Florence Portelli : la relève chez les Républicains !

Publié par le 22 Juin, 2017 dans Blog | 10 commentaires

Florence Portelli : la relève chez les Républicains !

Il y a urgence à assurer la relève dans les instances des Républicains. Laurent Wauquiez semble le mieux placé pour prendre, au prochain congrès, à l’automne, la présidence du parti. Il aura vraisemblablement le soutien d’une majorité des militants qui seront appelés à élire leur chef et d’ici là, l’aile gauche du parti aura sûrement rejoint la république en Marche.

Mais un rajeunissement du staff des Républicains s’impose. C’est sûrement la chance des quadras et des quinquas bloqués depuis de nombreuses années par leurs ainés trop bien en place. Je vous propose ce matin l’interview par Yves Calvi, hier soir, sur LCI, de Florence Portelli, maire de Taverny et vice présidente du groupe LR à la région Ile-de-France.

Cette jeune femme n’a pas la langue dans sa poche et appelle un traitre … un traitre. Jugez-en plutôt dans cette vidéo, après quelques extraits bien sentis :

Yves Calvi : on apprend la création d’un groupe parlementaire qui se nomme les Républicains constructifs … Vous leur souhaitez bonne chance ?

Florence Portelli : Et bien, ils sont en marche … Ils peuvent s’appeler constructifs … Solère avait perdu son bureau à la région. Il va pouvoir récupérer un bureau et une voiture ! Au delà de ça, c’est un groupe En marche ! Il n’y a aucune différence, ils votent la confiance au gouvernement. Ils les ont rejoints. Ça les regarde !

Yves Calvi : vous dites qu’ils vont à la soupe ! Vous le pensez sincèrement ?

Thierry Solère

Florence Portelli : oui ! ce sont des personnes qui, depuis très longtemps, avaient organisé leur ralliement à Emmanuel Macron. […] Constructifs, c’est un terme très habile, sémantique, pour dire « on s’est ralliés à Macron« . Alors, ça les regarde. C’est respectable, mais ils ne sont plus chez nous !

Yves Calvi : Vous avez dit qu’ils ont fait leur choix de longue date …

Florence Portelli : Il y a eu deux étapes : une petite bande s’est réunie dans leur restaurant fétiche le Bellota-bellota, en février, pour un plan B qui s’appelait Alain Juppé, qui devait leur donner une place importance dans le nouveau pouvoir, s’il gagnait. Finalement, Alain Juppé n’y est pas allé et donc après, ils ont lancé l’opération Edouard Philippe à Matignon ! Ce sont des gens qui, selon moi, n’ont pas beaucoup de colonne vertébrale, qui n’ont pas beaucoup d’idées et je vous dis ça de manière très confortable car moi, je ne fais pas partie de la droite « très à droite » !

Ce n’est pas parce qu’on est pas avec eux qu’on est forcément très à droite ! Moi, je viens de l’héritage de Philippe Segin, de la droite sociale et je ne me reconnais pas chez les constructifs.

Yves Calvi : C’est une partie de la famille qui explose ! Vous y avez eu quelques amis …

Florence Portelli : Oui ça fait mal et en février quand certains ont quitté François Fillon, j’ai compris leur démarche. Mais quand Thierry Solère quitte François Fillon, c’est respectable, mais le soir même il vient lui tirer deux, trois balles au JT de France 2. Ça n’est pas très digne ! Quand on a été le porte-parole de quelqu’un – et qu’on a tout fait, je peux vous le dire, pour être son porte-parole – et qu’à peine parti, on va aux 20 heures critiquera te cracher dans la soupe, je trouve que ça n’est pas très joli !

Moi je n’ai que 39 ans et ma génération n’attend pas ça pour faire de la politique ! Ce n’est pas de la nouvelle politique, ça, c’est de la vieille politique ! ce sont des règlements de compte entre amis.

Voir la suite dans la vidéo :

PS : C’est très bizarre ! Quand je regarde Florence Portelli, il me semble que je suis beaucoup plus intéressé que pour Bernard Accoyer … Vous auriez une explication ?







10 Réponses à “Florence Portelli : la relève chez les Républicains !”

  1. C’est très bizarre ! Quand je regarde Florence Portelli, il me semble que je suis beaucoup plus intéressé que pour Bernard Accoyer … Vous auriez une explication ?

    Oups… seriez vous Sens commun, Manifpourtous, voire phobe de certaines catégories de tous genres, ne comprendriez vous pas ni les lois Tobby rat, ni cette diversité de genres divers, enrichissante pour tous?

    Moi, c’est bizarre, si je ne flashe pas sur un jeunot comme Macronix (en plus ce n’est pas mon type, je n’aime pas les minets), je flashe sur un bel athlète, une belle statue grecque…
    Bizarre, hein…

  2. Christian 54 dit:

    Ah que en voilà une qu’elle est bien !
    Plus respectueusement, chapeau bas madame. Vous appelez un chat un chat et un …structif un …structif.
    Ce qui est bien avec EM, c’est que l’on ne se gêne plus pour virer les gêneurs façon Bayrou ni pour tout bousculer. Alors vivement que l’on se mette à dégager les Juppé, Coppé, Raffarin et tout ceux qui plombent la droite.
    Solère et sa bande trahissent pour une poignée de lentilles, je souhaite qu’ils s’étouffent avec.

  3. Quel vent de fraîcheur, de clairvoyance, de vérité..! Merci Christian pour ce partage!
    Je dois dire être tout à fait d’accord avec elle: avant de s’emballer pour tel ou tel candidat à la présidence du parti, l’urgence est davantage dans la réflexion de ce que nous voulons ou souhaitons pour notre pays, la redéfinition de notre ligne sur bien des sujets (et ils sont vastes) et leur clarification. C’est une réflexion qui doit être menée en partenariat avec des acteurs de la vie civile (comme Objectif France..) et… sans ostracisme générationnel!
    Le choix d’un leader ne peut venir à mon sens, que quand ces travaux fondamentaux auront été menés.
    Il y a du pain sur la planche!

  4. Oui, bon. Il y a trois acteurs :
    – l’opinion publique, je ne sais pas si elle sera en phase avec ces considérations
    – le pouvoir comme enjeu à l’intérieur d’un appareil, lr ici
    – les principes et déclarations censés construire quelque chose.
    Qui l’emportera ? La suite bientôt. Faites vos jeux !

  5. je partage les avis positifs sur le ton et l’esprit, par contre il y a un truc qui me gêne, c’est l’histoire de « la droite sociale » … ça et le « Gaullisme social », ça me dérange beaucoup, parce que c’est l’excuse qui permet de faire exploser les budgets de l’assistanat, ainsi que les impôts et charges ! Pour moi, la meilleure façon de « faire du social de droite », c’est d’abord, de lâcher la grappe aux entreprises, de leur permettre de recommencer à créer de la richesse et donc par suite , de l’emploi !
    La « droite sociale » c’est une droite molle, qui ne remettra jamais en cause les statuts privilégiés ni les régimes spéciaux de retraites, qui n’aura jamais le courage de réduire les dépenses de l’état …

    • « Gaulliste social » est un mythe qui ne veut rien dire, et que s’accolent tous ceux qui veulent complaire à la gauche, qui reste seule arbitre des élégances dans notre beau pays. C’est une « conscience », doté d’une moralité supérieure, héritier autoproclamé du Général, qui surtout tente de prévenir toute dérive droitière de ses petits copains, qu’elle soit économique (empêchant le recul de l’assistanat) ou culturelle (lutte contre l’immigration).

  6. La droite sociale c’est aussi peu d’effet sur l’immigration, sinon nulle.

    Sinon le choix de L Wauquiez, est pour moi le bon.

    La droite doit etre comme le RPR autrefois capable de regler les probleme divers aussi bien que sur l’immigration.

    Qui dit social, dit aussi regler les problemes d’immigration, cela integre aussi le social, cela n’a rien a voir avec l’identité heureuse, ou le monde des bisounours.

    Si ces politiques affrontent les commautés c’est plutot dans les salons feutré de Paris que dans les banlieues.

    Le social doit aussi ouvrir les yeux en grand afin d’offrir le vrai social et non le desordre, ou le laxisme de la droite molle.

  7. bonjour
    J’aime bien cette dame : franche, elle n’envoie pas dire ce qu’elle pense, directe, et ferme. En plus elle est belle. Tiens le même âge que le petit macaron.

    J’espère qu’elle aura de la voix chez les LR, elle le mérite.

  8. RPR, UMP, LR etc
    Par les temps qui courent, la question qu’il faut se poser n’est-elle pas : faut-il requinquer, réparer le parti LR avec les gens qu’on peut et avec les idées qui rassemblent et qui peuvent plaire, ou faut-il refonder la droite ?
    Aujourd’hui, de quoi la droite est-elle le nom ? (puisque c’est le thème du blog); Et de quoi la droite devrait-elle être le nom au temps de Macron ?

  9. Je cite:
    PS : C’est très bizarre ! Quand je regarde Florence Portelli, il me semble que je suis beaucoup plus intéressé que pour Bernard Accoyer … Vous auriez une explication

    Oui, elle est pas mal et elle est franche, ca change des discours de certains du centre ou proche du centre.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *