Des mots forts pour masquer des actes faibles et lâches

Publié par le 12 Juil, 2018 dans Blog | 4 commentaires

Des mots forts pour masquer des actes faibles et lâches

Mis à part, les adorateurs macroniens de la République en marche, il semble que le jugement sur l’intérêt du discours du président devant les deux chambres réunies en congrès à Versailles, soit unanime : long et inutile !

Le pouvoir de séduction du nouveau locataire de l’Elysée s’estompe derrière la réalité des faits : la croissance stagne, le chômage perdure, le pouvoir d’achat baisse, les dépenses publiques augmentent et la dette s’accroit !

Tout devait donc changer … pour que rien ne change !

Lydia Guirous, porte-parole des Républicains et essayiste (Ça n’a rien à voir avec l’islam aux editions Plon) nous fait le compte rendu du discours d’Emmanuel Macron devant le congrès sur le site RT France. Elle y pointe notamment le double langage du président :

Il est comme ça le président Macron, il a l’art de présenter avec grandiloquence et fausse bienveillance des réformes qui sont de vraies régressions : pensions de réversion pour les futurs retraités, politique du logement, sécurité… En parallèle, il fait preuve d’un aplomb et d’une arrogance extraordinaire pour défendre ses échecs en matière de politique migratoire, de lutte contre l’islamisme mortifère, le communautarisme et le recul de la voix de la France à l’international. Ce cynisme et cette volonté ultra-libérale de vendre le système social de la France à la découpe est sans doute un héritage de ses années comme banquier d’affaires chez Rothschild. On aurait préféré qu’il retienne de ses mentors, la culture de l’efficacité et de la clarté …

Mais Emmanuel Macron a choisi une autre voie, celle du double discours. Pour mieux endormir le bon peuple, pour que celui-ci se perde et ne parvienne plus à le suivre, il faut l’assommer de mots. Des mots parfois empruntés aux champs sémantique de la droite : « autorité », « droits et devoirs », «mérite», « ordre », « sécurité pilier de l’ordre républicain »… On pourrait être a priori séduit. Mais là est le piège, le machiavélisme macroniste : les mots de droite sont instrumentalisés pour servir une soupe indigeste d’actions reprenant de vieilles lunes de gauche.

Des mots forts pour masquer des actes faibles et lâches

Nantes brûle, Marseille voit se multiplier les règlements de compte à coups de kalachnikov, Notre-Dame-des-Landes est un échec où ceux qui ne respectent pas la loi ont gagné et le communautarisme s’affiche toujours plus triomphant … Face à cela, Emmanuel Macron détourne les mots de droite pour servir des solutions inefficaces de gauche. Il pense le tour de passe-passe suffisant pour berner les Français. Ainsi, il nous sert la « police de sécurité du quotidien » pour endiguer l’explosion de la violence dans les quartiers cédés par la République aux caïds et aux intégristes. Des mots forts pour masquer des actes faibles et lâches. Voilà comment pourrait se résumer la présidence Macron.  

Derrière cette ambivalence et cette intention constante de brouiller les pistes, c’est la volonté de flouer nos concitoyens qui domine chez Emmanuel Macron. Au fond, il peine à cacher son profond mépris pour les Français et leur intelligence. Il devrait se méfier car les Français ne s’y trompent pas. Les derniers sondages le démontrent. Il y atteint des niveaux de rejet et de défiance terriblement bas pour un président qui a, contrairement à ses prédécesseurs, bénéficié d’une certaine bienveillance de la part des médias. Le réveil pour Emmanuel Macron sera difficile, « ceux qui ne sont rien », « les alcooliques » « les analphabètes » sauront lui rappeler qu’ils méritent le respect et la considération.

L’ambiguïté, dont il a fait sa ligne de conduite, mène toujours à l’échec. A plusieurs reprises le président a attaqué les rumeurs, les fausses polémiques, notamment au sujet des pensions de réversions : « Faire croire que nous voudrions supprimer les pensions de réversion est une rumeur malsaine, visant à faire peur. Je le dis clairement : rien ne changera pour les retraités d’aujourd’hui. » Voilà en une phrase tout l’art macroniste de l’enfumage. Le diable se cache dans les détails … On pourrait s’arrêter à « rien ne changera pour les retraités » et être satisfait. Mais il précise rapidement qu’il s’agit « des retraités d’aujourd’hui ». Autrement dit, une personne de 55 ans qui sera retraitée dans cinq ou 10 ans, a un risque de ne pas pouvoir bénéficier de la pension de réversion de son époux ou épouse en cas de veuvage. La remise en cause des pensions est une véritable régression et une casse sociale d’une brutalité inédite qui frappera les femmes en premier lieu.

De la même manière, Emmanuel Macron nous a tenu des propos généraux sur la laïcité. Quand c’est flou, c’est qu’il y a un loup … Et c’est sans aucun doute un président qui ne comprend pas l’identité politique et culturelle de la France qui s’est exprimée hier. D’ailleurs, il y un an, alors qu’il était encore en campagne, c’est le même Emmanuel Macron qui avait déclaré qu’il « n’y avait pas de culture française ! » Hier, il a tenté de parler de culture française mais ce ne fut pas convaincant … la sincérité ne se feint pas, elle. Le président semblait désincarné et lointain lorsqu’il a évoqué ces sujets. Les mots, les formules, étaient, certes, parfois bien choisis, mais ceux-ci ont, comme toujours, débouché sur des propositions faibles et lâches.

Le macronisme est un vide de la pensée, une soumission à l’ère du temps et à la culture de l’instantané

Face à l’entrisme islamiste à l’école publique, Emmanuel Macron propose des formations pour les professeurs … Une faiblesse des actes, fruit de la déconnexion du président avec un pays qu’il ne connaît qu’à travers des notes et dont le modèle est profondément communautariste et anglo-saxon. Une faiblesse, qui face à l’islamisme politique devient coupable. Monsieur le président, pour défendre la laïcité, nul besoin d’adjectifs, de mots, il faut des actes concrets : interdire le prosélytisme et combattre le communautarisme islamique qui s’exprime par exemple à travers la présence du voile chez certaines mères accompagnatrices lors des sorties scolaires.

Le plus terrible dans le discours du Congrès de Versailles est finalement que le président ait si peu parlé des Français et de leur quotidien et tellement de lui et de son nouveau monde fictif qui ne séduit plus. Le macronisme est un vide de la pensée, une soumission à l’ère du temps et à la culture de l’instantané. Le macronisme ne se définit pas nous dit le président … Il serait au-dessus « des clivages », au-dessus « des partis », au dessus « des références du vieux monde ». Une expression supplémentaire de la prétention et du mépris propre aux adeptes de ce mouvement hors-sol. Je crois surtout que le macronisme ne se définit pas car il est l’aboutissement de cette ère du vide dans laquelle l’hyper-individualisme, l’instantané et le consumérisme sans limite nous ont conduits.

Lydia Guirous pour RT France






4 Réponses à “Des mots forts pour masquer des actes faibles et lâches”

  1. Oubliez les discours creux,ampoulés et à double sens de ce médiocre banquier d’affaires;oubliez aussi Lydia Guirous,la seule à avoir mis les mots forts qui s’imposaient,c’est bien Marine le Pen: pour dénoncer la programmation de l’islamiste Médine au Bataclan ou soutenir la décision de Matteo Salvini d’interdire les ports italiens aux rafiots des immigrés clandestins…

  2. Les mots forts pour des actes faibles, c’est la goche dans toute sa splendeur.

  3. Encore des mots, toujours des mots, les mêmes mots.
    Rien que des mots,
    Des mots faciles, des mots fragiles, c’était trop beau
    Bien trop beau,
    Mais c’est fini le temps des rêves, les souvenirs se fanent

    PAROLES, PAROLES, PAROLES

    Comme Delon, il parle, promet…
    Comme Delon, c’est un bon acteur…
    Comme Delon, il est séduisant…

    Mais c’est d’un Président dont la France à besoin
    Pas d’un grand orateur même si cela nous change de son nullissime prédécesseur…

    Comme moi, les sceptiques du nouveau Monde ne sont pas surpris car ils savaient que tôt ou tard, les masques tomberaient.

    Mais les grands naïfs se rendent compte qu’une fois de plus, ils ont été cocufiés par un marchand de rêves porté sur un plateau par les médias.

    Le plus sincère n’avait pas les mains si propres qu’il voulait bien le faire croire car moralement, il avait joui de l’intégralité de ses émoluments en confiant à son épouse des tâches désuètes pour justifier son salaire. Il ne sera jamais condamné car ce qui est fictif n’est rien et que rien ne peut être une preuve.
    En effet, c’était le plus sincère car occupant le poste de premier ministre, il avait eu le courage de dire la vérité et cela lui avait valu un recadrage de la part de Sarkozy

    https://www.ina.fr/video/I09082525525

    Mais la sphère d’influence politico-médiatico-judiciaire avait choisi son poulain et les moutons ont une nouvelle fois élu celui qui était mis en évidence.

    Le programme fillon était certainement de droite, avec du sang et des larmes, mais les cadeaux n’auraient peut-être pas été en faveur des mêmes personnes. Je pense que les économies fonctionnelles de l’État auraient, elles, été réelles et non puisées directement dans les deniers du contribuable de bas étage par un jeu de bonneteau.

    Moutons, vous avez laissé entrer un loup dans la bergerie, il a les dents longues et acérées, va vous saigner, dévorer, vous noterez que la dépense Élyséenne n’a jamais été aussi sans compter (statut de 1ère dame et piscine hors sol pour Maman Brizitte, il vole plus qu’un pilote de ligne avec notamment 2 aller-retour vers « Russie2018 »).

    Il a fait des cadeaux aux très riches, il a constamment la main dans le pot de confiture, comme quand il était ministre, et tout ca sans aucun scrupule.
    Parallèlement, il rabote les retraités, allocataires, automobilistes, provinciaux et étudiants, bref du jamais vu dans l’inégalité et l’injustice !!!!!

    Il a un très mauvais rapport avec le fric de dingue, d’ailleurs son train de vie de ministre, les presque 3 millions de dollars de rémunération de banquier d’affaires en témoignent.

    C’est le Giscard du 21ème siècle !!!

    • J’ai des doutes quand a Giscard,
      les fameux diamants qui devait, parait ‘il etre tres cher, d’apres la campagne socialiste,( les diams je suis bon kassa), qui evaluait commodement ceux ci a plusieurs millions de francs, n’etait… que de 2500 Francs…
      Si c’est ce dont vous faites allusions.

      Mais a ca permis a la clique de goche de passer,et aux couillons de les croire.

      La goche a chaque presidentielle a toujours su remuer le niveau du caniveau pour s’en sortir, avec les mensonges, qui ont bien servi celle ci, a l’aide de media complaisant.

      Dernierement les attaques de la justice de goche contre un homme de droite, Fillon, pour detruire ses possibilitées, la goche a toujours su inserer dans la vie politique, les poisons pour le peuple.

      Les poisons ont toujours ete principalement de goche

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *