C’est tout l’Occident qui s’est ramolli !

Publié par le 12 Mai, 2020 dans Blog | 2 commentaires

C’est tout l’Occident qui s’est ramolli !

Il y a une semaine, j’avais commis un article intitulé :

Ne nous serions-pas trop amollis ?

J’évoquais alors la docilité des Français qui se pliaient sans rechigner aux les diktats liberticides d’un gouvernement en qui ils n’avaient même pas confiance !

Je viens de lire un article qui va beaucoup plus loin sur la mollesse qui s’est emparée de l’Occident tout entier. Une phrase de cet article le résume parfaitement :

Tout d’un coup, la plus riche et puissante civilisation de la planète est apparue fragile, chétive, traumatisée par une réalité pourtant inhérente à la vie. Le roi de l’univers s’est présenté nu comme un ver au balcon doré de sa désillusion.

Je recommande vivement la lecture de cet excellent article de Causeur, signé Jérôme Blanchet-Gravel, un essayiste, journaliste et chroniqueur québécois :

L’Occident mort de peur

Que n’a-t-on pas sacrifié à notre affolement devant le Covid-19 ?

La crise du Covid-19 n’aura pas seulement fait ressurgir les frontières dans une civilisation où elles étaient souvent présentées somme le dernier vestige de la xénophobie. C’est notre rapport conflictuel à la mort qui est remonté à la surface qui doit être vu ailleurs dans le monde comme le principal signe de notre déroute ! Jamais les Occidentaux n’avaient manifesté une crainte aussi intensément révélatrice de leur mal-être collectif. 

Les esprits religieux n’ont pas manqué de voir une faillite spirituelle dans notre hantise diffusée sur tous les écrans du monde. Et si certains d’entre eux avaient raison cette fois?

Tout d’un coup, la plus riche et puissante civilisation de la planète est apparue fragile, chétive, traumatisée par une réalité pourtant inhérente à la vie. Le roi de l’univers s’est présenté nu comme un ver au balcon doré de sa désillusion. 

Mesures quasi-maladives

Jérôme Blanchet-Gravel

Le malaise a notamment pris la forme de mesures de confinement presque maladives, quoique nécessaires dans la perspective individualiste et à court terme qui est la nôtre.

Comme l’a soulevé le philosophe Robert Redeker, l’Homo occidentalis aura choisi le suicide économique au lieu d’affronter la réalité de sa finitude. «La mise entre parenthèses de la liberté et les destructions imposées à l’économie signent la pathologie de ce retour du refoulé», écrivait-il dans Marianne le 21 avril dernier. 

Nous vivons dans des sociétés privées de leur vitalité. À quoi bon blâmer nos dirigeants pour des phénomènes qu’ils ont encouragés mais dont ils ont perdu le contrôle? Nos sociétés sont atomisées et désenchantées: ce sont les mêmes que Michel Houellebecq a dépeintes. Nous vivons dans des sociétés rongées par l’anxiété et la dépression, où des millions de gens se droguent légalement pour survivre. Nos pays sont divisés par des intérêts syndicaux, professionnels et de classe que nous pensions avoir réussi à harmoniser. N’en déplaise à la gauche identitaire: les inégalités sont encore économiques avant d’être culturelles ou raciales. 

Crise spirituelle, crise civilisationnelle 

Ce grand vide spirituel s’est manifesté de manière assez brutale au Québec. Lorsque la crise a débuté, le Québec a eu l’impression de retrouver son sens de la collectivité, mais le corporatisme et la désertion de milliers de travailleurs de la santé ont vite eu raison de cette euphorie du début. Le Premier ministre québécois, François Legault, a dû plusieurs fois supplier le corps hospitalier de participer à «l’effort de guerre» dans les résidences pour personnes âgées, toujours gravement touchées par le virus. Comme d’autres, les Québécois ont découvert l’état lamentable de leur système d’hébergement des vieillards. À travers les vieux, c’est leur propre fin qu’ils entrevoyaient mais qu’ils ne voulaient plus voir. 

Une civilisation abritant des nations aussi troublées est inapte à faire la guerre et à traverser des crises plus importantes, ce dont sont plus que jamais conscients les empires de l’Est à commencer par la Chine. D’abord une crise sanitaire, le Covid-19 aura surtout été une crise civilisationnelle à l’Ouest du globe. Depuis déjà plusieurs années, les nations occidentales refusent de sacrifier des hommes dans les conflits armés: chaque mort est vue comme une tragédie à ne jamais répéter. C’est le règne des opérations télécommandées et des drones. 

La créativité et l’innovation sont hélas loin d’être garantes de la survie des empires qui restent par définition mortels. De rappeler que les sociétés modernes ne savent plus stimuler le sens du devoir est un truisme: seule prévaut la logique des droits et son double, l’individualisme sacré. Combien de personnes la Chine est-elle prête à lâcher sur ses 1.4 milliard d’âmes pour devenir le maître du monde? Quels pays occidentaux seraient prêts à instaurer ou réinstaurer le service militaire obligatoire ?

Toujours des droits, jamais des devoirs

Il faut lire le général chinois à la retraite Qiao Lang pour comprendre notre propre déroute et la manière dont elle est interprétée par Pékin. Dans un entretien récent accordé à la revue chinoise Bauhinia et traduit en français par Conflits, Lang explique que l’élévation du niveau de vie est en train de se retourner contre l’Occident (contre les États-Unis surtout) à travers la désindustrialisation et la délocalisation. Les Occidentaux voudraient continuer à dominer les autres tout en leur déléguant les tâches qu’ils ne veulent plus faire.

À quoi bon concevoir de la haute technologie si vous ne voulez plus la produire ? À quoi bon avoir une armée puissante et la bombe nucléaire si votre pays est peuplé de pacifistes ? 

Au Québec, où les Chinois possèdent d’ailleurs de nombreuses terres agricoles, un mouvement en faveur de l’agriculture locale a été lancé pour revenir à la souveraineté alimentaire alors que la chaîne d’approvisionnement pourrait être rompue. Le hic, c’est que les producteurs ne parviennent plus à embaucher des Québécois acceptant de travailler au champ dans des conditions difficiles. Des centaines de migrants viennent donc chaque année cueillir les fruits et légumes produits localement. Comme quoi les beaux discours patriotiques et écologistes ne suffiront pas à éviter le naufrage.

Jérôme Blanchet-Gravel pour Causeur.

Après la lecture de cet article, on peut se demander combien de temps mettrait la Chine à conquérir l’Occident, si elle le décidait …

Merci de tweeter cet article :





2 Réponses à “C’est tout l’Occident qui s’est ramolli !”

  1. La Chine n’a pas besoin de conquérir l’Occident. C’est déjà un immense empire, et toute l’histoire de cette incroyable civilisation s’est articulée autour de la défense de ce territoire (grande muraille). D’où le fait que la Chine n’a totnut au long de ces millénaires jamais vraiment été une puissance agressive militairement (dans le but de s’agrandir). Taiwan ou le Tibet c’est different : pour eux c’est chinois comme le Bourbonnais est français. C’est même ce repli sur soi qui les a fait décrocher au 19e s par rapport à l’Occident.
    D’où l’obsession de venger ces humiliations (les traités inégaux de la Guerre de l’Opium) et de redonner à l’empire du Milieu sa seule et unique place légitime : la 1ère.
    Pour cela, racheter l’Occident et le mettre en situation de dépendance suffira. Et par ailleurs, contribuer partout à saper ses valeurs et institutions démocratiques pour diffuser, non les valeurs de la Chine millénaire, mais celles du PC chinois, ce qui est bien moins enthousiasmant…

    Après cette digression un peu hors sujet, puisqu’inspirée surtout par le commentaire de toute fin d’article : je suis en accord avec la vision de l’auteur.
    L’épidémie met en évidence, avec une acuité toute particulière en France, la crise de civilisation traversée par l’Occident tout entier. Et effectivement l’impression qu’on nous a imposé ce confinement strict et punitif dans une optique d’épidémie 0 morts alors que, même si je pense que le « rien faire » n’était absolument pas envisageable surtout compte tenu du manque de connaissance sur la réalité de ce virus et de ses spécificités, une voie médiane plus pragmatique aurait été possible.

  2. « Le déclin du courage est peut-être ce qui frappe le plus un regard étranger dans l’Occident d’aujourd’hui. Le courage civique a déserté non seulement le monde occidental dans son ensemble, mais même chacun des pays qui le composent, chacun de ses gouvernements, chacun de ses partis, ainsi que, bien entendu, l’Organisation des Nations Unies. Ce déclin du courage est particulièrement sensible dans la couche dirigeante et dans la couche intellectuelle dominante, d’où l’impression que le courage a déserté la société toute entière. »

    Alexandre Soljenitsyne

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *