Domenach-Calvi versus Zemmour : la castagne !

Publié par le 28 Avr, 2018 dans Blog | 10 commentaires

Domenach-Calvi versus Zemmour : la castagne !

Hier matin, sur RTL, ça a castagné dur !

Yves Calvi animait un débat sur le plan Borloo et donc sur les banlieues. Sujet Ô combien clivant comme l’on sait.

Pour corser l’affaire, les deux intervenants étaient Nicolas Domenach, militant de gauche boboïsant bien connu et … Eric Zemmour, polémiste et défenseur inlassable de l’identité française.

Si Nicolas Domenach nous a sorti sa soupe bien-pensante habituelle et on ne peut plus prévisible, Eric Zemmour, lui, avait dû se lever du mauvais pied. Il fut très pugnace et ne mâcha pas ses mots

Cela ne pouvait que faire des étincelles, et cela ne manqua pas d’en faire ! A mon grand regret, Yves Calvi y abandonna son habituelle réserve pour prendre franchement le parti de Nicolas Domenach, en apostrophant Eric Zemmour d’un retentissant :

« Et je vous demande de le laisser parler, moi ! »

Voici quelques extraits assortis de quelques commentaires :

Eric Zemmour : Pour le plan Borloo, c’est toujours la même chose. Borloo nous a déjà fait le coup, il y a dix ans ! Il nous a mis 40 milliards dans la vue ! Vous avez vu l’amélioration, vous ? Parce que le problème, il n’est pas économique, il est culturel !

Nicolas Domenach : Premier supposé inexact de Zemmour : ça n’aurait servi à rien le plan Borloo ! C’est ce que Borloo appelle la mystification : tout ceux qui, comme Zemmour, ont voulu faire croire que ce qui avait été entrepris n’a servi à rien et que c’était le tonneau des Danaïdes. C’est devenu le discours dominant, ces dernières années, sans aucune vérification sur le terrain. Borloo dit que ce qu’ils avaient commencé à entreprendre s’est arrêté !

Je ne sais pas si l’effort pour améliorer la vie dans les banlieues s’est arrêté, mais ce que je sais c’est qu’on en est au treizième plan de sauvetage-banlieue et que les 40 milliards ont effectivement été dépensés ! Pour quel résultat, sans doute des quartiers moins sinistres, mais oui ou non, la violence dans les quartiers a t-elle augmenté ou diminué ?

Nicolas Domenach : Il y a beaucoup moins de policiers, beaucoup moins d’infirmières, beaucoup moins de médecin, beaucoup moins de dentistes, beaucoup moins de profs … moins de tout !

Soit on veut récupérer dans la république ces quartiers, soit on veut, comme Zemmour, les abandonner pour bien montrer que, de toutes les façons, ils sont déterminés à ne pas être français !

Eric Zemmour : C’est vrai ! Et la République, c’est autre chose ! la République, c’est l’ordre ! Et il n’y a plus d’ordre républicain. Il y a l’ordre incarné par les caïds et pourquoi il y a de moins en moins d’infirmières, de médecins – tu aurais pu rajouter de pompiers – de moins en moins de policiers, mais je vais te le dire pourquoi, Nicolas, c’est parce quand ils arrivent, ils se font caillasser ! On leur envoie n’importe quoi « sur la tronche » ! On leur envoie des frigidaires sur la tronche, du sixième étage ! C’est ça, aujourd’hui, la banlieue ! C’est ça le sort des pompiers, médecins et compagnie !

Est-on encore Français quand on caillasse des médecins ou des pompiers venus éteindre l’incendie de la voiture d’un innocent travailleur, incendie allumé par ces mêmes caillasseurs ?

Eric Zemmour : j’ai lu l’interview de Borloo dans le Monde, hier ! Il faut le garder en collector !

Ce type, sur une page entière, arrive à parler de la banlieue sans prononcer les mots immigration et islam ! C’est très fort !

Je tire mon chapeau à Jean-Louis Borloo ! Parce que c’est un art exceptionnel ! Tout le monde sait, aujourd’hui, que le problème de la banlieue, ce n’est pas qu’il n’y ait pas assez d’espaces verts et que les immeubles soient moches !

C’est qu’il y a trop d’immigration, depuis 40 ans et qu’il y a une islamisation des banlieues et donc une défrancisation comparable. C’est ça la réalité de la banlieue ! Le problème est culturel ! Il est religieux ! Et il y a eu, depuis 40 ans une épuration ethnique des Français, chrétiens et juifs, dans la banlieue, qui ont été chassés par l’islamisme.

Nicolas Domenach : Modérez vos mots !

Eric Zemmour : Oui, monsieur, épuration ethnique!

Yves Calvi : Ça n’est pas raisonnable !

Eric Zemmour : C’est très raisonnable au contraire. J’ai pas dit massacre ! J’ai dit épuration ethnique …

Nicolas Domenach : On sait à quoi ça renvoie !

Yves Calvi : Ça veut dire élimination.

Eric Zemmour : Exactement ! Epuration, mais pas par la mort. Ils ont été chassés par la délinquance et l’islamisation. C’est un fait !

Comment expliques-tu qu’il n’y ait plus un enfant juif dans l’enseignement public en Seine-Saint-Denis ? Tu appelles ça comment ?

Shocking ! La boboïtude ne supporte pas qu’on emploie des mots forts pour décrire une réalité qu’ils ne veulent pas voir !

Factuellement, on constate que les chrétiens mais bien plus encore les juifs ne peuvent plus vivre dans certains quartiers. La pression est trop forte et ils déménagent, certains partent même pour Israël ! Le résultat est que l’islam gagne du terrain et devient ultra majoritaire. On peut bien parler d’épuration religieuse ou ethnique !

Nicolas Domenach : mais la différence entre Zemmour et moi, c’est que, si je puis me permettre, je suis capable d’accorder une importance à une pensée différente de la mienne. [..] Vous donnez toujours l’impression d’être le seul détenteur de la vérité absolue.  

Monsieur Domenach se donne à lui-même un brevet de tolérance et taxe son adversaire d’en manquer totalement ! Inutile de discuter avec Nicolas Domenach, quand on est pas d’accord avec lui, c’est qu’on est borné sur ses propres idées ! Mais, évidemment, lui, Domenach appartient au camp du bien !

Nicolas Domenach : Non, quand il dit que les profs, là-bas, sont trop jeunes, inexpérimentés, moins payés qu’ils devraient l’être; il dit qu’il n’y a pas assez de policiers, qu’on avait commencé à installer des commissariats, qu’on les a enlevés, c’est pas un problème de l’islam, ça !

Le problème c’est qu’on a pas voulu donner, à ces quartiers, le moyen de faire partie de la République !

Cette dernière phrase résume toute l’idéologie gauchiste : les musulmans sont de pures victimes et la République – et sous-entendu les Français de souche – sont les seuls coupables ! C’est la rengaine de la repentance éternelle à laquelle l’occident serait voué !

Oui, vous avez bien lu, c’est nous (les Français) qui « ne donnons pas à ces quartiers, le moyen de faire partie de la République ! » Il n’y a plus qu’à tirer l’échelle !

Yves Calvi : Quel que soit le diagnostic que l’on en fasse, est-ce que vous avez l’impression que le président de la République, aujourd’hui, ait des réponses à apporter pour la France et pour nos banlieues ?

Eric Zemmour : Moi, je crois que le président Macron ne comprend rien à cette histoire ! je pèse mes mots ! Il comprend tout de l’économie, de monde, etc … Il ne comprend rien à la banlieue, rien à l’islam et rien à ce qui se passe avec les vagues migratoires.

Nicolas Domenach : Je ne vois pas pourquoi il ne comprend rien  à …

Eric Zemmour : Parce que ce n’est pas la France, Nicolas !

Nicolas Domenach : Cette façon de dire, je suis la France et tout ce qui n’est pas moi, n’est pas la France, cette description est totalement apocalyptique ! Si vous vouliez être plus crédible, il faudrait mesurer les choses.

Là encore, il est interdit de dire que la façon de vivre dans certains quartiers ne ressemble plus du tout à la France. Quand à l’apocalypse, Nicolas Domenach nous rassure : continuons à déverser les milliards en battant notre coulpe d’occidentaux esclavagistes et elle n’arrivera pas !

C’est Eric Zemmour qui termina le débat :

Eric Zemmour : Moi, je vais vous dire, c’est très simple : quand on arrive à l’Elysée, m’a dit un conseiller de l’ancien président, avec les rapports qui remontent de toutes les banlieues, on a l’impression d’être dans un pays en guerre. C’est tout !

Nicolas Domenach, Eric Zemmour et Yves Calvi sur RTL.

Que conclure de ce débat ?

Sans doute que si on peut trouver Eric Zemmour parfois excessif dans ses propos, on est effrayé par le total déni de réalité qui transpire de tous les arguments de Nicolas Domenach !

Je retiens également que l’absence des mots immigration et islam de l’article de Jean-Louis Borloo dans le Monde fait craindre le pire pour la suite …






10 Réponses à “Domenach-Calvi versus Zemmour : la castagne !”

  1. maria-miguel Bechet dit:

    Entièrement d’accord avec ce qu’a dit Zemmour. Mais, peut-on encore débattre avec ces gens comme Domenach dont l’idélogie leur ôte toute possibilité de penser autrement. Je crains que même devant des faits avérés, des évidences, des preuves factuelles, ils ne tiennent les mêmes raisonnements et je suis convaincue qu’ils ne pourront jamais reconnaître qu’ils ont tort.

  2. E Zemmour a une vue juste et profonde sur les banlieues.

    La goche qui n’a rien compris et surtout ne veut rien comprendre, prefere le bisounours a la realité.

  3. Je n’habite pas dans une de ces banlieues, je ne peux donc pas juger de ce qui s’y passe, mais j’ai une pensée pour ces familles quelle que soit leur origine, qui voudraient vivre en toute sécurité, élever leurs enfants afin de leur permettre d’avoir un métier, une éducation.Mais qui sont pris en otage par quelques centaines de voyous que l’Etat n’est pas capable par manque de volonté de rendre inoffensifs.

  4. Comment voudriez vous qu’un Etat déjà incapable de rétablir l’ordre républicain dans une ZAD,s’impose dans des banlieues gangrenées par les trafics de drogue et l’islamisation?

    Alors,notre cher Etat de droit préfère masquer son impuissance en se payant de mots et en continuant à déverser des milliards dans le tonneau des Danaïdes de la politique de la ville…

    • COGNET Marie dit:

      Exactement, il n’y a plus d’autorité de l’Etat nulle part ! Quand quelques dizaines d’extrême gauchistes sont capables de narguer un Etat qui se déculotte dans la ZAD de Notre Dame des Landes (un signal désastreux), quand les facs sont bloquées, quand l’Etat n’est plus capable de rétablir l’ordre dans ces banlieues et que les pompiers, la police ou même les professions de santé se font régulièrement agresser, on ne peut que se sentir révolté.
      La situation est si grave que les élites préfèrent mettre la poussière sous le tapis et ne rien voir car elles n’ont qu’une peur c’est que les choses explosent…Mais les faits sont têtus !
      Je travaille dans la banlieue Est de Lyon et la réalité je la vois tous les jours (communautarisme grandissant, atteintes quotidiennes aux principes républicains…).
      Quant au plan Borloo, rien de nouveau, encore de l’argent public dilapidé… et sans s’attaquer courageusement à l’immigration et à l’islam, cela ne servira à rien…

  5. Je suis entièrement d’accord avec Eric Zemmour sur le choix des mots et, j’ai connu ça sous Giscard, avant le courant Djihadiste, dans les hauts de Seine, dans une barre HLM, une famille de « feuj » harcelée et donc poussée au déménagement.
    La suite, des musulmans ont remplacé cette famille, puis de moins en moins d' »extra-communauté musulmane », jusqu’au départ de ma famille de « français », comme ils nous appelais, sous condition de mutation et moyens de se loger hors HLM.
    Je parle, là, de mes camarades d’école, de football, mais, adolescent, je ne me rendais pas compte de ce qui se tramait en deux septennats mitterrandiens. Même, certains musulmans suivaient les « feujs, karlouches, jaunes et autres francais » pour offrir à leurs enfants un avenir semblable à leurs concitoyens en fuyant ce piège de la « zone », c’est sûrement ainsi qu’ont pu émerger des Rachida Dati ou Malek Bouktih ou autres cadres sup, cadres ou simples ouvriers parfaitement intégrés.
    Là, je mets un bémol sur le constat de Zemmour, c’est un problème de culture et d’éducation combinées. La culture était la leur au moment de l’imigration du « pionnier » et nos élites ont mis en avant, naïvement cette diversité. L’Education, c’est ce qu’ils en ont fait, à la française (laïque) ou à la musulmane (religieuse), « LA FRANCE » ne leur a jamais demandé de se convertir au christianisme, au judaïsme ou au bouddhisme, seulement d’éduquer leurs enfants à la laïcité, à la française, en respectant ses lois, ses devoirs pour bénéficier de ses droits.
    La double nationalité a été, à mon avis, une grave erreur comme la quasi automaticité pour accéder à la nationalité française, c’est caduque le « en même temps »…
    Depuis, en province, j’ai découvert le « nouveau monde », pas celui de Micron Bonaparte qui nous rejoue la symphonie « Borloo le renouveau comme Bruno… ».
    C’est ici qu’il a raison en affirmant que Micron n’a rien compris car il nomme sa nouvelle loi « asile immigration » comme s’il voulait mélanger les deux notions et les régir de façon identique dans un « néo-en même temps ».
    Il nous raconte des « carabistouilles » comme son prédécesseur et c’est bien dans ce rôle qu’il incarne à la perfection sa continuité.

  6. Perso, je comprends l’énervement de Zemmour devant les propos de Domenach: toujours le sempiternel refrain! C’est la faute de la République qui aurait « lâché » ces pauvres jeunes…! N’avons-nous pas eu un premier ministre qui parlait d’Apartheid? Rien que ça!!
    Basta! Ce sont eux qui ne veulent pas de la République et non l’inverse! Une majorité de Français le sait, le déplore, le crie sur tous les tons… mais on continue à n’entendre sur les ondes que de grands défenseurs de l’immigration..Ce matin sur RTL, Cédric Herrou, le passeur plusieurs fois condamné. De quel droit donne-t-on la parole à ce type de personnages qui bafouent les lois françaises?)
    Oui, moi aussi je suis révoltée, comme Zemmour et quand j’entends mes amis tunisiens me dire: « mais vous êtes fous en France d’accepter tout ça? Défendez-vous! »
    Que faire devant le laxisme de nos gouvernants, leur mauvaise analyse, leur ignorance du sujet, leur inconscience?? A moins que ce ne soit voulu…

    • En référence à une période de l’histoire du siècle dernier, à mon avis, c’est voulu.

      Un programme clair, combattu par nos grands parents : eugénisme, amis-amis avec la diversité (culturelle et religieuse), éducation des petits enfants (maintenant prévue par le favori de la droite, dès 2 ans) afin sans doute de leur donner la liberté du choix, et donc, pour cela il faut être capable d’arracher l’élève à tous les déterminismes, familial, ethnique, social, intellectuel, pour après faire un choix. » selon, M Peillon en son temps.

      Ensuite, tout le monde sera en marche au pas de l’oie, une deux, une deux, sous l’œil de « notre » (sic) chef des armées…

      Que faire devant ce laxisme (que je qualifierais plutôt de manipulation communicationnelle) de nos gouvernants.

      Chacun, selon nos compétence et nos possibilités, essayer de déciller les yeux de nos amis, connaissances, entourage, avec des arguments issus de la réalité de terrain.

      Qui peut nier que, même dans nos campagnes, nous avons des bandes de jeunes gens, ne semblant pas traumatisés par une guerre, habillés des pieds à la tête de vêtements neufs et de marque, un Iphone dernier modèle à la main?

      Qui peut nier le profil de ceux qui viennent se servir aux restos du cœur et/ou à l’épicerie solidaire, en refusant toute nourriture ne correspondant pas à leurs mœurs pacifiques?

      Qui peut nier le bazar dans nos écoles, lycées, collèges de « zones sensibles »?

      Qui peut nier l’épidémie de véhicules fous et déséquilibrés.?

      Qui peut nier l’épidémie d’incivilités, de viols, d’égorgements, (avec plus de mots que la soit disant épidémie de rougeole épouvantable qui a fait UNE victime)?

      Qui peut nier le changement de « paysage » dans certains quartiers?

      Qui peut nier le nivellement par le bas dans nos écoles (et vive l’oral de maturité pour avoir le bac. Il faut bien commencer dès 2 ans pour en arriver là)?

      Qui peut nier le regard posé sur ceux et celles (de plus en plus nombreux) portant, en évidence leur croix de baptême (nous en parlions avec l’une de mes amies protestante, l(‘autre évangéliste et une autre catholique), peu amène (c’est un euphémisme)?

      Qui peut nier la discrimination « positive », donc négative pour les français issus d’anciennes familles françaises?

      Je pourrais énoncer des évidences et des arguments pendant des pages…

      Je puis vous affirmer que si vous avez devant vous quelqu’un encore capable de raisonner, cela fonctionne!

      • Avec plus de « morts » et non « plus de mots ».
        Décidément, j’ai beaucoup de mal avec les correcteurs orthographiques (qui ne corrigent pas toujours les « fôtes » de frappe…

  7. Yves Calvi montre ici sa conception de l’impartialité …

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *