Le grand déclassement

Publié par le 27 Avr, 2020 dans Blog | 3 commentaires

Le grand déclassement

Un pays bloqué …

C’est bien ce que l’on ressent après 40 jours d’un confinement dont chacun sent bien que c’est un pis-aller qui ne fera que retarder ou d’aplatir un peu la vague de contamination, en laissant notre économie exsangue !

Les Français restent calmes … pour l’instant.

Ils ont pris acte de l’inefficacité de l’Etat et beaucoup se sont mobilisés pour pallier à cette incurie.

Eux, les « Gaulois réfractaires », les « gens de rien », que l’on disait individualistes et ingouvernables, se sont retroussés les manches, et s’entraident spontanément!

Ici, c’est ma voisine, ancienne couturière à la retraite, qui alimente tout le quartier en masques. Là, une personne livre des provisions à des personnes âgées. Ailleurs, une entreprise s’est réorganisée pour fabriquer des masques. LVMH produit des flacons de gel hydroalcoolique. En Auvergne, Laurent Wauquier a réuni plusieurs entreprises pour développer un respirateur 100 % français …

Si nous désespérons de la France, nous pouvons garder confiance dans les Français, malgré un pays bloqué par un étatisme sclérosant que les gauchos vont bientôt nous demander de renforcer.

Un pays bloqué qui se sent déclassé !

C’est l’objet de l’édito de Gillaume Roquerte publié dans le FigMag de cette semaine :

C’est la dernière fable à la mode :

Guillaume Roquette

Si la France est à ce point atteinte par le coronavirus, c’est parce qu’elle est un pays … « ultralibéral ». Les morts du Covid-19 seraient les ultimes victimes d’une politique d’austérité ayant tragiquement appauvri l’Etat au bénéfice d’une minorité de privilégiés. Drôle de point de vue en vérité : le pays qui gère le mieux la pandémie, l’Allemagne, n’est pas exactement communiste et ne consacre pas plus d’argent public que nous à son système de soins.

La réalité est plus blessante pour notre orgueil national :

Cette crise révèle crûment, douloureusement, la réalité d’un pays « déclassé », pour reprendre le terme si juste de l’historien Pierre Vermeren dans Le Figaro. Un pays qui confine ses habitants chez eux, comme au Moyen-Age, faute d’un outil industriel capable de produire les équipements (tests, respirateurs … ) nécessaires à leur protection. Un pays où l’on ressort les machines à coudre des greniers pour tailler dans des morceaux de tissu les masques que l’administration n’est pas capable de fournir. Un pays où des banlieues sécessionnistes provoquent chaque nuit une police débordée. Un pays qui, comme lors de la crise financière de 2008, ne trouve pour l’instant rien d’autre à faire que d’augmenter encore une dette publique déjà vertigineuse pour essayer d’échapper à la catastrophe économique qui s’annonce. Choix inévitable sans doute mais qui n’en reste pas moins celui de la facilité, surtout s’il s’accompagne tôt ou tard, comme on peut légitimement le redouter malgré les démentis officiels, d’une augmentation d’impôts.

Mais se lamenter ne servira à rien.

Comme toutes les grandes catastrophes, cette pandémie peut aussi être l’occasion d’un sursaut. Et ce n’est pas un voeu pieux : l’incroyable mobilisation des personnels soignants depuis un mois et demi prouve, s’il en était besoin, que notre pays est capable du meilleur. Comme le démontrent, et ce n’est qu’un exemple parmi d’autres, les innombrables initiatives prises par des entreprises de toute taille pour pallier en urgence absolue la pénurie d’équipements de santé.

Bien sûr, nous sortirons terriblement affaiblis …

… de cette épreuve. Il va falloir tout à la fois nous remuscler (en travaillant plus), regagner de la mobilité (en combattant la bureaucratie d’Etat), perdre notre mauvaise graisse (en concentrant la dépense publique là où elle est vraiment nécessaire), mais aussi – et ce sera sans doute le plus difficile – combattre l’hypertension que provoquent depuis tant d’années les affrontements stériles entre idéologues de tout poil. Que vont faire nos dirigeants ? Soit ils sortent de leur chapeau un « gouvernement d’union nationale » ou un « nouveau pacte républicain » pour amuser la galerie, soit ils reconnaissent lucidement les changements à mettre en oeuvre pour redevenir un grand pays.

Cette guerre-là n’est pas encore commencée, elle sera la plus difficile à gagner.

Guillaume Roquette pour Le Figaro Magazine.

Merci de tweeter cet article :





3 Réponses à “Le grand déclassement”

  1. Je ne crois pas au sursaut, du moins sans une guerre civile.

    • Je suis de votre avis.

      Je m’imagine un 1789.. en 2020…
      14 juillet 2020… Tiens!
      (ou la nuit du 04 aout 2020 avec la chasse aux homards, à la vaisselle de Sèvres, la Piscine sur la méditerranée….

      Cela doit être le mauvais temps, généralisé sur la France aujourd’hui, qui me rend morose!

  2. Les gaulois refractaires, sont unis dans la meme pensée,
    mais le gouvernement et les merdias sauront desunir ces francais en les divisant comme d’habitude sur differentes idées : sociales, inquietude l’avenir, difference de classes, facilitée pour les uns difficultées pour les autres .etc…

    L’etat et les merdias, vont tout faire pour deconstruire, affaiblir, cette union.
    La goche, principalement, a toujours joué la dessus pour rester en place.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *