« Il faut que tout change pour que rien ne change ! »

Publié par le 6 Avr, 2020 dans Blog | 4 commentaires

« Il faut que tout change pour que rien ne change ! »

Si on ne sait pas dans quel état économique la France va se retrouver après la fin de la crise du coronavirus, on peut imaginer sans peine les attitudes que prendront les différents partis politiques français.

Autant nous avons pu observer et admirer l’incroyable capacité des soignants – Médecins, infirmières, aides-soignantes, brancardiers et autres femmes de ménage – à réorganiser en profondeur leurs services pour faire face à l’afflux massif de malades, autant cette mobilisation et cette agilité ne semblent pas pouvoir être envisagées pour notre classe politique, confite dans ses certitudes et qui manque tant de courage.

Essayons d’imaginer ce qui pourraient se passer au sortir de la crise :

C’est lumineux pour les écologistes qui vont proposer … ce qu’ils demandaient avant la crise : un changement radical de société  et la mise en place autoritaire de la décroissance. Enfin, il faudra au préalable qu’ils parviennent à se mettre d’accord entre eux, ce qui parait bien plus complexe et improbable que la maitrise du réchauffement climatique.

C’est assez clair aussi pour les socialistes – enfin ce qu’il en reste – qui vont prôner un renforcement des services publics avec énormément plus de moyens sans jamais en demander la réorganisation. L’argent ? Facile, il n’y aura qu’à ponctionner le Grand Capital ! Je ne voudrais pas gâcher la sortie de crise des Français, mais on imagine bien François Hollande reprendre le leadership de ce groupuscule. Il écrit déjà un autre livre pour descendre en flamme la politique de Macron et glorifier son propre quinquennat !

On n’a que peu de doute sur les intentions de la France Insoumise, qui exigera qu’une assemblée constituante soit immédiatement mandatée pour accoucher d’une 6 ème République aux couleurs de la lutte des classes. La nationalisation massive des moyens de production, la promotion de la cogestion et la régularisation de tous les sans-papiers présents et à venir, figureront parmi les premiers articles de cette nouvelle constitution que le monde entier nous enviera.

Bien malin par contre qui peut prédire ce que proposera le Rassemblement national, tellement sa doctrine économique est variable dans le temps et incohérente. On peut néanmoins prédire qu’il axera sa politique sur la remise en cause de l’Europe et la fermeture des frontières nationales.

Quant aux Républicains, tant qu’ils n’auront pas fait leur révolution culturelle qui les verrait se séparer du centre mou, ils continueront à se déchirer sur les décisions à ne pas prendre et à jouer à la guerre des chefs.

Terminons par la République en marche qui nous expliquera par les voix unis de l’inénarrable Sibeth Ndiaye et du « génial » Gilles Le Gendre, que le président de la République et le gouvernement, soutenus par une majorité forte et unie, a géré de main de maitre la crise sanitaire et que leur gourou est prêt pour un second mandat triomphant !

Les progressistes de tout poil martèleront que leur doctrine sort renforcée de la crise et qu’il convient, en urgence, de donner plus de pouvoir à l’Europe … Selon le concept bien connu de l’union fait la force, dont seul, Eric Zemmour, conteste le sens …

Sur le plan sociétal, les progressistes tiendront compte de la saturation des hôpitaux durant la crise pour voter des mesures autorisant un large recours à l’euthanasie. Afin de préparer la résistance de la population aux prochaines attaques de virus, la notion d’éthique dans la recherche génétique  sera recadrée de façon à permettre les progrès de la recherche en matière d’eugénisme et de transhumanisme.

Au final, les politiciens resteront sur leurs anciennes positions et ne verront leur salut que dans une nouvelle mystification du peuple en déclamant la célèbre phrase du Guépard de Visconti :

« Il faut que tout change pour que rien ne change ! »

Merci de tweeter cet article :





 

4 Réponses à “« Il faut que tout change pour que rien ne change ! »”

  1. danielle gros dit:

    remarquable, je ne peux mieux….….

  2. Richard Mauden dit:

    Coronavirus : La crise mortelle du social-progressisme idéologique de Macron
    À plusieurs reprises, depuis la politique infantile et immature de l’amateur Macron et avec la faillite de la République En Marche inspirée de la société ouverte du spéculateur-manipulateur Soros, Macron s’est efforcé de remplacer l’action politique par les relations publiques et la com’ digne de son coiffeur à l’Élysée.
    Le non-sens absolu et le vide abyssal de la pensée soi-disant complexe de Macron l’arrogant juvénile supposé trop intelligent et subtil, du type Le Gendre, se limite à une mascarade de la com’ des plus vulgaires.
    Avec la faillite de la République En Marche de Macron, on assiste à l’impossibilité pour les classes dominantes du bloc bourgeois, qui a rallié Macron, de maintenir leur domination sous une forme inchangée.
    La crise du Coronavirus, c’est la crise de l’incompétence et de l’arrogance de Macron au sommet de l’État et la crise de la politique du bloc bourgeois dominant quand les Français ne veulent plus vivre dans la soumission comme avant sous le poids des taxes et des impôts, et des radars de la répression des 80 km/h !
    La crise du Coronavirus, c’est la crise de l’aggravation, encore plus qu’à l’ordinaire, de la misère des classes moyennes opprimées par Macron gay-friendly et par les Loges maçonniques à la manœuvre LREM.
    L’accentuation de la révolte des masses : l’ensemble des changements objectifs injustes imposés par Macron constituent une situation pré-insurrectionnelle. Et cela parce que les mensonges avancés par Macron ne sont plus supportables, ni isolément, ni par leur accumulation. C’est pourquoi la révolte des masses est aggravée par la crise de l’incompétence et de l’arrogance de Macon au sommet de l’État socialiste-LREM.
    La révolte des masses et la situation pré-insurrectionnelle se conditionnent réciproquement. La Droite Nationale insiste sur le ralliement des couches populaires et des classes moyennes. Pourtant ce ralliement ne peut être considéré comme un phénomène en soi, mais dans sa relation aux abus de la macronnerie vulgaire.
    Le ralliement des couches intermédiaires et des classes moyennes contre les abus de l’incompétent et de l’arrogant Macron est d’autant plus résolu que la révolte des couches populaires sera plus déterminée dans sa lutte. Plus le peuple agit résolument et avec assurance, et plus il a la possibilité d’entraîner les couches intermédiaires et les classes moyennes contre les abus de l’incompétent et de l’arrogant Macron. Plus le bloc bourgeois qui a rallié Macron est isolé, et plus sa peur et sa démoralisation s’accentuent ! Et la désagrégation du bloc bourgeois et de ses dirigeants apportera de l’eau au moulin de la révolte populaire.
    Mais si l’estimation objective de la situation pré-insurrectionnelle paraît incertaine, l’intervention d’un facteur conditionne l’importance de la conquête du pouvoir : La Droite Nationale unie est la seule avant-garde trempée dans les luttes. Le changement ne résultera pas de la situation pré-insurrectionnelle, mais seulement dans le cas où, à ces changements objectifs, viendra s’ajouter un changement subjectif, à savoir la capacité des classes populaires et des classes moyennes de mener des actions de masse vigoureuses pour briser complètement le gouvernement LREM, qui ne tombera pas, même dans les crises, si on ne le fait tomber.
    Ainsi, l’organisation de la Droite Nationale unie dépasse les tâtonnements de ses différents courants. Elle les relie entre eux et les unifie pour l’action. En cela, elle abolit la juxtaposition pernicieuse des égos.
    Macron, le petit millionnaire arriviste-opportuniste de chez Rothschild, méprise les petites gens, ceux qui ne sont rien. Le pognon de dingue et les impôts de solidarité pro-migrants à venir pour soi-disant financer la gabegie sans limite de Macron à l’occasion de la crise du Coronavirus, c’est la faiblesse de l’incompétence de Macon au sommet de l’État socialiste-LREM. C’est pourquoi la révolte concertée des couches populaires et le ralliement des classes moyennes feront la force de la Droite Nationale unie. La révolte, issue de la crise des impôts de solidarité pro-migrants après le Coronavirus de l’État socialiste-LREM et de l’arrogant Macron, fera que la situation pré-insurrectionnelle sera unifiée par l’organisation et la force de la Droite Nationale unie.
    Anne-Sophie Chazaud, Causeur : « À force de coups de com’ pour tenir lieu de politique, la poudre aux yeux de Macron ne trompe plus personne » et la popularité de Macron ne pourra que chuter. La guerre en pantoufle de Macron à l’Élysée dégringolera sa cote de popularité au plus bas depuis l’exercice calamiteux du pouvoir par l’arrogant Macron. Les mensonges répétés de l’incompétent Macron sur la crise du Coronavirus montrent que Macron est entré dans une zone de turbulences et d’instabilité dont il devrait s’inquiéter.
    Anne-Sophie Chazaud décrit la calamiteuse présidence de Macron comme liée, sur bien des points, à « la crise de l’enfant-roi ». Cette crise de l’autorité et de la gouvernance infantile de l’incompétent Macron est une crise de la communication en forme de simulacre, comme mode factice de gouvernance politique.
    On se souvient de la nullité des propos de la si bête Ndiaye, nourrie au bon lait socialiste formaté de l’UNEF, avec « la meuf » est « complètement dead ». Macron ignore que les insultes, les relations publiques et la communication politique, ça ne fait pas une politique ! Manu n’est pas en reste avec son mépris des petites gens et ses petites phrases ubuesques : « Tu m’appelles Monsieur le Président ! C’est moi le chef ! »
    La séquence du Coronavirus fera que les pauvres qui restent pauvres seront encore plus pauvres.
    La gabegie calamiteuse, le pognon de dingue et les impôts de solidarité, ça ne dure qu’un temps.
    S’en prendre encore plus aux retraités pour la gabegie de la solidarité envers les migrants, voilà qui ne saurait séduire l’électeur de droite. Et le coup foireux de sa haine viscérale anti-identitaire pour une posture illusoire de leader imaginaire très médiocre du monde européen est un échec de plus de l’arrogant Macron.
    Les ravages de la lèpre de la macronnerie vulgaire. Le peuple de droite, majoritairement attaché à l’idée de nation ne peut tolérer que l’arrogant Macron qualifie de lèpre l’attachement aux principes souverains qui fondent l’idée nationale. Le sommet européen consacré à la crise des migrants a confirmé la victoire des États qualifiés de lépreux ou populistes par l’arrogant Macron qui ne seront plus contraints d’accueillir des migrants ! Les mesures fiscales de solidarité de Macron profiteront d’abord aux spéculateurs les plus riches !
    Macron, le petit millionnaire socialiste-arriviste-opportuniste s’attaque à la lèpre de droite. Benoît Rayski : La lèpre n’a plus qu’à bien se tenir ! Sinon… Au Moyen Âge, les rois guérissaient les écrouelles mais pas Macron le Coronavirus. Saint Louis brilla dans ce domaine quand la lèpre faisait des ravages en Europe. Avec les progrès de la médecine et de l’hygiène, on croyait cette maladie éradiquée. On se trompait. Elle a fait un retour massif et inquiétant à droite en Europe. Une épidémie diagnostiquée par l’arrogant Macron !
    L’arrogant Macron, parlant à Quimper, a dénoncé la lèpre populiste qui touche une grande partie de notre continent. La lèpre doit désigner ce que l’arrogant petit millionnaire appelle le réveil des nationalismes et des égoïsmes. Les populistes dénoncés par l’incompétent Macron, l’arrogant petit millionnaire, c’étaient les Italiens qualifiés de cyniques et irresponsables pour avoir refusé d’accueillir les activistes révolutionnaires du terrorisme humanitaire, ces complices des mafias et des trafiquants de migrants, si arrogants sur l’Aquarius.
    Pour l’incompétent Macron, l’arrogant petit millionnaire, il y a des dizaines de millions de lépreux en Europe. Les Italiens, les Anglais avec le Brexit, les Hongrois, les Polonais, les Tchèques. Ça fait du monde !
    On comprend comment et pourquoi Matteo Salvini a dénoncé l’arrogance du petit Macron.
    Le Figaro.fr avec AFP : Le ministre de l’Intérieur Matteo Salvini a vivement dénoncé l’arrogance de Macron, à 24 heures d’un mini-sommet européen sur les migrants. Énumérant les chiffres d’arrivées des migrants en Italie et le coût que cela a représenté pour ce pays, Matteo Salvini s’est étonné que cette situation ne soit pas considérée comme un problème par « l’arrogant Macron ». « Nous l’invitons à arrêter ses insultes et à démontrer sa générosité par des faits en ouvrant les nombreux ports français et en arrêtant de refouler des femmes, des enfants et des hommes à Vintimille », à la frontière entre la France et l’Italie, a déclaré Salvini.
    « Si l’arrogance de Macron espère transformer l’Italie en camp de réfugiés pour toute l’Europe, peut-être en versant quelques euros de pourboire, « elle » se fourvoie complètement », a-t-il conclu. Ce n’est pas la première fois que Salvini s’en prend à Macron. Il avait dénoncé l’hypocrisie de Macron après des déclarations critiquant l’Italie pour son refus d’ouvrir ses ports au navire de trafiquants Aquarius. Il a attaqué Macron après que « l’arrogant Macron » eut dénoncé la « lèpre » nationaliste en Europe. « Nous sommes peut-être, pour « l’arrogant Macron », des populistes lépreux, mais moi les leçons je les prends de celui qui ouvre ses ports ! Accueillez les milliers de migrants et après on en reparlera », a lancé Salvini à l’adresse du petit Macron.
    Alors que Bruxelles veut faire des économies après le départ du Royaume-Uni, « l’arrogant Macron » a proposé de conditionner le versement des fonds européens au respect des valeurs de l’UE, en dénonçant la Hongrie et la Pologne. À l’occasion d’un premier sommet européen consacré à la question budgétaire post-Brexit à Bruxelles, « l’arrogant Macron » a brandi la menace d’une diminution des versements de l’UE aux pays ne respectant pas la ligne politique pro-migrants. La Pologne et la Hongrie sont vent debout contre la nouvelle jurisprudence européenne sur les migrants. « L’arrogant Macron » juge que la Pologne et la Hongrie tirent profit des règles européennes dans leur propre intérêt : « Ils nous prennent un peu pour des imbéciles ! »
    Alors qu’une procédure contre la Pologne a été lancée par la Commission européenne, jugeant que la Pologne commettait une violation grave de l’État de droit par sa réforme judiciaire, « l’arrogant Macron » a condamné les choix politiques du gouvernement polonais et évoqué des sanctions : « Il serait de bon sens de suspendre le versement de fonds […] quand les gens ne respectent pas les valeurs européennes ». Si les différends entre Bruxelles et Budapest sur la question des quotas de migrants refont souvent surface dans le débat politique, « l’arrogant Macron », nul en économie, a critiqué la politique économique hongroise.
    Rien n’arrête « l’arrogant Macron » qui s’en prend à Viktor Orban : « Quand on détricote l’Europe, quand on utilise les fonds [européens] pour faire du dumping social et fiscal, on prend les autres pour des imbéciles : la solidarité se justifie car nous avons des valeurs et des projets communs. Ce n’est pas un self-service !
    Anne-Laure Frémont : La sortie du Royaume-Uni de l’UE impose aux 27 pays restants de rogner sur certaines dépenses. Si la Politique agricole commune (PAC) devrait en faire les frais, les fameux fonds de cohésion et les aides territoriales, supposés égaliser les niveaux économiques des différents États membres, devraient être les premières dépenses réduites : ils représentent près d’un tiers du budget de l’UE. Or, la Hongrie et la Pologne comptent parmi les premiers bénéficiaires de ces aides, touchant respectivement 25 milliards et 80 milliards d’euros pour la période 2014-2020. Le pognon de dingue et les impôts de solidarité pro-migrants de Macron à venir, pour soi-disant financer sa gabegie sans limite à l’occasion de la crise du Coronavirus, c’est la faiblesse de l’incompétence de « l’arrogant Macron » au sommet de l’État socialiste-LREM. C’est pourquoi « l’arrogant Macron » veut sanctionner les pays de l’UE refusant les migrants. Ben voyons !
    Macron, le pognon de dingue et les impôts de solidarité pro-migrants, bientôt le clap de fin !

  3. Je sais, cela n’a rien de rassurant, mais une réélection de Macron en 2002( Mon Dieu, aie pitié de nous !) me paraît tout de même un scénario plus réaliste qu’un retour – même à la faveur de succès de librairie – du nul qui a dirigé la France entre 2012 et 2017 😉

  4. rfaitement dit:

    Je cite:
    « Il faut que tout change pour que rien ne change ! »

    C’est exactement ça.

    J’ajoute que pour les ecolos, ils pourront nous proposer des camions a voile, pour economiser du carburant.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *