L’économie à la Macron : un bel élan et deux trous noirs

Publié par le 28 Déc, 2017 dans Blog | 8 commentaires

L’économie à la Macron : un bel élan et deux trous noirs

La droite est tétanisée !

Depuis son élection, Emmanuel Macron a fait voter des mesures plutôt libérales que la droite n’avait jamais osé mettre en place. La liste commence à être longue avec les ordonnances qui ont réformé en partie le code du travail, et une fiscalité plus favorable aux investisseurs et aux entreprises. Sans oublier, la reprise en main de l’Education nationale par Jean-Michel Blanquer !

A droite, nous étions nombreux à attendre le chef de l’Etat au virage, sur les aspects sociétaux, en prédisant un net coup de barre à gauche … Mais que ce soit sur le contrôle des chômeurs ou la directive permettant de contrôler les migrants dans les centres d’accueil, on ne peut que constater que le cap semble être tenu, mettant la droite en grand embarras.

Pour s’en convaincre, on peut lire cet article de Christophe Boutin paru dans Causeur :

« Loi sur l’immigration: la vraie droite, c’est Macron »

Bien sûr, j’entends déjà vos critiques ! Il faut attendre les actes et la mise en place effective de ces mesures. Pour en rester dans le domaine économique, Jean-Marc Vittori a publié dans les Echos un article qui salue les avancées et « en même temps » pointe les insuffisances des mesures déjà prises. Il énonce deux écueils : l’ampleur modeste de ces mesures mais surtout l’absence de baisse des dépenses publiques. Voici cet article :

L'économie à la Macron : un bel élan et deux trous noirs

Crédit photo : Pinel pour les Echos

A l’approche de Noël, Emmanuel Macron fête deux anniversaires. Cela fait quarante ans qu’il est né. Et cela fait six mois qu’il a une majorité à l’Assemblée nationale, clef obligée du pouvoir dans la démocratie parlementaire qu’est malgré tout la V ème République. S’il est bien trop tôt pour évaluer l’oeuvre du nouveau chef de l’Etat, il est déjà possible de constater que la direction est la bonne, pour permettre à la France de profiter de la révolution numérique au lieu d’en souffrir.

L’impulsion est même impressionnante. Bien qu’il soit jeune, le président de la République est arrivé au pouvoir avec un programme cohérent reflétant des années de réflexion, contrastant avec le bricolage malavisé de François Hollande, l’agitation attrape-tout de Nicolas Sarkozy ou les promesses contradictoires de Jacques Chirac. Et il s’efforce de le mettre en oeuvre au pas de charge : « Il faut faire ce qu’on a dit et il faut le faire le plus vite possible » a affirmé le président sur France 2. Du coup, tout ce qui s’est passé avant son élection tient déjà de la photo jaunie.

Emmanuel Macron met à profit un vide sidéral sur la scène politique. Ses victoires électorales ont fait éclater le jeu des partis classiques. Six mois plus tard, l’effet de souffle est impressionnant. Jean-Luc Mélenchon déprime, le PS n’a plus de têtes ni même de siège, le FN s’est déchiré. Seul Laurent Wauquiez émerge du côté des Républicains, en choisissant un chemin étroit qui risque de morceler encore plus la droite. Par un étrange effet miroir, le président français a aussi réussi à s’imposer sur une scène internationale où seuls s’affirment ses homologues chinois, Xi Jinping, et russe, Vladimir Poutine, tandis que l’Américain Donald Trump s’isole et les grands leaders européens sont tous affaiblis d’une manière ou d’une autre. Mais c’est en économie que l’ancien ministre de l’Economie donne l’impression du changement le plus spectaculaire. En moins de six mois, il a remanié le droit du travail et la fiscalité. La réforme du Code du travail est passée par ordonnances, comme l’avait annoncé Macron candidat. Elle élargit le champ des accords négociés au sein de l’entreprise, assouplit les règles de certains licenciements et allège le barème des indemnités prud’homales.

La réforme fiscale, elle, a été votée via le budget. Elle fait basculer un peu plus le financement de la protection sociale des cotisations perçues sur les seuls salaires vers l’impôt perçu sur tous les revenus (en l’occurrence la CSG), supprime la taxe d’habitation pour les quatre cinquièmes des foyers qui la payaient, aligne la taxation des revenus du patrimoine sur un taux unique à 30 %. Et supprime l’essentiel de l’impôt sur la fortune en le recentrant sur l’immobilier. Aux yeux du président, ce n’est qu’un début. Son gouvernement attaque la réforme de l’assurance-chômage et de la formation professionnelle. Il prépare aussi une réforme de l’entreprise pour le printemps. Sur l’éducation (devenue le premier problème économique du pays), le logement, l’énergie, il devrait présenter bientôt d’ambitieux projets après de premières annonces.

Le rythme est donc très soutenu. Il faut remonter à Charles de Gaulle pour trouver pareille volonté de moderniser le pays. Cette vitesse peut créer des impatiences : nombre de réformes ont des effets négatifs à court terme puis largement positifs à long terme. Elle peut aussi créer des déséquilibres : une plus grande flexibilité de l’emploi doit par exemple s’accompagner de meilleures protections pour les actifs, qui tardent à venir.

Au delà des difficultés induites par la rapidité, la politique économique d’Emmanuel Macron pose toutefois deux problèmes majeurs.

Le premier est l’ampleur réelle des changements.

Avec les réformes mises en oeuvre, la France n’est pas à la pointe : elle se rapproche plutôt de ses voisins après s’en être trop éloignée (indemnités prud’homales sans plafond, fiscalité sur le capital dépassant parfois 100 %). Et la portée des changements a été surévaluée, par le gouvernement comme par ses adversaires. Le plafonnement des indemnités prud’homales risque d’être contourné par la multiplication des plaintes pour harcèlement et discrimination. Le champ donné à la négociation sociale au niveau de l’entreprise pourrait être rétréci par la mécanique d’extension des conventions collectives, etc.

L’autre problème porte sur la dépense publique.

Angle mort de la campagne du candidat Macron, elle risque de devenir le boulet de son mandat. Or la France a des dépenses publiques inefficaces. Les comparaisons internationales le montrent clairement sur l’éducation, la santé, le logement… Tous les pays qui ont réussi à contrôler la dépense publique l’ont fait après une crise profonde (Canada, Suède, Nouvelle-Zélande) ou une élection remportée sur ce thème (Royaume-Uni). Les outils que la France expérimente depuis un demi-siècle, de la rationalisation des choix budgétaires lancée en 1968 jusqu’à Cap 2022 en passant par la LOLF, la RGPP et la MAP, sont condamnés à l’échec, car il s’agit de processus technocratiques appliqués à des choix qui sont profondément politiques.

Sans vraie méthode, la dépense publique va dériver. Emmanuel Macron pourrait ainsi se priver à la fois des marges de manoeuvre internes qui lui permettraient de changer vraiment le pays et de la crédibilité en Europe qui lui permettrait de vraiment faire avancer la construction communautaire. Comme d’autres avant lui, il risque de gâcher la manne budgétaire d’une reprise en baissant des impôts qu’il faudra fatalement remonter par la suite, faute d’avoir maîtrisé les dépenses. Même avec beaucoup d’élan, on peut toujours tomber dans un trou.

Jean-Marc Vittori pour les Echos.






8 Réponses à “L’économie à la Macron : un bel élan et deux trous noirs”

  1. Étant commerçant, je discute souvent politique avec mes clients, sans pour autant partir dans de grosses polémiques, mais je me rends compte encore plus maintenant,que de droite en France signifie identitaire, bon point, mais absolument pas libéral.
    J’entends venant d’anciens Fillonistes et de Frontistes que Macron est l’ami des très riches, le président du flicage de chômeurs, tout le vocable du Mélanchoniste pur et dur.
    D’ailleurs, si Mélanchon n’était pas pro Islam, j’ai l’impression que tous les Français voteraient pour lui, c’est désespérant.

    Mention spéciale à une blogueuse que vous avez relayé ici, Nanouche, Sarkozyste, j’étais ami avec elle sur Facebook, vous verriez sa page, de l’anti Macron primaire juste « parce que », il ne manque plus que la faucille et le marteau sur sa bannière et c’est parfait!
    J’ai l’impression que Macron réussira non pas son mandat, mais bien à rendre con et gauchiste tout le monde, c’est révélateur.

    • Ben oui.
      Merci de ces qualificatifs.

      Je suis devenue c..ne et gauchiste.

      Que voulez vous, c’est ainsi!
      M Macron a réussi un miracle! Un de plus, pour cet homunculus qui marche sur l’eau!

      J’avoue que son action sur mon porte monnaie et la diminution de ma liberté, tant d’expression, (hormis sur des espaces de liberté comme ici) y sont pour quelque chose!

      Ah, au fait, un vrai libéral ne devrait il pas supprimer les cotisations sociales comme celles pour la sécu, en autorisant quiconque à choisir SA compagnie d’assurances- santé, et ainsi permettant la libre concurrence?
      Ne devrait il pas permettre de choisir l’école de ses enfants (et les programmes qui vont avec)… etc, etc?

      Quant au flicage des chômeurs, je doute que ce soit pour la bonne cause.. Je pencherai plutôt sur la possibilité, ainsi offerte, de radier un plus grand nombre de chômeurs et ainsi pouvoir inverser la courbe…

      Et si Jupiter, comme il se qualifie lui-même, laissait un peu plus de liberté aux chefs d’entreprises, en les ponctionnant moins qui plus est, peut être que le chômage baisserait?

      De même, trouvez vous normal que tous ceux qui, comme moi, ont quelques revenus autres que leur retraite, voient leurs impôts augmenter du fait de la flat taxe, tout ça parce qu’ils paient moins de 30% d’impôts sur le revenu?

      Je ne dis pas qu’il favorise les riches, mais qu’il pressurise les classes moyennes.
      Une différence de taille, que vont ressentir les commerçants.
      Nous sommes ainsi nombreux à prévoir une restriction de consommation qui nous permette de vivre avec moins de revenus nets.

  2. une fiscalité plus favorable aux investisseurs et aux entreprises

    Aux entreprises?
    De quelle taille?
    Il semble que les taxes, impôts et contributions vont tomber dru sur les TPE!
    Il est vrai que les patrons de TPE sont des riens, des fainéants….qui ne savent pas manager!
    (tout comme les directeurs d’EHPAD ne savent pas manager leurs équipes qui pourraient faire plus en étant moins… Pauvres Anciens en EHPAD… et pauvres soignants)
    Sans compter l’augmentation des énergies qu’ils vont payer plein pot (comme nous, remarquez bien!)

    Aux investisseurs?
    Mais bien sûr!
    Si vous êtes assez riches pour payer plus de 30% d’IR, c’est exact!
    Mais si vous payez moins de 30% d’IR, la « taxe flat » vous fera payer davantage que si le revenu de vos investissements étaient incorporés dans vos revenus habituels!
    J’en sais quelque chose… J’ai eu un RV avec mon banquier.. Je fais partie des heureux retraités qui payent des impôts (maintenant, depuis Jupiter, je suis R…iiiiche! Victoire!), mais pas suffisamment pour jouir (wouais!) du cadeau de Jupiter.

    Quant à la reprise en main de l’éduc nat… Vous savez ce que j’en pense! Du f…ge de g…le!
    De l’enfumage, comme d’habitude.
    On verra à la rentrée prochaine, mais à part les beaux discours, il semblerait, tant par les programmes que par les dires de parents amis, qu’ils n’ont encore rien vu venir : « frère Blanquer, ne vois tu rien venir? je vois la route qui poudroie sous les pas de notre roi… »

    La CSG (à son origine de 1,1%!) augmentée de plus de 25% (1 point 7 et non 1,7% comme tente de nous le faire croire la presse aux ordres de môssieur!!!) sur tous les revenus permet de ponctionner des retraités et des smicards (j’attends de voir ce que va donner pour ces derniers la suppression des cotisations sociales!).

    Et les retraités, qui ont payé leurs propres cotisations toute leur vie (en aidant leurs enfants et maintenant leurs parents) vont cotiser pour les salariés… N’est ce pas génial?
    J’ai reçu les calculs sur ma retraite!
    J’ai été « augmentée » en octobre… En janvier 2018, je vais toucher moins qu’avant « l’augmentation »…
    Et vous appelez ça « être de droite »?
    Sans blague! On se croirait en ancienne URSS!
    Les réputés exonérés de CSG, mais les retraités rackettés!

    L’impôt sur l’immobilier (IF) et non les revenus + immobilier (ISF : génial pour les jaloux (synonyme : socialos en marche de tous poils)
    Certes, des vieux comme moi qui ont investi et payé des traites pour leur maison à la campagne en plein centre de la france (avec un petit f, car je suis une française illetrée, sans dents, et donc un rien n’ayant même pas droit à une majuscule, une rien aux yeux d’un type qui fête ses 40 ans au Château de Chambord pour un prix dérisoire (comme a t-i pu payer si peu? Qu’il me donne le tuyau!).. donc qui ont un immobilier de peu de valeur, ne seront pas impactés.(mais ne feront pas partie des gagnants de la baisse de la TL, tout en voyant leur TF augmenter, un détail sans importance pour les bandits qui nous gouvernent et qui se fichent de leur petit peuple comme d’une guigne..

    Mais un retraité ayant investi dans un appart à Partis, se verra payer un IF, alors que des pauvres ministres comme la mère Buzin continuera à toucher des royalties des labos qui produisent les doses de vaccins devenus obligatoires et autres médocs inutiles… (tout en n’ayant plus de personnel dans leurs futures logements en EHPAD)!

    Quand je vous dis que cela ressemble fort à une dictature socialo-communiste!

    Alors les ambitieux projets de ce petit prétentieux, excusez-moi, mais je n’ai vraiment pas envie qu’ils soient mis en route!
    Moi, je ne touche pas le salaire de ses godillots obligés de voter ce que Môssieur désire, sans rien faire d’autre (et ils se disent fatigués alors que la majorité d’entre eux n’assiste même pas aux votes à l’AN!), je n’ai pas de prime de logement, et autres revenus non taxés !
    Je paye pour ces individus…

    Je ne suis pas jalouse, mais trouve cela répugnant, ne serait ce que pour tous ceux qui bossent comme des dingues pour nourrir ces parasites!

    … Et un gain de 2h sur un trajet en avion du pm! (là aussi en minuscules!)

    Sans compter que certains individus considérés comme une chance (je me demande bien quelle chance) sont eux aussi logés (parfois dans des hôtels) nourris (selon leurs désirs et non leurs besoins) vêtus, munis d’IPhone ou smartphones dernier cri… avec mes impôts, mes cotisations, mes contributions, mes taxes… tout ceci accompagné de tonnes de culpabilisations et de qualificatifs peu élogieux de la part de ce freluquet!

    Bien qu’il soit jeune, le président de la République est arrivé au pouvoir avec un programme cohérent reflétant des années de réflexion, contrastant avec le bricolage malavisé de François Hollande
    –> Dites moi : qui donc était à Bercy (ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique) sous Hollande et qui, avant, était, si je ne me trompe, secrétaire général -adjoint, certes- au cabinet de M hollande en personne?

    Emmanuel Macron pourrait ainsi se priver à la fois des marges de manœuvre internes qui lui permettraient de changer vraiment le pays et de la crédibilité en Europe qui lui permettrait de vraiment faire avancer la construction communautaire.
    La seule chose qui soit une chance : ne pas pouvoir faire avancer la construction communautaire!
    L’Europe (j’ai voté oui, en son temps! j’en ai honte!) me sort par les 2 yeux et j’espère bien que tout va craquer afin de reconstruire un projet qui ne maintienne pas en dictature les pays européens!
    mais la volonté de pouvoir, de puissance et de gloire des petits mafieux qui se prennent pour des élites est tellement grande qu’ils feront tout pour que leur « projet communautaire » voie le jour!
    Hélas.

    Désolée, mais plus on me parle de la réussite de cet individu, plus j’ai l’estomac qui se retourne!
    Par pitié, ne me gâchez pas cette fin d’année avec de tels articles ;-(

    Pour cette nouvelle année qui arrive, je souhaite la fin des aventures de la famille Macron : Macron à Chambord, Macron à la neige, macron à Cannes, Macron en Afrique….
    sauf si il sort une histoire inédite genre : « Macron retourne à la niche! »

    Meilleurs vœux en nous souhaitant l’avancée de la vraie droite, qui ne soit pas de droite, mais en même temps de gauche!
    Et tous mes souhaits à M Wauquier pour qu’il nous sorte de cette manipulation ,mentale communicationnelle.

    • Bonsoir,
      Quand le printemps arrivera ce sera Mac ron plante ses choux au jardin.
      Bravo pour ce bel exposé.
      Mac ron assume, Philippe assume, et c’est nous qui payons !
      Bonne Année.

    • Idomar Yasagof dit:

      Suzanne : « car je suis une française illetrée », ba oui un lettré aurait écrit illettrée.
      Ne m’en veuillez pas, je plaisante et comprends, parfois abondance nuit, mais je vous absous tant je suis d’accord avec la pertinence de votre écrit.

      • Merci pour votre absolution 🙂
        D’autant que je faisais de l’humour…
        Prenez également cette réponse au 2eme degré ;-), j’ai besoin de rire et de sourire en cette fin d’année si difficile et j’adore votre style de réponse, d’autant que je suis complimentée sur le fond.

        En plus mon correcteur d’orthographe fait lui aussi, parfois, de l’humour… Il n’en est encore pas à m’imposer des expressions en novlangue (j’ai un vieux logiciel), mais cela va sans doute venir.

        Et puis, étant une scientifique, forcément, je ne suis pas une literèr.e
        Amicalement

  3. Suzanne, Macron est libéral au sens anglo-saxon, c’est-à-dire socialiste centre gauche, pas au sens français du terme qui se rapproche de plus de liberté, moins d’interventionnisme de l’Etat et que chacun assume son choix de vie.

    Le terme « libéral » est à double sens. Pour bien des gens et notamment la presse, il s’apparente au sens anglo-saxon.
    Macron est un libéral type anglo-saxon et merdia, mais pas au sens vrai de la liberté.

    Par contre, pour une rare fois, je suis en plein accord avec votre commentaire.

  4. Je partage totalement l’avis de Suzanne, sauf peut-être sur l’avis qu’elle donne sur l’action de Blanquer. Faisons lui confiance, il a tant d’obstacles à surmonter au sein de son ministère. Quant aux taxes, impôts et augmentations en tout genre, j’en « ai ras le bol ». CSG, augmentation de 25% !!! Qui dit mieux !!! Et ces c..ns de journalistes et de politiques de droite, pas un pour dévoiler la supercherie de la présentation à 1,7 points. mais quand donc, les gens se rendront-ils compte qu’avec la CSG, ils paient 2 fois l’impôt sur le revenu ? Et l’essence qui augmente (TICPE + TVA à 20% svp), et la Mutuelle, et les assurances, et toutes ces taxes sur l’électricité de plus soumises à la TVA . ETC… Marre de toutes ces ponctions !!!! Quand on voit que depuis Sarkozy, puis Hollande, puis Macron, chaque élection de président nous apporte son lot d’augmentations d’impôts. Malgré cela
    le budget de la France est toujours en déficit. 83 ou 85 milliards qu’il a emprunté cette année le Macron. Le déficit de la France s’accroît d’année en année. Et qu’est-ce qu’ils en font de ce pognon qu’ils piquent dans nos poches ? Payer un impôts, d’accord, mais quand ça atteint ce niveau, plus d’accord.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *