La Croix qui fait hurler les laïcards …

Publié par le 13 Août, 2019 dans Blog | 3 commentaires

La Croix qui fait hurler les laïcards …

Cette croix, c’est celle de Valérie Boyer dont le pendentif pourtant minuscule fait hurler les bouffeurs de curé.

Vous voyez de qui je veux parler : ceux qui détestent la religion catholique mais ont les yeux de Chimène pour l’islam … Et dont certains osent comparer cette croix avec un voile islamique !

Valérie Boyer est députée des Bouches-du-Rhône et secrétaire générale-adjointe des Républicains. Elle défend farouchement les chrétiens d’Orient et de la dignité de la femme.

Voici la dernière interview qu’elle a donné au magazine l’Incorrect :

« La France est plus qu’un pays, c’est une civilisation ! »

Quelles sont les raisons qui vous ont conduite à vous engager en politique ?

Initialement, je n’avais pas prévu de m’engager en politique même si dans ma famille on a toujours parlé de politique. En effet, je suis pied-noir, mes. parents ont dû quitter l’Algérie en 1962 au moment où ma mère allait accoucher de moi. Je suis donc née là où l’avion a atterri à Bourges, après l’arrarachement de mes parents à leur sol natal. J’ai donc grandi avec l’idée que la politique pouvait avoir de l’influence dans la vie des gens.

Après un parcours professionnel dans le monde de la santé, j’ai été élue pour la première fois conseillère municipale de Marseille sur la liste de Jean-Claude Gandin en 2001 puis, à la surprise générale, je suis parvenue à battre en 2007 le député sortant PS Christophe Masse, dans la 8 ème circonscription des Bouches-du-Rhône. L’évènement est d’autant plus notable que la famille Masse était implantée depuis plusieurs années. dans cette circonscription où ils. étaient élus de père en fils, depuis quatre générations. J’ai ensuite été réélue en 2012 et 2017 dans la 1 ère circonscription des Bouches-du-Rhône.

C’est l’activité professionnelle de mon père qui m’a ouvert les yeux sur la réalité du communisme en Europe. Amené à se déplacer souvent de l’autre côté du rideau de fer pour son travail, il nous racontait les horreurs du communisme : la privation de liberté de se déplacer et de pense, la peur de la police politique et la misère matérielle dans laquelle vivaient certaines familles prisonnières chez elles et qui manquaient de tous les produits de première nécessité. Cette expérience personnelle a contribué à forger mes convictions politiques.

A l’Assemblée, vous vous êtes emparée de sujets que certains qualifient de « féminins ». Etes-vous féministe ?

Avec mon parcours professionnel, j’ai logiquement été responsable des questions de santé au sein de l’UMP. A l’Assemblée, mon fil conducteur concerne les sujets de santé publique et de dignité humaine, particulièrement les atteintes faites au corps, qu’il s’agisse de l’obésité, de l’anorexie, des trafics d’organes, de la GPA, de l’aide aux aidants. ou encore des tatouages. Si l’homme ne se résume pas à son corps, c’est une dimension essentielle de la personne. Préserver l’ intégrité corporelle participe d’un combat plus général en faveur de la dignité humaine.

J’ai fait inscrireles troubles du comportement alimentaire dans le code de la santé publique et j’ai d’ailleurs consacré un rapport parlementaire visant à faire de la lutte contre l’obésité « une cause nationale ». L’obésité est souvent liée à la sédentarité et à une mauvaise alimentation dont sont victimes en particulier les personnes issues d’un milieu défavorisé. Il ne faut pas oublier non plus les diverses discriminations dont souffrent les personnes en surpoids et qui tiennent souvent au regard porté sur elles par la société.

J’ai aussi exigé qu’une photo retouchée soit signalée comme telle, car je considère qu’il en va de la déontologie de l’image. Je me suis. insurgée contre les publicités mettant en scène des femmes au corps tellement maigre qu’il en devenait irréel. J’ai pu voir comment ces images troublaient des jeunes filles qui devenaient complexées par peur de ne pas correspondre aux canons imposés. Cette standardisation des corps, outre qu’elle est appauvrissante sur le plan esthétique, véhicule aussi des objectifs inatteignables et dangereux pour la santé.

Si lutter pour la liberté et la dignité des femmes c’est être féministe, alors je le suis. C’est pourquoi je me bats pour que la France et l’Europe demeurent avant tout le pays et le continent de la liberté des femmes parce que je croiis je milite pour le caractère universel de cette liberté.

Hubertine Auclert

Plusieurs figures féministes m’inspirent bien entendu, comme celles de Germaine Poinso-Cbapuis, première femme ministre marseillaise de plein exercice dans l’histoire de la République et députée, elle aussi, de la 1 ère circonscription des Bouches-du-Rhône sous l’étiquette de la droite et du centre. En tant qu’élue de Marseille je suis. extrêmement sensible à son parcours hors-du-commun et ses combats. Résistante, elle a fait avancer la cause des plus. déshérités, notamment des personnes handicapées. Je regrette une personnalité comme Hubertine Auclert reste méconnue. Elle a refusé de payer ses impôts estimant qu’elle n’avait pas à en payer ne disposant ni du droit de vote et ne pouvant pas être élue. Comment ne pas citer également Olympe de Gouges qui, au prix de sa vie, s’estt battue pour faire reconnaître le droit des femmes à faire de la politique. Je pense bien évidemment aussii à Simone Veil, figure majeure du XX ème siècle de la vie politique française et de ma famille politique que j’ai eu l’honneur de croiser à plusieurs reprises.

Comment réagissez-vous à la victoire d’Emmanuel Macron aux européennes et au score réalisé par la droite ?

Il faut tout de même se rappeler  que neuf Français sur dix n’ont pas voté pour lui, malgré l’intense propagande qu’il avait faite, en installant une impasse entre progressistes et populistes, qu’il résumait en disant « vous n’avez pas le choix ». Ce n’est pas cela  la démocratie ! Durant cette campagne, Emmanuel Macron n’aura cessé de se comporter en populiste mondain se considérant comme le président de l’Europe, s’adressant directement aux peuples européens sans passer par leurs chefs d’Etats, accaparant les chaînes d’information pendant près de 100 heures de direct dans le cadre du Grand Débat et de sa restitution, puis imposant une interview corrigée par l’Élysée dans la quasi-totalité de la presse régionale (à l’exception de La Voix du Nord et du Telégramme) et terminant par une interview à destination des jeunes, sur YouTube à quelques heures de la fin de la campagne officielle.

Son désir de balayer toute opposition va jusqu’à vouloir réduire le nombre de parlementaires et modifier modifier le mode de scrutin législatif, si bien qu’à terme, il y aura en France plus de préfets et sous-préfets que de parlementaires. C’est cette « technocrature » que je dénonce, aux côtés de la droite de gouvernement à laquelle j’ai l’honneur d’appartenir.

Je souhaite transmettre notre culture et notre vision de l’homme aux générations suivantes.

Et ce n’est pas être rétrograde que de dire cela, au contraire, c’est avant tout à l’avenir de nos enfants et petits-enfants, que je pense. Ceux qui se considèrent comme progressistes n’ont pas le monopole du progrès.

Vous êtes favorable à l’inscription des racines chrétiennes dans la Constitution et portez souvent une croix. Pourquoi ?

Il est nécessaire de rappeler qui l’on est et d ‘où l’on vient. Je considère que La France est plus qu’un pays, c’est aussi une civilisation, et je suis engagée dans la vie politique pour défendre notre modèle. Effectivement, j’ai plaidé pour la reconnaissance des racines judéo-chrétiennes. Il s’agissait de l’une des grandes lignes du programme des Républicains lors de la campagne des Européennes, brillamment menée par notre candidat, François-Xavier Bellamy. Nous n’avons pas à renier la réalité historique des racines judéo-chrétiennes de la France et de l’Europe. C’est pourquoi, je suis favorable à l’inscription dans la Constitution.

Concernant la croix, je tiens, à rappeler que j’en ai toujours porté une autour du cou. Je souhaite également signaler qu’elle n’est pas, un symbole d’oppression mais le symbole des opprimés. En ,effet, on estime à 4 300 le nombre de chrétiens tués en 2018 dans le monde. Au total un chrétien sur neuf est persécuté dans le monde en raison de sa foi d ‘après l’Index 2019’ de l’ONG Portes Ouvertes.

Je pense qu il est important de ne pas tout confondre et revenir sur les fondements d’une saine laïcité qui distingue les signes concrets de notre enracinement chrétien des outrances vestimentaires et identitaires de l’islam politiqne. Car, derrière la question du voile islamique, c’est de la liberté qu’il s’agit, celle des femmes en particulier.

Je crois au modèle fiançais qui, contrairement à celui des pays anglo-saxons, prône l ‘intégration républicaine plutôt que le communautarisme. La France a toujours été un pays multi-ethnique, mais pas multicullturel.

Mon investissement politique est bien plus vaste, j’ai travaillé sur bon nombre de sujets qui me tiennent à coeur. Après la pénalisation du négationnisme de l’ensemble des génocides – dont le génocide arménien – pour laquelle je me suis âprement battue, j’ai déposé une proposition de loi pour la reconnaissance de celui des Assyro-chaldéens. J’ai été la première à poser la question de ce génocide à l’Assemblée nationale et je milite dans le groupe d’études consacré aux chrétiens d’Orient.

Malheureusement, La tragédie des chrétiens, d’Orient et des Yzidis continue sous nos yeux, dans, l’indiférence de beaucoup alors que la France est, par son histoire, protectrice des chrétiens d’Orient depuis les Capitulations signées entre François 1 er et l’empire ottoman. Je le répète, les questions de liberté et de dignité humaine sont au centre de mon engagement politique.

Propos recueillis par Benoit Dumoulin pour l’Incorrect.

Merci de tweeter cet article :





3 Réponses à “La Croix qui fait hurler les laïcards …”

  1. Absolument extraordinaire comme interview!

    Je ne connaissais Valérie Boyer que de nom.

    J’avoue être scotchée par la profondeur de ce texte, par son parcours, ses qualités humaine, sa vision objective des choses.

    Comme je l’ai écrit souvent, je porte une croix en permanence, parfois accompagnée d’autres pendentifs, et je m’aperçois que nous sommes de plus en plus nombreux.

    Ce n’est pas un signe identitaire, mais un signe de reconnaissance.

    Et nous le portons en évidence depuis la montée en force des crimes, attentats, profanations et autres envers les chrétiens (toutes branches confondues), peut être effectivement, inconsciemment comme « symbole des opprimés »

    Opprimés par l’Islam, et opprimés par les laïcards, d’ailleurs, les sans foi ni lois sauf les leurs, évitant de se poser des questions sur eux-mêmes : c’est plus simple!

    Pourquoi ne pas faire le pari de Pascal?
    Pari qui, bien évidemment est détourné de son idée première – faire réfléchir les non croyants- par les non croyants.
    Le Pari contre le désespoir

    L’argument du pari, considéré à tort comme un calcul d’intérêt ou une marque du désespoir de Pascal, ne représente pour lui qu’un moyen de troubler la conscience de l’incrédule. La foi, sous peine de rester stérile, doit reposer sur des fondements bien autrement solides.
    Lu sur la-philosophie.com/le-pari-de-pascal

    Voici ce pari=
    Pascal propose à l’athée le pari suivant : “Dieu est ou il n’est pas. Mais de quel côté pencherons-nous ? La raison n’y peut rien déterminer; il y a un chaos infini qui nous sépare. Il se joue un jeu, à l’extrémité de cette distance infinie, où il arrivera croix ou pile. Que gagnez-vous ? Par raison, vous ne pouvez faire ni l’un ni l’autre; par raison vous ne pouvez défendre nul des deux. ne blâmez donc pas de fausseté ceux qui ont pris un choix; car vous n’en savez rien“.

    Valérie Boyer et FX Bellamy (+ éventuellement Marion Maréchal ).
    Une belle relève!

    Que tous les pédants, les fausses droites, les fausses gauches, les feux centres, les faux jetons, tous les dinosaures de la politique aillent donc voir ailleurs, là où on ne peut pas porter de croix sans se faire égorger…

  2. J’aime bien regarder Valérie Boyer: c’est une jolie femme et elle porte ses colifichets, croix, boucles d’oreille, bracelets en sautoir, bref de quoi faire baver de rage les bigots laïcards et la cagots islamiques et autres bigotes emburquibées…

  3. Je cite:
    « La France est plus qu’un pays, c’est une civilisation ! »

    Combien de millions de gens le pensent, sauf la goche et les elites.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *