Le déni de réel

Publié par le 1 Mar, 2018 dans Blog | 9 commentaires

Le déni de réel

Le déni de réel, une pratique très courante …

Le déni de réel, ce sont les syndicats qui s’entêtent à nous dire que vouloir supprimer le statut des cheminots, c’est s’en prendre aux intérêts des usagers des trains !

Le déni de réel, c’est la gauche qui ose parler d’ultralibéralisme en France, alors que ce sont  l’étatisme et l’assistanat qui gouvernent principalement notre économie.

Le déni de réel, c’est aussi le refus, pour certains, de voir le danger de l’islamisation de la France. Ce refus commence par cette volonté de ne pas nommer les choses. Même le débat sur l’immigration a été interdit par la gauche pendant des décennies.

Ce déni de réel sévit aussi dans les milieux judiciaires. Le dernier exemple a été celui du juge d’instruction de l’assassinant de Sarah Halimi qui aura mis une année complète pour reconnaitre le carctère antisémite du crime alors que l’agresseur a torturé puis défenestré sa victime au nom de Allah Akbar.

Voici, sur ce sujet, l’édito de Guillaume Roquette qui remplaçait Eric Zemmour sur RTL :

Guillaume Roquette : C’est une histoire horrible : dans la nuit du 3 au 4 avril 2017, une retraitée de religion juive, Sarah Halimi, est attaquée dans un HLM de l’est parisien par un de ces voisins qui la rue de coups, puis la tue en la défenestrant ! Le meurtrier présumé est un franco-malien de 27 ans qui est vite arrêté puis vite interné en hôpital psychiatrique, les experts estimant qu’il était pris d’une bouffée délirante aigüe, au moment du meurtre.

Mais voilà, Kobili Traoré, c’est son nom, s’est acharné sur sa victime en criant Allah Akbar, à une dizaine de reprises. Après sa mort, il s’est réjoui d’avoir tué le sheitam, le démon en arabe ! Et dès lors, la question s’est posée : l’assassinat de Sarah Halimi était-il un fait divers ou un acte antisémite.

Yves Calvi : et la justice a mis du temps à répondre à cette question, Guillaume …

Guillaume Roquette : Oui, puisque le juge d’instruction n’a reconnu que cette semaine le caractère antisémite de ce crime, soit près d’un an après les faits. A tel point que dix-sept intellectuels, dont Elisabeth Badinter, Michel Onfray ou Alain Finkielkraut avaient publié une tribune dans le Figaro, en juin dernier, pour parler de déni de réel car Kobili Traoré fréquentait une mosquée islamiste et il n’avait aucun passé psychiatrique, ce qui infirmait la thèse de la démence !

Yves Calvi : Alors que recouvre, selon vous, cette notion de déni de réel ?

Guillaume Roquette : Le déni de réel, c’est la difficulté de la société française à reconnaitre une haine des juifs dans l’islam radical, qui s’est largement substituée à l’antisémitisme d’extrême droite. Pendant plusieurs mois, ni les médias, ni les responsables politiques n’ont parlé de l’affaire Sarah Halimi. C’est Emmanuel Macron, le premier, qui a brisé le mur de l’indifférence en demandant que toute la clarté soit faite.

Alors, sans doute est-il plus facile, ou plus rassurant, de qualifier de déséquilibrés ou de loups solitaires, ceux qui attaquent les Français juifs, plutôt que de voir un lien avec la religion. Et il ne faut pas entretenir les amalgames mais on ne peut pas nier non plus que l’islam radical est porteur d’un antisémitisme qui peut parfois devenir violent voire meurtrier.

Yves Calvi : Sans doute parce que le danger est aussi de stigmatiser les musulmans …

Guillaume Roquette : Oui, et ce danger est réel ! En se basant sur un vaste sondage, une enquête de l’Institut Montaigne sur l’islam de France, estime que l’antisémitisme est un marqueur d’appartenance pour un quart des musulmans. Ça veut dire qu’il ne l’est pas pour trois-quarts d’entre-eux ! Donc, pas de généralisation ! Reste que le phénomène existe, que dans un certain nombre de banlieues, en Seine-Saint-Denis, en particulier, les juifs subissent une pression si forte qu’ils sont obligés de partir !

Si l’on veut que les choses changent, il faut
commencer par regarder cette réalité en face !

Guillaume Roquette pour RTL.






9 Réponses à “Le déni de réel”

  1. Tout d’abord la victime n’a pas ete simplement roué de coup, tuée et defenestrée ensuite, mais aussi torturée pendant longtemps.

    Le deni par la goche rampante, sectaire, lache, vile sous divers aspect, est un trait qui elle su utiliser depuis pas mal de decennie, a coté d’une goche un peu plus « normale ».

    La gochisation des esprits par le poids des medias tout puissant qui ont dirigés la France, fait flechir les presidents de droite, du centre, orientés les foules, l’electorat, detient une grande part de ce deni permanent et du refus du reel.

    Cette goche qui n’a pas hesité a politiser tout ce qui etait possible de le faire, afin d’assoir son pouvoir, s’est aussi enfoncée au dela du deni : l’aveuglement.

    Cette goche a ces extremistes : l’extreme goche, et les communistes.

  2. Confirmation du malaise de nos concitoyens de confession juive,qui se sentent de moins en moins en sécurité dans certains lieux de France.
    Le déni consiste à continuer de voir l’antisémitisme là où il ne se trouve pas ou alors de façon résiduelle,et à le refuser là où pourtant il crève les yeux…
    Au fond,les Juifs n’étaient acceptables qu’aussi longtemps qu’ils restaient errants,vivaient reclus dans le Ghetto ou restaient à leur place de « dhimmis » dans le monde arabo-musulman.
    La naissance puis la prospérité de l’Etat d’Israël,sa puissance militaire qui lui a permis de ne pas être anéanti,dès sa naissance,par ses voisins arabes;sa simple existence même continuent d’être insupportables aux yeux de certains…

  3. La haine des uns envers les autres ira crescendo depuis que la France encourage le communautarisme mais également depuis que la justice fait de la politique!
    Preuve en est avec ce drame terrible et la façon dont cette affaire a été instruite!

    Depuis le moment ou les uns et les autres affichent leur religion comme un étendard par leur tenue vestimentaire et leur comportement, rien n’ira plus jamais!
    Par contre, la moindre croix sur un plateau de télé, c’est un scandale!
    Qui va me dire le contraire?

  4. Islam de France…………mais ceci est aussi un déni de réalité, vocable pour ne pas heurter la communauté puisqu’on en est là!
    A t on un judaïsme de France, un catholicisme de France, un bouddhisme de France ?
    Non!
    Alors n’ayons pas peur des mots, mais il est vrai qu’il nous faut craindre par les mots prononcés la justice, les lois scélérates mais surtout l’embrasement des cités!

    Alors aujourd’hui macron comme ses prédécesseurs prend des gants et nous fait prendre des vessies pour des lanternes! Islam de France, mais ça n’existe pas et n’existera jamais!

  5. Y.C. = »Sans doute parce que le danger est aussi de stigmatiser les musulmans »

    G.R. = « Oui, et ce danger est réel ! En se basant sur un vaste sondage, une enquête de l’Institut Montaigne sur l’islam de France, estime que l’antisémitisme est un marqueur d’appartenance pour un quart des musulmans. Ça veut dire qu’il ne l’est pas pour trois-quarts d’entre-eux ! Donc, pas de généralisation ! »

    Que c’est beau de s’appuyer sur un fake-gallup-poll (ODOXA ou autre KANTAR-SOFRES macron-compatibles) pour estimer que l’antisémitisme est un marqueur d’appartenance pour un quart des musulmans!
    Nombre d’autres sondages n’émanant pas de ces entreprises bienpensantes ne dit pas totalement cela;
    (je suis en train de lire le livre de M Riondel « Considérations inconvenantes », qui ne dit pas tout à fait cela)

    Il faudrait se rendre compte que l’Islam radical ne peut exister en tant que tel!
    Soit le croyant accepte la parole incréée de leur bouquin, soit il fait des exceptions.
    dans ce dernier cas, ce n’est plus un croyant, mais un hérétique et il est bon pour l’égorgement ou la lapidation… Une explication, par ailleurs, au « pourquoi il y a des musulmans qui sont victimes des attentats ».
    tout simplement aprce qu’ils sont à des endroits, en train de vivre des « choses » interdites par leur foi.
    Je me demande qui est dans le déni du réel!

    Et j’ai bien peur du résultat à plus ou moins brève échéance.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *