Faut-il emprisonner Raoult .. ou le béatifier ?

Publié par le 1 Mai, 2020 dans Blog | 4 commentaires

Faut-il emprisonner Raoult .. ou le béatifier ?

J’ai regardé hier soir l’émission spéciale de BFMTV de 90 minutes, consacrée au Professeur Raoult (voir vidéo ici).

Avec deux parties bien distinctes : un reportage suivi d’une longue interview menée par Apolline de Malherbe.

J’ai beaucoup de réserves sur le reportage, plutôt négatif, insistant sur des points, à mon sens, plutôt secondaires. Un délégué CGT a critiqué violemment le management du Professeur Raoult. On ne s’attendait pas à des louanges !

Mais surtout la parole fut largement donnée à Karine Lacombe, la première opposante médiatique à Didier Raoult. Il est tout à fait normal qu’elle s’exprime mais la présenter uniquement comme la chef de service des maladies infectieuses à l’hôpital Saint-Antoine de Paris sans indiquer qu’elle a eu des relations directes avec le labo pharmaceutique Gilead qui produit un médicament concurrent de la chloroquine préconisée par Didier Raoult, n’est pas acceptable.

Voci d’ailleurs comment l’interpelle le député Joachim Son-Forget  dans un tweet :

Vous devez quand vous intervenez, déclarer vos conflits d’intérêts puisque vous avez touché de l’argent de Abbvie qui produit le kaletra et de Gilead qui produit le remdesevir [sic]. Les deux alternatives à l’hydroxychloroquine, cheap et non protégée.

La seconde partie, l’interview, fut bien plus intéressante. J’ai été très agréablement surpris par Apolline de Malherbe, habituellement plus complaisante avec la Macronie. J’ai trouvé l’interview très professionnelle et à plusieurs reprises, la journaliste semblait s’étonner du fait que les autorités sanitaires ne suivent pas les préconisations du Professeur Raoult.

Quant à Didier Raoult, loin de la caricature du gourou au look de rocker qu’en font les médias, j’ai trouvé un scientifique qui argumente, qui doute aussi et au premier chef, un médecin dont la priorité absolue est celle de soulager et de guérir ses patients.

Certes, Didier Raoult a une haute idée de lui-même, et de sa création : la Fondation Méditerranée Infection. Mais, cette opinion semble justifiée quand on parcourt le CV de l’homme ! Et le monde est tellement encombré de personnages ayant – à tort – une haute opinion d’eux-mêmes …

Je reviens sur mon titre un peu provocateur. Car si Raoult est un mystificateur, il mérite une sanction grave, mais s’il dit la vérité, d’autres personnes auront à répondre du nombre de morts supplémentaires dû au blocage de l’utilisation de la chloroquine ! J’ai personnellement été convaincu par le discours sensé et argumenté du personnage. Je n’ai aucune compétence me permettant de trancher dans le conflit opposant le Professeur Raoult aux élites sanitaires parisiennes. Mais je me pose beaucoup de questions :

  • On devait avoir fin mars les résultats du test Discovery réalisé au niveau européen. Ce test comparait l’efficacité de plusieurs molécules dont celles du Professeur Raoult. Nous arrivons début mai et les résultats ne sont toujours pas publiés ? Pourquoi ?
  • Pourquoi les opposants à Raoult et les journalistes n’analysent-ils pas dans des graphismes clairs les résultats obtenus à Marseille et dans les Bouches-du-Rhône avec le reste des départements ?

J’avais publié dans cet article, le graphique suivant : Les statistiques départementales du ratio de mortalité par rapport au nombre de patients hospitalisés sont édifiantes :

Les Bouches-du-Rhône se distinguent par un taux de mortalité de 7 % alors que le reste des départements significatifs s’étagent entre 10 et 20 % avec une moyenne de 12,5 %.

Qu’on nous explique pourquoi les Bouches-du-Rhône s’en sortent beaucoup mieux que les autres départements ! Est-ce la protection de la Bonne mère de Marseille ? Ou les ondes en provenance du stade vélodrome de l’OM ?

Ce qui me trouble profondément également – et ce, par pur bon sens – c’est la communication quasi-hystérique de certains médecins sur le danger d’utiliser la chloroquine alors que ce médicament a été largement prescrit sur le plan mondial comme le dit Didier Raoult :

  • Le médicament le plus prescrit au monde après l’aspirine,
  • En 2019, 36 millions de cachets de Plaquemil ont été vendus en France.

Regardez ce qu’en dit exactement le Professeur Raoult :

En conclusion

Nous sommes en guerre !

Alors vous, médecins opposés à la chloroquine, oubliez un moment vos grands principes de scientifiques et penchez-vous pragmatiquement et honnêtement sur les résultats statistiques obtenus par le Professeur Raoult.

Et vous, les journalistes, faites votre boulot ! Editez des statistiques indépendantes des chiffres de Raoult mais aussi indépendantes du pouvoir.

En attendant, laissons travailler Raoult ! C’est à la fin de la foire qu’on compte les bouses !

A la fin de l’épidémie, les chiffres diront la vérité !

A lire en complément cet article qui pointe la populophobie de la classe dirigeante.

Merci de tweeter cet article :





4 Réponses à “Faut-il emprisonner Raoult .. ou le béatifier ?”

  1. Le reproche qu’on fait à Dr. Raoult c’est que ses tests se basent sur des patients qui sont au début de la maladie ou présentant peu de symptômes dont beaucoup auraient guéri par eux mêmes. C’est très probablement vrai.
    D’après un article que j’ai lu (écrit par des journalistes) le virus, une fois rentré dans le corps va essayer de se fixer sur un truc (une protéine je crois) qui se trouve dans les poumons, dans le coeur et certains autres organes, faute de quoi il ne peut pas survivre et se reproduire. Quand ça arrive le système immunitaire du corps s’enclenche et fait ce qu’il faut pour éliminer le virus. Dans la plupart des cas ça fonctionne bien et l’histoire s’arrête là. Mais dans certains cas, plutôt rares, le système immunitaire en fait un peu trop. Il envoie l’artillerie lourde qui cause plus de dégâts que le virus aurait jamais fait. C’est comme si on utilisait un lance flammes pour tuer un moustique qui s’est posé sur nous. Conclusion, à ce point il ne sert à rien d’utiliser l’insecticide, mais il devient plus urgent d’éteindre l’incendie et traiter les brulures. En autres mots, la chloroquine ou autre anti viral ne sert à rien quand le problème n’est plus le virus mais le système immunitaire du patient qui est devenu fou et les dégâts qu’il a causés.
    Je me dis que le journaliste qui a écrit cet article n’a pas découvert tout ça à lui tout seul mais il a eu les infos des médecins et autres chercheurs. Alors, soit tout ce que je viens d’écrire est faux et c’est ce journaliste qui l’a inventé ou alors tous ces médecins et chercheurs qui parlent sur les plateaux télé le savent bien mais choisissent de le taire pour une raison ou autre.

  2. Le Scandale de la Chloroquine !

    Des parlementaires se soignent à la chloroquine mais leurs électeurs n’y ont pas droit, dénonce le Docteur Giral !

    Le journal La Provence fait écho au coup de gueule du Docteur Giral, président de la Communauté territoriale professionnelle de santé (CTPS) du Pays d’Arles.
    Comme beaucoup d’autres professionnels de la santé révoltés, il dénonce ce qu’il appelle “le scandale de la chloroquine“, ce traitement prôné par le Docteur Raoult pour combattre le Covid 19 dont les autorités refusent toujours la prescription aux patients, “alors que ça ne coûte rien et que cela pourrait freiner l’aggravation de l’état des patients“.

    Auteur : Pierre-Alain Depauw
    Diffusé par : https://interetpourtous2.blogspot.com/

  3. Interview : Didier Raoult ou comment terrasser le déluge des imbécilités

    terview d’une grande qualité maîtrisé de bout en bout par Didier Raoult face à beaucoup de questions réflexe journalistiques. Seule la profonde connaissance de ce dont on parle permet d’accéder à son degré de recul et d’expertise de la situation.
    https://www.
    pscp.tv/w/1OdJrqqwnwzGX
    Video:
    https://www.pscp.tv/w/1OdJrqqwnwzGX

  4. Je crois que c’est sufisant pour agir avec la chloroquine…

    Pourquoi l’etat ne tient pas compte de ses resultat là ?…

    Après l’Algérie, le Maroc encense l’efficacité de la chloroquine contre le Covid-19
    © AFP 2020 GERARD JULIEN
    https://fr.sputniknews.com/maghreb/202005011043700117-apres-lalgerie-le-maroc-encense-lefficacite-de-la-chloroquine-contre-le-covid-19/

    Maghreb
    15:43 01.05.2020(mis à jour 16:16 01.05.2020) URL courte
    Par Kamal Louadj
    Dossier: Coronavirus au Maghreb – avril (40)
    11371
    S’abonner

    Le protocole thérapeutique à base de chloroquine et d’azithromycine utilisé contre le Covid-19 «a donné des résultats positifs» au Maroc, a déclaré le ministre de la Santé, précisant que les «effets secondaires sont minimes».
    Après l’Algérie, le Maroc est le second pays maghrébin à louer l’efficacité du protocole de traitement du Covid-19 par l’hydroxychloroquine combinée à l’azithromycine défendu depuis le début de la pandémie par le Pr Didier Raoult. Alors qu’il est toujours décrié dans plusieurs pays, au royaume chérifien, le ministre de la Santé Khalid Aït Taleb dit que «les résultats sont positifs».

    © AP Photo / John Locher
    Des médecins algériens attestent de l’«efficacité quasi totale» de la chloroquine contre le Covid-19
    En effet, il a fait savoir jeudi 30 avril lors d’un passage dans l’émission «Questions Corona» de la chaîne 2M que «la pandémie est sous contrôle et que les résultats sont positifs», soulignant que «l’expérience marocaine est actuellement saluée à l’international».

    M.Aït Taleb a affirmé que c’était en grande partie grâce «au protocole thérapeutique à base de chloroquine et d’azithromycine». Il a rappelé que ces deux médicaments étaient «administrés aux malades depuis le 23 mars», insistant sur le fait que leurs «effets secondaires sont minimes».
    Le Maroc, comme beaucoup d’autres pays, a généralisé le traitement du Covid-19 par l’hydroxychloroquine à tous les cas de contamination, soit 4.529 personnes depuis le début de l’épidémie dans le pays.
    Une efficacité «quasi totale» en Algérie

    © CC0 / coyot
    Mister Avocado, la success story marocaine du commerce de l’avocat aux Pays-Bas
    Deux médecins algériens engagés dans la lutte contre l’épidémie avaient précédemment fait le même constat dans des déclarations au site d’information Tout sur l’Algérie (TSA).

    Ainsi, le chef du service des maladies infectieuses à l’hôpital de Boufarik, dans la wilaya (région) de Blida, épicentre de l’épidémie en Algérie, a indiqué que 150 patients sur 300 hospitalisés depuis le 23 mars au sein de son service ont guéri grâce au protocole thérapeutique à base de chloroquine.
    «90% des cas ont très bien réagi à ce protocole de traitement recommandé par le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière», a-t-il détaillé, soulignant que les «récents résultats d’analyses pour ces patients ont démontré leur guérison totale».

    © AFP 2020 FADEL SENNA
    Le Maroc et l’UE vont revoir leur modèle de coopération économique suite à la pandémie
    De son côté, la cheffe du service des maladies infectieuses à l’hôpital EL Kettar à Alger, le Pr Nassima Achour, a assuré que plus de 85 malades, tous âges confondus, hospitalisés au sein de son service ont été traités à base de chloroquine associée à des antiviraux utilisés dans le traitement du VIH.

    Selon elle, le protocole à base d’hydroxychloroquine a montré une «efficacité quasi totale», ponctuant que l’état de santé des malades «connaît une évolution positive de jour en jour».
    Depuis le 24 mars, 3.470 malades du coronavirus sur 5.000 ont été soignés à chloroquine en Algérie, soit 69,4%, a confié à la presse le Pr. Lyes Rehal, directeur général de l’Institut national de santé publique (INSP).

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *