Couvre-feu : ne ratez pas le dernier métro !

Publié par le 15 Oct, 2020 dans Blog | 4 commentaires

Couvre-feu :  ne ratez pas le dernier métro !

J’ai, quant à moi, perdu toute confiance, d’une part dans le gouvernement et d’autre part dans ces épidémiologistes qui se succèdent et se contredisent sur les plateaux télé.

Je vois que désormais on les classe en « alarmistes » et « rassuristes », comme si personne n’était capable de faire la part des choses dans cette épidémie.

J’ai tendance à n’écouter personne et à me poser des questions basiques, des questions de bon sens, que pourtant personne ne pose. Il m’en vient trois :

  • N’en faisons-nous pas trop pour une maladie dont le taux de mortalité est ridiculement bas (0,05 % de la population et 4,8 % des personnes atteintes) ?
  • La maladie n’est grave que pour les personnes âgées et fragiles. Pourquoi ne concentrons-nous pas les mesures de protection sur elles ?
  • Pourquoi le risque de saturation des hôpitaux est-il l’unique critère qui semble piloter toute la stratégie du gouvernement ?

Depuis le pic de contamination; il s’est passé plus de six mois.Concernant les lits de réanimation, il semble qu’on ait absolument pas progressé ! Ne pouvait-on pas se réorganiser en prévoyant des structures légères  pour abriter et isoler les malades ?

Et au lieu de cela, on va imposer un couvre-feu à plus de 20 millions de nos compatriotes … Sans compter l’aggravation de la crise économique à venir !

Pour beaucoup de Français, l’idée de couvre-feu ramène à des heures sombres de notre histoire … C’est le sujet d’un billet de Maxime Tandonnet qu’il nous propose sur son blog :

« Couvre-feu »

La communication politique est par définition destinée à frapper les esprits. Encore faut-il atteindre la bonne cible. Pour toute personne curieuse de l’histoire de son pays, voire tout amateur de cinéma, celui de François Truffaut Depardieu et Catherine Deneuve dans Le dernier métro, la formule « couvre-feu », couvre-feu nocturne à Paris, renvoie inévitablement à l’image d’une période de l’histoire, qu’il n’est même pas nécessaire de désigner. Evidemment les circonstances n’ont rien à voir. Pourtant, la charge émotionnelle qui s’attache au couvre-feu est considérable. Couvre-feu, à Paris, en 2020… Le symbole donne le vertige.

Et les questions, de nouveau, fusent. Covid19 est-il plus contagieux la nuit que le jour ? Alors, il faudrait expliquer pourquoi et comment. Sur la nature même du pouvoir politique: son rôle est-il d’anticiper sur les besoins en masques, en tests et en places d’hôpital, ou bien de s’ingérer dans la vie intime des Français en leur indiquant à quelles heures ils ont le droit de sortir et combien de personnes peuvent prendre place autour de leur table ? L’idée est-elle d’arrêter et de sanctionner toute personne parce qu’elle se trouve dans la rue, de nuit, après 21H ?

Culte de la personnalité à outrance, banalisation des restrictions à la liberté, rupture de la digue entre la puissance publique et  la vie privée des personnes, affaiblissement du tissu économique de la restauration et du spectacle au coeur de la vie sociale: la France file un mauvais coton. Elle est confrontée à deux virus jumeaux : le coronavirus et le virus du mépris.

A titre personnel, le second me fait infiniment plus peur.

Maxule Tandonnet dans son blog.

Merci de tweeter cet article :





4 Réponses à “Couvre-feu : ne ratez pas le dernier métro !”

  1. Richard Mauden dit:

    Maxule ? Vraiment ?

  2. https://www.youtube.com/watch?v=0XGqmvbLiFY

    Couvre-feu :  » Nous sommes en dictature  » la colère Denis Jacquet contre Macron

  3. J’ai, quant à moi, perdu toute confiance, d’une part dans le gouvernement et d’autre part dans ces épidémiologistes qui se succèdent et se contredisent sur les plateaux télé.

     Je n’ai jamais eu confiance ne ce genre de personnages.
    Les premiers étant des gauchos avérés, les autres n’ayant, pour beaucoup, jamais été des personnes de terrain, mais, souvent (je ne dis pas toujours !) vivant des royalties distribuées soit par les élites zélées, soit par les labos ayant financé les campagnes électorales des premiers…

    Pourquoi le risque de saturation des hôpitaux est-il l’unique critère qui semble piloter toute la stratégie du gouvernement ?
     Enentrées en réanimation :
    5 oct : 152
    6 oct : 168
    7 oct : 143
    8 oct : 114
    9 oct : 150
    10 oct : 110
    Le solde entrées – sorties donne + 21 hospitalisés en plus le 9 oct, + 17 le 10 oct. Avec 1 456 hospitalisés en réanimation à ce jour, un rythme de + 20/jour donne une saturation des lits dans 6 mois (si 5 000 lits, et dans 1 an et demi si 12 000 lits mobilisables). On peut accepter un doublement voire un triplement des entrées en réanimation sans problème. Il y a discordance entre le discours officiel et les chiffres. Maintenant pour revenir à ce billet, pourquoi ces chiffres de gravité aussi bas, y a-t-il un rapport avec le refus de dire si les médecins prescrivent AZI ou non ? Que ce soit oui ou non, pourquoi on nous le dit pas ?

    https://blog.gerardmaudrux.lequotidiendumedecin.fr/2020/10/10/traitement-du-covid-19-interdit-de-savoir/

    on va imposer un couvre-feu à plus de 20 millions de nos compatriotes […] la formule « couvre-feu », couvre-feu nocturne à Paris, renvoie inévitablement à l’image d’une période de l’histoire, qu’il n’est même pas nécessaire de désigner.
    https://covidemence.com/wp-content/uploads/2020/10/COUVREFEU.png

    Covid19 est-il plus contagieux la nuit que le jour ? Alors, il faudrait expliquer pourquoi et comment.

    Oh, pire que cela !
    * Il préfère les restaurants au métro et autres transports en commun,

    *il adore l’altitude : ainsi vous pouvez chanter sans masque en atelier chorale, espacés de 1,50m tout autour, si vous êtes assis (même si vous mesurez 1m 90 !), mais, si vous vous levez, sans bouger, il faut impérativement mettre un masque…
    (Sauf si on mesure moins d’un mètre ou 1,50m ?, Qu’en est il si on s’assoit sur un tabouret de bar ???)

    * Il déteste le piano : ainsi, si vous chantez (assis bien sûr) devant un piano il vous faut porter un masque, mais si vous jouez du piano, il n’y en a pas besoin…

    Sur la nature même du pouvoir politique: son rôle est-il d’anticiper sur les besoins en masques, en tests et en places d’hôpital, ou bien de s’ingérer dans la vie intime des Français en leur indiquant à quelles heures ils ont le droit de sortir et combien de personnes peuvent prendre place autour de leur table ?

    En dictature, oui.
    Et surtout, il faut mettre en place ce qu’avait dit un jour Vincent Peillon (en 2012)
    « le but de la morale laïque est de permettre à chaque élève de s’émanciper, car le point de départ de la laïcité c’est le respect absolu de la liberté de conscience. Pour donner la liberté du choix, il faut être capable d’arracher l’élève à tous les déterminismes, familial, ethnique, social, intellectuel, pour après faire un choix »

    C’est cela la démocratie, version marxiste.

    La France file un mauvais coton. Elle est confrontée à deux virus jumeaux : le coronavirus et le virus du mépris.
     Elle a plutôt attrapé le virus de la Covidémence
    http://covidemence.com/

    Voilà ce que je pense de cette situation mondiale !
    Qui tire les ficelles de cette mauvaise pièce de Guignol ?
    Je l’ignore.
    Peut-être saurons nous cela un jour !

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *