La République en marche … mais pas la démocratie !

Publié par le 25 Juil, 2017 dans Blog | 6 commentaires

La République en marche … mais pas la démocratie !

Le tsunami Macron a tout balayé !

Profitant de la folie meurtrière du « dégagisme », la République en marche a mis en place un « remplacisme » tout azimut !

Elle a la majorité absolue à la chambre des députés. Elle a phagocyté les présidences de presque toutes les commissions parlementaires. Elle manoeuvre pour s’emparer du Sénat aux prochaines élections sénatoriales.

Le mouvement En marche ! est en train de faire sa mue vers un vrai parti politique. Mais on nous avait promis que ce ne serait pas un parti politique comme les autres. Qu’il romprait avec la sclérose des partis traditionnels décimés par Macron.

Mais qu’observe t-on ? La mise en place d’une organisation verrouillée qui va priver les militants d’un réel pouvoir démocratique.

C’est l’objet d’un article paru sur le site « Les Crises » (Espace d’autodéfense intellectuelle) dont je recommande vivement la consultation régulière. Voici cet article initialement publié par Marianne.net :

Le parti de Macron en passe de devenir…
le moins démocratique de France !

La République est peut-être en marche ... mais pas la démocratie !
S’ils assurent que le parti d’Emmanuel Macron “appartient à ses adhérents”, les futurs statuts ne prévoient aucune élection interne. Toutes les décisions seront prises par une majorité d’élus.

Pas si facile de construire un parti différent. Ce samedi 8 juillet au Paris Event Center (XIXème arrondissement), la question de la structuration du mouvement fondé par Emmanuel Macron aura occupé la majeure partie des interventions, lors de la première convention de La République en marche (LREM). “Modernité”, “ouverture” et “renouvellement”, ont répété la plupart des orateurs. A la lecture des grandes lignes des futurs statuts du parti, présentés en marge de la convention, il semble indéniable que le parti macroniste s’oriente vers un modèle inédit. Modèle qui ne brillera pas par ses dispositifs de votation interne. A force de vouloir se démarquer des autres formations politiques …

… LREM est au contraire en passe de devenir …
le parti le moins démocratique de l’Hexagone!

Si les adhérents vont voter pour avaliser ces statuts d’ici au 30 juillet, ils n’auront ensuite plus aucune prise sur les décisions au sein du mouvement. Bien sûr, ces 373.000 militants auront un rôle, mais il sera tout sauf central. Ils pourront par exemple saisir le bureau exécutif de “toute information utile à l’organisation et à la vie du mouvement“, mais pas imposer une position. Un certain nombre d’adhérents intègreront quant à eux le Conseil, présenté dans les statuts comme le “Parlement de la République en Marche“, après avoir été tirés au sort, mais ces militants ne constitueront que 20% des membres de l’organe. Pour le reste, si les statuts précisent que “La République en marche appartient à ses adhérents“, les procédures internes ne leur donneront pas souvent l’occasion de s’exprimer.

Les élus auront la main sur toutes les décisions

Pour le reste, les parlementaires auront la main. Avec les élus locaux du parti et les référents territoriaux, au nombre de 110, ils formeront 80% du Conseil. Autant dire que les 308 députés et 25 sénateurs macronistes disposeront probablement de la majorité absolue au sein de l’instance et pourront ainsi imposer, s’ils le souhaitent, leur point de vue. Cela tombe bien puisque le Conseil contrôlera l’ensemble des instances importantes du parti, dans une organisation en forme de poupées russes, où chaque collège s’emboîte dans un autre.

Le ou les dirigeants ? Nommés par le Conseil. La commission d’investiture, chargée de sélectionner les candidats aux élections ? Désignée par le Bureau exécutif, lui-même… nommé par le Conseil.

Quant aux référents territoriaux du mouvement d’Emmanuel Macron, ils ne seront pas non plus élus mais nommés par la direction de LREM. Contacté, l’entourage de Catherine Barbaroux, la présidente par intérim d’En Marche, assume une volonté de privilégier l’efficacité du mouvement sur des élections internes qui pourraient susciter des ambitions mal placées : “En observant le fonctionnement des autres partis, nous nous sommes aperçus que plus vous créez des postes, plus vous risquez de créer des ambitions pas forcément tournées vers l’intérêt du mouvement. Nous voulons éviter ça“. Arnaud Leroy, ex-député pressenti pour intégrer la direction collégiale, se veut plus direct : “On ne veut pas de baronnies locales et de rivalités où le succès de l’un dépend de l’échec de l’autre, comme ça a pu être le cas au PS“.

“Plus de poids qu’en élisant un premier secrétaire”

Ce type de fonctionnement est en tout cas une curiosité en France, où la plupart des partis restent organisés autour du principe de la démocratie interne. Au Parti socialiste, chez les Républicains ou au Front national, la légitimité du leader du parti procède ainsi de son élection par les militants. Ces dernières années, l’organisation de primaires au PS, à LR ou chez EELV a accentué le phénomène. Au PS, on vote même pour chaque désignation interne : tous les candidats aux législatives ont été adoubés par les militants de leur circonscription. Chose inenvisageable dans le parti macroniste, objectif de parité oblige. “Si on faisait élire les candidats, beaucoup plus d’hommes se présenteraient“, constate un cadre du mouvement.

LREM apparaît imperméable à cette culture de l’élection : la seule tête à (nettement) dépasser restera celle du président de la République, Emmanuel Macron. A la direction de LREM, on veut pourtant croire que cette absence de démocratie interne n’empêchera pas les débats : “Avec leur pouvoir de faire remonter des sujets, les adhérents auront au final beaucoup plus de poids qu’ils n’en auraient eu en élisant un premier secrétaire tous les deux ans“.

Finalement, le parti dont le fonctionnement se rapproche le plus de celui de La République en marche pourrait bien être… la France insoumise de Jean-Luc Mélenchon. On retrouve dans les deux organisations la même absence d’élections internes et la même centralisation des investitures de candidats. Chez les supporters de Jean-Luc Mélenchon, ce type de procédure se veut toutefois transitoire puisque la France insoumise n’est actuellement pas structurée en forme de parti. Au Parti de gauche, la formation précédemment créée par le député de Marseille, les adhérents peuvent voter pour chaque nomination interne, mais aussi… révoquer les dirigeants. Pas vraiment la philosophie En Marche.

Etienne Girard pour Marianne

Dernière minute

Je rajoute une petite note personnelle car j’ai assisté, à 13H sur LCI, à l’interview du secrétaire général adjoint du mouvement En marche et ancien directeur de cabinet d’Emmanuel Macron à Bercy, Julien Denormandie.

J’ai été halluciné par la réponse de ce responsable à une question du journaliste, et choqué que le journaliste ait encaissé cette réponse sans réagir ! Voici un résumé de ces propos qui portaient sur la démocratie au sein du mouvement La République en Marche :

Le journaliste : « On entend pas mal de rumeurs sur un certain manque de démocratie au sein de votre mouvement … »
Denormandie : « Non, il s’agit de fausses rumeurs puisque nous sommes en train d’élaborer les statuts du mouvement qui devront être validés par les adhérents »
Le journaliste : « Pourtant, certains adhérents ont saisi la justice pour s’opposer à ces statuts qui, selon eux, privent la base de toute participation aux décisions importantes … »
Denormandie : « Qu’il puisse contester les statuts montre que notre mouvement est bien démocratique !« 

Oui, vous avez bien entendu ! Que des adhérents soient amenés à poursuivre en justice leur mouvement, prouve que ledit mouvement est démocratique !

Consternant propos, comme l’est plus encore, la passivité du journaliste !







6 Réponses à “La République en marche … mais pas la démocratie !”

  1. Christian, je suis loin d’être un macroniste acharné, vous le savez, mais, ne soyons pas naïfs : un parti qui surgit du néant, avec des éléments venant « d’horizons divers », pour être poli, et un grand nombre de débutants, qui ne connaissent pas grand chose à la vie politique, à l’action politique et ses nécessités. Chez LREM, il y a un impérieux besoin de mettre la boutique en ordre, et rapidement.
    Finalement, Macron, le « nouveau venu », celui qui n’avait pas de passé, l’homme neuf et donc providentiel, risque de découvrir à ses dépens que la politique est aussi un art. Sa majorité est trop grande pour rester longtemps docile. Déjà ça commence à ronfler chez certains militants …
    http://www.lepoint.fr/politique/un-collectif-de-marcheurs-lance-une-procedure-contre-les-nouveaux-statuts-du-parti-24-07-2017-2145378_20.php

  2. C’est non seulement un parti antidémocratique mais, qui plus est, ne respecte pas les promesses de campagne!
    d’où la création d’un collectif des “Marcheurs en colère” dans le Pas-de-Calais à propos des élections sénatoriales prochaines.

    sans compter l’incompétence crasse des jeunes« nouveaux politiciens En Marche vers le Mur.
    lors de l’examen des amendements concernant le casier judiciaire vierge pour les députés. On peut y voir la présidente En Marche de séance, Danielle Brulebois, refuser de donner la parole aux députés voulant participer au débat
    On pensait avoir vu le pire avec Flanby…. hélas!
    « Au secours, rendez nous Hollande »

    Et puis un hors sujet, qui montre que, partout,la grogne est En Marche

    Humour. Ne parvenant pas à attirer l’attention d’Emmanuel Macron, le syndicat de police VIGI a lancé lundi 24 juillet un appel sur les réseaux sociaux pour trouver “une personne du showbiz” susceptible de porter ses revendications à l’Élysée, rapporte BFMTV ce mardi.

    En vrai roi de la communication, Emmanuel Macron multiplie les rencontres et photos avec les stars du showbiz. Dernier exemple en date : les venues au palais de l’Élysée du chanteur du groupe U2, Bono, et de la chanteuse Rihanna, tous deux à la tête de fondations, lundi 24 et mercredi 26 juillet. De quoi agacer le syndicat policier VIGI (syndicat du ministère de l’Intérieur et de la police nationale), qui a vu sa lettre ouverte adressée au président le 13 juillet dernier restée sans réponse. Qu’à cela ne tienne : les forces de l’ordre ont décidé, non sans humour, de recruter “une personne du showbiz” qui saurait porter leurs intérêts au
    Emmanuel Macron est-il trop occupé à soigner son image pour daigner répondre à l’appel des forces de l’ordre, formulé le 13 juillet dernier ? “La seule réponse de l’Élysée a été un silence, mais on ne sait pas s’il était poli, gêné ou méprisant. Dans tous les cas, VIGI n’a pas eu de réponse argumentée et logique”, peut-on lire dans un communiqué, publié sur la page Facebook du syndicat ce lundi.

    La suite est brute, sans pincettes : “Mais c’est sûrement parce que nous ne maîtrisons pas encore les nouveaux codes du divin Jupiter, qui nous dirige. Nous ne savions pas que pour évoquer un sujet avec Monsieur le Président, il fallait avoir comme Pour espérer s’adresser à Emmanuel Macron et ainsi “accéder à l’Olympe”, les policiers ont ainsi lancé cet appel sur les réseaux sociaux, espérant “pouvoir sensibiliser Emmanuel Macron à la sécurité de la population”.
    Avant de conclure d’une citation de l’antique philosophe Sénèque : “Certains sont jugés grands parce qu’on mesure aussi le piédestal”. Le président devrait apprécier.

    (V.A. ce jour 10h)

  3. Et en prime, en plus de la Photo de César,qui illustre cet article, voici la photo de notre meilleur acteur de Cinéma, -sans doute celui qui remporterai le prochain oscar- qui, avec son épouse est en train de mettre en photos la saga de Martine de Jupiterminus
    Nous avons aujourd’hui : Jupiterminus au vatican.

    https://www.delitdimages.org/macron-lors-dune-visite-discrete-vatican/

  4. Allez, je fais encore un demi HS, car toujours en rapport avec l’illustration de cet article et finalement en rapport avec la non-démocratie : « C’est moi qui suis le chef »

    Comme je regardais sur les liens donnés ici, je tombe (rassurez vous, je me suis relevée et n’ai même aps un bleu) sur le dernier article de Saucisson Pinard

    Qu’en pensez vous?

    http://saucisson-pinard.blogspot.fr/

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *