Le ver salafiste est dans le fruit français (2/2)

Publié par le 27 Fév, 2018 dans Blog | 4 commentaires

Le ver salafiste est dans le fruit français (2/2)

Voici la seconde partie de l’interview donnée par Gilles Kepel au Figaro Magazine (première partie accessible ici) :

Le Figaro Magazine : A côté de Daech, il existe aussi un islam radical qui développe plus pacifiquement sa vision du monde. Y a-t-il en France des structures salafistes suffisamment prospères pour ne plus avoir besoin des pétromonarchies ?

Gilles Kepel : Le salafisme prêche, selon moi, une rupture culturelle fondamentale avec les valeurs de la société française. C’est sur cette vision des choses, résumée par la formule arabe « Al Wala wal-bara’a », qui signifie « l’allégeance » (exclusive aux oulémas salafistes) et « le désaveu » (d’avec tous ceux qui ne pensent pas comme eux), que reposent aussi bien les doctrines du salafisme que du djihadisme. A la différence que ce dernier passe à l’acte et la traduit dans la violence. En ce qui concerne le salafisme, tant qu’il s’agit d’une doctrine qui ne prône pas la violence, y compris celle faite aux femmes dans la vie quotidienne, elle peut être combattue politiquement ou intellectuellement par ceux qui s’y opposent, mais rien ne permet de l’interdire en droit.

Par ailleurs, le visage du salafisme français a beaucoup changé au cours des dix dernières années. Lorsque j’ai écrit Quatre-vingt-treize, en 2010, la littérature salafiste que l’on pouvait trouver sur le web était rédigée dans un charabia presque incompréhensible; aujourd’hui, elle est beaucoup plus sophistiquée, les traductions de textes en arabe sont de bonne qualité, ce qui atteste de la présence de convertis ou de jeunes issus de l’immigration qui ont suivi un cursus universitaire. Cela laisse supposer que le salafisme dispose de ressources intellectuelles pour se diffuser, mais aussi de plus en plus de ressources matérielles propres, et qu’il étend des réseaux de pouvoir et d’influence.

J’ai remarqué, dans l’université, la promotion d’un corps de doctrine à l’intersection entre le salafisme et les Frères musulmans parmi les étudiants ou même certains enseignants – jusqu’ au fameux Hijab Day célébré à Sciences Po l’an dernier. Jusqu’alors, la propagation du salafisme dans le monde était abondamment financée par l’Arabie saoudite et ses satellites, car cela renforçait sa légitimité contre ses ennemis (le nationalisme arabe de Nasser, l’attraction révolutionnaire de l’Iran qui pouvait toucher la jeunesse révolutionnaire sunnite). Mais, autant l’utilisation du salafisme contre le nationalisme arabe ou contre l’Iran a pu fonctionner, autant la confusion avec le djihad n’a pas mis l’Arabie saoudite à l’ abri des terroristes. C’est cela que remet en cause le prince héritier Mohammed Ben Salmane. Il veut sortir le pays de la trajectoire entamée depuis 1979, année charnière (révolution iranienne, prise de la Mecque par des salafistes ultra-radicaux) qui a vu le royaume s’engager pour allumer un contre-feu dans le djihad en Afghanistan avec l’appui américain, entraînant cette spirale désastreuse.

Aujourd’hui, avec la baisse des prix du pétrole, les pétromonarchies sont contraintes à de nouveaux arbitrages vitaux : elles sont confrontées au besoin d’un changement de société (comme autoriser les femmes à conduire en Arabie, rouvrir les cinémas, etc.) et se heurtent alors au modèle salafiste. Ainsi, la conjoncture actuelle au Moyen- Orient indique peut-être qu’il y a un créneau d’opportunité pour penser à nouveaux frais l’organisation de l’islam de France dans le contexte international.

Le Figaro Magazine : Un autre événement d’actualité est la chute de Tariq Ramadan. Est-ce que cela va affecter en profondeur nombre de musulmans français, ou bien est-ce que l’on avait exagéré le rôle qu’il jouait auprès d’eux ?

Gilles Kepel : Je crois que Tariq Ramadan a eu une grande importance lorsqu’il est apparu, dans les années 1990, car il a su donner à une certaine jeunesse issue de l’immigration qui entrait dans le système scolaire et universitaire français un modèle d’identification. Mais, au cours des dernières années, l’offre s’est diversifiée en tous sens. Certains mouvements allaient davantage vers une sorte de radicalisation communautaire : sous couvert de lutte contre l’islamophobie, d’aucuns ont cherché à interdire toute critique du dogme le plus rigoriste au sein de la communauté musulmane; d’autres s ‘inscrivent dans une nébuleuse « islamo-gauchiste » qui va aujourd’hui jusqu’aux Indigènes de la République et a touché certains partis comme La France insoumise. On trouve aussi, paradoxalement, ces figures d’identification jusque dans l’extrême droite, comme chez Alain Soral (Egalité et Réconciliation).

Le Figaro Magazine : Justement, l’actualité a mis sur le devant de la scène une autre figure, celle de la jeune chanteuse Mennel qui a quitté l’émission de TFI après que d’anciens propos ont ressurgi des réseaux sociaux …

Gilles Kepel : Le passage de cette jeune fille voilée sur une telle émission est sans doute dû à ses talents artistiques, mais pas seulement. Avec la baisse de l’audience de la télévision dans la jeunesse au profit des réseaux sociaux, TF1 cherche à s’attirer de nouveaux téléspectateurs, et les jeunes musulmans forment un réservoir important de consommateurs pour le marché culturel. Ce qui est paradoxal, c’est que Mennel représente pour des salafistes l’abomination suprême : qu’on se rappelle les propos de l’imam de Brest, prêchant que ceux qui écoutent de la musique seront transformés en singes et en porcs ! Et la voix féminine fait l’objet d’un très fort interdit chez les plus rigoristes car elle est porteuse de la séduction qui perturberait l’ordre divin … Portant un voile mais fort maquillée, chantant un texte de Leonard Cohen aux connotations érotiques en anglais mais très édulcoré ensuite dans sa version arabe, elle est au coeur des contradictions de cette jeune génération. Et, les tweets qu’on a exhumés d’elle – pour lesquels elle a fait publiquement contrition – manifestent sa porosité à une espèce de conspirationnisme qui est malheureusement assez fréquent dans la jeunesse des quartiers populaires. Mennel Ibtissem (sourire en arabe) est d’ailleurs défendue bec et ongles par Alain Soral, et attaquée violemment par Riposte laïque. Cette chanteuse est la figure d’une jeunesse qui ne sait pas très bien où elle en est. J’imagine que des instances cultuelles apaisées pourraient lui fournir une guidance en dehors de cet éparpillement doctrinal où se faufilent des idéologues sulfureux en quête de proies.

Le Figaro Magazine :Vous aviez travaillé sur le procès du frère de Mohammed Merah ; avez-vous suivi également le procès de Jawad ? Qu’incarne ce personnage extravagant ?

Gilles Kepel : Jawad Bendaoud me semble plus encore emblématique de cette jeunesse « larguée » qui peut, par manque de confiance dans les institutions et sous l’influence d’un milieu délétère, se livrer à des actes dont les conséquences sont dramatiques. Précisément, si des voix crédibles se faisaient mieux entendre dans l’islam de France pour indiquer au nom de l’éthique. religieuse les limites à ne pas franchir, on peut espérer qu’un certain nombre de ces déviances ne seraient pas commises.

En ce qui concerne la justice de manière plus générale, pour lutter contre le djihadisme, après les errements de 2012 où la direction du renseignement croyait encore à cette ineptie des « loups solitaires », la surveillance et la répression se sont nettement améliorées. Depuis le 4 septembre 2016, c’est- à – dire la tentative d’attentat à la voiture piégée contre Notre-Dame de Paris, il n’y a plus eu véritablement d’attentat d’ampleur commis dans notre pays. En quelque sorte, le gendarme a nettement rattrapé son retard sur le voleur. Là où le bât blesse toujours, c’est en matière pénitentiaire, où l’on ne sait pas comment gérer, d’une part, le prosélytisme djihadiste chez des détenus de droit commun et, d ‘autre part, la constitution d’ « académies du djihad » dans certains quartiers de nos prisons. Là encore, la qualité d’une aumônerie émanant d’instances plus efficaces serait l’un des éléments de la solution.

Le Figaro Magazine : Malgré tout, à vous entendre, le ciel s’éclaircit un peu …

Gilles Kepel : En France, nous sortons d’une phase de tensions très vives autour de l’islam, mais l’essentiel reste à construire. On peut espérer qu’Emmanuel Macron, qui consulte les universitaires, saura leur donner les moyens matériels et moraux pour améliorer leur connaissance de ces questions, alors même que notre pays joue un rôle central dans les relations entre l’Europe, l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient. On l’a bien vu, du reste, quand le Président s’est rendu à Riyad et a facilité le retour à Beyrouth du Premier ministre libanais Saad Hariri, dans un contexte où l’Amérique de Trump s’est retirée de la région. L’enjeu pour la France concerne à la fois la paix sociale de notre pays et son rayonnement dans le monde.

Propos recueuillis par Vincent Trémolet de Villers et Paul Sugy pour le Figaro Magazine.






4 Réponses à “Le ver salafiste est dans le fruit français (2/2)”

  1. Le problème me semble encore plus complexe, car il faut ajouter les intérêts des élites, pronant aussi le grand remplacement,
    et qui « jouent » nos sociétés, parce qu’ils n’ont rien compris à tous ces problèmes, ou sont pleinement impliqués dans des processus opaques de destruction de nos valeurs, de nos cultures, de notre religion, auquel cas, à terme, ils détruiront la civilisation occidentale.

  2. Monsieur Kepel est un islamologue français raffiné,certainement très compétent dans son domaine d’études,c’est justement pourquoi il est régulièrement invité dans les émissions de médias,dès qu’il est question d’expliquer l’islam au mécréant,au chrétien ou à l’athée et de le rassurer sur les bonnes intentions du Coran…

    On pourrait peut être lui conseiller de faire une petite enquête auprès des lecteurs assidus du Coran et leur demander leur avis sur le verset 5 de la sourate 56, qui prescrit au croyant de ne pas se lier d’amitié avec les Juifs ou les chrétiens;ou sur le verset 9 de la sourate 29 qui exhorte le même à combattre « tous ceux qui ont reçu l’Ecriture et ne croient ni en Dieu,ni dans le dernier jour…

    • 100% en accord avec vous.

      J’ajoute que la miséricorde, tant hurlée sur les toits de la bienpensance, n’est, si on lit bien le Coran, pas faite pour les mécréants (les athées) ou les associateurs (les chrétiens, les hindouistes), mais est exclusivement dédiée aux musulmans, soumis à sa parole ou plutôt à la parole -pas d’écrits- d’un schizophrène mégalo, dont je ne citerai pas le nom, , (qui commence par M… comme Macron, mais ce n’est pas lui)en crise.

      Il est trop facile de dégager 3 mots d’un verset d’une sourate pour leur faire dire ce qu’on a envie d’entendre!

      Enfin, si les écrits juifs et chrétiens imposent une exégèse, celle ci est interdite en islam!
      De toute façon, remarquez bien que pour trouver un second degré dans les versets que vous citer, il faut être sérieusement manipulateur.

      cependant, il me parait bizarre qu’un islamologue n’ait pas lu le Cran ni les hadiths!

      Tiens, 3 ou 4 hadiths pour la route…
      « Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

      D’après ‘Abdallah Ibn ‘Abbas (qu’Allah les agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a maudit les hommes efféminés et les femmes masculines et il a dit : Faites les sortir de vos maisons.
      (Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°5886) »

      D’après Aqila Bint Oubeid (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Je ne touche pas les mains des femmes ».
      (Rapporté par Tabarani et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Al Jami n°7177)

      D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a maudit les hommes qui portent des habits de femmes et les femmes qui portent des habits d’hommes.
      (Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4098 et authentifié par Cheikh Albani dans sa correction de Sounan Abi Daoud)

      Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

      D’après Talq Ibn Ali (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Lorsqu’un homme appelle sa femme pour son besoin (*), qu’elle lui réponde même si elle a son pain dans le four ».
      (Rapporté par Tirmidhi dans ses Sounan n°1160 qui l’a authentifié et il a également été authentifié par Cheikh Albani dans sa correction de Sounan Tirmidhi)
      (*) C’est une façon de dire le rapport sexuel comme l’a dit l’imam Al Moubarakafouri dans Touhfatoul Ahwadhi.

      Quant aux bonnes intentions du Coran, je n’en ai pas trouvé (sauf pour les soumis à Dieu, et donc contre les mécréants)

      PS = ce que j’ai recopié comme hadiths est issu du site « hadith du jour », site dédié à nos amis pratiquant le « Vivre Ensemble dans la paix et la miséricorde » que nous, européens, ne comprenons pas, tant nous sommes « racistes ».

      En effet,le racisme, qui n’existe pas depuis que Fanby a décidé de supprimer ce mot du dictionnaire, est devenu une « phobie » qui n’a plus le sens premier de phobie -peur- mais de « haine »…

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *