Le scandale des tests …

Publié par le 4 Avr, 2020 dans Blog | 13 commentaires

Le scandale des tests …

Après le scandale de la pénurie de masques, après celui des constants mensonges du gouvernement et de sa figure de proue, Sibeth Ndiaye (« les masques ne servent à rien, les Français ne sauraient pas les mettre, les tests massifs ne servent à rien, etc …  »), un autre scandale vient d’être révélé.

Le magazine Le Point divulgue le fait que depuis le 13 mars – c’est à dire depuis plus de trois semaines – le gouvernement dispose d’une solution pour augmenter considérablement les capacités de tests de la France.

Et depuis … il ne se passe rien !

Extraits :

Les biologistes médicaux sont des gens polis. Lorsque Le Point les a contactés il y a 10 jours, ils ont hésité à parler. « Nous sommes en contact avec le gouvernement, la situation va forcément se débloquer… » Et puis ? Et puis rien. Silence radio. Un silence « incompréhensible », pour plusieurs des directeurs de laboratoires départementaux que Le Point a entendus.

Les Français les connaissent mal, mais ils sont un rouage essentiel de notre système de santé. Implantés sur tout le territoire, 75 laboratoires publics (et leurs 4 500 employés) dépendent des départements, et assument la lourde tâche d’effectuer les analyses de contrôle des eaux, d’hygiène alimentaire ou de santé animale. Contrairement aux laboratoires de santé humaine, qui ne traitent ordinairement qu’un faible nombre d’analyses, ils sont dimensionnés pour travailler « par troupeaux », à la chaîne : pendant les crises de la vache folle ou de la peste aviaire, ils ont réalisé des dizaines de milliers de tests … par jour !

Et justement : c’est cette spécificité qu’ils pensaient que le gouvernement prendrait en compte. « Les laboratoires de biologie humaine, qui réalisent les tests aujourd’hui, travaillent avec des machines très performantes, mais » fermées, « c’est-à-dire conçues pour ne travailler qu’avec un seul type de réactifs », décrypte Philippe Nicollet, directeur du laboratoire départemental de l’environnement et de l’alimentation de Vendée.

Cela explique la pénurie actuelle de réactifs : les appareils disponibles dans les CHU ou les laboratoires privés, peu nombreux, sont souvent limités aux réactifs de leurs fabricants (une machine bioMérieux ne peut pas traiter un réactif Roche, par exemple.) À l’inverse, les machines utilisées dans les laboratoires départementaux sont « ouvertes » : « Pour nous prémunir contre une pénurie de réactifs en cas d’épizootie, nous avons choisi d’utiliser des thermocycleurs qui acceptent différents types de réactifs, précise Philippe Nicollet.

Une proposition est adressée par mail dès le 15 mars

Lorsqu’ils entendent, le 12 mars, Emmanuel Macron appeler à la mobilisation générale, les acteurs de l’analyse vétérinaire se lancent dans un recensement de leurs « troupes ». Soixante-quinze laboratoires d’analyses départementaux maillent le territoire. Du personnel de pointe, formé et compétent, est disponible pour réaliser les tests. Des chaînes capables de travailler à grande échelle sont opérationnelles. Et des fournisseurs, capables de pallier, en partie, la pénurie de réactifs qui fait les unes de la presse se manifestent aussitôt : les fabricants (tous basés en France) IDVET, IDEXX, BIOSELLAL confirment qu’ils disposent de la matière première pour fournir des kits en grande quantité. Une proposition est adressée par mail dès le 15 mars au directeur général de la santé Jérôme Salomon. Quelques jours plus tard, les professionnels ont établi leur plan : les laboratoires départementaux pourraient réaliser, sous un délai de 15 jours, entre 150 000 et 300 000 tests PCR par semaine. Et ils sont outillés pour traiter en masse les tests sérologiques à venir, éléments clés de la sortie de confinement, qui permettront de déterminer quelle population est immunisée.

La réponse ? Pas de réponse.

« On nous répète, depuis, que le dossier est à l’étude », se lamentent différents acteurs, qui se battent localement pour accélérer la décision. Dans le département d’Indre-et-Loire, les élus s’en arrachent les cheveux. Le laboratoire du secteur couvre quatre départements. « Notre labo [Inovalys, NDLR] peut monter à 2 000 tests par jour, il a stocké des réactifs pour 30 000 tests, et acheté 30 000 écouvillons pour les prélèvements », détaille un proche du dossier, que la préfecture essaie vainement de pousser depuis deux semaines. « Nous avons établi un protocole de prélèvement avec le CHU de Tours, tout le monde travaille en intelligence, on est prêts… Mais l’ARS bloque. » À l’heure actuelle, le CHU n’est en mesure de délivrer qu’une centaine de tests quotidiens… Insuffisant pour tester l’ensemble du personnel hospitalier, celui des Ehpad, de la gendarmerie, des pompiers, sans parler des manutentionnaires, livreurs et caissières de supermarchés, qui redoutent chaque jour de contaminer quelqu’un – ou d’être contaminés.

Un blocage administratif

L’explication (parcellaire) fournie jusqu’à présent par les services d’Olivier Véran, qui refusent de répondre aux questions, tient en une formule sibylline, répétée hier encore par le Premier ministre : « C’est à l’étude. […] Nous avons des normes réglementaires à respecter. » Mais quelles normes ? Curieusement, elles n’embarrassent ni les Allemands, ni les Belges, ni les Espagnols qui mobilisent d’ores et déjà toutes les ressources disponibles, y compris leurs laboratoires vétérinaires.

Trois semaines perdues

La pression des fantassins du terrain pour des conditions de travail dignes se fait tellement intense que de nombreux élus, ces derniers jours, sont montés au créneau. Le président de l’Association des départements de France Dominique Bussereau, celui des députés LR à l’Assemblée, Bruno Retailleau, en ont parlé, ce jeudi matin, au Premier ministre Édouard Philippe. Jusqu’au président du Sénat Gérard Larcher, vétérinaire de profession, qui a directement évoqué la question, à deux reprises, avec le président Emmanuel Macron. Résultat ?

Si le président se serait dit favorable, son administration répond invariablement : « C’est à l’étude. […] Nous avons des normes réglementaires à respecter. » De quoi faire s’étrangler les acteurs de terrain. « Si la décision avait été prise dès le départ, le 15 mars, nous serions déjà en train de réaliser ces tests, à un rythme de 150 000 à 300 000 par semaine », enragent les professionnels. Qui peinent sincèrement à comprendre quelle est la stratégie de dépistage du gouvernement, et d’où vient le blocage.  On veut croire que cette situation ubuesque finira par se débloquer. «  Peut-être qu’ils n’ont pas assez de personnel pour effectuer les prélèvements en amont ? C’est possible. Ce n’est pas le tout d’analyser des échantillons : encore faut-il des bras pour les prélever. Et cela fait beaucoup de bras. Mais dans ce cas, qu’ils arrêtent leur stratégie, et qu’ils nous le disent ! Mais je ne veux pas les braquer, vous comprenez ? »

Nous comprenons. Sollicité par Le Point à plusieurs reprises depuis 10 jours, le ministère de la Santé ne nous a pas répondu. Sinon par ces mots : « Il y a un problème de norme. C’est à l’étude… »

Géraldine Woessner pour Le Point.

Je pressens un autre scandale : celui du sous-emploi des cliniques privées. Pour l’instant, ce ne sont que des bruits qui circulent mais on imagine bien la répulsion de l’hôpital privé à admettre qu’il ait besoin du privé !

Pour la communication du pouvoir, il est probablement plus porteur de montrer des TGV médicalisés, des hélicoptères et des camions militaires, qui mobilisent des ressources énormes pour un nombre de malades transportés modestes.

Merci de tweeter cet article :





13 Réponses à “Le scandale des tests …”

  1. Dans le genre lourdeur administrative bien française, voilà un article du Monde relatif à la désinfection des rues parisiennes. Un modèle du genre! Il est urgent d’attendre. Le dernier paragraphe est particulièrement succulent:

    https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/04/01/coronavirus-desinfecter-les-rues-inutile-et-dangereux-selon-le-ministere-de-la-sante_6035226_3244.html

    • On ne peut pas désinfecter l’Élysée pour que mamie Bribri, lorsqu’elle reviendra de vacances prises au Pays Basque, ne se chope pas le virus et avoir le temps et le pognon de dingue pour désinfecter les endroits où les gueux se promènent!

      Pensez : elle va avoir 67 ans le 13 avril. Si elle l’avait, on serait obligé de la piquer au rivotril! Quelle perte pour l’humanité, comme dirait Nabilla)

      Ceci dit, je vois mal comment on peut désinfecter une rue qui sera re-salie illico par des personnes qui ne respectent pas le confinement ( et à qui on pardonne, parce que, vous comprenez, il ne faut pas que ces petits se révoltent).
      Aucun intérêt, c’est évident.

      Maintenant, je suis totalement de votre avis!
      Le dernier paragraphe est succulent :
      « la charge virale dans l’environnement doit être considérée comme négligeable »

      De fait, à quoi sert le confinement?

      Remarquez que chez nous, dans notre campagne profonde, se promener le long de la rivière au milieu des oiseaux et quasi sans âme humaine à 2 lieues à la ronde, est interdit..
      pourquoi, mystère!
      Le Corona préfèrerait-il la nature et le grand air, à l’air pollué des grandes surfaces?

      Merci pour cet article qui m’a bien plu.

      • jacques boudet dit:

        GENTIL CORONA PREND PITIE
        TROP DE VIEUX
        DE CHÔMEURS
        DE CAS SOCIAUX
        TARES HANDICAPE
        MALADES CHRONIQUES

        RAISON GARDER
        PREMIERS DE CORDEE
        ELITES
        POLITICARDS
        HAUTE FONCTION PUBLIQUE
        COMBIEN DE MORTS??????

    • hijodearagon dit:

      Vous avez oublié de citer le fameux bus parti de Reims vers Tours avec 8 patients qui a du faire demi-tour parce qu’il n’avait pas l’autorisation de l’ARS Grand Est pour le transfert . Et la déclaration du Directeur de cette fameuse ARS qui déclarait Samedi , en pleine crise Covid 1 qu’il maintenait sa décision de supprimer 174 lits et 578 emplois cu CHRU de Nancy , dès Juin .

  2. Celui-ci plus précisément:
    Face à ces critiques, la Ville de Paris a saisi les experts publics. La réponse rendue mercredi par l’ARS est provisoire. Son message rappelle qu’une étude comparative internationale doit être effectuée par le Haut Conseil pour la santé publique, et que si ce dernier conclut en faveur de la désinfection, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) devra sans doute élaborer un protocole précis.

    • jacques boudet dit:

      IN CAUDA VENENUM

      https://www.theguardian.com/commentisfree/2020/apr/06/matt-hancock-biotech-germany-coronavirus-health-system

      ALLEMAGNE
      La première fois que OLFERT LANDT entendit parler d’un nouveau virus ravageant des provinces chinoises, il se mit au travail et le 10 janvier – selon Bloomberg – le microbiologiste travaillant avec les chercheurs de l’Hôpital de la Charité à Berlin, avait développé un test viable pour la maladie.
      TIB MOLBIOL SYNTHESELABOR Gmbh, la petite société qu’il dirige, a produit au 12 MARS plus de 4 millions de tests

      En Bavière enseignants et autres employés d’État en chômage technique ont été réaffectés aux services de santé afin d’aider à coordonner les logistiques nécessaires.

  3. Si la France se prive de test, par contre le gouvernement n’hésite pas à euthanasier les personnes agées, désormais :

    Criminel :
    Coronavirus : L’Euthanasie autorisée pour les Vieux !

    Le Gouverne-Ment vient d’autoriser le recours à l’Euthanasie dans les Ehpads et la suppression des soins pour les plus de 70 ans !

    Nicole Delépine : « Arrêter de dire que la chloroquine c’est dangereux ! »

    Alors que le Gouverne-Ment empêche de permettre aux médecins de prescrire de l’Hydroxychloroquine (Plaquenil) à leurs patients, qui auraient bloqué le Coronavirus à ses débuts et aux personnes âgées des EHPADs, il a émis un décret (du 28 mars 2020, JO du 29 mars) pour pouvoir prescrire, aux personnes âgées, une substance euthanasiante pour les EHPADs plutôt que les soigner !
    Les masques et les équipements essentiels ne sont pas disponibles, mais les sacs mortuaires ont été livrés aux EHPADs qui doivent réserver une pièce pour faire une morgue !

    https://www.youtube.com/watch?v=rO_K-yp6LDQ

    Dr Serge Rader : « On achève nos personnes âgées dans les ehpad par sédation Rivotril ! »

    https://www.youtube.com/watch?v=V-mEDFk8o3E

    Atteint du COVID-19 à 79 ans et parfaitement lucide, on arrête les frais !
    Ainsi meurt-on, en France, en 2020 :
    « Le meilleur système de santé du monde ! »
    Voir la vidéo édifiante de cet homme parfaitement vivant ci-dessous !
    https://www.businessbourse.com/2020/04/04/atteint-du-covid-19-a-79-ans-et-parfaitement-lucide-on-arrete-les-frais-ainsi-meurt-on-en-france-en-2020-le-meilleur-systeme-de-sante-du-monde/

  4. Il convient de nommer un Comité qui lancera une étude et qui ensuite proposera des normes qui seront vérifiées par une agence crée pour ce faire qui donnera la procédure d’agrément qui sera délivrée par les services de santé du ministère.

    En allant vite, ça peut le faire pour 2023.

  5. stéphane roncaglia dit:

    Tests massifs = Méthode Corée du sud qui fonctionne trés bien, c’est ce qu’aurait voulu faire Didier Raoult, voir sa vidéo: https://www.gj-magazine.com/gj/le-confinement-cest-stupide-didier-raoult-coronavirus/#comments

  6. Au départ les rassemblements de plus de 5000 personnes étaient autorisés, puis ce fut ceux de 50, combien de personnes ont ainsi été contaminées et sont décédées avant d’imposer le confinement.
    Au début les masques ne servaient à rien dixit salomon
    Coronavirus: « Les masques n’ont aucun intérêt pour le grand public », insiste Jérôme Salomon, aujourd’hui on veut les généralisé c’est bien mais combien de temps perdu, combien de personnes contaminées, combien de personnes décédées ? Combien de policiers ont été contaminés et ont contaminé ? Combien de soignants sans masques ont été contaminés et ont contaminé ?
    Macron et son gouvernement devra rendre des comptes.
    J’espère que de nombreux contaminés, de nombreuses familles qui ont perdu un proche vont porter plainte, je sais que la plupart iront au panier avec cette justice macroniste, mais si il y en a beaucoup ils ne pourront pas toutes les enterrer.
    Je remarque que de plus en plus d’intervenants viennent sur les plateaux télés nous vanter les qualités du meilleur système de santé au monde, « le notre », alors qu’il craque de partout, beaucoup viennent aussi pour encenser la gestion de cette crise par le gouvernement, toutes les erreurs sont soient minimisées soient balayées d’un revers de main, ceux qui osent critiquer on leur coupe le sifflet. Dés que quelqu’un s’interroge bien légitimement sur les manquements, les improvisations, l’amateurisme, les menteries, aussitôt réponse  » Le passé c’est le passé, l’important c’est aujourd’hui, pas de polémiques « 

  7. Il est clair que ce gouvernement est au dessous de tout et ment carrement a la population.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *