motivé par la sécurité des Français.
    Il faut préparer les dossiers du prochain candidat de Droite pour 2022 pour que le PNF puisse être prêt au moment clé.

  2. Le PNF sera pret et au rendez vous pour les proces contre la droite, soutenue et alimenté par une presse deloyale, servile, et ideologique de goche, pour la prochaine election presidentielle.

    Pour le reste, martinez chef de la CGT aurait eu un autre discours que celui decrit dans l’article, si la CGT avait eu la meme influence qu’autrefois, ces belles paroles, ne sont que de la poudre aux yeux, juste pour acquerir plus d’electeur vers la CGT…

    Quand aux associations humanitaire, celle qui sont sinceres, celles ci sont dirigés, manipulées par des lobby, on en revient au meme, tout a ete prevu pour avancer masqué, en presentant de bons sentiments a tous les niveaux, et eviter tout scandale se retournant contre les lobby.

    Le seul but des Lobby se cachant derriere des « sentiments humanitaire des associations est de detruire notre civilisation.

    Les sentiments « aveugle » ne le sont que par calcul, pour manipuler plus facilement l’opinion puiblique, et le « hors sol » n’est aussi qu’un pretexe.

  3. Micron a bien raison d’agir comme il le fait!

    Il insulte les Français en France et à l’étranger et ses électeurs vont lui faire la claque et prient pour un selfie……

    J’attends de voir le résultat des courses aux élections européennes! Micron attend que son parti s’impose à Bruxelles!
    Je ne lui donnerai pas cette joie donc je ne me retiendrai surtout pas de voter extrême droite……

    Pour moi, les LR, c’est cuit……..ils se bouffent entre eux sur le sujet des « migrants clandestins »!
    Dire la réalité c’est se faire traiter de « populiste », de raciste………….Alors tous tiennent le même discours!

    Castaner……quel plouc, lèche-botte et opportuniste de première!
    C’est celui qui par exemple pour faire bien compare le foulard que ma mère et ma grand mére portaient pour aller à l’église avec le foulard islamique!

    Ce soir micron va faire sa propagande à la tv!
    Je vais éteindre mon téléviseur!

  4. Il est clair que les politiques roulent pour eux-mêmes et contre l’intérêt VITAL de nombre de pays et des FRANCAIS aussi, ou ils ensevelissent les valeurs pour les inverser et imposent aussi la loi dite schappia, avec l’aval de Bruxelles aussi qui favorise la pédophilie ou c’est le jeune qui doit PROUVER son non-consentemment et pas l’inverse.

    Ajouter à cela la volonté d’imposer la théorie du gender, jamais contesté par tous les politiques, loi ignoble, où semble se complaire dans la pourriture la plus basse, les politiques, avec Bruxelles, ce qui situe leur degré de soi-disant moralité ou en façade, ils présentent tous bien pour donner une belle image, mais faussent leur basse nature, puisque tous consentent à l’ignoble…aussi, cet angélisme n’est qu’une posture calculée pour mieux continuer leurs choix, contre ceux du peuple et prétendre par là à être au dessus de la réalité, l’excuse facile pour celui qui ignore cela, mais par en dessous, quelle tromperie envers le peuple !

Trackbacks/Pingbacks

  1. BFMTV versus Zemmour : dogmatisme toi-même ! | A droite fièrement ! - […] n’a t-il pas ses propres dogmes qu’a très bien pointés Elisabeth Lévy dans un article repris dans ce blog […]

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *