Champion du monde !

Publié par le 16 Juil, 2018 dans Blog | 7 commentaires

Champion du monde !

Et oui, même ici, le foot s’impose !

Rassurez-vous ! Je ne vais pas vous infliger un commentaire de plus ! J’en suis un peu saturé !

Non, ce matin, je veux juste relayer une très belle chronique de Natacha Polony parue dans le FigaroVox.

Elle nous propose une réflexion sur l’impact de cette coupe du monde et de la popularité de l’équipe de France, sur le peuple français.

Elle tente de répondre à la question : n’est-ce pas galvauder les trois couleurs du drapeau français quand on les associe à un simple événement sportif ?

La France bleu-blanc-rouge

Des drapeaux bleu-blanc-rouge pavoisent les fenêtres et se promènent dans les rues en cette fin de semaine. Mais peut-on comparer les drapeaux flottant sur les Champs-Élysées pour accompagner notre armée et ceux brandis le lendemain par des supporteurs galvanisés ?

Le 14 Juillet porte en lui des siècles d’histoire, la mémoire du peuple assemblé, ce peuple enfin souverain – merveilleux oxymore – qui prend en main son destin. Le 14 Juillet ne commémore pas la prise de la Bastille mais la Fête de la Fédération, c’est-à-dire la France à la fois une et diverse, riche de sa géographie et de ses traditions, la France qui se perpétue par delà les soubresauts de l’Histoire. Et les fanions qui colorent les ChampsÉlysées comme les fumées exhalées par les avions de la patrouille de France répondent à ces milliers de cocardes qui ornent les chars et les uniformes de nos armées. Ce bleu-blanc-rouge, c’est l’hommage de la Nation à tous ceux, hommes et femmes, qui ont donné leur vie pour elle, pour notre liberté. Ce sont les couleurs qu’ont en tête tous les peuples qui se sont un jour levés contre l’oppression – parfois celle de la France elle-même – et qui, sur n’importe quel continent, pouvaient alors se réclamer de ses valeurs, Liberté, Égalité, Fraternité.

Certains s’en inquiéteront. Faut-il laisser ces couleurs s’abîmer dans le spectacle d’un sport utilisé pour à la fois déchaîner et contrôler les masses ? D’autres prendront le problème à l’inverse : du défilé militaire aux stades de foot, c’est toujours la même hystérie nationaliste qui s’exprime, sorte de « lèpre » dangereuse, pour reprendre une expression à la mode. Les uns et les autres se fourvoient. Ce qui se réveille chez ces Français de tous âges et de toutes conditions réunis dans les rues et les bars pour espérer une victoire,

c’est bien un sentiment de fierté dont on avait fini par penser qu’il était interdit car ouvrant systématiquement à la « haine de l’autre », selon les poncifs imposés depuis quelques décennies par ce que Jean-Pierre Le Goff appelle le gauchisme culturel.

Bien sûr, on peut s’interroger sur l’ampleur des rassemblements, déplorer que la ferveur patriotique choisisse pour s’exprimer un prétexte aussi futile. Rien que de très vrai. Mais les milliers de personnes qui se sont massées dans les rues, mardi, après la demi-finale, nous racontaient l’immense appétit de tout un peuple à partager un peu de fierté.

Un appétit tant de fois frustré, rabroué, criminalisé, qui soudain explose.

Depuis quelques années, les Français semblaient s’être résignés à ne plus se rassembler que dans le deuil. Les 4 millions de Français qui criaient le 11 janvier 2015 leur attachement à la liberté, leur refus du totalitarisme islamiste et de sa haine du rire et de la vie, réagissaient en un sursaut à l’innommable. Toute la France n’y était pas ? C’est justement le résultat de décennies de renoncement. Renoncement à l’intégration, à la transmission de valeurs et de récits qui structurent notre identité nationale. C’est aussi le résultat du renoncement à l’héroïsme, dont le destin d’Arnaud Beltrame nous a rappelé qu’il porte un peuple au-delà de lui-même, au plus haut de ce qu’un homme peut donner. Pour autant, est-il indigne de vivre dans la joie l’appartenance à la patrie ? C’est aussi dans ces moments anodins, nés d’un sport plus que tout autre lié, malgré les méfaits du spectacle et de la culture de masse, à une authentique culture populaire, que se soude une communauté. Et c’est dans la victoire que naît parfois l’envie de se sentir français. À nous tous, adultes et dépositaires de l’immense héritage d’un pays millénaire de convertir cet élan superficiel en sentiment profond et pérenne, à travers la transmission des textes historiques, philosophiques et littéraires qui racontent ce qu’est la France, comme à travers une géographie, des paysages qui en sont le visage.

Tous ces enfants qui brandissent des drapeaux et crient leur joie d’être français ne demandent qu’à aimer leur patrie. Ils ne sont pas toute la France, ils ne masquent pas les haines, le séparatisme, les fractures. Mais plus ils seront nombreux, et plus nous serons nombreux pour combattre ceux qui nous ont déclaré la guerre. Nul ne s’imagine qu’un pays s’apaise par le miracle d’un match de foot mais un point nourrit nos espoirs: on ne nous sort plus le mythe de la France black-blanc-beur. Cette équipe est tout aussi diverse mais elle est avant tout bleu-blanc-rouge, ce qui signifie que -rêvons un peu – nous retrouvons peut-être un peu de cet universalisme qui est l’identité même de la France et que la globalisation culturelle a voulu remplacer par un multiculturalisme profondément communautariste.

Allons, enfants de la Patrie, les jours de gloire ne se dédaignent pas, quels qu’ils soient.

Natacha Polony pour le FigaroVox.






7 Réponses à “Champion du monde !”

  1. J’approuve sans réserve la dernière phrase, elle résume avec clarté ce que j’essayais d’expliquer dans un commentaire de l’article précédent, qui n’était ni une ode au ballon rond, ni un hymne à Macron …

  2. Ce qui m’a frappé hier soir après la victoire,dans la petite ville de province où je me trouvais,c’est cette joie bon enfant,spontanée,sincère et les trois couleurs du drapeau tricolore qui étaient brandies sans complexe…avant que casseurs et racailles viennent une nouvelle fois gâcher la joie collective dans différentes villes de France,selon ce qui est devenu une habitude dans notre pays.

    A signaler le comportement hystérique et ridicule de Macron,hier à Moscou,avant-cerise sur le gâteau- qu’il ne serre chacun des joueurs de l’EDF sur son coeur.

    Que c’était beau et touchant! 🙂 😉

  3. Le foot un sport quelquonque detourné pour les besoin de la politique, et donner du pain au peuple.

    Autrefois, dans les infos, le sport passait en dernier dans l’actualité,
    mais au fil de la desintegration du pays et de programme politique insuffisant, il a fallu le mettre en avant pour donner une fierté d’etre francais, a « bas cout » et calmer un peu les ressentimments des gens contre les problemes du pays.

    Cette fierte « de bas etage », qui s’appui sur un ideal uniquement personnel et egocentrique, et non patriotique et humain, permet a la classe politique et autre manipulateurs, de couler un peu plus le peuple.

    Du pain et des jeux, cela existe depuis l’empire romain, et ca continue encore de fonctionner…

    Au dela de cette soi disant « fierté patriotique », se cache le sentiment, (entretenu par les manipulateurs), sans relle valeur, d’egocentrisme, de betise crasse, dans le pire des cas et au mieux d’un esprit sportif ( uniquement), mal placé, et s’eloignant du minimum de respect envers l’adversaire.

    A travers cette « fierté » sportive au niveau national entretenu par les medias, les valeurs vraies du sport sont abandonnées, l’intellect ramollis, tout est employé a une sorte de « curée » envers l’adversaire, et les autres : traduction chez les cretins, : on est les plus fort…

    A Partir de ce sentiment de superioté, qui ne devrait pas avoir lieu, ( voir combien de match sont acheté d’avance),
    on fait, par les medias, passer ce citoyen irrespectueux, impolie, egocentrique, voir nul, ( la plupart du temps), pour un citoyen competent, sportif, ( dans le sens noble du terme), et ayant beaucoup de qualité… bref de la foutaise que vendent les medias essentiellement attaché au rabaissement intellectuel des francais.

    tout ce que la classe politique aime de la part du peuple qu’ils meprisent, afin de mieux manipuler les idiots et les naïfs.

    • J’ajoute que plus un pays coule, plus il s’occupe d’expedient superficiel,
      pour controler, rouler le peuple, qui avec la descente du pays, descend intellectuellement, grace a tous les moyen mis par le pouvoir, pour obtenir un sous produit
      entretenu aussi par des convictions, qui surtout ne l’eleve pas intellectuellement et moralement.

      Cette descente morale, fruit de la destruction de l’education nationale, et de programmes stupide permanent, permet des decadence lente mais sûre d’un peuple qui oublie les vraies valeurs.

    • Je rajoute que l’image presenté de « l’equipe de france », est extremement politique, ce cliché pris sur un instant, ou l’on voit soi disant les effets de l’integration reussie ( quelle blague), de peuple sous une seule banniere, est un argument vieux comme le monde, pour faire croire que tout est assimilable.

      Le sport n’a pas reussi a integrer les jeunes de souche extra europeenne, comme toutes les formes de politique utilisées visant a les integrer.

      Le jeu du sentement national utilisé par les medias pour faire croire que tous les gens de diverses cultures peuvent s’assimiler, a deja ete employé en 98,
      et nous a assuré que ce ne sont que des manipulations qui recommencent encore.

      Le fot reste le fot, et malgres le travail des medias pour imposer l’idée que toutes diversités est assimilable, pour effacer les erreurs des politiciens, et calmer les « naïfs », les differences et les problemes reviendront aussi clairement qu’avant, et d’ailleurs n’ont jamais cessé d’exister, mais ont seulement ete mis sous silence.

      Ce silence a deja ete utilisé en 98, et cela n’a pas fonctionné, car la diversité contenant toutes les difference entre les peuples, n’a jamais cessé d’etre et de croitre par le nombre d’etranger et le communautarisme.

      Le fot utilisé pour ( peut etre) combattre le comunautarisme, a deja perdu, malgres ce que les medias inventeront.

  4. « Cette équipe est tout aussi diverse mais elle est avant tout bleu-blanc-rouge »

    ?????

    Griezmann avec un drapeau de… l’Uruguay… Qui dit mieux?

    Et Micron sur les champs élysées ??? Encore mieux!
    Aucun risque de voir des petites erreurs sur les couleurs du drapeau dans le ciel…

    Je n’arrive pas à concevoir que ces personnes reçoivent la Légion d’honneur!(alors qu’ils bossent avec des salaires énormes et jouent pour eux et non pour la France, qu’ils quitteront si un pays leur offre une meilleure rétribution)…)

    Taper dans un ballon aurait il plus de retentissement mondial que de donner sa vie pour son pays ou pour les autres, comme nombre de nos soldats morts en exercice dans l’anonymat le plus parfait?

    • Quand je vois l’image presentée, je vois plus les ego s’exprimer que le sentiment patriotique, auquel la plupart attaché a leur vrai pays de naissance, ne sauraient suivre et surtout s’assimiler.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *