L’agitprop est à l’oeuvre, poussée par les chaines d’infos

Publié par le 9 Fév, 2020 dans Blog | 2 commentaires

L’agitprop est à l’oeuvre, poussée par les chaines d’infos

A l’origine, le terme agitprop s’appliquait au Département pour l’agitation et la propagande, organe des comités centraux et régionaux du Parti communiste de l’Union soviétique.

La propagande était censée agir sur les esprits individuels quand l’agitation jouait sur les émotions des foules, bien que les deux aient été utilisées ensemble, d’où le cliché « propagande et agitation »

Depuis les Gilets jaunes et la récupération de leur mouvement par l’extrême gauche, spécialiste historique de l’agitprop en France, on a l’impression que le mouvement social tout-azimut qui agite la France, des éboueurs aux avocats en passant par les cheminots, est manipulée en sous-main. La France Insoumise n’en étant que la partie émergée …

Guillaume Roquette, dans son édito du Figaro Magazine, tente de faire la part des choses entre le sentiment de chienlit qui ressort de la période actuelle et la réalité de la situation :

C’est une inquiétude légitime.

Celle que provoquent les images inondant depuis des mois les écrans grossissants des chaînes d ‘information. On y voit des forces de l’ordre harcelées pendant des heures, des centres-villes dévastés, des universités bloquées, des grévistes menaçant leurs collègues de travail ou encore l’effigie du président de la République promenée au bout d’une pique. Au regard de ces manifestations quotidiennes de violence, certains s’inquiètent d’un niveau de tension qui serait inédit dans le pays, quand d’autres l’imaginent carrément au bord du soulèvement.

La bonne nouvelle est qu’ils se trompent.

Tous ces épisodes, soigneusement mis en scène pour être filmés et diffusés, reflètent moins l’état réel de la France qu’une tentative presque désespérée de la gauche extrême pour ne pas disparaître dans les oubliettes de l’ histoire. Il faudrait être aveugle pour se croire à la veille d’un nouveau Mai 68 : les Français contestent largement la politique menée par le pouvoir mais n’entendent pas faire la révolution pour autant.

Les troubles que connaît le pays sont organisés par des groupuscules militants qui utilisent à merveille l’effet de loupe des réseaux sociaux et des chaînes d’information. À force d’être diffusés en boucle, les événements anecdotiques qu’ils organisent réussissent à saturer l’espace public. Et ces activistes peuvent aussi compter sur l’indulgence de certains médias, syndicalistes et responsables politiques de gauche qui, au premier feu de poubelle, se croient revenus au Temps des cerises. En réalité,  si quelque chose doit inquiéter dans ces accès de violences sporadiques, c’est d’abord la mansuétude dont ils font trop souvent l’objet. Prenons l’exemple des universités dont le fonctionnement est perturbé pour la deuxième année consécutive par une minorité d’agitateurs, d’autant plus enclins à désorganiser les examens qu’ils seraient bien incapables de les réussir. La couardise des dirigeants des établissements touchés par ces désordres est confondante, alors même que l’immense majorité des étudiants ne demande qu’à travailler.

Emmanuel Macron et ses ministres semblent, eux, hésiter sur la conduite à tenir face aux fauteurs de troubles. Ces derniers jours, quand Jean-Michel Blanquer se montre ferme face aux professeurs qui veulent saboter les nouvelles épreuves du bac, le chef de l’Etat préfère poser avec un tee-shirt dénonçant les prétendues « violences policières ».

Mais la faute originelle du gouvernement remonte à bien plus loin : en cédant voilà deux ans aux zadistes de Notre-Dame-des-Landes qui exigeaient l’abandon du projet d’un deuxième aéroport à Nantes, il a donné des ailes à tous les antifas et autres black blocs qui y ont vu un encouragement à la violence.

On voit combien il lui est difficile désormais de maintenir l’ordre. Dans une démocratie, celui-ci est pourtant un fondement de la liberté.

Guillaume Roquette pour Le Figaro Magazine.

Merci de tweeter cet article :





2 Réponses à “L’agitprop est à l’oeuvre, poussée par les chaines d’infos”

  1. C’est tellement evident…
    Les extremistes de goches, appuyés par la goche traditionnelle, permettent un delabrement de la france qui est orienté : proletaire et revolution… grace au merdias.

    Le desordre eternel, en france profite a un etat d’esprit gochiste, et peut raviver une nouvelle flamme chez bien des gens…

    Les gueulantes façon syndicat ou foule, avec du desordre, profite encore a un etat d’esprit gochiste…

    La betise des gens, manipulés, profite encore a un etat d’esprit gochiste…

    Et surtout le manque de respect, profite a un etat d’esprit gochiste…

    Tout ceci c’est de la psychologie des masses, pour agir sur les individus les plus fragiles.

  2. Soyons clair.
    Je déteste tous les attardés du maoïsme, du léninisme ou du trotskisme mais je déteste tout autant le macronisme, ses pompes et ses oeuvres ( ce qui n’exclut pas qu’ils puissent être des complices objectifs, comme la mollesse policière contre les blacks blocs l’a vérifié).

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *