Hongrie, Pologne, seuls pays d’Europe
à défendre la civilisation européenne ?

Publié par le 5 Mar, 2021 dans Blog | 3 commentaires

Hongrie, Pologne, seuls pays d’Europe  à défendre la civilisation européenne ?

Le parti du président hongrois Viktor Orban, le Fidesz, vient de quitter le Parti Populaire Européen (PPE) devançant sa probable expulsion pour non-respect des valeurs de l’Europe.

Les européistes nous bassinent avec les valeurs morales qui auraient fondé l’Europe alors que c’est avant tout les intérêts financiers et économiques qui ont prévalu à la création de l’Union européenne.

Par un glissement sémantique qu’on n’a pas vu venir, ces valeurs de l’Europe nous sont aujourd’hui imposées et se confondent, comme le pointe Eric Zemmour, avec les valeurs de la gauche progressiste ! Mais de quel droit ?

Les peuples européens ont-ils clairement choisi ces valeurs par leur vote ? Ou ces valeurs étaient-elles plutôt cachées au fond du texte illisible de la Constitution européenne ?

Aujourd’hui, au nom de ces valeurs, l’Europe voudrait nous imposer la morale progressiste avec notamment des quotas d’immigration dont la majorité des européens ne veulent pas !

Les élites européennes et particulièrement françaises, non seulement ne réagissent pas mais sont partie prenante dans cette politique de négation des identités française et même européenne.

Il faut aller chercher à  l’Est de l’Europe, là où le souvenir douloureux des envahisseurs communistes reste bien présent, des pays qui résistent à ce déni de souveraineté. En Pologne et en Hongrie, des responsables politiques courageux, soutenus par leur peuple, se lèvent et disent NON aux vagues migratoires envahissant l’Europe.

Je relaye aujourd’hui une longue interview de Judit Varga, la ministre de la justice de Hongrie, parue dans le magazine Putsch.

On pourrait résumer cette interview par ce  propos de la ministre :

« Nous n’avons pas abandonné la partie de notre souveraineté nationale qui décide de certaines questions cruciales, comme avec qui nous voulons vivre dans notre propre pays ».

Compte tenu de la longueur de cette interview, je la publierai en deux parties dont voici la première :

Madame la Ministre, vous avez déclaré à nos confrères français qu’ «en Hongrie, nous acceptons le principe : autant de maisons, autant d’habitudes». Quelles sont les principales caractéristiques de l’État de droit hongrois ?

Il ne devrait pas être différent de l’Etat de droit français. Nous partageons tous les mêmes principes et valeurs que ceux inscrits dans les traités fondateurs. Cependant, nous ne préconisons pas nécessairement l’extension idéologique sans fin du concept. Nous préservons plutôt le statu quo, plutôt que d’être toujours progressistes, même si nous ne savons pas où une telle progressivité pourrait mener. La Loi fondamentale et la structure étatique de la Hongrie sont fondées sur l’État de droit. Nous avons une constitution conservatrice qui proclame la protection de l’identité constitutionnelle et de la culture chrétienne de la Hongrie. Ce n’est peut-être pas le courant dominant, mais c’est un concept valide et légitime. Ses principaux points ont été discutés avec le peuple hongrois lors d’une consultation nationale ; ils ont donné leur consentement même après l’adoption de la Loi fondamentale, en autorisant trois fois de suite l’actuel parti au pouvoir à former un gouvernement. Je crois que notre loi fondamentale est la plus examinée de l’Union Européenne, car après son adoption, elle a été énormément surveillée et plus tard considérée comme conforme à l’Union Européenne par la Commission de Venise et la Commission européenne également. En même temps, nous sommes convaincus que l’autodétermination est toujours importante, car nous n’avons pas abandonné la partie de notre souveraineté nationale qui décide de certaines questions cruciales, comme avec qui nous voulons vivre dans notre propre pays. Cela n’a rien à voir avec la primauté du droit.

Finalement, l’État de droit de chaque nation ne se mesure-t-il pas à la souveraineté de chacun pour établir ses règles ?

La préservation de l’État de droit dans les États membres incombe principalement aux institutions constitutionnelles nationales. À cet effet, des structures institutionnelles et juridiques nationales très diverses ont évolué dans toute l’Union Européenne. Les diverses structures nationales et l’absence d’un cadre conceptuel convenu entraînent l’absence de critères objectifs, qui peuvent servir de base à une évaluation impartiale dans le cadre d’un processus équitable. Sans une connaissance approfondie du système juridique national et de la culture juridique, il est quasiment impossible de juger le respect de l’État de droit par d’autres États membres. C’est pourquoi la Hongrie ne critique pas d’autres pays, surtout pas sur la base d’informations de médias biaisés.

La Hongrie a de nouveau été au centre de vives critiques à la fin de l’année dernière pour avoir utilisé votre veto au sein de l’Union Européenne pour le plan de relance. Quelle est la position de la Hongrie sur ce plan de rétablissement aujourd’hui ?

Plusieurs acteurs de l’« arène » européenne ont voulu lier les subventions financières aux attentes idéologiques, telles que la conditionnalité de l’État de droit. Nous pensons que les traités fondamentaux de l’Union Européenne ne seront pas contournés. Toutefois, aucun chantage politique à l’encontre de certains États membres par des moyens budgétaires dans le but de changer l’opinion ne devrait se produire. En outre, l’Union Européenne dispose déjà d’un certain nombre d’outils pour protéger ses intérêts financiers, de sorte qu’un mécanisme judiciaire aussi large et non correctement défini que le nouveau mécanisme de l’État de droit n’aurait pas eu de valeur supplémentaire. Par conséquent, notre position était claire dès le départ. Nous avons indiqué qu’il est irresponsable de forcer les débats idéologiques au milieu de la plus grande crise sanitaire récente de notre histoire. Au lieu de cela, convenons d’abord du plan de rétablissement, afin que l’argent puisse atteindre le plus rapidement possible ceux qui en ont besoin et une fois que nous l’aurons fait, nous pourrons nous concentrer sur des questions moins urgentes, comme que la modification du Traité et la création d’un nouveau mécanisme d’État de droit. Ainsi, notre position n’a pas changé du tout. Nous avons montré notre solidarité en acceptant l’endettement commun. Maintenant, nous devrions garantir que l’économie européenne peut s’ouvrir très rapidement avec l’aide du fonds de relance.

Pouvez-vous nous parler de cette loi «Stop Soros» qui vous a, une fois de plus, valu des attaques ?

Le Parlement a adopté la loi en 2018 pour mettre fin à l’immigration illégale, depuis que les Hongrois se sont exprimés haut et fort, à plusieurs reprises, sur le fait de ne pas soutenir l’immigration, mais protéger la culture chrétienne européenne. Les partis pro-immigration nous ont attaqués en critiquant le nouveau fait juridique de la criminalité dans le Code Pénal, qui criminalise la « facilitation » et le soutien de l’immigration clandestine. En d’autres termes, ils attendent pratiquement le soutien de la traite des humains de la Hongrie. Cette procédure n’est qu’un autre exemple parfait de la façon dont les responsables politiques bruxellois veulent cesser d’accorder des subventions aux États membres qui ne veulent pas recevoir d’immigrants illégaux ; en outre, ils veulent même que ces pays soient également sanctionnés.

A suivre dans la seconde partie de cette interview.

Propos recueillis par Nicolas Vidal pour Putsch.

Merci de tweeter cet article :





 

3 Réponses à “Hongrie, Pologne, seuls pays d’Europe
à défendre la civilisation européenne ?”

  1. En plus, elle veut faire passer une loi pour empêcher les réseaux sociaux de censurer les opinions conservatrices.

  2. Quand je pense que l’une de nos amies, hongroise de naissance et mariée à un hongrois (décédé depuis) est venue en France pour fuir le socialisme (communisme) hongrois de l’époque (en 1979, je pense me rappeler).

    En mai 1981, elle arrive en larmes et horrifiée nous demandant si elle devait quitter la France et où elle devait fuir.
    Comme nous étions tous (toute ma famille) autour d’une petite lumière jaune allumée, sans parler, hébétés, j’imagine le tableau que nous lui renvoyions.

    Néanmoins, mon père a tenté de lui expliquer qu’en France, l’avènement d’un socialiste était différent qu’en Hongrie et qu’elle pouvait rester.

    Je l’ai perdue de vue, mais je me demande bien ce qu’elle pense de la situation actuelle, où la Hongrie est plus libre que la France!

  3. Voila un pays democratique, contrairement a l’occident !

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *