Il n’est pire haine que la haine de soi !

Publié par le 12 Mai, 2020 dans Blog | 4 commentaires

Il n’est pire haine que la haine de soi !

Pourquoi tant de haine ?

La préférence systématique pour l’« autre », que s’attache à mettre en oeuvre notre ministre de l’Intérieur avec un zèle suspect, est inséparable du mépris de soi et de ses racines.

Nous vivons depuis cinquante ans sous le régime de la dilection pour l’« autre ».

Vous venez de lire l’introduction de l’article suivant de l’avocat Gilles-William Goldnadel qui dénonce cette haine de soi que développe les progressistes et qui leur fait préférer n’importe quel étranger à un Français.

Pire encore s’il s’agit d’un Français de souche !

Crédit illustration : Georges Mathieu

La recette rêvée du cocktail Molotov

Le discours politicomédiatique nous rabâche sans relâche l’inquiétante résurgence de la xénophobie dans notre société mais oublie son autre versant, pourtant beaucoup plus prégnant chez nos élites : la xénophilie.

Les xénophobes considèrent l’« autre » comme fondamentalement mauvais, les xénophiles comme intrinsèquement bon. Le vice est le même, mais on le juge inacceptable dans un cas, admirable dans l’autre. Alors que l’on aperçoit le bout du tunnel du confinement, la marche vers le 11 mai s’accompagne d’un désagréable sentiment de deux poids deux mesures, qui s’insère parfaitement dans le cadre de cette déviance morale des temps modernes.

Jugez-en : ici et là, on entend qu’un préfet ou un autre accorde des libertés à la communauté musulmane pour que cette dernière puisse vivre sereinement la période du ramadan. Dans le Calvados, le directeur départemental de la sécurité publique (DDSP) a diffusé une note expliquant qu’« il n’y a pas lieu d’intervenir dans les quartiers à forte concentration de population suivant le ramadan » – ces consignes ont été regrettées, mais on peut sans mauvais esprit avancer que la hiérarchie aurait surtout préféré qu’elles soient verbales et non écrites. Dans le même temps, le gouvernement fait preuve d’une fermeté absolue avec les autres cultes, notamment les juifs, qui viennent de fêter Pessah, et les catholiques, qui furent privés s’offices et de messes pendant la Semaine sainte et la fête de Pâques, sommet spirituel de l’année. Des policiers armés sont même entrés dans une église pour  faire cesser un « trouble à l’ordre public ». Mon imagination est impuissante à décrire ce qu’il se serait passé si la police avait pénétré armée dans une mosquée, situation parfaitement théorique.

Cette préférence systématique pour l »‘autre » est inséparable du mépris de soi et de ses racines.

L’homme blanc se considère comme déchu et a honte de lui-même: responsable de la colonisation, de la Shoah et du réchauffement climatique, son temps est révolu, il doit désormais se frapper la poitrine et céder la place. Conséquence logique: l »‘autre » se sent en position de force – il faut pour s’en convaincre écouter les indigénistes racistes décomplexés évoluant dans nos universités et nos médias – et sait qu’il inspire à ses anciens bourreaux une crainte obséquieuse qui lui donne un ascendant certain dans le rapport de force. Au sommet de l’État, on lui donne raison avec une régularité quasi métronomique. Rien que cette semaine, en incriminant ses troupes avant enquête  et claironnant que « le racisme n’a pas sa place dans la police républicaine », en trouvant des excuses aux individus qui caillassent les policiers dans les quartiers que l’on dit « populaires » pour ne pas stigmatiser, Christophe Castaner n’a fait qu’encourager et alimenter cette situation.

Les quartiers islamisés, bien que privilégiés par les pouvoirs publics, se considèrent comme des victimes de l’anti-islam et se sentent légitimes au moment d’affronter nos forces de l’ordre.

Comment les choses pourraient-elles aller mieux ? Quelques graines de consentement à la violence, un peu de poudre d’excuse: voilà la recette rêvée du cocktail Molotov. Il faudrait être un saint laïc pour ne pas se penser victime quand on vous persuade que vous en êtes une. Je ne connais pas beaucoup de saints laïcs. •

Gilles-William Goldnadel pour Valeurs actuelles.

Merci de tweeter cet article :





4 Réponses à “Il n’est pire haine que la haine de soi !”

  1. Je me faisais une observation à propos des grappes de personnes qui se sont agglutinées hier, premier jour de déconfinement, sur le canal St Martin. Tous les médias ont relayé les vidéos, en ont fait des sujets de débats comme ce matin sur RMC. Ok! Loin de moi l’idée d’absoudre ce comportement irresponsable! Cependant il me semble que les médias n’en ont jamais fait autant… pour tous ceux qui dans les banlieues, n’ont jamais respecté un seul jour de confinement en deux mois. Pourquoi s’autorise-t-on à fustiger une partie de la population (certes inconsciente!) quand on tait volontairement le comportement inadmissible d’une autre? Parce qu’il y a moins de danger à montrer du doigt une certaine catégorie de citoyens? Je crois avoir une petite idée de la réponse..

    • en effet, pour une grosse centaine de jeunes écervelés – pardon pour le pléonasme 😉 – on punit toute la population, alors qu’une remontrance sur les lieux accompagnée d’une menace de sanction forte aurait suffit ! Par contre les images qui ont tourné en boucle, donnent l’impression que décidément, les français sont trop indisciplinés, et que donc il faut des lois, il faut sévir, etc …
      Alors que le confinement et le port spontané de masques prouve exactement le contraire !

  2. lisez Actu 17
    ça vaut tous les commentaires

  3. La haine de soi entretenu par les progressistes, leurs permets de reduire les libertés, c’est leurs but…

    Au dela des discours mollasson des progressistes, pour permettre a la jeunesse d’etre laxistes et irrespectueux,
    cela permet de creer des lois qui arrangera uniquement les pseudos progressistes et non le peuple.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *