Hidalgo a pourri la vie des automobilistes, mais aussi des piétons !

Publié par le 6 Sep, 2017 dans Blog | 6 commentaires

Hidalgo a pourri la vie des automobilistes, mais aussi des piétons !

Dans la foulée de mon article précédent : « Les dossiers noirs d’Hidalgo – les embouteillages« , voici un édito au vitriol d’Alba Ventura présenté avec pugnacité, hier matin, sur l’antenne de RTL.

J’ai suffisamment critiqué cette journaliste pour pouvoir la féliciter aujourd’hui pour cette chronique musclée qui n’a pas peur de s’en prendre à l’Ayatollah de l’Hôtel de Ville et à sa bande d’écolos irresponsables !

Voici donc le texte de son intervention que vous pouvez aussi écouter en fin de cet article :

Yves Calvi : la maire de la capitale, Anne Hidalgo, dans sa volonté de faire la guerre à la voiture, a encore réduit les espaces et les voies automobiles, pagaille en perspective, l’idée, Alba, c’est de faire un Paris pour les vélos ?

Alba Ventura : En tout cas, l’idée, c’est surtout de faire un Paris sans voitures et chaque année, Anne Hidalgo s’emploie à démontrer qu’elle ne veut plus aucune automobile dans sa ville et c’est comme ça qu’après les voies sur berge rendues aux piétons, et bien on a vu fleurir cet été des voies cyclables sur des axes importants de la capitale.

Mais bon, dire qu’il faut moins de circulation à Paris, tout le monde est d’accord, dire qu’on veut un air moins pollué dans la capitale, tout le monde est d’accord aussi, dire qu’il faut des quartiers piétonniers et des pistes cyclables, bien sûr ! Mais il y a manière et manière de le faire.

La circulation dans Paris, ça s’organise, ça ne se décrète pas ! Parce que Paris n’est pas une île déserte. Quand on cherche à limiter la circulation dans la capitale, quand on engage 150 millions d’euros pour la bicyclette, et bien pardon, on cherche avant tout des alternatives ! On pense parkings, on pense transports, navettes, tramways mais bon, visiblement, l’anticipation et la concertation ne font pas partie des plans de la maire de Paris !

Yves Calvi : Vous voulez dire que rien n’a été pensé ?

Alba Ventura : Si peu ! Ecoutez ! Si tout avait été pensé, il y aurait dû y avoir des discussions avec les premiers concernés, c’est à dire les maires des banlieues, les maires des communes limitrophes, parce que ce sont des centaines de milliers de banlieusards qui, chaque matin, déferlent dans la capitale !

Mais vous savez le pire ? C’est que ça ne gêne pas seulement ceux qui habitent en dehors de Paris. Le parisien aussi vit un enfer ! Celui qui n’a pas de voiture ! J’ai lu avec attention, ce week-end, dans le Figaro, la tribune de l’écrivain Benoit Duteurtre. Il est un parisien qui n’a ni voiture, ni vélo, donc il est à pied, et il est ce qu’on pourrait appeler un « bobo ». Il devrait se réjouir, lui, de pouvoir déambuler dans Paris qui compte des voies sur berge sans autos et des pistes pour vélos … Et bien non ! Il est en colère, lui aussi :

  • parce que les quais sont bouchés,
  • parce que les voitures roulent plus lentement et donc elles polluent plus longtemps !
  • Parce qu’il y a plus de bruit parce que les sirènes des ambulances qui n’avancent pas, retentissent plus longuement.
  • Parce que la maire de Paris a cru qu’en fermant certains axes les voitures ne viendraient plus,

mais les voitures, elles trouvent d’autres itinéraires, parce que la nature a horreur d’être contrainte et donc elle cherche d’autres chemins. C’est comme l’eau, vous savez, ça se faufile !

Autrement dit, les encombrements et la pollution qui va avec, se déportent ailleurs et comme le dit l’écrivain Benoit Duteurtre, paradoxe ultime, les gaz d’échappement retombent sur les berges où les bobos croient prendre un air meilleur !

ET oui, c’est comme les futurs cyclistes de la voie Georges Pompidou ou de l’Avenue de la Grande Armée, qui vont se retrouver la tête plongée dans les vapeurs de CO2 et autres particules fines émises par les voitures à l’arrêt.

Non, si Anne Hidalgo avait un peu réfléchi, elle aurait permis aux banlieusards de se garer à la périphérie de la capitale, de laisser leur voiture avant d’entrer dans Paris. Elle aurait développer le transport collectif mais aussi le transport fluvial. On aurait tous pu en discuter parce qu’on peut vivre en-dehors de Paris et aimer s’y promener, y faire du shopping ou bien aller au théâtre.

Au lieu de cela, on a pourri la vie des automobilistes et donc pourri la vie des piétons et des vélos, uniquement par idéologie et par sectarisme !

Alba Ventura pour RTL.

Voici l’enregistrement audio complet de l’intervention d’Alba Ventura :







6 Réponses à “Hidalgo a pourri la vie des automobilistes, mais aussi des piétons !”

  1. Christian 54 dit:

    Parfait exemple des extrémités auxquelles conduisent le sectarisme et l’aveuglement. Mais pas seulement celui d’Hidalgo dont nous savons depuis longtemps quels sont les travers, aussi, et c’est bien plus grave des bobos aveugles qui s’obstinent à la réélire.

  2. Dans notre petite ville de province tout au sud de la France, la mairie a créé des voies pour les cyclistes, dans les rues étroites du centre ville qui sont déjà en sens unique avec un côté de stationnement, mais elle a pensé à leur sécurité: les vélos circulent en sens contraire, face aux voitures! Sauf qu’il n’y a pas ni la place pour faire croiser un vélo et une voiture, ni la place pour le vélo de se garer entre les voitures déjà stationnées. On se demande qui a réfléchi à ce système!

  3. Une evidence, les prisiens ont voté pour des incapable, inbus d’eux meme, sectaire, suffisant, bobo goche, dans le plus mauvais style,
    bref, que des qualités pour la goche.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *