La PMA avant la GPA ?

Publié par le 13 Sep, 2017 dans Blog | 3 commentaires

La PMA avant la GPA ?

Emmanuel Macron est un libéral libertaire !

– Libéral pour l’économie,
– libertaire pour les moeurs.

Le début du quinquennat a été marqué par des mesures plutôt libérales que la gauche qualifie d’ultra-libérales. Des mesures que la droite aurait aimé prendre si elle en avait eu le courage.

Mais déjà et je dirais – en même temps – l’aspect libertaire pointe son nez. On voit bien qu’avec Macron, en matière d’immigration, on ne verra pas de reprise en main du destin de la France et de la défense de son identité.

Et ce matin, dans le domaine sociétal, le gouvernement a annoncé l’ouverture de la procréation médicalement assisté (PMA) à toutes les femmes, comprenez aux couples de lesbiennes.

Je relaye ce matin un article très complet de Madeleine de Jessey, paru sur le Figaro.fr. Madeleine de Jessey est la porte-parole de Sens Commun, un mouvement politique issu de la Manif pour tous, fer de lance dans la bataille contre la loi Taubira sur le mariage gay.

Ouverture de la PMA : un projet régressif

  • Violation du droit des enfants,
  • paradoxe d’un désir d’enfant qui conduirait à priver délibérément ce même enfant de son père,
  • constitution d’un véritable marché de la procréation en l’absence de dons de gamètes suffisants,
  • problématiques du remboursement de ces pratiques par une solidarité nationale déjà fortement sollicitée,
  • transformation des médecins en simples prestataires de services,
  • nouvelle étape franchie vers la légalisation du recours aux mères-porteuses au nom du même principe de « non-discrimination »…
Les raisons de s’opposer avec la plus grande fermeté à la volonté d’Emmanuel Macron d’ouvrir l’AMP aux couples de femmes et aux femmes seules sont multiples, elles relèvent du bon sens et ont été exposées avec brio, ces derniers jours, par un très grand nombre d’intellectuels, de militants et d’associations, de droite comme de gauche, auxquels nous souhaitons redire ici toute notre gratitude et notre soutien.

Au-delà de ses aspects anthropologiques, juridiques et financiers, ce projet porté par la nouvelle majorité manifeste plus que jamais la nécessité de réhabiliter en France l’existence de garde-fous conservateurs et de réaffirmer l’importance des limites face à la fuite en avant d’un progressisme qui, en fait de progrès, autorise des projets totalement régressifs pour l’humain dans son ensemble.

Régressifs, parce qu’ils bafouent une fois de plus les droits des plus faibles, des plus petits, de ceux qui n’ont jamais voix au chapitre. Cette négation du droit des plus vulnérables est peut-être un progrès pour le gouvernement: elle ne le sera jamais pour nous.

Régressifs, parce qu’ils servent les intérêts d’un projet ultralibéral dans lequel tout, absolument tout, peut devenir l’objet d’une relation marchande et commerciale, y compris ce qui ne devrait pas avoir de prix. Cet ultralibéralisme est peut-être un progrès pour le gouvernement: il ne le sera jamais pour nous.

Régressifs, parce qu’ils conduisent à nier l’importance de la parité lorsqu’il s’agit de concevoir et d’élever un enfant, alors même que cette parité est universellement défendue par ailleurs. Cette mise à l’écart d’un des deux sexes est peut-être un progrès pour le gouvernement: elle ne le sera jamais pour nous.

Régressifs, parce qu’ils entendent dresser l’homme contre la nature et contre sa propre nature, à une époque où l’on affirme pourtant plus que jamais l’importance de préserver des équilibres naturels gravement déséquilibrés par la volonté démiurgique de l’homme, avec les conséquences dramatiques que l’on connaît. Pourquoi affirmer avec force l’importance du principe de précaution et de responsabilité dès lors qu’on touche à l’environnement, et ne pas appliquer ces mêmes principes pour des problèmes qui touchent à l’humain et à l’origine de sa propre vie? Cette lutte de l’homme contre la nature est peut-être un progrès pour le gouvernement: elle ne le sera jamais pour nous.

Régressifs, parce qu’au lieu de considérer les différences anthropologiques comme autant de richesses, ils y voient des signes insupportables de discrimination et d’inégalité dont l’Etat devrait dédommager n’importe qui, au risque d’ouvrir une véritable boîte de Pandore dans laquelle le désir de chacun et de chaque minorité obligerait sans cesse le politique et préparerait l’avènement d’une société éternellement insatisfaite et malheureuse, parce qu’incapable de «changer ses désirs plutôt que l’ordre du monde». Cette passion aveugle pour l’abolition de différences de nature est peut-être un progrès pour le gouvernement: elle ne le sera jamais pour nous.

Régressifs, enfin, parce qu’ils conduisent à brouiller plus encore les repères de la filiation dans une société qui peine déjà à savoir où elle va, parce qu’elle ne sait plus vraiment d’où elle vient. Cette volonté de faire advenir des individus déracinés et hors-sol est peut-être un progrès pour le gouvernement: elle ne le sera jamais pour nous.

Ce que nous venons de dire ici, la droite s’honorerait à la porter fièrement, sans hésitation, sans crainte des anathèmes. Or force est de constater qu’elle se montre une fois de plus timorée sur ces sujets, alors même qu’ils font appel à tous les grands principes qui justifieraient son existence face à La République en marche.

Car enfin,

  • pourquoi devrait-on rougir de vouloir défendre les plus faibles et de dénoncer le primat des logiques marchandes sur l’humain ?
  • Pourquoi devrait-on s’excuser de vouloir préserver la parité et la complémentarité des sexes ?
  • Pourquoi devrait-on éternellement battre notre coulpe de vouloir réconcilier l’homme avec la nature et les richesses dont elle est porteuse ?

Le temps de l’inhibition et de la soumission intellectuelle doit cesser. Face à la fuite en avant « progressiste » de la République en marche, soyons enfin fiers de défendre le seul véritable progrès qui soit: celui qui permet à l’homme et à la société dans laquelle il évolue d’être et de devenir plus humain.

Madeleine de Jessey pour le Figaro.fr

Pourquoi la GPA suivra inéluctablement la PMA ?

Pour deux raisons :

1 – Au nom de l’égalité Homme-Femme

En effet, quand la PMA aura été instituée pour les lesbiennes, au nom de quoi pourrait-on priver les gays de la même possibilité ?

2 – Parce que le passé nous l’apprend !

En 1998, Elisabeth Guigou, Garde des sceaux de Lionel Jospin, a mis en place le PACS en nous jurant que jamais les PACSés ne pourraien avoir accès à l’adoption,

En 2013, Christiane Taubira, Garde des sceaux de François Hollande, a autorisé l’adoption pour les couples homosexuels, (ou droit à l’enfant), en nous jurant que jamais la PMA ne leur serait ouverte,

En 2018, Emmanuel Macron va ouvrir la PMA aux couples de lesbiennes, en nous jurant que jamais la GPA ne serait autorisé en France.

En, 2022, si un président de gauche est à nouveau élu, il autorisera la GPA en France.

CQFD !







3 Réponses à “La PMA avant la GPA ?”

  1. Très belle plaidoirie de Madeleine de Jessey contre l’autorisation de la PMA pour les femmes seules et les couples lesbiens.. Elle n’oublie aucun aspect en particulier le sort de l’enfant lui-même privé délibérément de père et cette fameuse parité tant vantée en politique et lâchement oubliée quand il s’agit de l’éducation des enfants.
    Nous voilà sans doute repartis pour un tour de contestations et de manifestations où l’on nous expliquera à nouveau que c’était dans le programme du président élu (cf Hollande et son mariage pour tous) et que, quoique qu’en pense le peuple, il serait rétrograde et réactionnaire de ne pas aller dans le sens du « progrès ».
    Dans cette société où l’individualisme prend le pas sur la responsabilité collective, où, au nom de l’égalité, on préfère oblitérer les conséquences négatives de certaines lois, le citoyen de bon sens et soucieux des générations futures a le devoir de se battre contre l’égoïsme viscéral des uns et l’appât de profits juteux des autres!!

  2. Lire aussi l’interview de frigide Barjot sur V.A.

    Pour ma part, je suis favorable à la PMA en cas de vraie cas de stérilité d’un couple marié (ou pacsé), comportant un papa et une maman.
    En effet, la qualité du sperme et la baisse de fertilité de la femme font que de plus en plus de couples occidentaux sont stériles ou hypo-fertiles.
    Des recherches sont faites pour en connaître les raisons.
    Et hormis la pollution qui n’est vraisemblablement pas la seule raison, nous n’avons encore pas trouver le pourquoi du comment.

    Par contre, il me semble que la PMA pour les femmes seules est une aberration dans la mesure où nous prenons conscience tous les jours des problèmes/difficultés rencontrés dans toutes les familles dites monoparentales

    Quant à la PMA chez les femmes homosexuelles, je suis contre.

    Autant je me fiche, comme de mes premiers chaussons, des pratiques sexuelles des êtres humains du moment où il n’y a pas exhibitionnisme, comme dans la gay-pride par exemple, autant j’estime que les personnes choisissant (ou subissant la raison ou la pulsion de leur genre différent de leur sexe physiologique, selon les dires de certains) les pratiques homosexuelles, et se mettant en couple (ou PACS), doivent le faire en étant conscientes que cela induira indubitablement des frustrations, dont la stérilité, puisque celle ci sera choisie au profit du dégout du sexe opposé.

    L’homosexualité est leur choix que je respecte, c’est leur droit, mais, en contre partie, ils doivent en subir les conséquences « naturelles », la nature ayant décidé qu’il fallait deux individus aux chromosomes différenciés (XX et XY) pour pouvoir se reproduire.

    En ce qui concerne les enfants, je crois que selon les cas, ils peuvent être ou non heureux, si on leur explique avec objectivité, on les entoure d’amour et on n’essaie pas de leur bourrer le mou avec des théories de genre stupides.
    Néanmoins, il est certain qu’ils se sentiront différents des autres enfants, avec toutes les conséquences qui en découleront.

    D’autre part, il est évident que la PMA pour toutes va induire la GPA pour tous, ce qui augmentera la traite des femmes et le marché aux enfants, retour indubitable de l’esclavage, avec vente d’êtres humains, selon certains critères qui permettront de vendre plus chers les enfants selon certains critères à la mode, avec rabais pour les autres, voire élimination des invendus.
    On peut même imaginer des magasins low cost de ventes d’enfants et des entreprises cotées, genre LVHM pour les vêtements, pour les spécimens garantis ou remboursés/échangés si défauts.

    Il est également vrai que pendant que nous nous écharperons sur ce projet « sociétal », Jupiter pourra continuer ses magouilles économiques, à coups de taxes, d’impôts, de contributions, de réglementations, qui toucheront les classes moyennes et les plus pauvres, sans que quiconque bouge une oreille ou un doigt!

    J’espère que mon commentaire ne sera pas considéré comme homophobe, ce que je ne suis pas, ce que mes amis homos pourront confirmer au cas où.
    (eux respectent le droit des enfants et se sont toujours comportés de façon digne et respectueuses des autres, sans ostentation aucune)

Trackbacks/Pingbacks

  1. « Elles vont faire des bébés toutes seules ! » par Eric Zemmour | A droite fièrement ! - […] Ce matin, sur RTL, le polémiste, aussi écouté à droite que conspué à gauche, a consacré sa chronique à l’ouverture…

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *