Il est trop tard pour un “accompagnement social”

Publié par le 26 Nov, 2018 dans Blog | 5 commentaires

Il est trop tard pour un “accompagnement social”

Emmanuel Macron, son premier ministre Edouard Philippe, et le ministre des comptes publics, Gérard Darmanin le répètent devant tous les micros : « nous maintiendrons les taxes sur les carburants dès le début de l’année 2019 ! »

Justification : l’avenir de la planète en dépend !

Sauf que maintenant, tous les Français ont compris que l’objectif principal de toutes ces hausses de taxes, profitent d’abord au renflouement des caisses de l’Etat, et seulement ensuite, et beaucoup moins, à la transition énergétique.

Emmanuel Macron se dit grand réformateur devant les Français, mais refuse obstinément de se colleter avec la mère des réformes : la baisse des dépenses de l’Etat !

Et puis quand on y pense, proposer des aides pour pouvoir payer des taxes, ça fait un peu Sapeur Camembert mâtiné de Père Ubu !

Voici un article extrait du Bulletin hebdomadaire d’André Noël sur le sujet :

Comment réconcilier le peuple des gens modestes parmi lesquels les « gilets jaunes » avec l’écologie ? Grâce à un « accompagnement social » nous dit désormais le gouvernement ; le chef de l’Etat devait exposer ces mesures le 27 novembre. Si c’est la solution, que n’y a-t-il songé plus tôt ! C’est trop tard. Il n’est plus audible. Quoi qu’il dise, quoi qu’il fasse, le chef de l’Etat ne persuadera pas les « gilets jaunes » que l’on va enfin porter remède aux maux qu’ils dénoncent sans être entendus. Nicolas Hulot sur France 2 prétend maintenant qu’en amont il avait suggéré des mesures sociales à Macron mais que celui-là ne l’a pas écouté. L’ancien ministre ne va pas jusqu’à enfiler un « gilet jaune »… mais il assure que si on l’avait suivi, il n’y aurait pas eu ces manifestations, elles étaient « évitables », dit-il. Néanmoins, cet acteur du petit écran, ce bonimenteur inventeur de la taxe carbone (c’est lui qui l’a vendue à Nicolas Sarkozy) continue à célébrer l’excellence de la matraque fiscale pour le bien de la planète. Les citoyens d’aujourd’hui doivent sacrifier leur pouvoir d’achat pour les lendemains qui chanteront de leurs arrière-arrière- petits enfants pendant que lui … bien assis sur un pactole (France Dimanche) de 7,3 millions d’euros, continuera de toucher 249 000 € de royalties sur ses shampoings et autres déodorants Ushuaia et quelque 221 000 de dividendes divers en droits d’auteur.

Si le chef de l’Etat a d’abord refusé cet « accompagnement social », c’est qu’il constitue la quadrature du cercle. Il a décidé d’augmenter imperturbablement et sévèrement la taxe carbone pour « délivrer » les Français de l’asservissement au pétrole, a indiqué François de Rugy, ministre de l’écologie. Du haut de leurs patinettes, les totalitaires verts veulent que ça coûte cher de rouler, que ça fasse mal, afin que le plus grand nombre possible de personnes abandonne le volant. C’est cela l’écologie punitive. Il s’agit de sanctionner les « accros » à l’essence et, plus particulièrement, ceux qui utilisent, sur les recommandations gouvernementales d’hier, le diesel d’où nous viendrait aujourd’hui tout le mal, comme s’il avait affaire à des toxicomanes ; alors même que certains au gouvernement veulent libéraliser l’usage du cannabis et non pas en délivrer les accrocs. Si le pouvoir, acculé par les « gilets jaunes », adoucit l’amère potion par un « accompagnement social », sonnant et trébuchant, cela fera moins de mal au porte-monnaie d’utiliser son véhicule et  sera donc moins dissuasif. Que faire ? Nous allons voir bientôt comment Macron va se débrouiller avec ce serpent qui se mord la queue pour reprendre d’une main ce que l’autre donne.

Il le fera en puisant dans les fonds détournés de la taxe carbone.

Alors que les ministres et le président de la République expliquent que ce sacrifice financier c’est pour la… « transition énergétique » – une belle définition fourre-tout qui ne veut rien dire car seulement 20% des 34 milliards € y sont affectés –. Le reste va abonder le budget global de l’Etat pour « aider » les nouveaux envahisseurs qui traversent la méditerranée vêtu d’un gilet… rouge. Et lorsqu’au début de l’année prochaine la taxe sera de nouveau augmentée, ce ne sera plus 20% mais 19% alors que le prix du baril ne cesse de baisser grâce à Donald Trump.

La semaine dernière, la loi pour bannir les fausses nouvelles a été votée. Or, dire que la taxe carbone était affectée à l’écologie était une « fake news » délibérée ! D’ailleurs, avez-vous remarqué que, depuis quelques jours, les ministres disent désormais qu’elle « contribue » à la transition énergétique et non pas qu’elle y est consacrée, il y a là plus qu’une nuance, c’est l’aveu que l’on spéculait sur l’ignorance des Français pour procéder à un énième racket final pour une opération destinée à « sauver la planète ».

Enfin, on méditera sur les derniers propos de Carlos Tavares, patron de PSA, extraits de Médiapart « Le monde est fou. Le fait que les autorités nous ordonnent d’aller dans une direction technologique, celle du véhicule électrique, est un gros tourment.

« Je ne voudrais pas que dans 30 ans, on découvre quelque chose qui n’est pas aussi beau que ça en a l’air, sur le recyclage des batteries, l’utilisation des matières rares de la planète, sur les émissions électromagnétiques de la batterie en situation de recharge. – Comment est-ce que nous allons produire plus « d’énergie électrique propre » ? – Comment faire pour que l’empreinte carbone de fabrication d’une batterie du véhicule électrique ne soit pas un désastre écologique ? – Comment faire en sorte que le recyclage d’une batterie ne soit pas un désastre écologique ? – Comment trouver suffisamment de matière première rare pour faire les cellules et les chimies des batteries dans la durée ? – Qui traite la question de la mobilité propre dans sa globalité ? – Qui aujourd’hui est en train de se poser la question de manière suffisamment large d’un point de vue sociétal pour tenir compte de l’ensemble de ces paramètres ?

« Je m’inquiète en tant que citoyen, parce qu’en tant que constructeur automobile, je ne suis pas audible. Toute cette agitation, tout ce chaos, va se retourner contre nous parce que nous aurons pris de mauvaises décisions dans des contextes émotionnels. »






5 Réponses à “Il est trop tard pour un “accompagnement social””

  1. Il est trop tard pour un accompagnement social,mais il n’est jamais trop tard pour leur balancer des tomates et des oeufs afin de leur signifier que la pièce est mauvaise et que les acteurs jouent comme des cochons.

    Car voyez vous,ces chez gens là,on ne vit pas,Monsieur,on ment…

  2. J’ai mis le gilet jaune le 17 novembre, j’étais déçu des revendications demandant la démission de Macron, car ce n’était à mon avis qu’un coup de semonce.
    Je suis resté chez moi depuis sauf les heures de travail car ceux qui rallent ne sont plus les oubliés de la société et je le dis à ceux qui éructent sur les gilets jaunes ou qui les renversent, un jour, vous rallerez comme nous, qui souffriront alors comme les actuels démunis qui, eux, se seront tus à jamais, comme le dit l’adage, « quand les gros seront maigres, les maigres seront morts ».

    J’ai entendu le discours du type que je ne voulais pas destituer, entendu comme lui a entendu à plusieurs reprises la colère des gilets jaunes, c’est à dire sans en tenir compte, avec le mépris de sa mégalomanie en poursuivant son itinéraire d’enfant gâté. Moi qui suis pour le respect des institutions, je le dis, je vais le crier, le hurler, il faut l’arraisonner tel un navire fantôme à la dérive.
    On s’est tapé un quinquennat avec à la barre un Capitaine de Pédalo, il est hors de question que l’on aille au bout de celui du Capitaine du Costa Concordia ou du Titanic.

    J’ai entendu la colère mais je ne changerai pas de cap.

    Le problème c’est la méthode alors je conserve la même, « je ne céderai rien »

    « Vous me reprochez de me soucier plus de la fin du monde que de votre fin de mois alors je vais faire les deux » (« je continue de vous taxer, vous avez 3 mois pour me trouver des solutions qui me conviennent pour vous accompagner dans votre souffrance »).

    Il était urgent de libérer les fortunes mobilières de l’impôt alors que pour le pouvoir d’achat des gueux, il faut être patient.

    Il nous avait vendu la visibilité des résultats de sa politique 18 à 24 mois après sa prise de fonction, la France rurale la subit depuis 18 mois et le tout Paris en a fait le constat samedi, avec les champs élysées à feu et à sang.
    Les résultats:
    -Chomage, peanuts (CICE inefficace)
    -Ruisselement, peanuts (réforme ISF/IFI inefficace)
    -Économie budgétaire, peanuts (reformettes inefficaces)
    -Pouvoir d’achat, en berne (matraquage fiscal)
    -Consentement à l’impôt, envolé (injustice fiscale)
    -Moral du citoyen à zéro (arrogance d’un pouvoir hors-sol)
    -Sortie de crise impossible (politique de l’autruche)

    Alors je le demande au reste de l’équipage du paquebot et notamment aux officiers qui le secondent, réveillez-le, faites lui comprendre que le cap n’est pas le bon, que la route tracée mène à l’écueil ou à l’iceberg.
    On ne veut pas sombrer sur ce merveilleux paquebot qu’est le « France » dont vous êtes les gouvernails et les garants de son intégrité pour préserver la vie des passagers que nous sommes. On veut bien ramer si on nous exonère d’une partie du prix de la croisière pour aller plus vite, mais, pas pour le bien de la planète qui était là avant nous et qui nous survivra, on n’est pas contre non plus une prime pour repartir éventuellement pour une autre croisière quinquennale.
    Vous devez le convaincre, qui peut le ramener à la raison si ce ne sont ses plus proches collaborateurs, à moins que vous soyez effrayés de ses réactions hystériques et que vous n’ayez pas le courage de vous comporter comme les « révoltés du Bounty » ou du « Caine ».

    Cette taxe est indécente et n’a aucun avenir en 2019, elle doit être le debut d’un commencement d’un apaisement de la situation de crise des gilets jaunes et surtout du fait du nombre de ceux qui les soutiennent et qui pourraient être tentés de les rejoindre.

    Comment des gens aussi calés pour nous créer des taxes sur tout, n’aient pas trouvé d’où le navire prend l’eau pour stopper sa descente aux enfers, ou vous refusez de voir ce qui coûte vraiment un pognon de dingue.

    • Désolé pour le charabia et l’orthographe, mais je m’endormais sur la tablette, j’ai vraiment bâclé mon commentaire.
      Cela est sans conséquence sur votre budget, contrairement au manque de rigueur dont font preuve nos élites.

  3. Il faut quand même rappeler que la transition écologique est une escroquerie, un prétexte à la hausse des taxes tous azimuths !
    La France représente moins de 0.9 % des émissions de CO2 de la planète … y a-t-il vraiment urgence à prendre des mesures punitives, dont les effets seront imperceptibles ?

    Par contre plus de 70 % de la TICPE va au budget de l’état, ou aux collectivités, ça, c’est sûr !

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *