Coronavirus : en Seine-Saint-Denis, c’est l’enfer !

Publié par le 28 Mar, 2020 dans Blog | 6 commentaires

Coronavirus : en Seine-Saint-Denis, c’est l’enfer !

Pendant que dans de nombreux quartiers, le confinement n’est pas respecté – trafic de drogue oblige ! – les soignants se mobilisent mais ne peuvent que constater l’immensité de leur tâche !

Pourtant, Laurent Nunez aurait déclaré :

« Ce n’est pas une priorité que de faire respecter dans certains quartiers les fermetures de commerces et de faire cesser les rassemblements ! »

Voici un reportage réalisé par le site actuel.fr dans les hôpitaux de Bobigny et de Bondy :

Coronavirus : « on vit un enfer dans les hôpitaux en Seine-Saint-Denis,

il faut l’armée dans les rues ».

Depuis le début de l’épidémie de coronavirus Covid-19, les hôpitaux de Seine-Saint-Denis tentent de s’organiser pour gérer l’afflux de contaminés. Ils sont maintenant saturés.

Dans les hôpitaux de Seine-Saint-Denis, il n’y a plus de places en réanimation. Les patients se multiplient de jour en jour. (©Adobe Stock)

« J’ai peur pour ce week-end, pour ce soir, pour demain. Chaque jour c’est un exploit », les mots de Stéphane Gaudry, médecin en réanimation à l’hôpital Avicenne (Bobigny) et à Jean-Verdier (Bondy), résument la situation catastrophique des établissements de santé en Seine-Saint-Denis. Il a accepté de témoigner en répondant aux questions d’Actu Seine-Saint-Denis.

Face à l’épidémie du coronavirus Covid-19, les soignants du département tentent tant bien que mal de gérer l’afflux de patients, le manque de lits en réanimation, le manque de respirateurs …

« La diffusion du virus est plus rapide ici »

Selon Stéphane Gaudry, la situation est bien plus critique en Seine-Saint-Denis que dans le reste de l’Ile-de-France.

En Seine-Saint-Denis, c’est plus compliqué, la diffusion du virus est beaucoup plus rapide ici à cause d’une part de la promiscuité des habitants et du non-respect du confinement mais d’autre part, des facteurs de risque qui sont plus fréquents. Par exemple, l’obésité, le diabète ou encore la tension artérielle.

Le médecin le constate tous les jours, avec un nombre de contaminés et de décès sans cesse croissant dans le département. Le nombre important de patients entraîne un « dépassement des moyens ». Il indique que les « moyens sont déjà dépassés en Seine-Saint-Denis. Tout le monde est en difficulté mais encore plus ici ».

« Il faut l’armée dans les rues, ce n’est plus possible »

Heureusement, une solidarité s’est mise en place entre les hôpitaux de la région et des patients de Seine-Saint-Denis sont pris en charge ailleurs.

Ici on n’accueille pas de patient de l’extérieur du département car nous n’avons pas de places. C’est saturé. Par contre, il y a des dizaines de malades que nous envoyons en dehors du département.

Pour Stéphane Gaudry, les caractéristiques du département sont une raison mais il insiste sur une seconde qui est pour lui inacceptable : « les habitants ne respectent pas le confinement, maintenant il faut l’armée dans les rues. Ce n’est plus possible ».

« Les gens se tuent les uns les autres »

Ses mots sont forts tout autant que sa détermination pour que les habitants comprennent que la situation est très grave dans les hôpitaux du département. Selon ce médecin, il faut que l’armée confine totalement les dionysienspendant trois semaines complètes pour que le virus arrête de se diffuser.

Quand vous avez des personnes qui meurent tous les jours sous vos yeux, on s’en fout des histoires de « on est en démocratie on ne peut pas mettre l’armée ». Si ça peut permettre de sauver la vie de 100 gamins, il faut le faire coûte que coûte. »

Le médecin aimerait que son message soit bien entendu et que les habitants respectent ce confinement, cela faciliterait le travail des soignants. « On vit un enfer ici. Il faut que ça s’arrête, les gens se tuent les uns les autres en sortant. Oui, le coronavirus touche tout le monde », ajoute Stéphane Gaudry.

« Pour l’instant, il faut être là »

Epuisé physiquement et psychiquement, les soignants du département travaillent tous les jours pour sauver des vies comme ils peuvent. « On verra notre épuisement après, pour l’instant il faut être là. Cette crise va laisser des traces psychologiques importantes », ajoute Stéphane Gaudry.

Il souligne la solidarité et le professionnalisme des équipes soignantes. « Toutes les équipes sont très organisées, elles ont conscience de la mission qu’elle doivent accomplir ».

Désormais, ce médecin d’Avicenne s’inquiète de la diminution des effectifs dans les hôpitaux à cause de plusieurs cas de contamination parmi le personnel soignant. « C’est le stress de ne plus avoir d’équipe. C’est un challenge parmi les autres challenges. »

Maëlys Dolbois pour Actu.fr.

Dernière minute !

Selon la Voix du Nord, les migrants de Calais vont être confinés … sur la base du volontariat !

Et oui, vous pauvres pékins moyens qui respectez le confinement, la marée chaussée maréchaussée ! (merci Le Nain, cette faute était gratinée !!!) ne vous loupera pas si vous débordez de votre zone des 1000 mètres autour de votre domicile, mais en même temps, dans les banlieues on applique le business as usual et les migrants font ce qu’ils veulent !

Pour le gouvernement, j’hésite entre pieds-nickelés et bras cassés !

Merci de tweeter cet article :





6 Réponses à “Coronavirus : en Seine-Saint-Denis, c’est l’enfer !”

  1. La marée chaussée, est-ce avec des escarpins ou des croquenots ? Maréchaussée est plus correct, non ?

    Pour le reste, ils ont peur, comme ils ont peur, ils sont lâches.

    • Au temps pour moi !

      Une faute d’orthographe bien gratinée !!!

      Je présente mes confuses (cf Le père Noël est une ordure)

      Christian

  2. « Confinés sur la base du volontariat »

    Chez nous, eh bien, c’est loin de la base du volontariat!
    Ce matin, les policiers étaient sur le parking d’un peut super marché. Ils vérifiaient tous les Ausweis.

    Ceux qui, bien qu’ayant celui ci, bien rempli, date, raison, heure de sortie, etc, etc et leur carte d’identité (ne pas oublier la carte d’identité, surtout… A quand la puce pour tous, comme pour les animaux de compagnie???) n’avaient acheté qu’une baguette de pain ont écopé d’une amende de 135€… parce que ce n’est pas assez, cela vous oblige à sortir tous les jours. Dorénavant, vous êtes priés d’acheter votre pain une fois par semaine »

    Du vécu par mon conjoint (qui lui a eu la chance d’être arrêté avant d’entrer !)

    Je ne décolère pas depuis 15 jours et cela va durer encore 15 jours! (au moins, sait on?)

    J’ignore si c’est partout… Mais j’ai l’impression que le gouvernement à besoin d’un pognon de dingue…..

  3. ma fille est infirmière dans un hôpital du 93 depuis 25 ans , elle me dit
    « c’est l’horreur, il y a des malades partout, les plus de 70 ans on ne les ventile pas, tous les jours il y a des morts, je suis fatiguée, j’ai l’impression d’avoir couru deux marathon dans une journée, je n’ai ni le temps de manger ni de pisser. Elle n’a toujours pas été testée. C’est criminel.
    un jour viendra ou ce gouvernement devra rendre des comptes et cette fois ci j’espère que ce sera COUPABLE ET RESPONSABLE

    • jacques boudet dit:

      RENDRE DES COMPTES MET LA DÉMOCRATIE EN PÉRIL
      BRUXELLES  » Europe  » s’ARROGE LE DROIT EXORBITANT d’
      ENVOYER DES TROUPES EUROPÉENNES SANS l’ACCORD DU PAYS
      « EN DANGER »

      BUNDESWEHR PANZER-GRENADIERS CONFORTANT JUPITER

      ADOLF HERMANN JOSEPH GESTAPO-MULLER HEINRICH
      DOUCEMENT LES SARCARSMES

      HEURE d’ETE = HEURE DE BERLIN

  4. On constate que des territoire de la republique sont perdus,
    et delaissés par l’etat selon l’humeur des bandes qui regne en maitre, ou de communauté ayant refusé la republique.

    L’esprit republicain a disparu de ces territoires qui s’y affranchissent au nom de religion, de commnuatarisme, ou delinquance, grace au laxisme, la betise, la pseudo justice,
    laissant s’etablir deux type de France, celle d’en haut, ( bobo ) et celle d’en bas ( le peuple ).

    Les gouvernements et la « bien pensance » a deux balle et a la morale a geometrie variable, sont coupables d’avoir delaissé ces territoires.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *