Le patron de Sud radio balance !

Publié par le 15 Juin, 2020 dans Blog | 3 commentaires

Le patron de Sud radio balance !

Je relaye ce matin une interview de Didier Maïsto le patron de Sud Radio.

Je connais très mal cette radio mais les quelques vidéos que j’ai pu voir, notamment les émissions animées par André Bercoff, me laissent penser que cette radio fait figure d’oasis de liberté d’expression dans le désert conventionnel de bien-pensance qui caractérise la plupart des chaines de radio.

Le patron de Sud Radio ne mâche pas ses mots et propose notamment de supprimer toutes les aides publiques à la presse ainsi que la scélérate loi Avia.

A ce titre, ses propos sont les bienvenues dans ce blog :

6 questions au patron de Sud Radio

Causeur. Pour lutter contre l’entre-soi qui peut exister dans les médias français – et qui explique pour une bonne part la défiance qu’ont les citoyens à leur égard – quelles réformes d’urgence proposeriez-vous ?

Didier Maïsto. Je proposerais qu’un patron, arrivé à un certain niveau d’affaires avec l’État, ne puisse pas posséder un média. Il faudrait établir un seuil, peut-être à 50% du chiffre d’affaires. Si vous êtes dans le BTP ou dans la téléphonie par exemple et donc dépendant de l’État, c’est très difficile d’être ensuite critique de la main qui vous nourrit.

Ensuite, j’arrêterais toutes les aides publiques à la presse. Au sortir de la guerre, elles étaient destinées à étendre le spectre des opinions, mais aujourd’hui, on peut déplorer une uniformité des médias. Le système politico-médiatique est un serpent qui se mord la queue, il n’y a plus vraiment de pluralisme.

Enfin j’annulerais la toute récente loi Avia, votée dans l’indifférence. Les réseaux sociaux, le dernier espace de liberté pour l’expression publique, sont repris en main par le pouvoir avec la complicité des GAFA. Finalement, très peu d’intellectuels ou d’hommes politiques ont réagi.

– Votre autobiographie « Passager Clandestin » dénonce la corruption du système politique et médiatique français. À vous lire, une oligarchie se partagerait les places. Existe-t-il en France une sorte de “deep state » qui joue contre le peuple, comme les trumpistes peuvent le dire en Amérique?

C’est l’État profond, absolument ! Je suis convaincu que cela existe. Ce n’est pas un fantasme, il s’agit de personnes qui ont fait les mêmes écoles et qui fréquentent le même réseau. Pour citer un exemple, quelqu’un comme Jean-Pierre Jouyet en est l’archétype. Emmanuel Macron lui-même est aussi l’émanation de cet État profond. Il n’y a pas de complot international, mais il y a une petite communauté d’intérêts, peut-être une centaine de personnes en France, qui gravitent autour des banques d’affaires, du pouvoir et des médias.

Pour en faire partie, il faut impérativement avoir dans son curriculum vitae quelques écoles bien connues, être un européiste béat, critiquer sans cesse l’idée de peuple et de nation, et défendre mordicus les entreprises du CAC 40, ces monstres financiers qui n’ont plus grand-chose de français. On l’a vu récemment avec Sanofi qui a affirmé vouloir réserver un éventuel vaccin aux Américains, ou en découvrant les positions d’un fonds comme BlackRock dans tous ces groupes. Il n’y a pas tellement d’idéologie, ce sont des gens qui s’occupent de leurs propres intérêts.

– Vous n’hésitez pas à balancer des noms. Mais n’est-ce pas pour régler des comptes personnels ? Craignez-vous des poursuites judiciaires en retour ?

J’ai déjà un procès en cours avec Monsieur Houzelot. Mais c’est mon groupe Fiducial qui a déposé une plainte, car nous estimons être victimes de l’escroquerie incroyable du canal 23 de la TNT dont je parle longuement dans le livre. Certes, Houzelot allume des contre-feux en se déclarant diffamé… Du côté de Médiamétrie, nous sommes en cassation ! J’ai toutes les pièces pour prouver ce que j’affirme dans mon livre.

– Votre livre est convaincant s’agissant du caractère douteux des mesures d’audiences radio. Selon vous, combien d’auditeurs écouteraient réellement Sud Radio ?

Médiamétrie est une bonne illustration de l’État profond dont nous parlions. Dans l’actionnariat de l’entreprise Médiamétrie, il y a les grands médias privés, les gros publicitaires, les agences d’achat d’espaces et pour partie le service public. C’est un conglomérat de droit privé, grâce auquel tout ce petit monde se mesure lui-même, et non une institution indépendante comme peut le croire le grand public.

Alors que les auditeurs revenaient et que le standard de Sud Radio commençait de nouveau à sonner, vague après vague, on s’est étonné que notre audience Médiamétrie ne bouge pas. À deux reprises, je suis allé demander des explications au siège. On nous a dit que l’on ne comprenait rien, que tout était scientifique. En vérité, ils se contentent d’appeler des gens pour leur demander quelle radio ils écoutent dans une liste fermée, où Sud Radio n’est jamais dans les réponses proposées. Ce sont nos auditeurs qui nous ont fait ces retours. Les panels de Médiamétrie ne sont pas du tout représentatifs, c’est de la mesure au doigt mouillé, sans méthodologie sérieuse.

Ces mesures d’audience radio irréalistes servent de base au calcul des tarifs de la publicité. Alors c’est très difficile à dire, mais j’estime qu’entre 1,2 et 1,3 million d’auditeurs se branchent sur Sud Radio. En privé, les grands patrons de médias me disent “tu as raison”, mais dès qu’ils sont tous ensemble, tout le monde ment. Ils savent que Médiamétrie n’est pas la panacée, mais rien ne change.

– Vous vous êtes fait connaître par votre soutien indéfectible aux gilets jaunes. Aujourd’hui Jacline Mouraud rejoint le projet de revue de Michel Onfray. Que vous inspire ce projet ?

J’ai beaucoup d’admiration pour Michel Onfray. On se connait et on partage des points de vue sur l’Europe maastrichtienne. Je rappelle dans le livre qu’en politique, plus jeune, j’étais avec Séguin. Il avait tout annoncé dès 1992. Michel Onfray ne fera pas de politique au premier degré, mais on a besoin d’intellectuels comme lui pour penser la société et les institutions. Notez qu’après trois mois de Covid, tout le monde devient souverainiste : il est donc dans le bon tempo ! Les gilets jaunes et un intellectuel comme Michel Onfray portent les aspirations profondes du peuple, même s’il faut faire attention avec ce mot. En tout cas, la parole de tous ces gens qui ont été en première ligne lors de la crise sanitaire, qui ne demandent pas de la considération mais une rétribution correcte de leur travail, et qui souhaitent participer plus activement à la démocratie. Notre démocratie représentative s’est trop éloignée des aspirations profondes des citoyens.

– Les médias « mainstream » que vous critiquez ont effectivement utilisé le supposé antisémitisme ou la violence de quelques tristes drilles en gilet jaune, pour dénigrer tout un mouvement populaire. Vous regrettez dans votre livre que votre invité vedette Etienne Chouard, qui draine derrière lui des soutiens antisémites, ne les ait jamais rejeté clairement. Aujourd’hui, votre ami Jérôme Rodrigues soutient la chanteuse Camélia Jordana et ses propos outranciers sur la police. Vous ne critiquez jamais les gilets jaunes : est-ce parce que les autres médias s’en chargent trop bien, ou parce que vous estimez que ce mouvement était exemplaire ?

Le mouvement des gilets jaunes n’est certainement pas exemplaire. Mais je dis simplement qu’il n’y a pas plus de racisme et d’antisémitisme dans le mouvement des gilets jaunes que dans la société française. Pas plus, pas moins.

Tout le sel des gilets jaunes, c’est que c’était un mouvement complètement transversal, pas apolitique mais transpolitique. Des gens de tous bords se sont retrouvés sur des ronds-points, ils ont réalisé qu’ils avaient plus ou moins la même vie, un peu pourrie, et que même en redoublant d’efforts au travail, c’était chaque année toujours un peu plus dur. On a commencé par ne plus se rendre au restaurant, puis à ne plus pouvoir partir pour les vacances, et enfin à ne plus pouvoir payer les fleurs le dimanche pour notre femme ! Inscrite au fronton de nos mairies, l’égalité est l’objectif absolu. Aujourd’hui l’État profond propose des lois d’affichage au nom de l’égalité, il s’adresse à des clientèles au nom de la lutte contre telle ou telle discrimination. On veut par la loi sanctionner ce qui ne serait pas égalitaire. Je ne suis pas pour l’égalitarisme, mais les gilets jaunes ont raison de se battre au moins pour l’égalité des chances.

Causeur.

A lire en complément sur l’Observatoire du journalisme :

Didier Maïsto revient sur le scandale de l’attribution des fréquences TNT

Merci de tweeter cet article :





3 Réponses à “Le patron de Sud radio balance !”

  1. Je dois avouer que j’écoute plus souvent Sud-Radio depuis que je l’ai découverte. Je ne suis pourtant pas du sud, mais c’est beaucoup moins progressiste que les autres radios.

  2. En ce qui concerne le blog de Michel Onfray, je pense que le début va être un « emballement » qui médiatisera tous ceux qui vont y participer. Certains vont utiliser cette tribune médiatique.

    Au fil du temps, chacun fera le tri.Ceux qui ont des choses intelligentes à exprimer resteront, les autres retourneront d’où ils viennent cad l’anonymat ou l’agitation improductive!

  3. stéphane roncaglia dit:

    J’ai connu Sud Radio par les gilet jaune avec le RIC. J’aime beaucoup en particulier l’animateur André Bercoff. Pour revenir sur son ancien invité habituel Etienne Chouard ( présentant son idée du RIC), je trouve injuste de le considéré comme fasciste, d’autant plus que le RIC c’est l’inverse du fascisme. Encore un procès en sorcellerie pour avoir osé écouter les propos d’Alain Soral…comme des millions de Français par ailleurs. Cela contribue sans doute à aggraver le complotisme ambiant que de traiter Chouard d’antisémite proche de la droite dure. Il suffit de l’écouter, sans lui prêter ds intentions cachées pour se rendre compte qu’il n’est en rien raciste ou antisémite. Ce type est juste un idéaliste qui ne fait pas de politique et ne cherche pas à être élu, c’est pour cela que ses références sont aussi nombreuses et diverses. Sa parole est donc d’autant plus intéressante qu’elle est rare.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *