Démocratie ou Droits de l’Homme : il va falloir choisir !

Publié par le 17 Juin, 2018 dans Blog | 4 commentaires

Démocratie ou Droits de l’Homme : il va falloir choisir !

La crise migratoire divise l’Europe.

Entre les tenants irresponsables de l’ouverture toute grande des portes de l’Europe et les défenseurs déterminés d’une identité européenne niée par les premiers, aucun dialogue n’est plus possible.

Le peuple n’accepte plus aujourd’hui ce que ses élites veulent lui imposer. Deux logiques contradictoires s’opposent désormais violemment : la logique humanitaire et la logique démocratique. Soit on respecte la démocratie sortie des urnes, soit on agit contre elle en acceptant l’immigration contrainte.

C’est l’objet de l’édito de Guillaume Roquette paru cette semaine dans le Figaro Magazine :

Face aux migrants

Quand la démocratie heurte les droits de l’homme

Il ne croyait pas si bien dire. Eric Zemmour se demandait ici même, il y a une semaine, si l’Espagne n’allait pas remplacer bientôt l’Italie comme point d’entrée en Europe des migrants africains. Lundi dernier, c’est le chef du gouvernement espagnol en personne qui lui a donné raison en proposant d’ouvrir le port de Valence à l’ Aquarius, bateau de 629 immigrants, auquel l’Italie refusait l’accès.

Guillaume Roquette

Le socialiste Pedro Sanchez a expliqué sa décision par l’absolue nécessité d’éviter « une crise humanitaire ». Qui pourrait lui donner tort ? Même pas le nouveau Premier ministre italien, qui l’a remercié pour cet acte de solidarité. Mais la nouvelle équipe au pouvoir à Rome n’a pas changé d’avis pour autant : elle a été élue pour stopper l’immigration et compte bien continuer de refuser l’entrée dans ses ports des bateaux remplis d’Africains.

Dans cette dramatique crise des migrants, deux logiques s’affrontent désormais, l’une humanitaire, l’autre démocratique. Le pouvoir espagnol veut respecter les droits de l’homme tandis que son homologue italien honore la volonté de ses électeurs. Deux démarches également respectables, et on ne peut que saluer la réserve dont a fait preuve la France dans ce dossier difficile. Reste qu’il serait trop facile de renvoyer dos à dos nos deux voisins méditerranéens en considérant qu’ils ont chacun raison de leur point de vue : l’Europe est trop mal en point pour laisser chacun de ses membres gérer comme elle l’entend sa politique migratoire.

Pour tenter d’y voir un peu plus clair, on peut d’abord estimer que si le sauvetage des migrants doit être inconditionnel, il n’en va pas de même de leur accueil. Même l’Eglise catholique, malgré son engagement constant dans la défense des réfugiés, admet dans son catéchisme que les nations riches sont tenues d’accueillir l’étranger « autant que faire se peut », et conditionne cet accueil au respect par l’immigré du « patrimoine matériel et spirituel de son pays d’accueil ». Une expression que l’on pourrait résumer par le mot assimilation. Or, l’histoire récente de l’Europe démontre combien cette assimilation est devenue difficile.

L’Aquarius

De même, cet accueil ne peut pas être illimité. Les Espagnols qui accueillent aujourd’hui l’ Aquarius le savent bien, eux qui bloquent par la force depuis des années les immigrés qui se pressent aux portes des villes de Ceuta et Melilla, leurs deux enclaves sur la côte marocaine. En 2050, la jeune Afrique sera près de cinq fois plus peuplée que notre Vieux Continent: « la ruée vers l’Europe », pour reprendre le titre du livre de Stephen Smith, ne fait donc que commencer et les Etats de l’Union ne peuvent pas faire semblant de l’ignorer.

Nous n’avons aucune raison de nous sentir coupables. Deux millions d ‘étrangers sont entrés dans l’espace Schengen en deux ans, l’Europe finance la moitié de l’aide mondiale au développement et la France accueille chaque année plus de 200 000 immigrés supplémentaires, sans compter les dizaines de milliers de clandestins. Notre devoir est d’organiser cette immigration pour arrêter enfin de la subir.

Guillaume Roquette pour le Figaro Magazine.






4 Réponses à “Démocratie ou Droits de l’Homme : il va falloir choisir !”

  1. Voici l’article de Nadime Morano que je mentionnais hier:
    « Arrêtons de culpabiliser l’Europe, l’Union Africaine doit prendre ses responsabilités ! »
    http://r.newsletter.nadinemorano.fr/8ula8gggsn9k3f.html

  2. L’Italie et les pays du groupe de Visegrad ont choisi: ce sera démocratie et souveraineté nationale.

    Les autres[peuples] vont continuer à subir des flux migratoires suicidaires qu’ils n’ont pas choisis,s’ils ne renvoient pas leurs dirigeants actuels,pieds et poings liés à l’idéologie des droits de l’homme de l’Union et au mondialisme,dont Monsieur Macron est l’archétype en Europe et Trudeau,son clone bouffon sur le continent américain…

  3. Les gouvernements pro-immigration n’acceptent pas d’autres voies que la leur, qu’importe les réactions des peuples concernés, ils n’ont pas leur mot à dire. Pire, par des sanctions économiques, les gouvernements coupables, de même que l’union européenne veulent faire rentrer dans le rang ceux qui s’en écartent.

    Qu’importe le danger dû à l’immigration et la violence, le terrorisme et l’incompatibilité culturelle due à leur religion qu’elle apporte et le racisme anti-blanc qu’elle dénie hypocritement.

    Comment relever les pays menacés alourdis par la dette, le chômage, la violence et l’insécurité croissante due aux étrangers.

    Le réalisme montre qu’il n’y a pas d’avenir dans cette voie, pourquoi continuer encore si ce n’est qu’elle revient à menacer l’existence même des peuples envahis avec la complicité des gouvernements …

    Que vaut l’excuse de l’humanisme quand elle mène les peuples concernés à leurs pertes et le degré de culpabilité des politiques ?…de même tous ceux qui s’en font les complices …?

  4. Mélenchon roule ouvertement pour Soros : la preuve par l’Aquarius
    https://ripostelaique.com/melenchon-roule-ouvertement-pour-soros-la-preuve-par-laquarius.html

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *