Le meilleur système de santé du monde, qu’ils disaient …

Publié par le 26 Mai, 2020 dans Blog | 4 commentaires

Le meilleur système de santé du monde, qu’ils disaient …

Le remarquable “modèle social“ de la France !

Le meilleur système de santé du monde !

La gauche se gargarise en permanence avec ces vieilles lunes fantasmatiques que seraient ces réussites françaises.

Tout d’abord, la santé n’a pas de prix, c’est certain ! Mais elle a un coût ! Et donc tout système social qui n’est pas financé et qui laisse à nos enfants le soin de régler la note, ne peut être qualifié de bon, encore moins de meilleur !

Ensuite, les trois derniers mois que nous venons de vivre, avec cette pandémie, ont mis à mal cette belle image du meilleur système de santé du monde.

Je viens de tomber, ce matin, sur un graphique comparant les chiffres de la pandémie dans les principaux pays du monde.

Et ce fut un véritable choc !

Les médias se plaisent à montrer du doigt la Belgique qui a le plus fort taux de mortalité par million d’habitants et les Etats-Unis qui ont le record absolu du nombre de morts. Cela fait tellement plaisir à la presse de tenter de rendre responsable leur bête noire, Donald Trump !

Voici ce graphique terrible pour la France, pourtant la sixième puissance du monde :

En abscisses, on a le nombre de morts confirmées (selon une échelle logarithmique).

En ordonnées, on a le nombre de cas de contamination confirmés (échelle linéaire).

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Avec 19 %, la France détient le record mondial de mortalité parmi les contaminés. Cela signifie qu’un contaminé sur cinq est mort !

En écartant le Yemen, la Belgique arrive ensuite avec un taux de 16 %.

Les USA toujours pointés du doigt, affichent un taux de mortalité de 6 % soit trois fois moins élevé que la France !

Mais le système de santé n’est pas responsable de cette honte nationale !

En aucun cas, les personnels de santé ne peuvent être pris comme bouc-émissaire.

Les responsables sont tous politiques !

D’abord les précédents responsables politiques :

  • Ceux qui ont pressé les hôpitaux de fermer des lits,
  • Ceux qui ont détruit le stock de masques

Mais surtout les responsables politiques actuels :

  • Emmanuel Macron qui a refusé idéologiquementde fermer les frontières,
  • Agnès Buzyn qui a fait classer la chloroquine en substance vénéneuse,
  • Olivier Véran qui a interdit la prescription de la chloroquine,
  • Le gouvernement qui n’a pas su se mobiliser pour fabriquer  approvisionner des masques.

Le plus terrible est de penser que tous ces idéologues incompétents seront épargnés par la justice.

Alors à nous de les écarter à jamais du pouvoir dans les urnes !

Merci de tweeter cet article :





4 Réponses à “Le meilleur système de santé du monde, qu’ils disaient …”

  1. Il y a une explication fort simple, il semble que seuls les cas hospitalisés ont été comptés puisque nous n’avions pas de test pour constater les cas bénins. Avec des tests, la mortalité aurait été inférieure.

    Maintenant, je suis bien d’accord sur la gestion calamiteuse qui se traduira à partir de septembre par des faillites et des plans sociaux à foison pour un truc qui n’a fait guère plus de morts que la seule journée du 22 août 1914.

  2. Cher Adroite, vous oubliez tous ceux qui ont été piqué au Rivotril (Contre indication majeure = Insuffisance respiratoire sévère)

    On enlève ceux là, (cas confirmés hospitalisés), on enlève nos anciens (eux aussi piqués lorsqu’ils n’ont pas été abandonnés sans soins dans leur chambre de maison de retraite)… déjà, on baisse le taux de morts du au Covid

    Et ce n’est pas la faute des soignants qui ont eu des ordres, avec quasi refus de la clause de conscience, et surtout pas d’autre choix que de discriminer par l’âge et par symptômes, car n’ayant pas le matériel nécessaire pour faire leur travail.

    Il y en a qui m’ont demandé combien de temps allait durer leurs cauchemars!
    Les pauvres.
    Je les plaints et je serais d’eux, je porterais plainte contre l’Etat meurtrier.
    (il y a des collectifs qui se forment)

  3. Notre système de santé « le meilleur du monde », c’est comme « notre modèle social que le monde entier nous envie »…

    Un système qui, malgré la compétence de nos médecins, la conscience et l’abnégation d’une large majorité de nos personnels soignants, et malgré tous les sous qu’on y consacre, prend l’eau de toute part.

    Lors du « Ségur de la Santé » qui s’annonce, on va nous parler des rémunérations (vrai problème au demeurant mais qui ne doit pas être isolé de ses causes) et des moyens (faux problème quand on consacre plus de 200 Md par an à la santé et 12 points de PIB, dans le haut du panier de l’Ocde).

    Mais on va soigneusement éluder tout ce qui tue le système :

    – les 35 heures qui ont étouffé l’hôpital public qui ne s’est jamais remis de ce choc. (Martine, le jour où tu quitteras ce monde j’espère qu’on saura honorer dignement une telle bienfaitrice de la France)

    – le fait que le pognon de dingue de la santé est dilapidé en allocations plutôt qu’en moyens réels pour la médecine.
    Et bien sûr on passera sous silence le fait que ces allocations sont de manière disproportionnées versées aux étrangers même irréguliers, et via une fraude massive.
    On oubliera l’impact dramatique de l’immigration et de l’insécurité, sur le coût mais aussi sur organisation (urgences saturées). On pleurera sur les déserts médicaux en feignant de croire qu’une prime attirera les jeunes médecins en banlieue (mais comme pour les profs, qui veut aller vivre là-bas pour une prime ?)

    On peut compter sur la gauche, les médias et les syndicats pour finir par ramener la question à 20 Mds de plus à prendre dans la poche des autres, pour principalement satisfaire une partie des revendications salariales (même si elles peuvent être justifiées), gonfler des dépenses inefficaces, et mettre tout le reste sur le tapis.

    Tout cela se soldera par encore plus de socialisme. Et, si je ne sais pas si la chloroquine est efficace ou bien nocive, en revanche j’ai la certitude que le socialisme tue, même à faible dose. Et plus on en souffre, plus on nous dit d’augmenter la dose.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *