Elle est belle la République en marche du Nouveau monde

Publié par le 2 Août, 2018 dans Blog | 6 commentaires

Elle est belle la République en marche du Nouveau monde

Dans cette affaire, il ressort qu’Alexandre Benalla s’est senti, par sa proximité avec le chef de l’Etat, totalement intouchable.

On comprend que tous les membres des forces de l’ordre qu’il était amené à côtoyer se sentaient en état de complète soumission du fait de cette proximité.

Le mot « Elysée » semblait ouvrir toutes les portes et surtout fermer toutes les bouches de ceux qui auraient pu vouloir contester les manières brutales d’Alexandre Benalla.

D’ailleurs, on constate que les milieux policiers font aujourd’hui payer à Benalla, dans leurs dépositions, son arrogance et toutes les humiliations qu’ils ont subies.

Pour illustrer ce sentiment d’impunité, je vous livre un article tiré du Parisien et qui raconte les conditions peu démocratiques de la perquisition qui a eu lieu au domicile de l’accusé.

Affaire Benalla : les coulisses d’une perquisition ubuesque

La lecture des procès-verbaux de garde à vue d’Alexandre Benalla révèle les conditions grotesques dans lesquelles s’est déroulée la perquisition à son domicile d’Issy-les-Moulineaux.

Alexandre Benalla ne s’est guère montré coopératif lors de la perquisition de son domicile d’Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine). L’ancien protégé du Chef de l’Etat a même revendiqué d’avoir en partie fait le ménage avant le passage des enquêteurs.

Même s’il autorise formellement les policiers à se rendre à son appartement, Alexandre Benalla assure qu’il n’en a pas les clés. Seule son épouse, qui, dit-il, se trouverait à l’étranger, en aurait la possession. Et il refuse de donner son numéro de téléphone.

En ce 20 juillet au soir, le transport sur les lieux est donc cocasse. Le serrurier sollicité par les policiers de la brigade de répression de la délinquance aux personnes (BRDP) ne peut pas se déplacer. Et même si le parquet de Paris autorise les enquêteurs à rentrer y compris par la force, l’opération nécessite du matériel lourd compte tenu de la robustesse de la porte. Les policiers sollicitent alors leurs collègues d’Issy-les-Moulineaux qui n’ont pas les moyens nécessaires. Pas plus que l’équipage de la brigade anticriminalité averti. De guerre lasse, à 21h05, les enquêteurs apposent un scellé provisoire.

Avec un serrurier cette fois, ils se représentent le lendemain matin à 6h35 et constatent « l’intégrité du scellé ». La perquisition permet la découverte de différents objets – une médaille de la gendarmerie, des gyrophares…- mais pas de l’armoire forte où sont censés se trouver les trois pistolets et le fusil à pompe du chargé de mission.

Soupçons de dissimulation de preuves

« Pouvez-vous nous dire où se trouvent cette armoire et ces armes ? », interroge le capitaine de la BRDP. « Aucune idée, réplique Benalla, elle a dû être emmenée dans un lieu par une personne mais ce n’est pas moi qui me suis occupé de cela. » Et le chef de cabinet adjoint de l’Elysée d’assumer sans fard d’avoir demandé à un mystérieux tiers de les saisir. « C’était simplement par mesure de sécurité », explique-t-il en justifiant sa peur d’un vol par… la présence de journalistes aux abords des lieux.

Cette légèreté ulcère le syndicat de policiers Vigi, partie civile dans le dossier. Par l’entremise de leur avocat Me Yassine Bouzrou, le syndicat a demandé à la juge d’instruction qu’elle sollicite du parquet l’autorisation d’enquêter sur des soupçons de dissimulation de preuves. Pour les plaignants, le scellé – un autocollant — aurait pu être remplacé et le coffre déplacé pendant la nuit. Alexandre Benalla a finalement rapporté lui-même ses armes le 30 juillet.

A noter que les perquisitions dans le cadre de l’enquête ont également permis de découvrir trois pistolets dans les locaux de La République en marche.

En conclusion …

Après avoir vu plusieurs CRS regarder Alexandre Benalla faire leur propre travail et le laisser molester deux personnes, sans intervenir, on constate que cet homme ou pire, des personnes proches de l’Elysée sont passés faire le ménage dans l’appartement de Benalla avant qu’il soit perquisitionné !

Oui, vraiment, elle est belle la République en marche du Nouveau monde !






6 Réponses à “Elle est belle la République en marche du Nouveau monde

  1. Cela étonne t-il quelqu’un?

    Lorsqu’on a un politique qui marche sur l’eau parce que « la politique c’est mystique », et qui a peur de la Lèpre dont seraient atteints tous les bouseux du pays entier, du Nord au Sud et de l’Est à l’ouest, bouseux qui ne se rendraient pas compte de leur état perce qu’ils sont illettrés et trop fainéants pour apprendre à épeler, au point de vouloir changer de peuple (tant le mâle blanc est infréquentable… La femme blanche, est fréquentable, je suppose au delà de 65 ans?)…

    … Eh bien, le résultat, visible objectivement tous les jours, malgré les tentatives des médias de nous présenter l’histoire dans des termes très euphémistes (sic)…
    Est celui là : répoublique des ripoux rapetouts , menés par un autocrate narcissique et sa duègne.

    (mots trouvés aujourd’hui dans la presse pour décrire la situation :
    — Perquisition ubuesque
    — Révélations rocambolesques
    — Le Mystère du Coffre Fort
    — le « tintamarre » autour de Benalla
    — Emballement des oppositions
    — Pseudo « scandale d’Etat »
    — Tsunami politico-médiatique !

    Parallèelment, oh joie dans les foyers français, heureux de voir le CAC 40 baisser (mais, rassurons, nous, c’est de la faute à Trump)tandis que le Gaz augmente de 0,2% (allons rassurons nous, c’est une augmentation « douce »!);déremboursements de médicaments, augmentation des salaires horaires des aides à domicile et fermetures définitives de nombreuses entreprises….
    …. « deux semaines de villégiature pour Emmanuel Macron et son épouse »

    — Vraiment nous sommes heureux de constater que le montant de nos impôts et taxes de toutes sortes est utilisé à bon escient.

  2. C’est tout Macron,ça!
    S’entourer de racailles et de voyous et court-circuiter les institutions et la fonction publique.
    Que n’a-t-il pas fait appel aux services de Booba pour lui donner des leçons de rap!

  3. le syndrome « secret service » comme aux USA avec Jack Bauer comme modèle. Autant on apprécie le « Jack qui sauve les USA et le monde », à l’écran, autant ça fait désordre dans la vraie vie !

    • mais bon, je peux comprendre le désir d’avoir un service qui ne dépende que de l’Elysée, vu l’éternel conflit et la cordiale détestation qu’entretiennent Police et Gendarmerie. Également pour une question de loyauté.
      Après on ne peut pas dire que la méthode utilisée pour y parvenir soit exemplaire, ça c’est sûr ! 😀

  4. Une affaire qui peut en cahcer une autre comme sur la GPA et la PMA, pendant que les medias font du n’importe quoi comme d’habitude, la loi sur le gpa et pma serait en train de passer en douce.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *