Ils veulent faire taire Zemmour !

Publié par le 26 Juil, 2017 dans Blog | 3 commentaires

Ils veulent faire taire Zemmour !

Où est passée, en France, la liberté de parole ?

La bien-pensance  règne en maître dans les médias et pire, tout un arsenal judiciaire, utilisé à outrance par les associations anti-racistes inféodées à la gauche, a pour but d’empêcher que des opinions non « politiquement correctes » soient entendues !

Eric Zemmour est la bête noire de la gauche et il est devenu au fil des années la cible numéro un de tous ceux pour qui le « padamalgam » et le culte du « vivrensemble » tiennent lieu de seule morale admissible.

Voici un article paru dans le dernier numéro de Valeurs actuelles qui dénonce l’acharnement dont fait l’objet Eric Zemmour, notamment de la part du CSA :

Eric Zemmour muselé !

Renforcé pendant le quinquennat Hollande, le CSA traque dans le PAF les dérapages politiquement incorrects. Sa dernière victime: Éric Zemmour.

Le polémiste connaît la rengaine : les protagonistes changent, mais l’histoire est toujours la même. Le 13 juillet, le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) publie une mise en demeure à l’encontre de RTL pour ce qu’il estime être un « éloge de la discrimination », Motif ? Le 2 février, dans la matinale d’Yves Calvi, Éric Zemmour a osé expliquer que

« la non-discrimination est présentée abusivement comme un synonyme de l’égalité alors qu’elle est devenue au fil du temps une machine à désintégrer la nation, la famille, la société au nom des droits d’un individu roi ».

Voilà pour le « dérapage ».

Dans le rôle de l’accusé, on retrouve RTL, mais aussi parfois Canal Plus, BFMTV ou France Télévisions, coupables, eux aussi, d’avoir donné une tribune à … Zemmour. Dans celui du censeur, toujours ces prétendus « sages » du CSA. La vitrine est belle : depuis sa création, en 1989, par François Mitterrand, l’institution au pré sident nommé par le chef de l’État se targue d’être totalement indépendante du pouvoir politique. Mais le choix, par François Hollande, en 2013, du conseiller d’État Olivier Schrameck, ancien directeur de cabinet de Lionel Jospin au ministère de l’Éducation et à Matignon, a tout d’un geste militant. Sous son règne, le « gendarme du PAF » muera progressivement en vigilante police politique.

Dans le viseur des sept conseillers du collège : tout ce qui ne confesse pas le credo du politiquement correct. Le danger a plusieurs visages.

  • C’est Jean-Jacques Bourdin, qui montre une « insuffisance de maîtrise de l’antenne » face à Laurence Rossignol évoquant des « nègres » favorables à l’esclavage.
  • Ce sont les initiateurs de la campagne de sensibilisation à la trisomie 21 « Dear Future Mom« , censurée pour ne pas « troubler en conscience des femmes qui [ … ] avaient fait des choix de vie personnelle différents ».
  • Le drapeau français est interdit dans les clips de campagne des candidats à la présidentielle pour prévenir « un nationalisme délirant »…
  • Cyril Hanouna estime aussi être victime d’une traque après la suppression pour trois semaines de la publicité de son émission ! ,

C’est la force du CSA version Schrameck. Nommé à la tête d’une instance notoirement considérée comme archaïque, l’ancien secrétaire général du Conseil constitutionnel l’a transformée pour en faire un véritable régulateur du secteur.

La loi sur l’audiovisuel, votée au début du quinquennat Hollande, renforce ses pouvoirs et assure une assise juridique aux sanctions prononcées. Les mises en demeure qui pleuvent sur les rédactions réfractaires peuvent aujourd’hui entraîner la suppression d’un programme, la lecture de messages à l’antenne ou même un retrait d’autorisation d’émettre.

Pour l’instant, RTL résiste à cette pression et conserve son soutien à Éric Zemmour. Jusqu’au jour où elle ne pourra plus s’offrir le luxe de « ne pas partager l’analyse » des conseillers de la tour Mirabeau.

Bastien Lejeune pour Valeurs actuelles.

Oui, où est passé, en France, la liberté de parole ? Et même la liberté d’opinion ?

On nous dit : « le racisme n’est pas une opinion, c’est un délit ! » Je nuancerais un peu : »le racisme est une opinion, mais les actes racistes sont des délits ! »  Mais les bien-pensants refusent le distinguo !

  • Dire : « il y a trop d’immigrés en France » est une opinion qui ne devrait pas être taxée de racisme, et pourtant elle l’est!
  • Dire : « l’islam est incompatible avec la République » ne devrait pas être qualifié d’islamophobie !
  • Dire : « l’adoption pour les couples homosexuels, privent les enfants du droit fondamental d’avoir un père et une mère » ne devrait pas être considéré comme homophobe et pourtant Christiane Taubira et sa clique nous l’ont jeté au visage plus qu’à notre tour !

Où est passé l’esprit critique en France ? Les Molière, les Voltaire, les Rousseau auraient-ils droits de cité aujourd’hui ? Coluche, Thierry Le Luron ou Pierre Desproges pourraient-ils plaisanter sur les mêmes sujets ? Pourraient-ils se moquer des mêmes personnes ?

Pour terminer, je vous livre une illustration de la codification en vigueur dans le domaine de l’humour :

Bien vu, non ?





 

3 Réponses à “Ils veulent faire taire Zemmour !”

  1. En effet, en France, les cons ca osent tout, bien entendu je pense a la goche , aux csa, et autre stupidités, visant a reduire la parole des citoyens,
    pour uniquement instaurer une politique tout a fait contraire au peuple.

    Dire il y a trop d’immigré, ne fait pas de la personne un monstre, un raciste, et autre debilitée de gochiste, qui souvent inventent n’importe quoi pour etablir leur politique, en general contraire au peuple ( les Francais de souche).

    Tous ces rigolo qui se servent des institutions , comme la justice et autre betises, pour cacher leur intentions veritable, ne peuvent pretendre donner des leçon de morale a TOUT le monde.

    De plus quand on en arrive donner des lecon de morale a tous, et surtout a refuser la moindre critique, demontre des personnes incapable de vivre dans le reel, d’une part et demontre un deux poids deux mesures, injustifiable, et stupide.

  2. Avec mes excuses si j’ai mal compris, mais à quel poste vient d’être nommé harlem désir (sans majuscules!)…….

  3. Cher Christian

    Concernant votre phrase sur le racisme, je ne partage pas totalement votre point de vue. Tout dépend en fait du sens que l’on donne aux mots. Or le racisme à une définition originelle bien précise. Si l’on se réfère à cette définition, le racisme ne peut être accepté même comme opinion. Tout l’art de certaines associations ou partis « antiracistes » à été de devoyer cette définition et de l’élargir au champ culturel.

    Je cite ce long passage de Claude Levi-Strauss de 1983 qui pour moi fait référence en la matière :

     »
    Je m’insurge contre l’abus de langage par lequel, de plus en plus, on en vient à confondre le racisme et des attitudes normales, légitimes même, en tout cas inévitables. Le racisme est une doctrine qui prétend voir dans les caractères intellectuels et moraux attribués à un ensemble d’individus l’effet nécessaire d’un commun patrimoine génétique. On ne saurait ranger sous la même rubrique, ou imputer automatiquement au même préjugé l’attitude d’individus ou de groupes que leur fidélité à certaines valeurs rend partiellement ou totalement insensibles à d’autres valeurs. Il n’est nullement coupable de placer une manière de vivre et de la penser au-dessus de toutes les autres et d’éprouver peu d’attirance envers tels ou tels dont le genre de vie, respectable en lui-même, s’éloigne par trop de celui auquel on est traditionnellement attaché. Cette incommunicabilité relative peut même représenter le prix à payer pour que les systèmes de valeurs de chaque famille spirituelle ou de chaque communauté se conservent, et trouvent dans leur propre fonds les ressources nécessaires à leur renouvellement. Si comme je l’ai écrit ailleurs, il existe entre les sociétés humaines un certain optimum de diversité au-delà duquel elles ne sauraient aller, mais en dessous duquel elles ne peuvent non plus descendre sans danger, on doit reconnaître que cette diversité résulte pour une grande part du désir de chaque culture de s’opposer à celles qui l’environnent, de se distinguer d’elles, en un mot d’être soi : elles ne s’ignorent pas, s’empruntent à l’occasion, mais pour ne pas périr, il faut que, sous d’autres rapports persiste entre elles une certaine imperméabilité. »

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *