Décidément, en Suède, tout fout le camp !

Publié par le 4 Oct, 2019 dans Blog | 2 commentaires

Décidément, en Suède, tout fout le camp !

Dans un article récent (La Suède est en guerre), je faisais état de la considérable dégradation de la sécurité en Suède.

L’ouverture incontrôlée à l’immigration a entrainé une ghettoïsation du pays et notamment une augmentation spectaculaire du nombre des fusillades (306 en 2018 !)

Dans ce pays, le progressisme est à l’oeuvre avec un peu d’avance sur la France. Cela devrait nous faire réfléchir.

Et mieux écouter ceux qui prédisent les catastrophes qui se profilent, au lieu de les stigmatiser et de les trainer en justice …

Le progressisme prône l’abandon de toute frontière : les frontières physiques et les frontières mentales comme par exemple l’identité nationale !

Un projet d’atteinte grave à l’identité du peuple suédois nous est révélé par la Lettre Patriote dans l’article suivant :

La Suède veut renoncer à l’enseignement de l’histoire au collège, de l’antiquité à 1700

Adieu à Platon, Aristote, Rome

Terminé l’enseignement de l’ère de la grande puissance suédoise pour les collégiens suédois. C’est la nouvelle initiative du Conseil suédois de l’éducation, qui souhaite que les élèves suédois se concentrent plutôt sur la Seconde Guerre mondiale et l’ère postmoderne suivante à la fin du 20e siècle. Les questions de genre, le climat et la migration sont en revanche des éléments inclus dans les nouveaux plans de cours révisés, suggérés pour les programmes d’histoire.

Ces derniers jours, le débat suédois s’est concentré sur une nouvelle initiative du Conseil suédois de l’éducation.[…]

Les plans de cours révisés sont le résultat d’un manque de temps pour les cours d’histoire dans les écoles suédoises, affirme la commission scolaire. Les élèves des classes de collège doivent se concentrer davantage sur le XIXe siècle, en particulier sur l’Holocauste, la guerre froide et les idées qui ont formé la Suède pendant l’après-guerre. Il s’agit notamment de sensibiliser l’opinion aux questions de genre, de migration et de racisme.

Il y aura cependant suffisamment de temps pour couvrir l’esclavage et le colonialisme occidentaux au cours du XVIIIe siècle et au-delà. Cependant, les 100 millions de morts du communisme au XXe siècle ne sont pas mentionnés comme un sujet important à étudier dans les programmes révisés. […]

Dans les classes de collège, où les élèves sont âgés de 13 à 15 ans, il n’y aura plus d’enseignement de l’histoire antérieur à 1700. Toute étude du berceau démocratique de la Grèce antique, de Rome ou de l’ère de la Grande Puissance suédoise (1611-1718), lorsque la Suède régnait sur les pays du pourtour de la mer Baltique, sera effacée des cours d’histoire.

« C’est horrible, bizarre et absurde« , a déclaré Dick Harrison, professeur d’histoire et auteur, lorsque la suggestion a été présentée au public cette semaine. « En tant qu’historien, je suis obligé de réagir. L’idée que les Anciens ne sont pas importants pour comprendre le présent est bizarre et absurde. Tout ce qui nous entoure est un héritage des Grecs de l’Antiquité, explique t-il en disant que si la suggestion se réalise, « les Suédois seront dans le monde entier ».

« Excusez-moi, mais c’est tellement absurde que j’ai du mal à le croire. Naturellement, je m’attends à ce que la suggestion soit retirée« , indique avec humeur le professeur.

Source : SVD

Le Lettre Patriote.

Merci de tweeter cet article :





2 Réponses à “Décidément, en Suède, tout fout le camp !”

  1. Christian 54 dit:

    Pourquoi s’inquiéter pour la Suède ? Ce beau pays a l’incroyable chance d’avoir nourri en son sein une e-conne médiatique de classe mondiale, Jeanne d’Arc du XXIème siècle, qui va sauver le monde.

  2. Normal qu’en Suède tout foute le camp, le meilleur produit d’exportation en est la dernière merveille issue des brouillards nordiques : Greta Thunberg.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *