Haro sur la méritocratie !

Publié par le 20 Juin, 2020 dans Blog | 5 commentaires

Haro sur la méritocratie !

A chaque instant, la gauche et surtout les progressistes nous donnent des leçons de morale en nous rappelant …

… les sacrosaintes Valeurs de la République.

Mais leurs leçons de morale sont à géométrie idéologiquement variable.

Les progressistes tordent la morale commune – ou que l’on prenait comme telle – pour la rendre compatible avec leurs nouvelles priorités idéologiques.

– C’est ainsi que les féministes qui poussent l’égalité homme-femme jusqu’à l’absurde, n’ont rien à dire contre la discrimination des femmes imposée par l’islam.

– Ils sont contre le racisme mais battent le pavé aux côtés des racialistes et nient le racisme anti-blanc.

– Ils veulent que l’esclavage des noirs par les nations occidentales soit qualifié de crime contre l’humanité, mais passent sous silence des siècles d’esclavage perpétré par les Arabes.

– Et voilà que, dans les universités, ils s’attaquent à la méritocratie que naïvement, sans doute, nous avions rangée parmi les Valeurs de la République !

Désormais, la discrimination positive s’impose devant la méritocratie. Ecarter un élève blanc brillant, pour laisser la place à un élève de niveau inférieur simplement parce qu’il appartient à une minorité ethnique ou sexuelle, ne les choque pas.

Au contraire ! 

Voici des extraits d’un artiste paru dans Causeur qui montre ce qui est arrivé à un professeur canadien de chimie qui a osé défendre le principe républicain du recrutement au mérite :

Sélectionner les étudiants au mérite? Quel scandale !

La société veut une science à son image.

Le petit monde de la recherche en chimie a connu un séisme au début du mois. Tomas Hudlický, enseignant-chercheur à l’université de Brock (Canada), a publié un article dans la revue allemande Angewandte Chemie. Il y argumente en faveur de la compétence comme critère principal de recrutement. Au temps de la discrimination positive, cette défense de la méritocratie a soulevé l’indignation.

Le 4 juin, Thomas Hudlický, enseignant-chercheur en chimie, publie un article dans le journal allemand Angewandte Chemie. Vendredi 5 juin, la revue décide de retirer l’article de Tomas Hudlický, sans même produire de note pour justifier sa décision. Dans l’article censuré, Hudlický affirmait que les mesures en faveur de la diversité (ethnique et sexuelle) nuisaient à sa discipline scientifique si elles conduisaient à privilégier un candidat moins compétent qu’un autre. Mais apparemment, le recrutement au mérite n’a plus droit de cité jusque dans les revues scientifiques !

Des idées préhistoriques

À en croire le portrait qu’en font ses détracteurs, Tomas Hudlický tient moins de l’honnête chercheur en chimie que d’un dinosaure aux idées préhistoriques. Quelques bons samaritains ont republié l’article incriminé sur internet pour ceux qui voudraient se faire un avis eux-mêmes. Petit florilège de pensées « nauséabondes » :

Dans une situation d’équilibre social, avantager un groupe conduit à en désavantager un autre.
Chaque candidat devrait avoir la même opportunité de prétendre à un poste, peu importe le groupe auquel il s’identifie ou est catégorisé.
Et enfin – âmes sensibles s’abstenir –
L’augmentation et l’accent mis sur des pratiques de recrutement qui suggèrent ou exigent l’égalité en termes numériques absolus sont contre-productifs s’ils donnent lieu à une discrimination des candidats les plus méritants.

Parmi les « leaders » affichés de la fronde contre Hudlický, se trouve un certain L- C. Campeau. Il a été dans les premiers à faire publiquement état de la déception que lui a causé M. Hudlický. Puisant dans son expérience personnelle pour invalider les thèses de Tomas Hudlický, il affirme :

en tant que recruteur expérimenté et leader […] je peux vous dire que ses conclusions sont non seulement factuellement fausses mais qu’elles représentent de surcroît tout à fait le genre de biais dont notre secteur cherche à se débarrasser. J’encourage les autres leaders à les dénoncer.

Outre le journal Angewandte Chemie – qui a renvoyé deux des scientifiques ayant laissé passer l’article – tout ce que la recherche en chimie compte d’institutions4 a attaqué Tomas Hudlický ces derniers jours. Sa propre université (Brock au Canada) s’est désolidarisée dans un communiqué. Le vice-président est allé jusqu’à envoyer une lettre aux étudiants en master dans laquelle il assurait qu’ils pouvaient bénéficier de « soutiens » (psychologiques). C’est que dans son fameux article, M. Hudlický allait jusqu’à estimer que les élèves ne s’investissaient pas assez dans la relation « maître-apprenti ». Face à un esprit si rétrograde, vite, un psy !

Cette idéologie, bien identifiée dans les sciences humaines, s’étend donc maintenant, et c’est sans doute le fond de l’affaire, aux sciences plus « dures » et descriptives comme la chimie. De jeunes étudiants, chercheurs et professeurs se sont ligués sur les réseaux sociaux sous le hashtag « #ChemTwitter » pour mener leur combat. Il n’y a pas encore de hashtag « #Math Twitter » ou « QuantumPhysics Twitter » cependant. Le 10 juin, quelque 5000 scientifiques du monde anglo-saxon ont organisé une journée de grève en s’appuyant sur ces hashtags, suite à la mort de George Floyd et à ses conséquences. Parmi eux, la prestigieuse revue Nature a par exemple profité de cette journée pour « s’éduquer sur le racisme systémique ». Il n’y a aucune raison pour que cette idéologie ne s’invite pas en France où l’université d’Aix-Marseille entreprend déjà d’installer des « baby-foot inclusifs », une « initiative unique » (pour l’instant) « qui consiste à proposer aux étudiantes et étudiants un équipement ludique qui déconstruit les représentations et les stéréotypes et suscite des échanges sur la mixité et la diversité »

Théophile Blondy Dupraz pour Causeur.

Merci de tweeter cet article :





5 Réponses à “Haro sur la méritocratie !”

  1. Ce n’est pas nouveau.
    Je me rappelle un entretien d’embauche en 1975, dans un labo de recherche.
    j’avais 24 ans? femme genrée femme et fière d’petre une femme, qui, de plus était fiancée (bague à la main gauche.

    Celui qui ml’interviewait, après avoir discuté de ems compétences et de ems diplômes m’a dit :
    « Mme, à compétences, expériences et diplômes équivalents, nous préférons un homme de plus de 30 ans »

    Ce à quoi j’ai répondu (de toute façon je ne risquais rien et ne perdais rien)
    « Monsieur, si je comprends bien vous préférez un homme incompétentà une femme compétente, puisqu’ayant la même expérience que moi et des diplômes équivalents, obtenus avec au moins 7 ans de retard.
    je ne regrette donc pas de ne pas faire partie de vos cadres ».
    je me suis levée et je suis partie.

    Je pense qu’aujourd’hui, c’est pire, puisqu’en plus du sexe, il s’agit de couleur de peau (le racisme devient de plus en plus visible, sous le nom d’anti-racisme.

    Sincèrement, je ne vois aucun stéréotype là dedans.
    Un diplôme et des expériences sont objectives, peu importe qui les a obtenus.
    Où est le stéréotype??

    • Mes compétences en écriture sur clavier sont nulles ;-(.
      Nombre de fautes de frappes invraisemblables (bon il est 20h35 et je suis au travail depuis 6h du matin!)

      Mais à l’époque nous avions des secrétaires! 🙂

  2. Leur societé ideale, débauché et immorale surtout, toujours au faux nom de l’humanisme qui n’est qu’un pretexte serait finalement le triomphe des minorités sur la majorité qui devrait courber l’echine continuellement, ce taire, s’auto culpabiliser en permanence et n’avoir droit a rien mais que des devoirs, travailler au maximum avec la nouvelle loi passé en cachette jusqu’a 60 heure et avec baisse du salaire grace a la ministre pennicaud et etre analphabete ou presque si possible pour etre de parfait lobotomisés et esclave a vie d’un systeme extremement contraignant vous laissant a peine de quoi vivre.

    C’est le chemin que l’on prend doucement mais inexorablement si on laisse faire.

    Et apres avoir creer leur nouvelle societé…pourquoi cette dictature s’arreteraient là ? apres ce serait le tour des minorités, car ils ne sont qu’un moyen actuellement pour plier la societé a leur exigences, d’abord nous, ensuite eux, car tout menerait vers un etat totalitaire.

    Ce totalitarisme peut s’atteindre de differente façon, meme au moyen de la medecine en injectant la puce et via les ondes electromagnetique calqué sur vos ondes cerebrales pour manipuler contre votre volonté.

    Si vous croyez que c’est du complotisme, alors regarder cette video qui vous prouvera le contraire ou Tony Blair veut pucer les humains.

    C’est qui les complotistes ? Blair veut (lui aussi) se servir du coVIDE pour pucer les humains !
    samedi 20 juin 2020
    Video
    https://youtu.be/vc2bi9NugeY

    N’oubliez pas ce que dit la bible, la marque de la bete, et la science permet avec la puce de controler un humain via les ondes.

    C’est vos ames que vous perdrez, faut le savoir, la bible est claire là dessus.

  3. Les recruteurs un peu exigeants vont toujours choisir le candidat le plus performant ergo celui qui sera le plus rentable pour l’entreprise. Qu’est ce qui va se passer si ce système de discrimination dite positive se généralise? Les diplômes des minorités vont se voir totalement dévalorisées aux yeux des patrons d’entreprises, conséquence les diplômés, compris ceux qui méritaient amplement leur diplôme vont être écartés d’office!! In fine, cette merveilleuse mesure anti discriminatoire va créer une vraie discrimination à l’embauche!!
    A croire que les antiracistes sont prêts à tout pour assurer leur travail.

  4. la « discrimination positive » est une hypocrisie, et une idiotie économique : ce n’est pas parce qu’on a coupé les oreilles d’un âne qu’on en fera un pur-sang !
    On en voit le résultat, avec la dame Avia, qui s’illustre de la façon qu’on sait, avec sa loi liberticide.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *