C’était mieux avant !

Publié par le 2 Août, 2017 dans Blog | 3 commentaires

C’était mieux avant !

« C’était mieux avant !« 

Voici un propos qui vous fait passer immédiatement au mieux comme un homme du passé au pire pour un réactionnaire !

Il est tenu pour acquis, une fois pour tous, que l’humanité en général, et la France en particulier, avance dans le bon sens et qu’on « n’arrête pas le progrès » …

Et pourtant :

– Vit-on aujourd’hui mieux qu’il y a trente ans ? Demandez aux chômeurs …
– Circule t-on mieux à Paris qu’il y a trente ans ? Demandez aux banlieusards …
– Est-on plus en sécurité qu’il y a trente ans ? Demandez aux proches de Sarah Halimi …

Mais chut ! Puisqu’on vous dit que tout va mieux !

Dans cette veine, je vous propose maintenant un article de Claude Picard paru sur l’Observatoire du mensonge :

Comparaison n’est pas raison, et la nostalgie brouille, toujours un peu, la réalité historique ; c’est entendu !

Mais, heureusement, la période très justement nommée « les trente glorieuses » a été suffisamment et abondamment commentée pour que l’on puisse affirmer, sans passer pour un affabulateur, qu’elle a permis à la France un essor économique et un développement dans tous les domaines, comme elle n’en a jamais plus connu. Il serait bon, dans un pays en proie au doute et dans un monde dominé par l’économisme, que nos responsables politiques actuels, s’en souviennent ; s’ils pouvaient en prendre de la graine…

Pendant ces « trente glorieuses » (années 50, 60, 70), sans être idyllique, la vie paraissait plus simple et l’avenir, plein de promesses.

  • Le niveau de vie était en constante évolution ; les salaires, aussi ! De 1960 à 1970, les revenus ouvriers progressent de 120 %, ceux des employés et cadres de 122 %, ceux des fonctionnaires de 106 %, ceux des techniciens et agents de maîtrise de 110 %.
  • Le plein-emploi était quasiment assuré : le chômage, de courtes durées, concernait à peine plus de 1 % de la population active et n’avait aucune incidence économique, ni sur les intéressés, ni pour la société.
  • L’économie, en pleine expansion, avait un taux d’accroissement annuel de 5 % (7,9 %, les meilleures années) e,
  • le PIB par habitant était presque équivalent à celui des États-Unis (alors considéré comme le pays le plus riche de la planète).
  • Le niveau d’éducation et d’expérience des travailleurs était remarquable,
  • l’ascenseur social de la méritocratie républicaine fonctionnait plutôt bien.
  • En ce temps-là, la France était la troisième puissance du monde !

La société semblait plus débonnaire.

Les droits et les devoirs citoyens étaient inculqués à tous et tous les respectaient ; l’incivilité de quelques jeunes réfractaires se réglait facilement par de simples remontrances. Même les malfrats avaient un code d’honneur : ils connaissaient les risques encourus ! Sauf dérapage incontrôlé, leurs crimes et délits se cantonnaient à quelques faits-divers sensationnels. Qui soulevaient, aussitôt, l’indignation et la réprobation du plus grand nombre. Loin de la banalisation, en cortèges compassionnels, des faits actuels.

Quant à la liberté d’expression, elle n’était pas muselée par la crainte des tribunaux, saisis, aujourd’hui, pour la moindre virgule mal placée, par des minorités, très susceptibles, en mal de reconnaissance. Car, à cette époque, les intellectuels et la majorité populaire décidaient de l’usage des mots, auxquels ils ne donnaient aucune importance juridique. Seuls les actes étaient condamnés.

En ce temps-là, l’immigration était régulée par les besoins économiques du moment et la migration massive, en provenance des pays du Maghreb, n’en était qu’à son balbutiement. Surtout, le regroupement familial n’était pas autorisé (il a été concédé en 1974, à la fin des trente glorieuses). Personne ne pouvait imaginer que, des décennies plus tard, ces populations, bien installées et devenues françaises – le plus souvent binationales – produiraient des générations imprégnées d’un islam revendicatif, parfois odieusement meurtrier, qui gangrènerait tout le pays en transformant nos banlieues en zones réservées. L’idée qu’un terrorisme islamiste puisse se développer en France n’était même pas imaginable.

La politique n’était pas encore corrompue par l’économisme et l’Union européenne, à peine existante, n’avait aucun pouvoir de coercition sur les États associés. L’administration des pays était souveraine et totalement libre de prendre toute décision qu’elle jugeait utile. De véritables collaborations européennes, économiques, technologiques ou culturelles, ont été réalisées pour le bien de tous et les échanges ne se faisaient que sur la base du respect et de l’intérêt mutuel ; ils n’empêchaient pas les négociations un peu musclées, chacun défendant son pré carré national. À cette époque, la concurrence n’était pas fatalement déloyale.

Incontestablement, les trente glorieuses
resteront une référence historique.

Claude Picard pour l’Observatoire du mensonge.

Du même auteur, et parus dans l’Observatoire du mensonge :





3 Réponses à “C’était mieux avant !”

  1. Entierement d’acord avec ce commentaire.

    Ces années là n’ont pas grand chose a voir avec les années actuelles, ou le mensonge est devenu un acquis social dans l’info et en politique, ( surtout a goche).

    • Idomar Yassagof dit:

      Veulerie, absence de probité, narcissisme, menterie tel est un extrait de l’arsenal utilisé par nos responsables actuels, engoncés dans un habit pas à leur taille payé par l’UE et le capitalisme de connivence.
      La liberté de penser, d’écrire, de dire se restreint de jour en jour, quant à celle de faire elle est écrasée par le fatras nombriliste des normes UE reprises et « enrichies » par nos gouvernants comme pour se valoriser auprès de leurs mandants.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *