En Italie aujourd’hui … En France, demain ?

Publié par le 29 Mai, 2020 dans Blog | 7 commentaires

En Italie aujourd’hui … En France, demain ?

Le plafond de verre bloque t-il toujours Marine Le Pen ?

– Après une année de Gilets jaunes,
– Après des mois de grève contre la réforme des retraites,
– Après la gestion calamiteuse de la crise sanitaire,
– Et juste avant la terrible récession qui s’annonce,

Emmanuel Macron a t-il encore ses chances en 2022 ?

C’est la question existentielle qui hante tous les états-majors et nombre d’hommes et de femmes politiques !

Tous ces milliers d’indépendants, de petits commerçants, de patrons de petites PME, qui auront été ruinés, plus par le confinement que par le virus lui-même, ne vont-ils pas tenir Macron pour responsable et sauter le pas pour voter pour le Rassemblement national ?

Mais d’autres questions devront immédiatement se poser :

  • Marine Le Pen aura t-elle l’envergure pour relever la France ?
  • Sera t-elle à même de composer une équipe gouvernementale compétente ?

Et une autre question sans doute encore plus cruciale :

Quand on se rappelle la violence des forces politiques, médiatiques et judiciaires qui se sont déchainées contre Sarkozy durant son quinquennat, et aussi contre François Fillon, on peut imaginer l’hystérie collective qui s’emparerait de ces trois forces si l’extrême droite arrivait au pouvoir.

Cette réflexion m’a été inspirée en lisant un article de Marie d’Armagnac (un merveilleux nom !) paru sur Boulevard Voltaire.

Voici des extraits de cet article qui dénonce la collusion des juges et de la gauche en Italie. Cette collusion n’aurait-elle pas lieu en France contre Marie Le Pen ?

Marie d’Armagnac : « En Italie, il y a un réseau entre
les juges rouges et les hommes politiques de gauche ! »

L’Italie connaît-elle une République des juges ? Oui, à en croire les révélations des échanges WhatsApp entre magistrats italiens au sujet de la politique antimigratoire de Matteo Salvini lorsqu’il était ministre de l’Intérieur.

Le verdict est tombé malgré eux : poursuivi pour avoir refusé l’accostage de bateaux de migrants l’année dernière, Matteo Salvini échappe, une fois de plus, aux poursuites par un vote de la commission parlementaire et en ressort politiquement renforcé.

Scandale en Italie après la divulgation d’échanges entre magistrats sur Salvini. Pourquoi Salvini aurait-il été attaqué illégalement par des juges ?

Il faut remonter à l’année dernière. Une enquête a été menée sur un ancien membre éminent du conseil supérieur de la magistrature. Cette enquête est menée par le parquet d’Ombrie. Luca Palamara, ce magistrat a été mis sur écoute pour soupçons de corruption. Au fil de ces échanges, une conversation sur WhatsApp est apparue entre plusieurs magistrats. Cette discussion disait : « Salvini est une merde, il a raison dans son action de gouvernement, mais il faut à tout prix l’attaquer ». La semaine dernière le quotidien La Verità a ressorti les extraits de ces échanges. Ces derniers montrent la collusion entre les magistrats et les hommes politiques. Les journaux de gauche comme La Répubblica ou L’Espresso donnent des extraits de ces conversations entre juges. Un véritable réseau existe entre les juges et les hommes politiques, notamment avec Nicola Zingaretti, président du Parti démocrate et principal opposant à Salvini.

Salvini et la Ligue répétaient depuis des mois que la magistrature l’avait dans le collimateur d’une façon absolument pas impartiale. On l’accusait d’ailleurs de complotisme. Ceci intervient dans le contexte d’une poursuite dont aurait dû faire l’objet Salvini en tant que ministre de l’Intérieur. En vertu de la loi et en vertu de ses pouvoirs de ministre de l’Intérieur de lutter contre l’immigration clandestine, Salvini avait refusé l’entrée du bateau espagnol Open Arms qui avait débarqué des migrants en juillet dernier dans le corps italien. Ce bras de fer avait duré plusieurs jours. Il faut rappeler que le port de La Valette à Malte et le port espagnol avaient refusé d’accueillir ce bateau.

Ce n’est pas la première fois que l’on entend ce genre d’accusation. En France, on parle de la république des juges. En Italie, c’est un peu le même combat…

Oui absolument. Il faut remonter aux années de l’opération Mains propres. Une très grande partie de la classe politique italienne avait été balayée par les enquêtes des juges anti-mafia et anti- corruption. On avait vu la collusion de ces partis politiques avec la mafia. Les conséquences politiques avaient été l’émergence de partis comme la Ligue du Nord et l’émergence de phénomènes politiques comme Berlusconi. Ce coup de balai était bien venu.
La conséquence de cette pratique est la judiciarisation de la vie politique. C’est la même chose qu’en France. On l’a d’ailleurs vu avec l’affaire Fillon notamment, au moment des élections présidentielles.
C’est la 3e fois qu’on essaie de poursuivre Salvini en tant que ministre de l’Intérieur pour séquestration de personnes et abus de pouvoir, dans des cas similaires où il a empêché des bateaux de migrants clandestins d’accoster en Italie en vertu de la loi.
La 1ère fois, la possibilité de le poursuivre avait été écartée par un vote au parlement avec le concours des voix des 5 étoiles, avec qui il gouvernait à l’époque.
La deuxième fois, le tribunal de Catane avait eu gain de cause et avait poursuivi Salvini sur un cas similaire.
Et cette fois-ci, on devait décider ce matin en commission parlementaire d’une éventuelle poursuite de Salvini en qualité de ministre de l’Intérieur. Le coup de théâtre a été que les membres de cette commission ont voté en majorité contre cette poursuite judiciaire. En revanche, le parti Italia Viva de Matteo Renzi s’est abstenu et un membre et un ex-membre du mouvement 5 étoiles ont voté contre cette poursuite. C’est un peu de la politique politicienne, mais cela peut quand même nous dire quelque chose sur l’évolution à venir de la vie politique italienne.

Cette révélation renforce-t-elle politiquement Mattéo Salvini ou au contraire, cela le met-il dans une position de faiblesse ?

Cela ne le met pas dans une position de faiblesse. Je viens d’écouter sa réaction après le vote de cette commission parlementaire et il est très content. Il affirme que la commission lui a donné raison dans la mesure où tout le gouvernement savait. Il ne faisait qu’appliquer une loi votée, organisée et voulue par le gouvernement dont faisait partie Giuseppe Conte en tant que président du conseil. Cette décision parlementaire est une sorte de coup de pied à Giuseppe Conte. Cela laisse imaginer que la rentrée politique en septembre sera plus ouverte et plus mouvementée que ces derniers mois …

Marie d’Armagnac pour Boulevard Voltaire.

Vous remplacez Matteo Salvini par Marine Le Pen, La Répubblica et L’Espresso par Libé et Le Monde et Nicola Zingaretti par Jean-Luc Mélenchon et vous pouvez imaginer la suite …

Merci de tweeter cet article :





7 Réponses à “En Italie aujourd’hui … En France, demain ?”

  1. Le programme économique de MLP vaut celui de Mélanchon, voter pour elle, c’est voter pour un programme économique d’extrême gauche. Quarante ans de socialisme nous ont lessivé, faut il en rajouter une couche ?

    • J’ai voté MLP au 2eme tour des présidentielles, partant du principe que s’abstenir ou voter blanc donnait une voix au psychopathe narcissique à tendance perverse (puisque ces voix sont comptabilisées, mais on n’en tient pas compte dans la résultat final basé exclusivement sur les votes valides)

      Ceci parce que j’étais persuadée qu’elle ne passerait pas.
      Si j’avais pensé un seul instant qu’elle risquait d’être élue, j’aurais voté nul, genre « Mort aux C**s, Vaste programme ».

      Car j’avais été voir son programme sur son site de campagne.

      A l’époque (je n’y suis pas retournée), comme vous le dites si bien, son programme économique était celui de Mélenchon quasi copié/collé.
      Une horreur!

  2. rassurons nous, Bigard arrive, pour tenter une aventure entre les « 5 étoiles » transalpines, et la candidature de Coluche en 1988.
    On va rigoler ! et comme le seul programme qui pourrait nous sortir de la médiocrité et nous faire renouer avec la prospérité c’est « du sang, de la sueur et des larmes … », aucun risque que ça passe. En attendant, c’est une surenchère de « demain on rase gratis, après demain aussi ! ».

  3. Je m’étais abstenu au 2ème tour des présidentielles, mais cette fois si quel que soit le candidat face à Macron je voterai pour ce candidat
    Mon plus grand souhait, sortir Macron dés le 1er tour, votez pour n’importe qui sauf lui au 1er tour
    Ensuite il sera toujours temps de voir qui reste en ligne

  4. Je croyais que pire que Hollande n’existais pas mais, là, l’équipe de bras cassés et leur gourou battent le record. On ne pouvait pas choisir mieux pour préparer une guerre civile, à l’issue d’une fausse drôle de guerre, jouée, comme au théâtre en actes ou plutôt en l’absence d’acte

    Ce qui nous attend ?
    Le mouvement des gilets jaunes était une « grippette » à côté de ce qui se prépare pour demain et après demain.

    Le monde de demain arrive à grands pas, les pleureuses le préparent déjà, je parle des planqués, les confinés en télétravail depuis les residences secondaires, les actionnaires qui se sont serrés la ceinture et qui ont rongé leur frein. Après l’appel à l’aide budgétaire qui se solde par des emprunts de dingue, les menaces pleuvent ça et là pour casser le pouvoir d’achat:
    Fermetures d’entreprises
    Vagues de licenciements
    Reduction des jours fériés
    Travailler plus
    Reduction de salaire pour sauver l’entreprise

    En face, les syndicats vont demander des compensations pour les fonctionnaires, les ouvriers des grands groupes, ceux auxquels on a donné le sein ou qui étaient sous perf…

    Comment font les independants, artisans, auto-entrepreneurs ?

    Qui va les sauver pendant que certains tentent déjà de gagner des places dans le classement des plus grandes fortunes mondiales…
    Pendant que d’autres négocient leurs acquis sociaux.

    Quand je pense au « Ségur de la santé » qui ne commence même pas par l’analyse de ce qui a provoqué la plus grande crise sanitaire, économique et sociale du siècle.
    Qui était aux abonnés absents? Qui était sur le pont?
    Je comprends que certains veuillent laisser la poussiere des masques sous le tapis de leur incompetence, mais on ne peut pas faire changer les choses sans faire un audit EXTERNE.

    Lorsque nous sommes en guerre, s’il n’y a pas d’intendance, de la logistique, de la cohérence, une bonne tactique, une perfaite connaissance de l’ennemi et des troupes aguerries et motivées, il est difficile de ne pas subir une raclée MÉMORABLE

    Le plus con, c’est de ne pas tenir compte d’une déroute pour rebâtir l’avenir.

    • J’oubliais le début de la dernière phase du quinquennat, « la reconquête » qui commence par le retour de « Moscovici, l’excellentissime »!!!

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *