France Inter ou Zemmour, qui est le vrai nauséabond ?

Publié par le 28 Oct, 2019 dans Blog | 10 commentaires

France Inter ou Zemmour, qui est le vrai nauséabond ?

Faisant suite à mon précédent article :

La chasse au Zemmour est ouverte !  

j’aimerais juste vous proposer la vidéo d’une émission politique sur France Inter, surnommée par certains, non sans raisons, France Sphincter. Mais c’est très injuste pour les sphincters qui ont une réelle utilité !

On y trouve deux des ingrédients favoris et des travers de cette chaine qui affiche, sans vergogne, et sans respect pour la moitié des contribuables qui règle la redevance de l’audiovisue, un strabisme progressiste et gauchiste évident :

  • le goût pour la délation,
  • la mauvaise foi.

L’ennemi est clairement dénoncé : c’est la droite !

Je ferais déjà une première remarque concernant le choix des deux journalistes invités à discuter de la présence (honnie !) d’Eric Zemmour sur la chaine d’infos CNews.

Peu habitué aux moeurs de France Inter, j’aurais aimé avoir deux journalistes d’opinions différentes mais j’ai dû me contenter d’Isabelle Roberts et Raphaël Garrigos, qui ont leurs ronds de serviette sur France Culture, Isabelle Roberts étant, elle, estampillée : Libé compatible !

C’est donc sans surprise que l’on voit se tenir le procès de la droite et pour France Sphincter, la droite, ça commence tout de suite après Bayrou, et ça se confond avec l’extrême droite.

Les accusés, dans ce procès, outre Eric Zemmour, et Bolloré, le patron de la chaine CNews, sont nommément désignés (17 minutes après le début de la vidéo):

Vous pointez la présence effective sur les antennes de CNews de journalistes et d’éditorialistes très très à droite, voire d’extrême droite ! On peut les citer : Ivan Rioufol du Figaro, Elisabeth Lévy, Gilles-William Goldnadel, Charlotte d’Ornelas de Valeurs actuelles, et Gabrielle Cluzel de Boulevard Voltaire. Qu’est-ce qui se passe à CNews ?

On peut aussi rajouter Pascal Praud, Jean-Marc Morandini. Tout le monde parle d’une « foxisation » de CNews qui se transformerait donc en Fox News, la chaine d’infos « très républicaines ». Oui, très très à droite !
Est-ce que c’est une idéologie de la chaine ? Ça commence à y ressembler !

Dans ces paroles on ressent bien toute l’arrogance du camp du bien ! Eux-seuls, qui pensent bien, qui pensent progressisme, qui pensent à gauche, sont légitimes. Pour eux, toute critique du progressisme ne devrait pas avoir droit de cité !

Des journalistes de gauche qui se permettent de contester la présence sur les ondes de quelques malheureux journalistes et éditorialistes de droite et dénient la liberté d’expression.

De la mauvaise foi érigée en règle de base

Le dialogue précédent se poursuit par un sommet dans la mauvaise foi (17′ 59″ après le début). Jugez-en par vous-même :

On arrive à une sorte de schizophrénie totale car, pendant ce temps-là, à la même heure, sur la chaine de la maison mère Canal+, il y. Mouloud Achour qui, hier, rigolait encore en disant : « Allo, Christian Castaner, je me présente comme musulman. Regardez, j’ai la barbe. Je suis musulman ! » ce qui est d’une liberté de parole et une France métissée qui s’assume rarement comme àa à la télévision. Donc, qu’est-ce qui se passe ?

Y’a Mouloud Achour, y’a Les Sauvages, qui met en scène un président français d’origine algérienne. Et c’est là que le silence de Maxime Saala, le patron de Canal+ est incompréhensible ! Ou trop compréhensible car il faut savoir qu’à Canal+, tout est dirigé par Vincent Bolloré et si Vincent Bolloré veut Eric Zemmour, il aura Eric Zemmour …

Là où un démocrate honnête verrait dans la coexistence dans le même groupe de deux émissions avec respectivement Eric Zemmour et Mouloud Achour, une preuve d’ouverture et de respect de la liberté d’expression, les gauchistes de France Sphincter ne voit que schizophrénie et incohérence !

N’a t-on pas atteint ici, le sommet de la mauvaise foi ?

En supposant qu’ils aient raison et que CNews vire à droite, il ne leur vient pas une seule seconde à l’idée que cela viendrait un peu rééquilibrer un paysage audiovisuel – notamment celui de l’audiovisuel public – largement ancré à gauche !

Je pense qu’à France Inter, ils vivent ensemble, ils ne parlent qu’ensemble, en vase clos, et se reproduisent entre eux. On sait où mène la consanguinité !

Ne sont-ce pas des signes patents de dégénérescence que l’on perçoit dans ces échanges exclusivement entre gens de gauche compagnie ?

Voici la vidéo de l’émission (la partie traitée ci-dessus commence 17 minutes après son début :

En conclusion, à la question : « France Inter ou Zemmour, qui est le vrai nauséabond ? » Eric Zemmour répond quatre soirs par semaine, sur CNews, en croisant le fer avec pugnacité et respect avec des interlocuteurs de toutes opinions !

Merci de tweeter cet article :





10 Réponses à “France Inter ou Zemmour, qui est le vrai nauséabond ?”

  1. Richard Mauden dit:

    Quand la radio d’État dresse gauchement des listes d’opposants
    Par Gilles-William Goldnadel / Lundi 21 octobre 2019 à 12:4016
    Chaque semaine, l’avocat Gilles-William Goldnadel livre aux lecteurs de Valeurs actuelles son regard sur l’actualité
    Mardi dernier, la préposée aux médias de la radio d’État France Inter, Sonia Devillers pour ne pas la nommer, a livré en pâture aux auditeurs une liste de mal pensants qu’il convenait de faire taire.
    Recevant deux journalistes de la gauche extrême issus de Libération, elle fit le procès en règle de la chaîne C News et de ses dirigeants qui avaient l’impudeur d’accueillir Zemmour. Non contente de faire la leçon publique à la chaîne privée, elle livra au micro une liste de noms et de titres coupables d’être très à droite et certains d’extrême droite parmi lesquels Elisabeth Lévy, Ivan Rioufol, Charlotte d’Ornellas de Valeurs Actuelles, Gabriel Cluzel de Boulevard Voltaire, ainsi que l’auteur de ces lignes.
    Pour l’écrire sincèrement, le venin porté par les flèches décochées par cette gauche morale a perdu toute valeur létale. C’est bien parce que celle-ci doute désormais fortement de ses facultés intellectuelles et morales qu’elle en devient hargneuse. Elle ne peut plus compter que sur le seul rapport de force dont elle se sait encore dans la domination : le pouvoir médiatique sans partage sur le service public. Elle peut encore tenter d’intimider. Elle peut encore tenter de nuire. Mais dans ce cas, qu’elle ne compte pas sur moi pour rester mutique. Ni que je renonce à mon esprit caustique.
    Car je goûte assez peu qu’une radio à laquelle je contribue en tant que contribuable puisse à ce point piétiner ses obligations de pluralisme et de neutralité du service public pour faire la morale alors même qu’elle foule celle-ci de ses deux gros pieds gauches. Qu’une préposée d’État vienne flanquée de deux extrêmement gauchers expliquer qu’on n’aurait pas le droit d’être droitier dans le domaine privé.
    Je pourrais moi aussi, si j’avais le goût des listes, désigner nommément à la vindicte publique tel rédacteur en chef de la matinale qui vient de Libération période très gauchiste, tel responsable de la revue de presse proche du Parti Socialiste et qui fit partie de sa carrière sur une chaîne qatarie , tel responsable de la chronique de politique étrangère qui vient de Rue89 et qui s’est vanté sur France Culture d’avoir été payé par Soros pour surveiller le Net. Je pourrais aussi désigner tous ces faux humoristes, qui rient tous dans le même coin à gauche ou plutôt qui confondent rire et ricanement. Je pourrais encore nommer cette illustre inconnue à qui l’on a confié pendant tout cet été une bonne heure d’antenne pour inviter toutes les racialistes indigentes et les indigénistes indigestes qui trainent.
    Plus farce encore : Le lendemain où la dame précitée morigénait ceux qui invitent Zemmour, celle-ci déroulait un tapis rouge vif à Edwy Plenel. Celui même qui exulta lorsqu’on assassina des athlètes israéliens aux jeux olympiques de Munich. Celui-là qui explique qu’on fait un procès à Ramadan sous le seul prétexte que Tarik est musulman. Je n’aime guère les donneurs de leçons de morale. J’aime encore moins lorsqu’un Dutroux en liberté fait la morale aux libertins.

  2. Christian 54 dit:

    Question légitime : journaliste et de gauche sont-ils compatibles ? La réponse, incontestablement , est non, pas un instant.
    De la même façon sont incompatibles objectivité et journaliste de gauche, liberté et journalisme de gauche.
    N’oubliez jamais qu’il fût un temps où l’humanité (impossible à écrire avec un H) demandait l’imprimatur de la censure nazie…
    Ne perdez jamais la mémoire !

  3. Ah, ah, ah, les journalistes de France Inter… très très cons, très très à gauche, très très intolérants, très très mouchards 😉

  4. Ils ne m’énervent nullement il y a bien longtemps que je n’écoute plus France inter comme beaucoup d’autres MERDIAS

  5. Une petite, tout du moins pour moi.
    Je vous propose de la partager avec vous.

    http://cheminfaisant.eklablog.com/les-antifascistes-d-aujourd-hui-feront-les-fascistes-de-demain-a94544578

    Bonne écoute et bonne lecture!

  6. Pendant la 2e GM,
    La gauche, c’était la collaboration.
    La Résistance, c’était l’extrême droite.

    Ce n’est pas moi qui le dit, ce fait est maintenant reconnu par les historiens honnêtes : https://www.youtube.com/watch?v=GmiHhu_SFFE

    Alors dès lors qu’attendre de ces descendants de collabos ?

    Surprenant tout de même de voir des gens, qui ne se disent pas de gauche, parvenir à écouter ces pitoyables collabos et … à leur faire de l’audimat

    • Christian 54 dit:

      La Résistance c’était l’extrême droite ? Beaucoup plus complexe que ce schéma très réducteur. Quant à choisir France Télévision comme historien honnête, il y a franchement comme un hiatus.
      Quant aux gens de gauche qui se réfèrent aux Droits de l’Homme, ils oublient les Staline, Mao, Pol Pot et autres extrême humanistes.

    • Vousa vez raison : venant d’un milieu de résistants, tant du côté paternel que maternel, j’ai toujours entendu dire que les résistants étaient de droite, les collabos de gauche jsuq’à ce que, sentantn le vent tourner ils sont devenus « résistants » et ont réussi à modifier l’histoire.

      Mes parents et grands parents ont de fait, détesté la gauche à jamais pour leurs faits de collaboration (dont les dénonciations suivies suivies systématiquement par l »élimination par les nazis des résistants dénoncés ») et leurs mensonges qui ont permis de faire croire à la population qu’eux seuls ont crée et fait la résistance!

      Par contre, droite extrême ou non, je ne sais pas : ma famille n’ont jamais fait partie de l’extrême droite et ne l’ont jamais soutenue -et moi non plus-.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *