En France, on n’a pas de pétrole …
mais beaucoup d’ idées … d’impôts

Publié par le 4 Juil, 2018 dans Blog | 3 commentaires

En France, on n’a pas de pétrole … mais beaucoup d’ idées … d’impôts

Un président chasse l’autre …

… mais à chaque fois, c’est une nouvelle couche d’impôts qui vient recouvrir les innombrables strates précédentes.

La mère de toutes les réformes serait la diminution des dépenses publiques mais personne ne s’y attaque vraiment ou bien à la marge.

Il est tellement plus facile d’augmenter les impôts !

Le résultat ? Des charges écrasantes pour les entreprises qui les entravent et les poussent à contenir les salaires. C’est du pouvoir d’achat en moins pour les salariés ce qui affaiblit la consommation et freinent le développement des entreprises.

Le cercle vicieux parfait qui n’a qu’un résultat : le chômage de masse !

Avec Emmanuel Macron, tout devait changer, mais rien de change ! Voici à ce sujet l’édito de Rémi Godeau paru dans le magazine l’Opinion :

Impôts: comme un air de vieux monde

A croire qu’en matière fiscale, la France est condamnée aux politiques de Gribouille, où la démagogie le dispute à l’amateurisme. A peine oublié l’activisme débridé de François Hollande, le gouvernement d’Edouard Philippe s’enferre dans une réforme de la taxe d’habitation qui tourne au mauvais feuilleton. Aucun des ingrédients chers au vieux monde ne manque. A l’origine, une promesse clientéliste, bricolée à la va-vite, sans concertation ni réflexion, pour s’attirer le vote des classes moyennes. A la fin, une dérive du déficit, au prix d’un nouveau manquement à nos engagements européens. Et entre les deux, cris, crises et couacs : une menace d’anti-constitutionnalité qui renchérit le coût de la mesure, un jeu de bonneteau fou sur la fiscalité locale au nom – sans rire – de la lisibilité, une grogne des élus territoriaux à l’autonomie une fois de plus rognée par un Etat hypercentralisateur, une énième alerte de la Cour des comptes, etc.

Rémi Godeau

Au pays champion européen de la pression fiscale, faudrait-il donc bouder un allégement de plus de 20 milliards d’euros ? Non, bien sûr. Mais les contribuables ne sont pas des gogos juste bons à être plumés. Ils savent que l’accroissement de la dette annonce les impôts de demain. Qu’un «modèle social» sapé dans ses ressources sans rationalisation de ses fonctions file droit à la banqueroute. Qu’à force de tergiversation sur la réduction du poids de la sphère publique, le discours de transformation porté par l’exécutif perd de sa crédibilité. Sur l’ISF et le prélèvement forfaitaire unique, l’exécutif a su faire preuve de courage au nom de l’investissement et de la prise de risque. Il devrait afficher une détermination identique pour abaisser d’un même rythme impôts et dépenses. Sauf à se perdre dans des travers trop connus.

Rémi Godeau pour l’Opinion.






3 Réponses à “En France, on n’a pas de pétrole …
mais beaucoup d’ idées … d’impôts”

  1. Il dit non avec la tête
    Mais il dit oui avec le cœur
    Il dit oui à « ce système »
    Mais il dit non « aux électeurs »
    Il est debout on le questionne
    Et tous les problèmes sont posés

    « Mais il s’en fout il est l’élu »
    « Et pour cinq ans »

    « Le cancer, version nouveau monde »

  2. Sur l’ISF et le prélèvement forfaitaire unique, l’exécutif a su faire preuve de courage au nom de l’investissement et de la prise de risque

    C’est un peu moins simple que cela!
    Il ne faudrait pas oublier que tout vient de la pensée complexe d’un Jupiter marchant sur les eaux aprce que la politique est mystique!
    pensée complexe que les français illettrés ne peuvent pas comprendre!

    En effet, l’ISF se transforme en IFI!
    Ainsi quelqu’un qui aurait acheté un appart à pParis ou à Bordeaux (exemple parmi d’autres, notamment l’Ile de Ré!), il y a quelques dizaines d’années, se voyait devoir payer l’ISF (rappelez vous les habitants de l’Ile de Ré : rien qui ait été fait pour éviter cette ânerie fiscale!)..

    Maintenant, il payera toujours l’IFI… alors qu’il n’est riche que de la valeur vénale de son bien immobilier qui ne lui rapporte rien… et sur lequel il devra toujours payer une taxe foncière augmentée (selon les projets philippesques!)
    par contre, les actionnaires de tous poils, qui boursicotent et jouent donc au poker avec la valeur d’une entreprise, eux, les copains du banquier de Rothschild, se voient totalement exonérés d’IFI!

    Quant au prélèvement forfaitaire unique (dit flat taxe), bien qu’amendé au dernier moment afin de ne pas trop fiscaliser les petits porteurs, c’est à la suite du trajet dans les tuyaux d’une usine à gaz construite par des bureaucrates que ceux ci pourront récupérer le trop perçu…en choisissant d’être prélevés selon le barême progressif de l’impôt!!!

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *