Haro sur Michel Onfray !

Publié par le 27 Mai, 2020 dans Blog | 3 commentaires

Haro sur Michel Onfray !

Quand le philosophe Michel Onfray parle de philosophie, tout le monde l’écoute.

Quand il parle de politique, on commence à le regarder d’un drôle d’air …

Mais quand il se mêle de vouloir créer l’esquisse de l’ébauche d’un début de projet de parti, aux relents de souverainisme, la presse de gauche se mobilise pour tuer son initiative dans l’oeuf !

C’est effectivement ce que vient de faire Michel Onfray avec la création de Front populaire qui n’est pour l’instant qu’une revue à périodicité trimestrielle.

Une revue qui se présente, sur son site dédié comme ceci :

Avec ses amis, Michel Onfray a lancé en avril 2020 la revue FRONT POPULAIRE pour penser les jours « d’après ». Les auteurs: d’anciens élus, des gilets-jaunes, des enseignants, des juristes, des démographes… Les uns sont de gauche, les autres sont de droite. Les uns croient au Ciel, les autres n’y croient pas. Mais tous sont convaincus qu’il faut plus que jamais mener le combat des idées pour retrouver notre souveraineté.

L’Observatoire du journalisme a analysé les réactions médiatiques à la création de cette revue dans un article intitulé :

L’Empire du Bien contre-attaque contre Michel Onfray et son Front populaire

En voici quelques extraits :

Dans son édition datée du mardi 19 mai 2020, Le Monde a de nouveau lancé ses fidèles guerriers de la lutte contre les néo-réacs à l’assaut.

Onfray de blanc devient noir

Ce mardi 19 mai 2020, ce sont donc les fidèles limiers Lucie Soullier et Abel Mestre « spécialistes » es extrême-droite (voir le portrait d’Abel Mestre), mais ne définissant jamais ce qu’ils entendent par-là, qui attaquent et ont donc trouvé un nouveau réactionnaire, Michel Onfray, pourtant longtemps égérie d’une partie de la gauche, laquelle avait même pensé un temps à lui pour les présidentielles de 2007, ayant à l’époque table ouverte dans tous les médias du système, médias qu’il critique avec virulence maintenant, chacun étant libre d’évoluer au long d’une vie intellectuelle.

Michel Onfray était pourtant, moins depuis qu’il trouve l’islam dangereux, dogmatique, violent, en passe de peut-être imposer sa loi, un gendre idéal autrefois : penseur devenu philosophe, travailleur acharné, certains disaient polygraphe excessif, critique d’une éducation nationale déjà assez moribonde pour qu’il la quitte afin de fonder une université populaire, combattant de l’antiracisme sous toutes ses formes, attentif à ne pas débattre avec les méchants de l’autre rive, ou supposés tels.

Les médias officiels n’aiment plus Michel Onfray

C’est donc terminé, toute la presse officielle et convenue, celle qui sert la soupe au mondialisme, lui tombe dessus, à commencer par Le Monde. Mais Libération et consorts suivent, la « Lettre politique » du bientôt retraité Joffrin étant par exemple consacrée à Michel Onfray le mercredi 20 mai 2020. En son entier.

Qu’un philosophe aussi adulé, durant aussi longtemps, ayant bénéficié d’une émission annuelle d’un mois sur France Culture durant des années, invité partout, vienne rejoindre, pensent-t-ils, la cohorte de ceux que l’on qualifiera dans ces milieux d’hommes « de droite » ou « d’extrême-droite », les sociaux-libéraux ont du mal à faire la différence, comme Dantec autrefois, Houellebecq et tant d’autres, ainsi que des confrères auxquels ils dénient évidemment la qualité d’organes de presse, comme Éléments, Valeurs Actuelles, Présent ou L’Incorrect par exemple, choque l’entendement de Soulier et Mestre.

Pour Le Monde, ce qui est acceptable c’est de penser comme Le Monde.

Et c’est à cela que servent Lucie Soullier et Abel Mestre, dans la plus pure tradition des anciens « commissaires du peuple » ou du tribunal révolutionnaire de 1793 : traquer tous les suspects.

De quoi ? Du crime suprême : être simplement suspect.

L’objet du délit ? Front Populaire

Michel Onfray lance sa revue trimestrielle Front Populaire en juin. Ce sera aussi une plateforme d’échange d’idées entre personnes qui ne pensent pas en gros toutes dans le même sens (Le Monde n’aime pas trop cela) et peut-être l’embryon d’un soutien à une candidature souverainiste, au sens de rendre la souveraineté au peuple dans le cadre d’une nation conçue comme un ensemble de provinces et de communes. Michel Onfray est en partie proudhonien, mais Soullier et Mestre ne savent pas qui est Proudhon. Dans l’esprit des surveillants général du retour de la « bête immonde », toujours prête à surgir et à mordre, comme en 1933 (une année du début du 20e siècle dont le centenaire approche à pas rapides), Michel Onfray a outrepassé le droit de la pensée autorisée, selon eux, en devenant souverainiste — mais il affirme l’avoir toujours été, ayant « voté contre Maastricht en 2012 » ainsi qu’il le rappelait sur Sud Radio dimanche 17 mai 2020 — c’est-à-dire en basculant à l’extrême-droite, toujours selon le logiciel qui se veut être de la pensée au Monde.

Les arguments, pour « démontrer » le devenir en gros « fascisant » de Michel Onfray, méritent que l’on s’y arrête un peu. Michel Onfray est devenu un délinquant de la pensée car :

Le titre et l’accroche :

Avec sa nouvelle revue « Front Populaire », Michel Onfray séduit les milieux d’extrême droite
La revue, qui doit être lancée en juin, entend réunir les « souverainistes de droite et de gauche ». Parmi ses premiers soutiens, l’on compte de nombreuses figures de la droite de l’extrême droite.

Une manière de dire les choses, directement issue du centralisme démocratique pratiqué dans les anciens partis communistes staliniens, maoïstes et polpotistes : ce n’est pas à la pensée du philosophe que s’en prennent les journalistes mais au philosophe en tant que d’autres personnes, mal-pensantes dans leur esprit, s’intéressent à la revue mise en oeuvre par Michel Onfray, laquelle atteint plus de 17 500 « contributeurs » à l’heure où nous écrivons.

La suite de ce long article est à lire sur le site de L’Observatoire du journalisme.

Dont voici la conclusion :

Finalement ? L’initiative Front Populaire de Michel Onfray est évidemment une initiative d’un intellectuel de gauche, mais d’une gauche qui refuse la gauche de type LFI autant que la gauche qu’il nomme libérale-sociale. Il affirme un girondisme, une volonté de localisme qui peut plaire à des personnes d’autres horizons politiques.

Reste que l’article de Lucie Soullier et d’Abel Mestre n’est pas un article journalistique mais un tissu d’approximations et de manipulations visant à salir l’image de l’homme tout en donnant une vision négative de son initiative. S’en rendent-ils seulement compte ou bien sont-ils à ce point formatés que c’en est impossible ? Difficile à dire. Un peu des deux peut-être et une dose de malhonnêteté en même temps que de mépris de toute initiative qui pourrait devenir populaire.

Le Monde, Paris, les universitaires … Et le peuple ? Une partie s’abonne à Front Populaire, et bien que n’étant pas des amis de Michel Onfray, l’auteur de ces lignes a fait de même.

L’Observatoire du journalisme.

Merci de tweeter cet article :





3 Réponses à “Haro sur Michel Onfray !”

  1. Front populaire est un peu trop connoté à mon goût.

    • les titres « lutte ouvrière », « France insoumise », « nouveau parti anti-capitaliste » étant pris, les marques communiste et socialiste étant déposées, il ne restait plus grand chose qui fasse encore rêver le prolétaire. Le « front popu », version médias officiels, c’est un peu l’âge d’or, et puis personne ne l’avais encore osé, alors …

  2. C’est pour lui la meilleure façon de combattre ses 2 enemis Macron/Le Pen.

    Si son candidat ne seduit pas l’électorat de la droite traditionnelle, il sera derrière Macron et n’aura aucune chance de l’emporter si Marine Le pen se maintient au dessus des 20% et la réélection de « Manu » est plus probable que l’avènement du RN.

    Si ce candidat séduit plutôt les électeurs de la droite traditionnelle, Marine Le pen est sortie du second tour, avec Macron si une personnalité rassemble la gauche et les écolos.

    Pour Mélenchon, c’est foutu si ce nouveau parti cristallise surtout à gauche.

    Macron conservera une bonne part de l’électorat des villes mais doit chercher à diviser au maximum ses opposants s’il veut être au second tour et a la bonne stratégie en tablant sa réélection sur le remake de 2017.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *