Élysée : Les rats quittent le navire

Publié par le 6 Jan, 2019 dans Blog | 8 commentaires

Élysée :  Les rats quittent le navire

Pendant la campagne présidentielle de 2017, je me souviens avoir utilisé largement le surnom d’Emmanuel Hollande tant nous pensions que sous le beau minois du candidat Macron se cachait le visage mollasson de François Hollande !

Assez rapidement, on vit qu’Emmanuel Macron, au moins dans la forme, était l’exact contraire du président normal.

Mais plus on avance dans le quinquennat, plus la différence s’estompe. Le même choc fiscal ! La même incapacité viscérale à baisser les dépenses publiques ! Et l’affaire Benalla qui nous rappelle tous les couacs des gouvernements Hollande.

Tout comme François Hollande, Emmanuel Macron est confronté à la fuite d’une partie de ses collaborateurs. Fergus, sur le site AgoraVox, parle même de rats quittant le vaisseau élyséen ! Voici son article :

« Les rats quittent le navire », telle est l’affirmation que l’on peut entendre ici et là depuis l’annonce du départ de la « plume » d’Emmanuel Macron …

L’annonce, il y a quarante-huit heures, du prochain départ de Sylvain Fort, directeur de la Communication et des Relations avec la presse de l’Élysée a fait d’autant plus de bruit dans les rédactions que cet « ami de la première heure » était la « plume » du président de la République. Sylvain Fort – 300 discours durant la campagne puis dans le cadre de la mandature ! – a notamment rédigé le contenu de plusieurs interventions très remarquées d’Emmanuel Macron ; parmi elles, le discours qu’avait prononcé le chef de l’État en hommage au commandant Arnaud Beltrame, décédé lors de l’attaque terroriste du 23 mars 2018 à Trèbes, et celui que le président a adressé aux catholiques de France le 10 avril de la même année.

Officiellement, Sylvain Fort quitte un poste qu’il juge « chronophage » pour s’orienter vers d’autres activités professionnelles et se consacrer à sa famille, ce qui est parfaitement compréhensible quand on sait à quel point tenir un rôle de premier plan dans le staff élyséen est peu compatible avec une vie familiale épanouie eu égard à la disponibilité de tous les instants qu’induit la fonction. Ce départ n’en est pas moins étonnant au moment où la Macronie, déstabilisée par les développements de l’affaire Benalla et plus encore par l’émergence du très populaire mouvement des Gilets jaunes, vacille sur ses bases et place le président en situation de gouvernance précaire.

Si l’on en croit l’éditorialiste Michaël Darmon (Europe 1), Emmanuel Macron a très mal pris l’annonce de ce départ et tout fait pour inciter des amis communs à faire pression sur Sylvain Fort pour qu’il revienne sur sa décision. En vain ! La décision semble « irrévocable ». Un départ d’autant plus ennuyeux qu’il n’est pas le premier : d’autres conseillers moins connus ont déjà quitté l’Élysée, à l’image de Stéphane Séjournéqui reste certes en responsabilité à LREM, mais hors de la ruche présidentielle, ou de Barbara Frugier, conseillère communication à l’international.

Il y a encore plus préoccupant pour le monarque. Au départ imminent de Sylvain Fort devrait en effet très vite s’ajouter celui d’Ismaël Emelien, « conseiller spécial » d’Emmanuel Macron et membre du « premier cercle ». Cerise amère sur le gâteau, on parle même avec de plus en plus d’insistance dans les rédactions du prochain départ de l’une des pièces maîtresses du Château : le secrétaire général de l’Élysée, Alexis Kohler, que certains éditorialistes n’hésitent pas à qualifier de « clé de voûte » du système élyséen. Deux départs qui seraient liés à des ennuis judiciaires, pour le premier dans le cadre de l’affaire Benalla, pour le second en raison de possibles conflits d’intérêts avec la société MSC Cruises.

Où s’arrêtera l’hémorragie ? Nul ne le sait. Mais le départ annoncé de Sylvain Fort et celui, probable, d’Alexis Kohler sont à l’évidence de très mauvais signaux donnés au pays alors qu’Emmanuel Macron tente de reprendre la main. On ne perd pas impunément de telles « pointures » du dispositif présidentiel sans que cela n’affecte le fonctionnement de la présidence ! Nul doute pourtant que Sylvain Fort, passionné d’opéra et auteur d’une remarquable biographie d’Herbert von Karajan devrait, dans quelques jours, pousser un soupir de soulagement en passant le portail de l’Élysée : mieux vaut fréquenter Mozart et Verdi que les crabes qui s’agitent dans le bocal de la rue du Faubourg Saint-Honoré !

Fergus pour AgoraVox






8 Réponses à “Élysée : Les rats quittent le navire”

  1. Je tombe à l’instant sur cet article sur le site du Figaro : « Le Maire réfléchit au maintien de la taxe d’habitation pour les plus aisés ». Donc en gros, notre Judas de l’Eure explique tout bonnement que pour répondre aux exigences de « justice » on va continuer à ratiboiser ceux qui touchent 40, 50, 60 k€ et un peu plus par an, et qui paient plein pot pour tous les autres, afin de ne surtout pas toucher aux 1% copains de son patron (même si je ne suis pas un farouche partisan de l’ISF), ni de s’attaquer au mammouth des dépenses publiques…
    Quand je lis ça j’ai envie de paraphraser la mythique phrase de feu Thierry Roland : « M. Le Maire, vous êtes un s…..d ! » (vous pouvez remplacer Le Maire par qui vous voulez du gouvernement ou presque)

    Je pense que la crise actuelle va achever de précipiter la France dans sa chute. Un moment d’égarement m’a fait croire au début du mandat de Macron qu’au moins sur le plan économique (car sur le reste je n’avais à peu près aucun doute) on arriverait à aller dans le bon sens même si bien insuffisant par rapport à ce qu’il faudrait, et que seul le candidat LR avait le courage de proposer. Macron a tout gâché avec ses conneries (Benalla, …), son arrogance, son incapacité à écouter les élus et les gens, et sa com visant visant à masquer sa procrastination sur les sujets essentiels.

    Aujourd’hui on est dans une situation pire que sous Hollande, car du côté des GJ je ne vois pas non plus venir de positif vu la tournure que prennent les événements. J’ai eu réellement de la sympathie au début du mouvement, quand celui-ci exprimait un ras-le-bol anti-taxes, qui étouffent l’ensemble de la classe moyenne, les travailleurs, et en particulier sa frange la plus modeste.
    Je ne soutiens pas la minorité violente (qu’elle qu’en soit l’extrême gauche ou droite d’ailleurs), qui finalement est la meilleur alliée du gouvernement.
    Mais du côté de la jungle des revendications, je déplore que les vieilles lunes gaucho-socialistes reprennent le dessus. Quand j’entends parler de « justice fiscale » plutôt que de « réduction du poids des impôts » le débat est tout de suite très orienté, et on en revient à la proposition de Bruno Le Maire citée plus haut, à savoir au final plumer les derniers contribuables solvables qui n’ont pas les moyens de s’enfuir du pays…

    La France est très malade, ce qui est certain c’est qu’on ne s’en sortira avec : plus d’impôts (toujours sur les mêmes), plus d’assistanat, plus de fonctionnaires, moins de travail,…
    Je ne vois pas qui nous sortira de ce merdier (pardonnez-moi le mot). Pas Macron… Pas Wauquiez… Pas non plus MLP, ni NDA ou Philippot… Encore moins JLM…
    Des fois j’espérerais Sarkozy, qui est clairement plus à même de tenir la barre dans la tempête, mais lui aussi a tellement pêché…

    • La justice fiscale est à la justice ce que la musique militaire est à la musique pour paraphraser Clemenceau.

      Le problème n’est pas Macron, tous les politiques sont interchangeables à quelques nuances près, il réside dans le fait que nous avons que des hommes politiques et plus d’hommes d’état.

  2. En réponse à vicento 80 : UPR par Mr Asselineau

  3. Moi non plus, comme Vincent80, je ne vois qui pourra nous en sortir.

    Néanmoins, je préfère n’importe qui plutôt que manu.
    C’est viscéral!
    Je préférerai, quasiment, un pourri à un malade mental tel le locataire temporaire actuel de l’Elysée, c’est dire!

    De plus, plus je lis les infos, plus je regarde des vidéos, en tentant de recouper les dites infos, plus je prends parti pour la majorité des Gilets jaunes;

    Il est clair que la presse à la botte du gouvernement manipule les infos !

    Il est clair que certaines forces de l’ordre sont plus violentes que les manifestants.

    Il est clair que l’on monte en épingle un mur devant une porte (sans mortier) mais qu’on ne parle plus des mutilés pacifiques

    Il est clair que « l’oubli » d’une machine de chantier, avec la clé dessus (!!!) devrait poser question, plutôt que de faire avancer au pas de course (les français derrière ceux qui hurlent à la casse de la res publica, qui est bien une res (chose) mais certainement pas publique!
    Certains sondages disent qu’ils sont OK pour plus de sévérité envers les violences des Gilets Jaunes à 90% !!!

    Il est clair que tous ceux qui cassent sont habillés de noir.
    (Ou plutôt la majorité des casseurs et des violents, soyons honnêtes et reconnaissons que certains Gilets Jaunes, minoritaires, il est vrai, sont violents… même si, personnellement, je peux les comprendre, bien que ne l’approuvant pas)

     D’où la question : sont-ce des Gilets jaunes déguisés ou un autre groupe que l’on tente (hélas avec succès) à amalgamer aux Gilets Jaunes?

    Il est clair que les politiques, tous plus véreux les uns que les autres, essaient de faire de la récupération sur le dos de cette manifestation, ce qui est désolant !

    Oui, la France est malade (mais une grande partie du monde aussi).

    –Malade de l’assistanat voulu par nos élites, nous considérant comme du bétail qui perdra ainsi son autonomie, ne vivant plus que pour un plat de carottes gratuites en ayant peur du bâton les obligeant à rentrer à l’étable dès que les élites l’auront décidé
    Avec, au passage, élimination des veaux considérés comme des déchets, et insémination artificielle afin d’avoir des « sujets » conformes aux besoins et aux désirs de ces fermiers ripoux, avares et se croyant ainsi dieux à la place de Dieux

    — Malade de l’inculturation voulue, malade de la perte de repères…

    – économie malade aussi…
    Sans doute, en partie par l’avarice et le besoin d’argent « frais » des élites mondialistes, qui, ainsi, impose des impôts (pléonasme voulu) afin de remplir le tonneau des Danaïdes de leurs désirs de puissance et de gloire.

    Aussi, la racaille aidant ces élites à parvenir à leur fin grâce à des amalgames gobés par nombre de français , amalgames que l’on nous interdit à nous illettrés inintelligents et sans subtilité !, sont bien évidement protégées comme la prunelle de leurs yeux (tant pis pour la prunelle des manifestants pacifiques éborgnés sans qu’il y ait de véritables polémiques, par ailleurs !m)

    Je ne suis pas optimiste

  4. Je partage assez le pessimisme ambiant des contributeurs de ce blog sur la situation présente et à venir.
    Cependant, je m’intéresse de près depuis plusieurs mois à un certain Bruno Retailleau (que je suis sur tweeter) et à ses différentes interventions au Sénat. Il est à n’en pas douter une voix forte des Républicains qui, je pense, comptera dans l’avenir…

  5. Encore une fois, je suis d’accord, Retailleau a des idées , dit des choses, mais lui, homme de parti, ne pourra jamais refaire le coup de Macron, l’homme qui venait de nulle part !
    Donc, s’il veut jouer un rôle dans deux ans, il lui faut sortir du bois dès à présent, parce qu’il aura un long chemin semé d’embûches à parcourir, les principales venant de son camp !

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *