« La France a cédé à l ‘islamisation »

Publié par le 23 Juin, 2017 dans Blog | 5 commentaires

« La France a cédé à l ‘islamisation »

Pour parler de l’islam, je laisse souvent la parole à des musulmans. Aujourd’hui il s’agit d’un homme qui a renoncé à la religion musulmane, Waleed al-Husseini. Ce Palestinien réfugié en France a osé dénoncer dans un livre la progression de l’islamisme radical en France et la complaisance coupable de certains élus.

Il est interviewé par Rachel Binhas dans les colonnes de Valeurs actuelles.

Waleed al-Husseini, auteur d’Une trahison française, sonne l’alarme : le djihad menace la France et notre démocratie laïque pourrait succomber. 

Rachel Minhas : Vous revenez, dans votre dernier ouvrage, sur les liens étroits entre terrorisme et fondamentalisme musulman. Comment l’islam radical se développe· t-il aujourd’hui en France ?

Waleed al-Husseini : Il existe de nombreuses filières à travers lesquelles s’introduit et s’amplifie l’islamisation en France. À titre d’exemple, je cite quelques affaires qui ont défrayé la chronique ces dernières années. Il y va des connexions de certains élus locaux et nationaux avec l’islam politique. Le plus douloureux et le plus surprenant réside dans le fait que ces connexions se font avec des personnalités et des mouvements se revendiquant de la gauche progressiste et de la laïcité mais qui, pour des raisons électoralistes, caressent l’islam politique dans le sens du poil. Ces personnes contribuent à faire le lit du radicalisme. Depuis l’éclatement de la première affaire du voile à Creil à la fin des années 1980 (sous la gauche progressiste), la France n’a cessé de céder devant l’islamisation déguisée pour sauvegarder la paix civile.

Mais ce faisant, elle a piétiné ses valeurs, elle perd progressivement mais irréversiblement sa liberté, sans pour autant gagner la paix civile.

Rachel Minhas : Quelles sont ces « connexions insoupçonnables » que vous avez remontées ?

Waleed al-Husseini : Cela peut être des associations culturelles subventionnées par les mairies, tout en sachant qu’il s’agit d’associations essentiellement cultuelles. Il y a également le cas des associations caritatives qui surfent sur la misère pour répandre l’islam. Et parmi les cas les plus « insoupçonnables » figure l’exemple d’un certain syndicat qui, avant les élections syndicales, distribuait des calendriers avec les heures des prières dans les usines. Pour gagner les voix des musulmans, ce syndicat avait introduit la prière au travail. Enfin, pour couronner le tout, une complaisance de certains médias existe avec l’islam politique.

Au nom du « vivre-ensemble », ces médias travestissent la réalité et occultent la menace.

Voici, extrait du site Annuaire des mosquées en France, une infographie montrant la progression de l’islamisation de la France entre 1985 et 2015 :

Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

Rachel Minhas : Vous relevez trois formes de djihad: le djihad politique global, le djihad économique collectif et enfin le djihad individuel. De quoi s’agit-il ?

Waleed al-Husseini : Les organisations terroristes ont développé plusieurs stratégies pour atteindre leur objectif, à savoir l’islamisation par la force. Cependant, les djihadistes ne sont pas les seuls à militer dans ce sens. Tout musulman est tenu de répandre son idéologie, et cela relève du djihad individuel censé, de par ses initiateurs, épuiser l’ennemi. Prenons l’exemple de la France. Depuis l’affaire Merah, qui incarne la « troisième génération de djihadistes », il y a eu plusieurs cas de djihad individuel comme à Saint-Étienne du-Rouvray (prêtre décapité), à Magnanville (couple de policiers assassiné), à Saint-Quentin-Fallavier (un livreur qui décapite son patron) …

Ces affaires, ajoutées aux attaques contre Charlie Hebdo et le Bataclan, mobilisent des milliers d’agents en France pour lutter contre le terrorisme, au prix d’un épuisement certain. Le djihad individuel a été théorisé par le Syrien Abou Moussab al-Souri, de son vrai nom Moustapha Abdelkader Sitt Mariam Nassar. Marié à une Espagnole et détenteur du passeport hispanique, il fut l’organisateur des attentats de Madrid du 11 mars 2004. Son livre Appel à la résistance islamique mondiale est devenu la référence en la matière. Par ailleurs, ce terrorisme individuel se traduit par une détérioration du climat des affaires et, outre l’éreintement des forces de l’ordre, contribue à l’affaiblissement économique, répondant au djihad économique.

Quant au djihad politique global, il est incarné par l’islam politique à travers ses différents mouvements de prédication, lesquels formatent les fidèles et préparent les esprits au djihad sous toutes ses formes.

Rachel Minhas : Selon vous, il faut aider l’islam à se réformer. Comment ? Les intellectuels musulmans parlent peu au peuple des mosquées …

Waleed al-Husseini : Effectivement, il faut aider l’islam à se réformer. Mais le renouveau de l’islam ne se limite pas aux textes. L’enjeu est avant tout l’introduction de la culture laïque (ou laïcisante) et civile, susceptibles de modifier le regard des musulmans vis-à-vis des textes fondateurs. En effet, ceux-ci sont des textes historiques et il est inconcevable de les appliquer en l’état dans tous les temps et tous les lieux … Quant aux mosquées, elles doivent uniquement servir de lieux de prière et ne pas se transformer en tribunes politiques ou lieux d’endoctrinement, comme c’est le cas aujourd’hui en France.

Propos recueillis par Rachel Binhas pour Valeurs actuelles.

Une trahison française
(Les collaborationnistes de l’islam radical devoilés)
30 mars 2017, broché, 18 €

Peur de l’ennemi. Peur d’avoir un ennemi. Refus d’avoir un ennemi. Aux pacifistes collaborationnistes, aux terrifiés, aux traîtres, aux bienfaiteurs de l’ennemi qui sacrifient identité, valeurs et dignité, Waleed Al-Husseini, qu’on appelait  » traître  » dans les geôles palestiniennes, livre le témoignage fracassant d’un homme libre. Français, l’ennemi vous a désignés mais vous ne l’écoutez pas, l’ennemi s’agite mais vous ne le voyez pas. Il prolifère, il intimide, il ment.





 

5 Réponses à “« La France a cédé à l ‘islamisation »”

  1. « Tout musulman est tenu de répandre son idéologie, et cela relève du djihad individuel censé, de par ses initiateurs, épuiser l’ennemi. »

    Exact. Ceci est identique dans toutes les religions. Dans la chrétienté, on dit : « croissez et multipliez »

    Le problème est que, si au temps de la barbarie, les chrétiens se tapaient dessus, il n’empêche pas que les fameuses croisades ont été créés dans le but de défendre la chrétienté d’orient, déjà (bien sur, les humains étant ce qu’ils sont, il y en avaient qui tuaient pour tuer… mais pasdamalgame, n’est-ce pas. Merci), on ne voit pas au 21eme siècle des chrétiens se faire exploser sous prétexte d’épuiser l’ennemi (ennemi, censé apporter des fleurs et des nounours sur les lieux de l’explosion)
    Idem, chez les juifs (qui ne se font pas exploser non plus et n’ont pas de fermes où on élève des camions fous)

    Mais le renouveau de l’islam ne se limite pas aux textes. L’enjeu est avant tout l’introduction de la culture laïque (ou laïcisante) et civile, susceptibles de modifier le regard des musulmans vis-à-vis des textes fondateurs. En effet, ceux-ci sont des textes historiques et il est inconcevable de les appliquer en l’état dans tous les temps et tous les lieux

    Enfin quelqu’un qui qui conçoit bien la réalité de ce que nous vivons, exprime bien une chose : il faut modifier le regard des musulmans vis-à-vis des textes fondateurs, car il est inconcevable de les appliquer en l’état dans tous les temps et tous les lieux

    Le principe, problématique, est là : l’exégèse est interdite en islam (contrairement aux chrétiens, hindouistes, bouddhistes –bien que ce soit pour eux une philosophie et non une religion- et juifs, où l’exégèse est obligatoire).
    Si on ne peut toucher ce principe, il sera impossible de « laïciser » l’Islam, et donc de le réformer.

    Et c’est ce qui est le plus grave pour les occidentaux, dont les zélites inconscientes sont incapables de comprendre qu’en islam (à moins de devenir athée), il n’est pas possible de voir au second degré.
    Ainsi, dans les phrases genre : « ne prenez pas pour amis des juifs et des chrétiens… », je me demande bien ce qu’on peut en déduire au second degré…

    Sans compter que les versets abrogeants (dont les bienpensants oublient d’en informer la présence aux dhimmis) ne font en général pas dans l’eau de rose !

    La taqîya permet donc de ne donner lecture que des versets abrogés, les plus gentils et bisounours (encore que, n’oublions pas que Dieu n’est miséricordieux que pour ses fidèles et qu’il n’y a point de contrainte en religion, … à partir du moment où on est un musulman convaincu. (pour les autres, ou ceux qui veulent se convertir, seule la mort est prévaut)
    Bravo à Monsieur Waleed al-Husseini d’oser sa vie pour dire ce qu’il en est. J’espère qu’il est protégé par la police.

    • Je cite:
      Exact. Ceci est identique dans toutes les religions. Dans la chrétienté, on dit : « croissez et multipliez »

      Ce n’est pas tout a fait exact, bien qu’il y ai eu des extremismes existant dans les religions,a divers epoques, la religion chrétienne n’est pas fondé sur une conquete par la guerre, bien qu’il y en ai eu.

      Fondammentalement, dans sa doctrine, la religion chrétienne n’est pas fondé sur la guerre pour repandre la bonne foi, c’est me le contraire.

    • Mis je suis OK avec vous, puisque je dis bien :
      « on ne voit pas au 21eme siècle des chrétiens se faire exploser sous prétexte d’épuiser l’ennemi  »
      (en ajoutant : (bien sur, les humains étant ce qu’ils sont, il y en avaient qui tuaient pour tuer)!)

      Et j’ajoutais que c’était idem pour les juifs!

      Jésus a bien dit que nous devons évangéliser par l’exemple qu’il nous a donné : « aimez vous les uns et les autres » et non « tuez les tous où vous les trouverez ».

      Nous sommes entièrement d’accord.

      Et cet auteur dit bien que les musulmans ne doivent pas rester au 7eme siècle mais évoluer vers une autre façon de voir les choses. Il a beaucoup de courage, car il risque sa vie.

      j’ai du mal m’exprimer.

  2. Christian 54 dit:

    Entre les associations dont le fonds de commerce est le droit de l’hommisme à tous crins (sans aucun discernement ni surtout sans admettre la contradiction la plus minime) les édiles locaux particulièrement cramponnés à leurs charges et prêts à toutes les lâchetés, une église qui se cramponne à sa position victimaire et tend sans cesse l’autre joue, la taqîya s’est vu offrir une voie royale au delà de ses espérances.

    Les commémorations des deux premières guerres mondiales me révoltent lorsque je vois que les commémorateurs qui se glorifient le plus de l’héroïsme des anciens sont ceux qui sont les plus lâches vis à vis d’un ennemi parfaitement identifié dont on n’ose pas dire le nom et surtout contre qui on se « bat » en paroles et si peu en actions.

    Mais l’idéologie incroyablement mortifère de la gauche et de la bien pensance qui lui est connexe ont tellement perverti les masses que même une bonne partie de la droite non FN n’ose pas réagir comme il conviendrait et prendre rien de moins que La défense de notre civilisation et de notre mode de vie.

    Il est urgent de réagir, mais sûre point je n’ai qu’une confiance minimale dans le raisonnement de la majorité de mes concitoyens.

  3. Bravo a ceux qui denoncent les extremismes, ils avertissent la France et les benets dont les zelites.

    La religion islam est la seule a provoquer ce genre d’extremisme, toutes les autres, sont adaptées a notre monde actuel.

    Les zelites, ( ou les benets) qui « affrontent » le monde musulman, le fait la plupart du temps dans des salons feutré, ils ont affaire a des intellectuels musulman sachant manier la langue francaise,
    sachant les rassurer/rouler comme il le veulent, souvent a l’insu du plein grée de ces zelites.

    Pour la goche, pour remplacer le mechant blanc qui ne vote plus pour lui, et pour les autres pour acheter la paix.

    Ces zelites affronte la realité, la plupart du temps dans des salons de paris, tandis que la population le fait dans les banlieues, avec un autre genre de personnes.

    N Sarkozy avait un programme plus dur que celui du FN sur l’immigration, ( propos de d pujadas),
    son programme n’est pas anti social, c’est une droiter sociale, mais compatible avec le realisme surl’immigration, contrairement a beaucoup de bisounours de de droite sociale, pour qui, la politique s’arrete au vrai probleme de l’immigration.

    F Fillon, comme F Copé, ont compris aussi ceprobleme.

    Pour les bisounours qui prefere une droite ferme mais pas trop, ils faudrait qu’ils descente dans la rue, vivre aupres des gens dans les banlieues, sans avoir la protections de la police…

    Ainsi ils auraient une idée, de ce que vivent les gens, qu’ils ne racontent pas n’importe quoi, et que cela n’a rien a voir avec le racisme.

    Quand les cons voleront moins haut, on reviendra a une droite façon RPR, qui reunit le social mais aussi les solution sur l’immigration.

    Le social integre tout les problemes, pas une partie comme la goche, reveillez vous a droite.

    Bien sûr je ne parle pas de ça pour des personnes comme n k m qui s’est trompé de parti.

    Pour le parti de droite, je continue de croire que L Wauquiez est le plus adapté pour conduire la droite, actuellement, la gouvernance doit etre Sarkozyste.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *