Le macronisme : une Bérézina tous azimuts

Publié par le 16 Nov, 2019 dans Blog | 5 commentaires

Le macronisme : une Bérézina tous azimuts

Christian54 enfonce à nouveau le clou rouillé et tordu de la Macronie en déroute !

Je ne voudrais pas faire de la psychologie de comptoir à deux balles, mais il semble bien qu’écrire dans ce blog soit devenu pour Christian54 une vraie thérapie !

C’est une pratique, je l’avoue, que je partage avec lui. Je me souviens très bien de ma motivation quand, il y a 7 ans et demi, j’ai créé mon premier blog, au lendemain de la défaite de mon champion, Nicolas Sarkozy et la victoire par défaut (qui en préfigurait une autre …) de Normal 1 er.

Il s’agissait bien à l’époque d’un défoulement après une terrible déception qui serait la première d’une longue série aboutissant à la mort des Républicains, une autre Bérézina.

Je cède donc la parole à Christian54 qui nous narre la retraite de Russie de Macron :

Un ego surdimensionné dans une petite tête mal faite, cela peut-il conduire à autre chose qu’une catastrophe ? Vous avez tous, j’en suis certain, répondu : évidemment non ! Mais regardons d’une façon détaillée les merveilleuses réalisations de notre génial gamin-président.

Pour ce qui est de la sécurité, la catastrophe s’avère évidente dans tous les domaines et se double des carences des courtisans en charge de cette activité régalienne. Bien plus occupées à cirer les pompes du monarque qu’à assurer le bon fonctionnement de cette activité primordiale, Castaner et ses sbires démontrent à l’envi combien ils ne se préoccupent pas des tâches qui leur sont confiées et avec quel amateurisme et incompétence ils prétendent gérer la sécurité des français.

Le mur des cons, de sinistre mémoire …

Au problème de la sécurité s’ajoutent quelques métastases parallèles, dont en premier lieu la justice, totalement incapable de jouer le rôle qui devrait être le sien dans une véritable démocratie. Partisane et molle, aux ordres du gouvernement ou totalement vérolée par un gauchisme d’un autre âge, elle n’a plus rien qui fasse penser qu’elle puisse être impartiale.

Seconde métastase : le fonctionnement de la santé, avec un système de santé qui, s’il a longtemps été considéré comme de grande valeur, n’est plus qu’une structure agonisante. Toutes les strates sont touchées. Depuis des années, cette abomination qu’est le numerus clausus est pointé du doigt, mais absolument personne n’a pensé à le supprimer, quoi qu’ait pu en dire Micron.

Troisième cancer en évolution : les transports. Routes dans un état lamentable, SNCF qui n’est plus qu’une caricature de ce qu’elle avait été (je me souviens du temps où les paysans réglaient leur montre au passage des trains à vapeur, si, si, c’est vrai !) qui n’assure plus les missions qu’elle a vocation à remplir et qui devient dangereuse.

Jean-Michel Blanquer

Vient aussi sur la liste l’éducation nationale, zone totalement sinistrée où, là encore, des coteries déterminées à nuire agissent avec une touchante efficience pour tirer vers le bas, le gouffre, un niveau déjà consternant. Le fantasme de la gauche débile d’offrir le baccalauréat à tous, et, par conséquence d’envoyer des hordes d’analphabètes et méchants dans les universités a réussi au delà de toute espérance.

N’oublions pas de citer l’effondrement généralisé des services publics. Le plus beau des exemples étant la poste, immense cadavre qui n’en finit pas d’agoniser mais qui symbolise à merveille l’impuissance de l’état et son abandon total des territoires ruraux.

Cet état assassin semble s’être fixé pour objectif de trucider tout ce qui peut encore fonctionner correctement : et je cède les aéroports rentables, et je vends la Française des Jeux, et j’interviens dans l’économie pour la saboter et créer encore plus de mécontents (Alstom, ça vous dit quelque chose ?). Abandonner des pans entiers de l’industrie pour accélérer la décrépitude du pays, ah que voilà un noble objectif !

Ajoutez à cela le dédain absolu des dirigeants qui se permettent tout et n’importe quoi (la polémique qui reprend sur la tour de Notre Dame), le chômage qui redémarre sa progression, la démocratie bafouée tous les jours, les faux dialogues, les engagements non tenus, tout est prétexte à mécontentement.

Alors, après cela, que voudriez-vous qu’il arrivât ?

Rien de plus dites-vous…

Faux, archi faux !

Maintenant, c’est l’âme même de la France qui est attaquée.

L’histoire doit être oubliée et reniée. Nos valeurs doivent être foulées aux pieds ou dévoyées – voyez comment ils ont traité les Droits de l’Homme et renié leurs engagements pré-électoraux – faites le compte de toutes les promesses non tenues, vous y passerez des heures.

Le résultat est ahurissant ! Si on raisonnait avec les valeurs qui avaient encore cours lorsque j’étais enfant, on appellerait cela de la haute trahison !

Français, reveillez-vous !

Christian54 pour A droite, fièrement !

PS : Allez Christian, courage ! Nous  sommes avec toi ! Et surtout restons « groupir » !

Merci de tweeter cet article :





5 Réponses à “Le macronisme : une Bérézina tous azimuts”

  1. Napoléon, outre le fait d’avoir de victoire en victoire amené les cosaques sur les Champs-Elysées a quand même organisé le pays en le dotant de codes qui ont tenu pendant presque deux siècles et a doté le pays de structures qui sont encore en place.

    Comparer la Bérézina, qui fut un moment glorieux de notre histoire, car elle sauva ce qui restait de l’armée et Macron n’est pas adapté, il faut préférer Sedan, version 70 ou 40 qui illustrent parfaitement les impréparations et les courtes vues stratégiques des dirigeants de l’époque.

    Et justement, l’impréparation et les courtes vues semblent être les maîtres mots dont il faut qualifier ce gouvernement.

    • Pas faux du tour ! Je n’aurai pas dû utiliser le mot Bérézina dans le sens qui lui est habituellement donné à tort.

    • Oui, n’empêche que la campagne de russie à l’aller, ressemblait encore à quelque chose mais au retour, quelle Bérézina !
      je ne voudrais pas m’avancer mais probablement un des plus grand désastre de l’histoire militaire…ils passèrent le Niemen à 500. 000, seuls quelques dizaines de milliers d’hommes le repassèrent, après que la grande armée eut été anéantie, victime de l’hiver russe, des cosaques, des maladies, des désertions… et d’un empereur qui abandonna ses troupes en déroute.

  2. Ajoutons à cet idyllique tableau, une Assemblée Nationale dont la majorité est dotée de députés totalement incompétents, fantoches, incapables de réfléchir par eux-mêmes, (cf huile de palme) qui est devenue la honte de notre démocratie, dirigée par un président à l’éthique plus que contestable, un gouvernement incapable d’affirmer dans quelque domaine que ce soit une ligne claire et nous voilà gagnés par le pessimisme de Christian 54.. car on ne voit vraiment plus comment sortir de ce pétrin!

  3. Richard Mauden dit:

    Christian54 enfonce à nouveau le clou rouillé et tordu pour clouer le cercueil de la Macronie en déroute !

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *