« La prison n’est pas la solution. Elle est le problème ! »

Publié par le 13 Mar, 2018 dans Blog | 9 commentaires

« La prison n’est pas la solution. Elle est le problème ! »

Nicole Belloubet, la Garde des sceaux du premier gouvernement d’Emmanuel Macron semble moins sectaire que Christiane Taubira qui n’a fait que détruire les avancées de Nicolas Sarkozy (peines planchers) avec une seule ligne directrice :

La prison n’est pas la solution. Elle est le problème !

Mais, après les annonces de Macron sur la Justice,  certains peuvent penser que l’âme noire de Christiane Taubira plane encore place Vendôme.

En effet la première annonce du président porte sur la suppression des courtes peines de prisons et l’obligation de peines alternatives pour les peines moyennes. Les arguments de Macron m’ont paru recevables mais cette mesure ne sera t-elle pas interprêtée par les délinquants comme un signe supplémentaire du laxisme de l’état en matière de sécurité ?

En réalité, les mesures n’ont qu’un seul but : réduire la surpopulation carcérale …

Je vous propose cette réflexion sur le sujet parue dans le Bulletin d’André Noël n° 2554 :

Macron dans les pas de Taubira

Dans sa frénésie réformatrice, le chef de l’Etat a annoncé sa volonté de mettre en oeuvre une réforme pénitentiaire dont l’objectif serait double : d’une part porter remède à la surpopulation carcérale et, de l’autre, « donner du sens à la peine ». En réalité, le vrai mobile, c’est le premier ! La France n’est-elle pas régulièrement condamnée par la cour européenne de justice pour les conditions d’incarcération des condamnés ? A défaut de faire reculer substantiellement la délinquance pour faire face à cette surpopulation, il faut construire des prisons, ce que les précédents gardes des sceaux socialistes, et en premier lieu Christiane Taubira, ont refusé obstinément, annulant le programme prévu sous Sarkozy.

On notera qu’à l’époque, Emmanuel Macron, étant ministre au sein du même gouvernement que Christiane Taubira, était donc solidaire de cette très laxiste et dangereuse ministre. Certes, le candidat avait annoncé qu’il construirait 15.000 places de prison pendant son quinquennat. Il ne tiendra pas sa promesse ; il l’a reconnu lors de sa visite à l’Ecole nationale d’administration pénitentiaire, 7.000 places seulement seront construites pendant son mandat, soit moins de la moitié. C’est pour cela qu’à défaut d’honorer cet engagement, il veut éviter le plus possible la prison aux délinquants, mettant ainsi ses pas dans ceux de Christiane Taubira. Ici encore nécessité fait loi…

Il y aura donc « L’interdiction des peines inférieures à un mois de prison », au motif, dit le chef de l’Etat, qu’elles ne servent à rien. Sans doute était-ce vrai pour un gangster chevronné, d’ailleurs rarement condamné à une telle peine. Mais, pour un citoyen jusque-là sans histoire qui est emprisonné un mois pour un acte de violence, la découverte de l’univers pénitentiaire peut le dissuader de récidiver.

Les peines de 1 à six mois devront être effectuées en milieu ouvert. Si le juge en décide autrement, il devra dûment motiver sa décision. Plusieurs délits (routiers, usage de drogue) seront forfaitisés : des amendes ou autres sanctions remplaceront la prison. Seront aussi créées de nouvelles peines autonomes comme le bracelet électronique à domicile. Jusqu’ici, le bracelet était une peine alternative ; avec Macron, qui va plus loin que Taubira, cela devient une peine en soi. Répondant par avance à l’accusation de laxisme, il lance : « J’invite tous ceux qui pensent que c’est du laxisme à porter un bracelet électronique au quotidien. » Il est un individu qui portait ce bracelet, du nom d’Adel Kermiche, ce fut l’un des assassins du Père Hamel à Saint-Etienne du Rouvray ; il le portait pendant l’attaque ! Un homme de 52 ans a été arrêté près d’Arras après avoir commis au moins cinq agressions sexuelles. Pris en flagrant délit d’attaque sur une femme, il portait un bracelet électronique pour un viol commis en 2005. Or ne voilà-t-il pas que, selon Macron, ce serait désormais la panacée pour mettre les délinquants hors d’état de nuire !

Il compte aussi développer à grande échelle les travaux d’intérêt général, pour lesquels il veut mobiliser les entreprises, les collectivités et l’Etat. « Avantage » ? Cela permettra, dit-il, de « sortir de prison plusieurs milliers de personnes, dont toutes les petites peines » avec « beaucoup moins d’emprisonnements à moins de six mois ». Comme si les « petites peines » ne correspondaient pas à des délits troublant la paix publique et des nuisances dont les victimes souffrent encore alors que le délinquant, lui, est élargi, encore heureux lorsqu’il ne vient pas narguer ses victimes dès sa sortie de prison !

Plus de procès en assises pour les violeurs !

Et ce n’est pas tout : le garde des Sceaux a sorti de sa pochette surprise une réforme impromptue des assises ! Elle a expliqué : « Nous allons expérimenter un tribunal criminel départemental. Il interviendra en première instance pour les crimes punis de quinze ans ou de vingt ans de réclusion, par exemple les viols, les coups mortels, les vols à main armée. » Ceux-là échapperont aux assises puisque le tribunal sera constitué de trois juges professionnels… comme en correctionnelle. Elle précise : « Les cours d’assises demeurent et resteront compétentes pour les crimes les plus graves, ceux punis de plus de vingt ans de prison, comme les meurtres et assassinats, ou ceux commis en récidive. » Il y aura donc désormais des crimes graves, mais pas trop, comme le viol, qui seront jugés à la hâte par des magistrats déjà débordés, et des crimes plus graves qui devront être sérieusement examinés par des jurés d’assises.

On comprend donc la vive réaction du syndicat majoritaire dans la profession, l’Union syndicale des magistrats (USM), qui est « consterné » par les déclarations du président de la République, et déplore des « inepties ». Il critique « une méconnaissance inquiétante des dispositions actuellement applicables en matière de prononcé et d’exécution des peines » et « un profond mépris pour le travail » des professionnels.

Est-ce vraiment le moment d’envoyer vers les délinquants ce message très clair d’adoucissement des peines ? Rien n’est moins sûr !

Mais n’était-il pas prévisible qu’Emmanuel Macron, qui a été beaucoup « Ni de gauche » pendant ses dix premiers mois de mandat, change de rive et passe au « ni de droite » ?






9 Réponses à “« La prison n’est pas la solution. Elle est le problème ! »”

  1. Christian 54 dit:

    La République en marche devient la République au triple galop…
    Dans le mauvais sens, évidemment !

    • Cette sa..té est une socialiste pure et dure! Donc On en revient toujours aux racines du mal qui abslovent criminels, meurtriers et récidivistes et culpabilisent les victimes!
      La personne violée c’est elle la coupable……la femme assassinée c’est elle la coupable……….

      Un député nommé raimbourg…………avait proposé dans la mandature précédente un projet de loi dans lequel un inceste un viol escommis par un membre de la famille ou autre après un repas familial bien arrosé n’était pas un délit…….
      Il avait abandonné son article de loi….

      Aujourd’hui, qu’est ce qui se profile?
      Qui décidera de la juridiction?
      Un petit viol, un viol aggravé……….jugé entre 2 excès de vitesse ou un vol à la roulotte??????
      incroyable mais vrai

      Dans l’affaire députés et sénateurs vont encore être zappés????????

      Justice politique et dictature vont de pairs!

  2. Madame Taubira…

    Qu’un personnage aussi nuisible et dangereux pour la Justice,coupable qui plus est d’une forfaiture en direct qui aurait dû lui valoir des poursuites pour parjure,n’ait pas été « démissionné » le soir même,en dit long sur les moeurs de république bananière auxquelles la France est parvenue…

    les 15.000 places de prison annoncées par Macron comme promesse de campagne?

    Les promesses n’engagent que les imbéciles,en bon français ceux qui les reçoivent…

  3. Christian 54 dit:

    Nicole Pabelmaibete est la digne émule de taubira, mais en pire ! Le mot justice ne veut plus rien dire …

  4. Les peines de 1 à six mois devront être effectuées en milieu ouvert.
    Mais c’est déjà le cas.

    Désencombrement des tribunaux avec un tribunal criminel départemental?
    Quel gros mensonge………
    Le problème est en premier lieu l’instruction d’affaires qui s’éternise 4 ans et plus…….La est le véritable scandale. Comment des compléments d’enquête demandés par les avocats ne sont pas faites dés le départ de l’instruction par le juge. Parce que ça coute cher et si la partie adverse ne demande rien, ça ne coute rien?
    Reste la possibilité de classer sans suite un peu plus d’affaires…..

    Ainsi grand succès des réformes macron comme toutes les autres réformettes.

    Il prépare les prochaines présidentielles selon le même schéma qui lui a réussi.
    Faire monter le FN pour ensuite se faire réélire face à Marine ou Marion!

  5. Au Danemark, le meurtrier de la journaliste est jugé 7 mois après.
    En France, le procès est plus souvent 4 ou 5 ans après, plus l’appel encore 2 ou 3 ans après.

    • Sauf si c’est contre la droite, là on a droit au festival des cocus.

      Le fait que le viol ne sera plus jugé par une cours d’assise, demontre un repli des valeurs des zelite souvent franc macon, ( qui, j’ai souvent lu, adore l’ultra liberté)…

      Petit a peit on prepare une société decadente sous pretexte de desengorger les tribunaux, il suffit de piquer dans les poches des voleurs pour remettre de l’argent dans la justice.

      Les pretextes avancé pour perdre les droits des victimes fondamentaux, en les banalisant, sous pretexte de… est la marque de la repuplique bananiere.

      Passer du pays des droit de l’homme, au pays de la republique bananiere depuis anormal 1 er, faut le faire…

  6. Le politique a deja montré qu’il n’a pas une valeur morale particulièrement bien élévé par tous les scandales qui jonche deja sa route, bien au contraire, alors ne nous étonnons pas trop que voir au nom de telle excuse, sortir des aberrations au regards des honnetes gens qui ont compris,qui avantageront plutôt les crapules que les honnêtes gens, ainsi, ont aura une belle petite societe de demain, violente a souhait, qui enfoncera encore plus le pays.
    Merci les tenant de cette politique, on voit que vous vous preoccuper de nous comme il ce doit, avec vos complices des medias qui vous soutiennent hardiment contre nos intérêts vitaux avec leur hypocrisie naturelle.

    Qui veut parier ?…

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *