Et si François-Xavier Bellamy réussissait …

Publié par le 12 Avr, 2019 dans Blog | 11 commentaires

Et si François-Xavier Bellamy réussissait …

Ce fut pratiquement un lynchage médiatique quand le microcosme apprit que François-Xavier Bellamy était la tête de liste des Républicains pour les élections européennes !

Pensez-donc ! Un philosophe qui se disait catholique, déjà ça partait mal ! Mais en plus il s’était dit contre le mariage homosexuel et pire des choses, il n’était pas favorable, à titre personnel,  à l’avortement !

On ne pouvait pas faire pire dans ce marécage politico-médiatique où la bien-pensance est de mise et le politiquement correct la langue officielle !

Mais quelques semaines plus tard, le miracle s’est produit. Le parlé-vrai et surtout le parlé-simple de François-Xavier Bellamy a séduit une partie des Français et il est largement invité dans les médias qui ont cessé de lui rappeler ses positions « réactionnaires ».

Voici un article paru dans le Politique, un tout récent organe, dont je vous recommande la lecture :

François-X. Bellamy, le philosophe de droite
qui plaît de plus en plus aux Français

« Pour une fois qu’un philosophe nous parle de la réalité telle qu’elle existe ! » s’exclame un internaute au sujet de François-Xavier Bellamy, le prof de philo versaillais devenu tête de liste des Républicains (LR) pour les élections européennes 2019.

Depuis déjà quelques temps – et Le Politique fut dans cet article le premier à le constater des semaines avant les autres médias – les efforts de Laurent Wauquiez et de son équipe à la tête d’un LR jusque-là présenté comme moribond portent leurs fruits. Remontée confirmée dans les sondages, rebond massif dans le temps médiatique, croissance significative du débat d’idées animent désormais des LR qui, en quelques mois, sont passés de la déprime notoire à un enthousiasme devenu rare ces dernières années.

« On commence à y croire à nouveau, à croire que l’alternance est possible avec une droite qui ne se ment plus et ne se laisse plus manipulée par un centre-gauche culpabilisateur, » nous confie un militant motivé depuis la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007.

Au départ vue comme un « pari plutôt risqué » et « trop conservateur », la propulsion de François-Xavier Bellamy alias FX au sommet de la liste LR fait désormais figure de coup d’audace en passe de réussir voire même d’inquiéter une République En Marche (LREM) qui pourrait à terme souffrir de son assemblage hétéroclite face à une droite classique plus homogèneet « purgée » de ses anciennes divisions avec les départs effectifs – ou actés comme tels – d’Alain Juppé, de Jean-Pierre Raffarin et d’autres « anciens » plus au centre qu’à droite.

Car dans le paysage politique français où le parti-pris « de gauche » est omniprésent tant au sein de l’Etat que du monde associatif, des arts, des spectacles et des médias, François-Xavier Bellamy exprime la franchise et la conviction qu’attendaient de nombreux électeurs de droite, exaspérés de devoir se plier au diktat bien-pensant d’une minorité coupée des réalités de l’immigration, de l’islamisme et de la précarité.

« On vit dans un monde de fou où Marlène Schiappa compare les millions de personnes qui ont manifesté pacifiquement en 2013 à des terroristes islamistes, » écrit par exemple le candidat LR, rompant enfin avec la politesse habituelle et naïve d’une droite qui semble bien décidée à se défendre et à ne plus se laisser intimider.

On le constate, aussi bien sur le terrain que sur les réseaux sociaux : François-Xavier Bellamy intéresse et son air de « conservateur cultivé » rassure bien plus qu’il ne déplaît dans une France en insécurité culturelle croissante et meurtrie par des années de violence terroriste dramatique et traumatique.

Le Politique.






11 Réponses à “Et si François-Xavier Bellamy réussissait …”

  1. Il me plaît bien, il a le parler clair et des idées nettes avec un langage qui ne sent pas la langue de bois. J’aimais beaucoup ses chroniques dans le Figaro Histoire.

  2. Quand ceux qui n’ont plus rien à faire aux LR seront mis à la porte, je verrai ou je me situe.

    Pour l’instant, quand j’entends un Raffarin (et d’autres au double langage)qui va soutenir LREM pour les européennes, pour peut être ensuite rejoindre les LR, là, je me dis il y a un grave dysfonctionnement à la tête des LR!
    Il ne faudrait pas seulement nous prendre que pour des idiots!!!!

  3. Richard Mauden dit:

    Il faut organiser la fin de l’UMPS des professionnels de la politiques et des rentes de situation. Après Ali Juppé, et ses copains de la droite molle, la droite nationale doit se réinventer.
    Sur le site Atlantico, deux politologues (Christophe Boutin et Vincent Tournier) analysent l’interview accordée par Marion Maréchal à Valeurs actuelles. Extraits :
    Sur la forme, cet entretien est intéressant pour l’image qu’il donne de Marion Maréchal. On a affaire à un discours posé, assez modéré, clair, loin du jargon technocratique, tout en étant assez sophistiqué. On peut approuver ou désapprouver ce qu’elle dit, mais on ne peut certainement pas dire que c’est le discours d’une excitée ou d’une fasciste. Sur le fond ensuite, ce qui est intéressant, c’est de voir que Marion Maréchal entend tirer les leçons de l’échec de sa tante en 2017. Pour résumer, on pourrait dire que cet échec tient à trois facteurs : le manque de crédibilité de la candidate, un positionnement électoral trop « populaire » et un programme inadapté.
    Sur le premier point, on voit que Marion Maréchal entend gagner en crédibilité en se montrant solide sur le plan intellectuel. Elle cite Aristote, Hobbes, Aron, mais aussi des universitaires moins connus comme Alexander Wendt. On pourra certes dire que tout ceci est illustratif mais à une époque où le discours politique a tendance à se vider de toute densité intellectuelle, ce n’est pas négligeable.
    Sur le deuxième point, à savoir le positionnement électoral, on comprend que Marion Maréchal souhaite sortir de l’ornière « populaire » dans laquelle s’est enfermé le Rassemblement national (RN). Elle le dit explicitement : l’objectif désormais est de gagner des électeurs dans les classes moyennes et supérieures. Ce faisant, il s’agit aussi d’échapper au piège que tend Emmanuel Macron à travers l’opposition entre progressistes et populistes. Cette dichotomie est adroite : elle vise à figer le RN dans son statut de parti des petites gens, ce qui lui ôte toute perspective d’évolution électorale. Tout l’enjeu est donc d’arriver casser cette image. D’où aussi l’intérêt de Marion Maréchal pour son école à Lyon, l’ISSEP, dont le but est justement de tisser des relations avec le monde des élites.
    Le troisième point concerne le programme, et notamment le positionnement sur l’Europe. L’option d’une sortie de l’UE et de l’euro, qui a été défendue par Marine Le Pen en 2017, est mal passée auprès des électeurs, notamment à droite. Marine Le Pen en est d’ailleurs elle-même consciente puisque, depuis, elle a fait un revirement assez radical, mais du coup, elle apparaît incohérente. En acceptant d’emblée l’idée de rester dans l’Europe, Marion Maréchal apporte une autre analyse, qui consiste à dire que la France doit prendre un rôle actif en devenant le leader d’une refondation de l’Europe. Il s’agit en somme de faire une « Europe française ». Cela peut paraître ambitieux, mais le départ de la Grande-Bretagne donne du crédit à ce scénario. La crainte qu’éprouvent de nombreux pays face à l’Allemagne peut permettre à la France de reprendre des initiatives fortes, y compris pour une révision complète des traités (…)
    Le positionnement politique de Marion Maréchal ne permet pas seulement de dépasser les clivages qui séparent le Rassemblement National des Républicains, mais c’est aussi uneréponse très fine, d’une part, à la crise des « Gilets jaunes » et, d’autre part, au clivage entre populistes et progressistes mis en place par Emmanuel Macron, en remplaçant les choses dans une vraie perspective. Il se veut de droite d’abord, mais d’une vraie droite, la droite conservatrice (…)
    Marion Maréchal assume clairement ses choix : quand on lui pose la question des fameuses « démocraties illibérales » d’Europe par exemple, au lieu du couplet sur le « respect de l’État de droit », elle se demande crûment s’il ne s’agirait pas tout simplement de vraies démocraties, rendant la parole au peuple, et non de ces pseudo-démocraties où, sous couvert de « gouvernance », de prétendus experts ont tout confisqué. Et si elle se veut « libérale », c’est en ce qu’elle croit en la propriété privée, et non à une financiarisation qu’elle n’a de cesse d’attaquer, ce monde où l’on vend les aéroports, les barrages ou les terres elles-mêmes à des actionnaires, lointains ou proches, mais qui ne pensent qu’en dividendes (…) (Le Salon beige)

  4. Politique de façade…
    QUI c’est élevé contre l’accusation porté contre castaner accusé d’avoir eu des liens avec le banditisme…? aucun parti qui pourtant pouvait donner un coup serieux au gouvernement macron.

    La justice n’a rien fait, ni les medias n’ont bougés.

    QUI defend reellement le peuple qui descend dans la rue, a part le peuple, aucun parti, sauf en parole pour les reccuperer.

    Pourquoi AUCUN parti ne c’est opposé a l’armée sentinelle placé par macron, destiné a contrer les gilets jaunes dans la violence pour le faire rentrer dans le rang, au besoin par la force …?

    Pourquoi AUCUN parti ne reclame avec force qu’une reelle negociation s’engage avec le peuple representé par les gilets jaune …?

    Pourquoi AUCUN parti ne cherche reellement a nous eviter le grand remplacement …?

    Au fond, TOUS sont complice et ne defendent que LEURS PROPRE INTERET, celui des riches contre le peuple a qui on fait promesse sur promesse pour nous balader de gauche a droite, sans resultat, sauf pour les riches toujours gagnant.

  5. En ce qui me concerne je suis un fidèle sympathisant LR, le choix de ce jeune à la tête bien faite me convient
    Je déplore que chez les LR reste encore des mous du genoux, des qui n’ont aucune conviction, des personnes qui se renient, qui ont voté Macron et qui pour un maroquin sont prêts à le rejoindre si il les appelle.

    • Bellamy est une chance et un atout que nous aurions tort de « bouder », si nous voulons que cette ligne « fièrement à droite » – pour paraphraser l’intitulé de ce blog – persiste. Les Républicains avec Wauquiez nous donnent des gages que ses adhérents et sympathisants ont été entendus, soutenons-les. Ces Européennes nous en fournissent l’occasion.

      • Le seul gage qu’il donne c’est le fait de nous présenter un triumvirat synonyme d’une alliance qui rassemblera des idées différentes mais qui dissipera les électeurs entre LREM, UDI, DBLF, RN, PATRIOTES où UPR.
        Quand vont-ils nous communiquer un projet Européen, dans quelle alliance euro-politique et pour faire quoi de l’Europe :
        -continuer de signer avec naïveté les traités extracommunautaires, de transférer notre souveraineté à Bruxelles jusqu’à en faire une FÉDÉRATION.
        -inflechir la politique européenne vers une Europe des nations avec des alliances intracommunautaires mais en négociant collégialement les pactes extracommunautaires en consultant les peuples.
        -taper du poing sur la table en mettant en négociation un frexit éventuel si l’Europe ne se protège pas du tout en matière d’échanges économiques et de flux migratoires.

        Il est temps de passer de la stratégie des échecs à la tactique des enjeux européens qui sont cruciaux pour l’avenir de la nation.

  6. Je pense que FXB n’a pas la couenne assez dure face à ces hordes de ….. prêts à toutes les saloperies pour un plat de lentilles!
    Quand je vois la grande endive de le maire les joues en feu à l’AN, darmanin se gausser en entendant jacob etc……..je me dis que pour eux les intérêts valent plus que les convictions!

    J’appelle ça des « vendus » et la liste est interminable!

  7. Et si …
    Nos hommes politiques avait une réelle conviction … et si nos hommes politiques affichaient leurs convictions qui ne seraient plus de façades…. Dernière en date  » Référendum contre la privatisation des aéroports » 50 députés ont voté contre, les autres étaient à la buvette, à la pêche, au jardin, à la chasse ou aux P… ( désolée) la droite qui fut la mienne et complètement dans les choux. Même les plus jeunes voir les moins de 50 ans ( pour en avoir rencontré 1) se conduisent un peu comme les syndicalistes – « ils ne lâcheront rien » et pour cause, ils ne tiennent plus rien. La France que mes aïeux m’ont donné n’avait vraiment pas la même bouille …

  8. moi il me plait bien, et je pense qu’il incarne ce que beaucoup de français recherche, pas la grande gueule un discours bien pensé et posé.
    et un charme que les femmes peuvent apprécié, et les retraites qui ont voté Macron , déçus après qu’on leur a piqué des sous, vont à mon avis voter pour ce jeune homme

    • Et juste après, le réveil va sonner et les emmerdes vont continuer !!!

      S’ils veulent grimper dans les intentions de vote, il faut parler d’Europe et de ses enjeux.
      Dire la vue que LR se fait de l’Europe, avec quels alliés européens l’avenir se jouera et s’afficher avec les têtes de listes étrangers.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *