Descartes, reviens ! Ils sont devenus fous !

Publié par le 2 Sep, 2020 dans Blog | 2 commentaires

Descartes, reviens ! Ils sont devenus fous !

Oui, qu’est devenu l’esprit de Descartes ?

« Descartes, pour fonder sa science, utilise le moyen du doute : le fondement de la science doit être absolument solide, vrai; la vérité doit être absolument certaine.

Il utilise donc un doute infini, ce qui résistera sera absolument certain. Il découvre ce qu’on appelle le cogito : nous pouvons douter d’être un corps, mais on ne peut douter d’être, d’être une conscience ou substance pensante » (source Wikiversité).

Aujourd’hui, le doute n’est plus l’alpha et l’omega de la science. La réflexion, la pensée passent au second plan, derrière l’émotion et surtout l’idéologie.

Les progressistes rayent d’un trait de plume tous les apports millénaires du passé. Seul le futur compte ! Tout progrès est bon pour l’Humanité !

L’affirmation : « C’était mieux avant ! » vous ringardise à jamais !

Chaque jour renvoie la pensée de Descartes, de Pascal et de bien d’autres penseurs aux tiroirs oubliés de l’Histoire.

C’est ainsi le ministre de la santé qui interdit un médicament sur la foi d’un unique article qui s’avèrera ensuite totalement bidonné !

Tout récemment, le petit monde politico-médiatique cloue au pilori la fiction d’un magazine sur la seule émotion liée à une image représentant une noire enchainée, sans lire le texte qui l’accompagne et qui dénonce clairement l’esclavage. Mais TOUS les esclavages !

La peur est aussi devenue un des moteurs de notre société. Des peurs souvent fantasmées.

Voici, à ce propos,  le dernier édito de Guillaume Roquette paru dans Le Figaro Magazine :

Derrière nos peurs …

Savez-vous ce qui s’est passé vendredi dernier ? 

C’était « le jour du dépassement », celui où les humains ont consommé l’ensemble des ressources que la Terre pouvait générer en un an. Vous n’étiez pas au courant ? Tant mieux ! Car cette invention des écologistes, justifiant leurs théories décroissantes, voire franchement anticapitalistes, et tous leurs discours apocalyptiques, ne repose sur aucune base sérieuse. Comme le savent pertinemment les (vrais) scientifiques, ni les terres cultivables, ni les forêts, ni les réserves en eau de notre chère planète n’étaient épuisées le 22 août. Nous avons à l’évidence un sérieux problème d’émissions excessives de CO2 (d’où l’utilité de l’énergie nucléaire) mais qui ne saurait pour autant justifier ce catastrophisme relayé avec complaisance par nombre de médias.

Peut-être faudrait-il (enfin) arrêter de se faire peur à mauvais escient.

Souvenons-nous qu’au printemps dernier, le supposé très sérieux Imperial College de Londres avait paniqué le monde entier en affirmant que la Covid-19 pouvait faire des millions de morts (il évoquait le plus sérieusement du monde 500 000 au RoyaumeUni, plus de 2 millions aux Etats-Unis … ). Grâce au ciel, il n’en a rien été, et pas seulement à cause des mesures de confinement puisque des pays comme la Suède qui n’y ont pas eu recours sont loin d’avoir atteint le nombre effroyable de victimes annoncé par l’Imperial College. En cette rentrée où le virus refait malheureusement parler de lui, souhaitons que les nouvelles mesures prises par le gouvernement restent proportionnées à la dangerosité réelle de la pandémie.

Sans méconnaître l’importance des enjeux écologiques et sanitaires …

… il est permis de penser que l’événement le plus inquiétant de l’été était d’une autre nature. Dans la nuit du 31 juillet au 1er août, la majorité de l’Assemblée nationale a adopté en deuxième lecture le projet de loi appelé (par antiphrase ?) bioéthique. A quelques heures du départ en vacances des parlementaires, dans l’indifférence quasi générale, ce texte légalise des transgressions d’une ampleur inédite.

Il prévoit non seulement la PMA sans père, mais aussi l’interruption de grossesse jusqu’à la veille de l’accouchement en cas de « détresse psychosociale ». En outre, il permet des expérimentations sur l’embryon qui dépassent presque l’imagination : l’Assemblée nationale a ainsi autorisé l’insertion de cellules humaines dans des embryons d’animaux à des fins de recherche. On peut s’étonner que des mesures d’une telle portée aient suscité aussi peu de réactions. Peut -être fut -ce à cause des propos lénifiants du président de la République, se réjouissant contre toute évidence de « l’adoption d’un texte d’équilibre dans un débat apaisé ». Plus probablement est-ce dû à la date choisie par le gouvernement de Jean Castex, bien content de ne pas avoir trop de comptes à rendre sur des décisions aux conséquences incalculables. Mais une chose est certaine: la loi n’est pas encore définitivement adoptée et ne le sera pas avant de longs mois compte tenu des procédures législatives.

Il est encore temps que les consciences se réveillent.

Guillaume Roquette pour Le Figaro Magazine.

Merci de tweeter cet article :





2 Réponses à “Descartes, reviens ! Ils sont devenus fous !”

  1. jacques boudet dit:

    Nul besoin de Descartes pour retourner dans les arbres
    Les singes en pleurent de honte

  2. Science sans conscience n’est que ruine de l’âme disait Rabelais.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *