Islam : le deux poids, deux mesures !

Publié par le 26 Mai, 2018 dans Blog | 8 commentaires

Islam : le deux poids, deux mesures !

En France, le débat fait rage pour savoir s’il faut favoriser la construction de mosquées.

Certains pensent que c’est le moyen d’éradiquer « l’islam des caves » et pouvoir ainsi mieux contrôler les prêches des imams.

Les autres, au nom de la laïcité, refusent que l’état se mêle du culte musulman et considèrent qu’il y a déjà trop de mosquées en France.

Ce qui est certain, c’est que dans les pays musulmans, comme par exemple en Arabie Saoudite, le débat n’a pas lieu d’être puisque toute construction d’églises est interdite !

Pourtant, en France, certains musulmans et certains partis politiques comme la France Insoumise, crient à la discrimination envers la minorité musulmane !

Je vous propose, ce matin, un billet de Kamel Daoud, écrivain et journaliste algérien qui traite de façon virulente ce sujet sur le site Amazigh24.ma :

La mauvaise foi absolue des musulmans

Dans les pays où ils sont minoritaires, les musulmans sont obsédés par les droits des minorités. Dans les pays où ils sont majoritaires, les minorités n’ont plus aucun droit.

Résumons pour les esprits faibles : Insultes à L’islam est puni par la loi. Si un Occidental le fait, au mieux, il est emprisonné, au pire, il est décapité.

Mais insultes à la chrétienté et à la judaïté ou au bouddhisme ou l’animisme, c’est courant, Hallal, cela se fait chaque vendredi, dans les mosquées, les livres les médias et les cafés.

Interdire un minaret en Europe est signe d’islamophobie. Mais interdire la construction d’une église ou d’une synagogue ou d’un temple n’est pas un délit ni du racisme. On peut même les brûler ou les détruire ou empêcher leur restauration comme l’ont fait les conquérants.

Evoquer les origines par la peau, l’accent, le mouton de l’Aïd c’est du racisme. C’est puni par la loi, et est signe de décadence, d’intolérance et de rejet de l’Autre. De fascisme.

Mais traiter les Subsahariens comme des maladies de peau, les accuser de pédophilie dans les journaux algériens genre Echourouk, les accuser de délinquance et de vols, c’est de la routine, du  « normal » , c’est évident, c’est  « vrai ».

Un Algérien ou un  « arabe » ou un musulman a le droit de porter le voile en Europe, le Kamis, la barbe.

Mais un chrétien ou un bouddhiste n’osera jamais porter la soutane dans nos villages, dans nos quartiers populaires, dans nos espaces. Il sera lynché ou accusé de prosélytisme. Arrêté par la police, présenté et incarcéré. Puis expulsé. Et s’il est algérien, il sera formaté, sermonné par le juge ou mis en prison.
Fêter noël c’est haram, interdit, signe de colonisé et d’assimilé quand c’est fêté chez nous. Mais fêter l’Aïd chez Eux, chez le reste de l’humanité, égorger les moutons est un droit d’être libre et de célébrer ses calendriers dans le cadre de la démocratie.
Dénoncer l’islamophobie est à encourager, c’est légitime et cela est de bonne guerre. Mais écrire ce qui précède est signe que vous êtes pro-occidental, pro-juif, contre l’Islam, Allah, la Palestine et la nation. Et que vous voulez la bénédiction des Ennassara, des juifs ou des prix et des distinctions.

Attendre un mois pour un visa est la preuve de l’Occident qui se referme, qui interdit la libre circulation. Mais attendre trois mois pour un visa vers l’Algérie est une chose admissible et qu’on n’a pas à dénoncer.

Se voir interdire de porter la burqua ou le voile est signe d’intolérance et de dérive chez le reste de l’humanité, mais il est naturel donc de se voir interdire un prénom occidental, une croix ostentatoire à l’entrée d’une mairie ou une calotte chez nous. Et ne parlons pas de la Kippa.

Et la liste est longue. Un certain ethnocentrisme a habitué les cafés maures et les élites de notre planète d’Allah à la commodité du point aveugle. Il est facile, confortable, plaisant d’accuser l’Occident et le reste de l’humanité de nos défauts, maladies et névroses et on s’accommode de ne pas les dénoncer chez nous. Nous demandons à partager le statut de l’humanité mais nous refusons de l’admettre comme valeur universelle chez soi.

Nous voulons que le reste de l’humanité accepte nos différences mais nous n’acceptons pas celles des autres peuples et autres croyances.

D’ailleurs écrire ce qui précède est gênant pour certains. Parce que c’est faire le jeu des extrêmes droites en Occident et c’est être naïf. L’excuse est une excuse pour le silence complice des crimes des siens. Alors on ne parle pas. On ne dénonce pas une injustice chez soi pour ne pas aider l’injustice ailleurs. Et c’est un faux calcul et une immoralité.

Pourquoi en parler maintenant ? Parce qu’il est devenu lassant de lire certains écrits dans nos journaux, entendre certains avis, suivre certains débats et parce que c’est immoral de ne pas dénoncer et parce que c’est lassant cette hypocrisie et cette complicité. Et parce que c’est plus utile à dénoncer que de parler de l’Invalide des Invalides.

Kamel Daoud pour Amazigh.ma






 

8 Réponses à “Islam : le deux poids, deux mesures !”

  1. Kamel Daoud,un intellectuel lucide: indispensable.
    Dire que des imbéciles ont voulu le faire taire,allant jusqu’à le traiter d’islamophobe!

    Le monde arabo-musulman,se partageant entre théocraties, dictatures corrompues et misère économique,incapable de se remettre en question et d’essayer de comprendre pourquoi il est en retard sur les autres civilisations,rejette la faute sur les autres: les colonialistes,les mécréants,les impérialistes,les sionistes etc.

  2. Le Camp du Bien a une réponse imparable : on est « démocrates et tolérants » en France, et on respecte le droit des pays étrangers de faire comme ils l’entendent !
    A ce propos, bon il y a quand même de temps en temps une exception, comme dernièrement, cette pauvre jeune fille, mariée de force, qui a tué son « mari » qui voulait exercer son « droit conjugal » … ça fait pleurnicher les féministes, les médias en causent un peu, et personne ne fait le lien avec la religion de tolérance de paix et d’amour ! C’est de la schizophrénie pure !

  3. Il est clair que je n’arrive pas à comprendre l’intérêt de nos zélites pour l’Islam qui, selon moi, est la pire des religions inventée par l’homme.

    Comment peut il être possible de croire à des horreurs pareilles?

    Autant il est facile d comprendre que Mohamed ait inventé ces lois pour obtenir le pouvoir et la richesse qui va avec, autant je ne comprends pas comment il peut être imaginable que des humains par milliers au 8eme siècle et par milliards aujourd’hui puissent suivre des préceptes de violence, d’intolérance, de méchanceté, de mensonges pour vaincre l’autre, tout cela dans le sang, la mort, par haine de celui qui ne pense pas  »halal »!

    Aussi, hormis l’argent offert par l’Arabie Saoudite, le Qatar et autres pays où règnent l’amour universel, la mansuétude, la tolérance et la miséricorde (ironie triste)…et le pétrole, je ne vois pas d’où vient cet engouement de nos crétins de gouvernants européens et… français… pour cette idéologie monstrueuse!

    Ou alors ont-ils peur d’être égorgés?

    Cet article explique parfaitement la réalité véhiculée par cette idéologie mortifère et aux réactions de nos dirigeants, complétement à côté de la plaque.

  4. Je vous conseille de lire une partie des protocole de Sion, cela explique qu’un plan est ourdie contre les peuples…et notre situation presente qui empire constamment.

    LA STRUCTURE RÉDACTIONNELLE DES « PROTOCOLES DES SAGES DE SION »
    James Warburg, dans son discours devant le Sénat américain le 17 janvier 1950 :
    « Nous aurons un gouvernement mondial que cela nous plaise ou non. Reste seulement à savoir si on y arrivera en l’imposant aux hommes ou s’ils s’y plieront de plein gré.«
    1. Le contrôle de l’argent
    (…) ‘‘Le contrôle des nations sera assuré par la création de gigantesques pôles privés qui seront les dépositaires d’immenses richesses dont dépendront même les Goyim (les non-juifs).
    (…) C’est ainsi que le jour qui suivra l’effondrement politique verra leur anéantissement en même temps que celui du crédit accordé aux États. (…)(…) Des crises économiques porteront atteinte aux États ennemis en leur soustrayant l’argent mis en circulation. En accumulant de grands capitaux privés qui sont ainsi soustraits à l’État, ce dernier va être obligé de s’adresser à nous pour emprunter ces mêmes capitaux. Ces emprunts consentis avec des intérêts seront une charge pour les États qui en deviendront les esclaves, sans volonté propre. Ils s’adres­seront à nos banquiers pour leur demander l’aumône au lieu d’exiger des impôts du peuple. Des em­prunts étrangers sont comme des sangsues, il n’y a aucune possibilité de les éloigner du corps d’État, car elles ne peuvent que se détacher d’elles-mêmes ou être rejetées par l’État. Cependant, les États Goyim ne les rejetteront pas, ils s’en attireront sans cesse d’autres, ce qui les conduira à une faillite inexorable.
    (…) Pour désintégrer la société des non-Juifs et ruiner leur industrie, il faut que celle-ci soit établie sur une base spéculative .
    Les dettes de l’État rendront les hommes d’État corruptibles, ce qui les mettra encore plus à notre merci‘‘. (…)
    1. Le contrôle de la presse
    (…) ‘‘Nous procéderons de la façon suivante avec la presse :
    Son rôle est d’exciter et d’enflammer les passions chez le peuple (…) et le public est tellement loin de pouvoir imaginer qui est le premier bénéficiaire de la presse (…) Parmi tous les journaux, il y en aura aussi qui nous attaqueront mais nous sommes les fondateurs de ces journaux, leurs attaques porteront exclusivement sur des points que nous leur aurons précisés auparavant. (…)
    (…) Aucune nouvelle ne sera publiée sans avoir reçu notre accord. C’est déjà le cas maintenant, car toutes les nouvelles du monde sont regroupées dans seulement quelques agences. Ces agences étant sous notre contrôle, elles ne publient que ce que nous avons approuvé. (…)
    (…) Nos journaux seront de toutes les tendances, aristocratique, socialiste, républicaine, voire même anarchiste, tant qu’existera la Constitution. (…)
    (…) Ces idiots qui croiront que le texte d’un journal reflète leur propre opinion n’auront fait, en réalité, que répéter notre opinion ou celle que nous souhaitons voir exprimée. (…)‘‘
    1. L’extension du pouvoir
    (…) ‘‘Nous serons pour le public l’ami de tous. (…) Nous les soutiendrons tous, les anarchistes, les communistes, les fascistes et particulièrement les ouvriers. Nous gagnerons leur confiance et ils devien­dront ainsi, pour nous, un instrument très approprié. (…)‘‘
    (…) il faut troubler constamment, dans tous les pays, les rapports entre le peuple et le gouvernement, afin de fatiguer tout le monde par la désunion, l’inimitié, la haine, et même par le martyre, la faim, l’inoculation de maladies, la misère, pour que les non- Juifs ne voient pas d’autre salut que de recourir à notre souveraineté pleine et entière, à notre argent.
    1. Le contrôle de La foi
    (…) Nous ôterons aux hommes leur vraie foi. Nous modifierons ou supprimeront les principes des lois spirituelles. (…) L’absence de ces lois affaiblira la foi des hommes puisque les religions ne seront plus capables de donner quelconque explication. (…)
    (…) Nous comblerons ces lois spirituelles en introduisant une pensée matérialiste et des supputa­tions mathématiques. (…)‘‘
    1. Le moyen d’amener la confusion dans les esprits
    (…) ‘‘pour avoir la mainmise sur l’opinion publique, il nous faut les amener à un certain niveau de confusion. (…)
    (…) La presse nous sera un bon outil pour offrir aux hommes tant d’opinions différentes qu’ils en perdront toute vue globale et s’égareront dans le labyrinthe des informations. (…)
    (…) ainsi, ils en viendront à la conclusion que le mieux est de ne pas avoir d’opinion (politique). (…)‘‘
    1. L’aspiration au luxe
    (…) Pour accélérer la ruine de l’industrie des Goyim (non-Juifs où bétail humain), nous suscite­rons chez eux une soif de luxe. Le commun des mortels n’en aura, cependant, pas la jouissance, car nous ferons en sorte que les prix soient toujours en hausse. Ainsi, les travailleurs devront autant travailler qu’auparavant Pour satisfaire leurs désirs. (…)
    (…) Ils seront piégés dans le système avant d’avoir pu l’identifier.‘‘
    1. La politique utilisée comme instrument
    (…) En distillant un souffle de libéralisme dans les organismes d’État, nous modifierons tout leur aspect politique. (…)
    (…) Une Constitution n’est rien d’autre qu’une grande école de discordes, de Malentendus, de querelles, en un mot une école de tout ce qui sert à fausser les rouages de l’État. (…)
    (…) A ‘‘l’époque des républiques‘‘ nous remplacerons les dirigeants par une caricature de gou­vernement avec un président élu par nos marionnettes, nos esclaves que sont le peuple. (…)
    (…) Les élections seront, pour nous, un moyen d’accéder au trône du monde tout en faisant croire au modeste citoyen qu’il contribue à façonner l’État par sa participation à des réunions et par son adhésion à des associations. (…)
    (…) Dans le même temps, nous réduirons à néant l’impact de la famille et de son pouvoir éducatif. Nous empêcherons aussi l’émergence de personnalités indépendantes. (…)
    (…) Il suffit de laisser un peuple se gouverner lui-même un certain temps (la démocratie) pour qu’il se transforme en une populace où règne le chaos.
    (…) La puissance de la populace est une force aveugle, absurde, irraisonnée, ballottée sans cesse de droite ou de gauche, Mais un aveugle ne peut pas en conduire un autre sans tomber dans le précipice. Seul celui qui, dès sa naissance, est éduqué pour devenir un souverain indépendant à la compréhension de la Politique. (…)
    (…) Notre succès, en traitant avec les hommes dont nous avons besoin, sera facilité par notre façon de toucher toujours le côté le plus sensible de la nature humaine, c’est à dire la cupidité, la passion et la soif insatiable de biens humains et matériels. (…)‘‘
    1. Le contrôle de la nourriture
    (…) Notre puissance réside aussi dans la pénurie permanente de nourriture. Le droit du capital, en affamant les travailleurs, permet sur eux une mainmise plus sûre que ne pouvait le faire la noblesse avec son roi. (…)
    (…) Nous agirons sur les masses par le manque, l’envie et la haine qui en résultent. (…)
    (…) mais tout propriétaire rural peut être un danger pour nous puisqu’il peut vivre en autarcie. C’est la raison pour laquelle il nous faut à tout prix le priver de ses terres. Le moyen le plus sûr pour y arriver est d’augmenter les charges foncières, (…) d’accabler de dettes les propriétés rurales (…)‘‘
    1. Le rôle de la guerre
    (…) ‘‘Nous mettrons en rivalité toutes les forces pour amener ceux qui ont soif de pouvoir à abuser de leur pouvoir. Il nous faut fomenter des dissensions, des inimitiés, dans toute l’Europe et par l’intermé­diaire de l’Europe dans d’autres parties de la Terre. (…)
    (…) Il faut que nous soyons capables d’anéantir toute opposition en provoquant des guerres avec les pays voisins. Au cas où ces voisins oseraient nous tenir tête, il nous faut leur répondre par une guerre mondiale. (…)‘‘
    1. Le contrôle au moyen de l’éducation
    (…) On n’incitera pas les Goyim à tirer une application pratique de leur observation impartiale de l’histoire mais on les invitera à des réflexions théoriques, sans faire de relations critiques avec les événements qui vont suivre. (…)
    (…) Dans ce jeu, sachez que la chose principale est de les avoir convaincus d’accepter les nécessités de la science. (…)
    (…) Tenant compte de ce fait, nous n’aurons de cesse de créer une confiance aveugle en ces théories (scientifiques) et les journaux nous y aideront bien. Les intellectuels parmi les Goyim se vanteront de leurs connaissances. (…)
    (…) Le peuple perdra, de plus en plus, l’habitude de penser par lui-même et de se forger sa propre opinion, il en viendra à prononcer les mots que nous désirons entendre prononcer.
    1. Le contrôle des loges franc-maçonniques
    (…) ‘‘Nous créerons dans tous les pays de la Terre des loges franc-maçonniques, nous les multiplie­rons et y attirerons des personnalités qui sortent des rangs. (…)
    (…) Nous mettrons toutes ces loges sous la domination de notre administration centrale que nous serons seuls à connaître et que les autres ignoreront complètement.
    (…) Qui ou qu’est ce qui peut vaincre une puissance invisible ? Voilà où se trouve notre pouvoir. La franc-maçonnerie non juive nous sert de couverture à leur insu. Mais le plan d’action de notre puissance reste pour tout le peuple et même pour le reste de la confrérie un secret. (…)‘‘
    1. La mort
    (…) ‘‘La mort est la fin inévitable pour tous, par conséquent, il est préférable d’y conduire ceux qui nous ferons obstacle‘‘.
    13 . La presse pornographique
    Dans les pays soi-disant avancés, nous avons créé une littérature folle, sale, abominable. Nous la stimulerons encore quelque temps après notre arrivée au pouvoir, afin de souligner le contraste de nos discours, de nos programmes, avec ces turpitudes…
    14. La justice
    Par notre influence, l’exécution des lois des non-Juifs est réduite au minimum. Le prestige des lois est sapé par les interprétations libérales que nous y avons introduites. Dans les causes et les questions de politique et de principe, les tribunaux décident comme nous le leur prescrivons, voient les choses sous le jour sous lequelnous les leur présentons. Nous nous servons, pour ce faire, d’entremetteurs avec lesquels on croit que nous n’avons rien de commun, de l’opinion des journaux, d’autres moyens encore.
    15. La religion chrétienne
    Nous avons déjà pris soin de discréditer la classe des prêtres chrétiens et de désorganiser par là leur mission qui pourrait actuellement nous gêner beaucoup. Son influence sur les peuples tombe chaque jour ; la liberté de conscience est proclamée maintenant partout ; par conséquent, il n’y a plus qu’un certain nombre d’années qui nous séparent de la ruine complète de la religion chrétienne.
    (…) Notre presse contemporaine dévoilera les affaires d’Etat et religieuses, ainsi que l’incapacité des non-Juifs ; et tout cela dans les termes les plus malhonnêtes, afin de les dénigrer de toute manière, comme sait seule le faire notre race de génie.
    En faisant une analyse spectrale des Protocoles, on y décèle donc :
    1 * — Une stratégie philosophique des principes libéraux et une apologie d’un règne autocratique dont le seul chef serait l’Antéchrist, pape d’une superreligion universelle et d’un empire universel.
    2 * — Exposé d’un plan de campagne subversif, méthodiquement élaboré, pour assurer aux « Contre-Initiés », la domination mondiale par la corruption, le mensonge, les guerres, les crises économiques, le relâchement des mœurs (1). On répand et on fait la promotion d’ idéologies auxquelles on ne croit guère (évolutionnisme, démocratie, rationalisme, libéralisme, multiculturalisme, etc.) que les Sages de Sion savent fausses, mais qui servent leur stratégie de domination.
    3 * — Des vues prophétiques sur la réalisation prochaine des parties essentielles de ce plan. Stabilisations des marchés financiers, restauration des valeurs morales qui fondent la dignité humaine, abolition du libéralisme économique, réforme de l’appareil judiciaire, réforme de la structure éducative.
    (Tout cela tend à montrer que les Protocoles ne sont pas que le produit des « Ténèbres », car comment expliquer cette part positive dans ce plan de campagne ; démontrant ainsi aux âmes étroites que les Protocoles et ses concepteurs ne sont pas tout à fait réductibles à l’image exclusivement ténébreuse qu’un lecteur pressé et manichéen peut leur prêter. )
    Igor Strychnine
    ———————-
    (1) Les auteurs de cet agenda semblent profiter d’une masse de connaissances phénoménales sur les ressorts de la psychologie humaine, qui ne peut provenir que de leur expérience accumulée et de l’étude continuelle des siècles et des âges. Il est écrit avec une impression de supériorité affichée et incontestable, comme par des êtres perchés sur quelque pinacle olympien de sagesse sardonique et d’un profond dédain pour la masse abrutie, taillable et corvéable à merci (« La foule » … « Animaux alcoolisés » … « Bétail » … « Bêtes sanguinaires » … »Idiots utiles » qui n’auraient qu’un seul horizon : « le pouvoir de l’or ». L’argent, étant devenu un graal de puissance masculine dans le référentiel devenu profondément féminin de notre échelle de valeur occidentale.
    I. Les «Protocoles des Sages de Sion» ou « Le Manifeste des 72 » (Partie I)
    II. Les «Protocoles des Sages de Sion» ou « Le Manifeste des 72 » (Partie II)

  5. Le besoin de conquête, le massacre des traîtres ou mécréants, bref ceux qui s’opposent à l’idéologie, la haine du juif, de l’homosexualité et la soumission des femmes et leur réduction à un ventre n’ayant qu’une qualité de fertilité pour étendre l’idéologie.
    Détruire toute culture s’opposant à ce dogme en brûlant des écrits et des edifices preuves d’un autre mode de vie et exterminer ceux qui s’opposent à l’hégémonie des hommes purs…
    Cela nous rappelle la montée du nazisme où tout était semblable même les mots « mein kampf » (mon combat) à son égal aujourd’hui « djihad ».
    Bien-sûr il y a eu d’autres exemples dans l’histoire, les conquistadors, les croisades et autres invasions de Mohamed toutes aussi barbares les unes que les autres.
    Le problème de cette dernière est qu’elle est liée à une surpopulation du monde musulman, d’une guerre hégémonique entre chiites et sunnites qui permettent via l’Iran et les pays du Golfe arabo-persique la montée de plusieurs idéologies en parallèle (salafisme, wahhabisme, …) et donc de différents djihads.
    D’autre part, comme le soulignait Barbara Lefèvre, il existe une complaisance de l’intérieur (la bien-pensance) qui permet comme le souligne Kamel Daoud de déséquilibrer la République laïque en voulant combattre le racisme mais en faisant apparaître un autre encore plus virulent.
    Tout comme dans les années 1930, les artistes et personnes d’influence de complaisent à soutenir un futur des plus dramatique en combattant ceux qui s’opposent à la montée de ce courant politique et non religieux.
    Mes chers compatriotes de toute couleur et de toute confession ou d’origine étrangère mais de pure souche Républicaine, unissaient vous, mobilisez vous dans les faits, les dires et surtout dans les urnes pour éradiquer tout ce qui menace nos libertés dans le pays des lumières qui se tamise de plus en plus…

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *