Elisabeth Badinter, la courageuse !

Publié par le 8 Jan, 2018 dans Blog | 4 commentaires

Elisabeth Badinter, la courageuse !

Vive Elisabeth Badinter !

Vive cette femme qui nous réconcilie avec un féminisme que beaucoup ont dénaturé et abimé.

Vive cette femme qui a des convictions, des valeurs auxquelles elle ne déroge jamais !

Vive cette femme de gauche qui ne craint jamais d’affronter cette gauche qui piétine si souvent son féminisme pour céder, souvent par électoralisme, au multiculturalisme et à la complaisance vis-à-vis de l’islamisme politique.

Je vous propose, ce matin, un texte écrit par cette philosophe et femme engagée. Un texte qui s’adresse à certaines femmes musulmanes :

Adresse à celles qui portent volontairement la burqa

Après que les plus hautes autorités religieuses musulmanes ont déclaré que les vêtements qui couvrent la totalité du corps et du visage ne relèvent pas du commandement religieux mais de la tradition, wahhabite (Arabie Saoudite) pour l’un, pachtoune (Afghanistan/Pakistan) pour l’autre, allez-vous continuer à cacher l’intégralité de votre visage ? 

Ainsi dissimulée au regard d’autrui, vous devez bien vous rendre compte que vous suscitez la défiance et la peur, des enfants comme des adultes. Sommes-nous à ce point méprisables et impurs a vos yeux pour que vous nous refusiez tout contact, toute relation, et jusqu’à la connivence d’un sourire ?

Dans une démocratie moderne, où l’on tente d’instaurer transparence et égalité des sexes, vous nous signifiez brutalement que tout ceci n’est pas votre affaire, que les relations avec les autres ne vous concernent pas et que nos combats ne sont pas les vôtres.

Lapidation d’une femme adultère en Arabie Saoudite

Alors je m’interroge : pourquoi ne pas gagner les terres saoudiennes ou afghanes où nul ne vous demandera de montrer votre visage, où vos filles seront voilées à leur tour, où votre époux pourra être polygame et vous répudier quand bon lui semble, ce qui fait tant souffrir nombre de femmes là-bas ? En vérité, vous utilisez les libertés démocratiques pour les retourner contre la démocratie.

Subversion, provocation ou ignorance, le scandale est moins l’offense de votre rejet que la gifle que vous adressez à toutes vos soeurs opprimées qui, elles, risquent la mort pour jouir enfin des libertés que vous méprisez. C’est aujourd’hui votre choix, mais qui sait si demain vous ne serez pas heureuses de pouvoir en changer.

Elles ne le peuvent pas … Pensez-y.

Elisabeth Badinter






4 Réponses à “Elisabeth Badinter, la courageuse !”

  1. Tres bon article pour une fois, d’une personne de gauche,
    qui merite le respect pour ses convictions.

    Tandis que les personnes de goches, habituelle a utiliser les points de vues moraux, ( quand elles y arrivent), du genre a geometries variables,
    sont elles les complices de la destruction de notre sociétés.

    Si les rigolos preferent porter une bache, elles peuvent tres bien le faire chez elles ou au parti socialiste et de melancon… chez gens là n’ont plus la France comme patrie, mais au nom de la geometrie variable, ou de l’universalisme ( quelle blague), ils peuvent partir en arrabi.

  2. Ouf, les vraies femmes commencent à bouger!

    je viens de lire un article sur VA (référence au Journal Le Monde!!!!) intitulé : Un collectif de 100 femmes, dont Catherine Deneuve, dénonce le “puritanisme” apparu après l’affaire Weinstein

    Cet article donne certains arguments que j’applaudis!

    « Le viol est un crime. Mais la drague insistante ou maladroite n’est pas un délit, ni la galanterie une agression machiste. »

    « Cette fièvre à envoyer les « porcs » à l’abattoir, loin d’aider les femmes à s’autonomiser, sert en réalité les intérêts des ennemis de la liberté sexuelle, des extrémistes religieux, des pires réactionnaires et de ceux qui estiment, au nom d’une conception substantielle du bien et de la morale… », ajoute le collectif, qui fustige une « vague purificatoire » et même « un climat de société totalitaire».

    Soit ces femmes (celles qui ont balancé leur porc) sont timbrées, soit elles sont frustrées, soit elles sont moches comme des poux lorsqu’elles ne sont pas photoshopées…
    ( je ne parle pas bien sur de celles qui ont été réellement violées mais de celles qui, dans certains cas, ont préféré choisir la « promotion canapé »)

    Au contraire, elles, défendent « l’indispensable liberté d’offenser » voire « d’importuner » et raillent au passage ce féminisme qui « prend le visage d’une haine des hommes et de la sexualité »

    la liste de quelques signataires.:
    Peggy Sastre, Sophie de Menthon, Elisabeth Lévy, lCatherine Millet, Brigitte Lahaie, Sarah Chiche Abnousse Shalmani.

    Quand je pense qu’un commentateur a osé écrire : Je ris un peu sous cape : DENEUVE et LÉVY, avec tout mon respect, ne connaissent plus trop les…assiduités masculines, franchement nourriraient-elles les mêmes pensées si elles étaient trentenaires, ou quadragénaires, et que des mâles en rut leur mettent constamment la main au panier ?
    Pas d’hypocrisie, que diable !
     »

    Lorsque nous étions jeunes filles, nous nous vantions d’avoir été sifflées et nous moquions de celles que les garçons snobaient (certes, c’était dans d’autres conditions que dans les banlieues où les mâles prennent les jeunes filles en mini jupe pour des prostituées…)

    Nous adorions un sourire, des compliments (fussent ils exagérés), un frôlement de main qui nous prouvait que nous étions attirantes et aimables, des jeunes hommes que nous croisions.

    Et quelle joie, pour nous jeunes retraitées lorsqu’on nous fait des compliments sur notre nouvelle coiffure, notre forme physique de « jeune »….

    Bon, je l’avoue, les frottements dans le métro n’étaient pas -et ne sont toujours pas- agréables. C’est même fort déplaisant. Mais cela ne nous a pas empêchées de vivre.

    il vaudrait mieux punir le viol (un crime), plutôt que de lire « qu’il faut pardonner, car « c’est dans leur culture » ».

  3. Christian 54 dit:

    Une fois de plus, Suzanne, vos propos me font du bien. Il existe encore quelques personnes sensées et c’est rafraîchissant.

  4. Bravo Suzanne.

    Par contre, pour moi, c’était exactement le contraire, j’étais du niveau de Naomy Campbell.

    c’etait les filles, les femmes qui me zieutaient, avait un sourire, une amabilité, une gentillesse, et surtout de l’envie, mais hélas beaucoup de peur, elles ont peur des beaux mecs, (enfin quand j’étais jeune ) .etc…

    Traduction pour les gochistes un sale type, qui profite du malheur des femmes, les cons ça ose tout.

    Et… comme pour les femmes, normal et c’est humain, j’adorais aussi, les divers compliments, comme un regard etc…

    Si vous saviez ce qui existe, dans le meilleur des monde… Je me comprend.

    Par contre, si évidemment cela venait d’une personne au physique peu interessant auquel en général s’alliaient aussi une maladresse et parfois un brin de grossièreté …
    j’évitais.

    Il y a bien des choses encore que l’humain ignore au niveau de la séduction à partir d’un certain degré de beauté, dont j’ai pu m’apercevoir, et qui n’existe pas en dessous un certain degré.

    En retour, la galanterie, l’estime, la considération a un autre degré que la moyenne, le respect, l’humanisme envers la femme font partie depuis ces temps-là de mes sentiment les plus sincères.

    Hélas, comme c’est dit, les extrêmistes, les anarchistes, ce qui est le moins recherché dans l’humain voueraient volontiers tous les hommes et femmes aux feux de l’enfer, si elles le pouvaient, mais elles sont allées à goche, pour exprimer leurs frustations, compliquées par des complexes, compliquées par des considérations qui ne valent pas un clou la plupart du temps, si ce n’est qu’essayer de se mettre en valeur, à défaut d’être « belle », parce que dans la séduction il ne suffit pas d’être assez bien mais il faut aussi avoir les sentiments, caractères qui suivent.

    Bref, et en general, je dis : vive les femmes et battez-vous pour conserver la liberté, elles aussi, elles veulent vivre…

    Mais entravée par la goche suffisante, mesquine, sectaire quand ce n’est pas de la trahison, ainsi que les pseudo feministes qui ne portent plus le droit des femmes mais seulement des inepties quand ce n’est pas de la trahison comme avec par exemple Clémentine Autain qui interdisait de fustiger les personnes d’origine africaine à Cologne, alors que + de 1000 femmes ont été agressées, chiffre reéduit sous Hollande à 100.

    Enormément de mensonges continueront de circuler, prétendant aider, protéger, sécuriser.

    Elisabeth Badinter, je suis de tout coeur derrière vous, allez-y ! Dénoncez, protégez les femmes et notre societé, un grand merci et bon courage.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *