Les élites en perdition dans l’opinion

Publié par le 4 Août, 2018 dans Blog | 2 commentaires

Les élites en perdition dans l’opinion

La lèpre des mouvements populistes !

C’est ainsi qu’Emmanuel Macron a osé qualifier les gouvernements qui ont l’outrecuidance de défendre l’identité de leur pays et stopper la vague migratoire qui les menaçait.

C’est pour cette unique raison qu’ils ont été élus !

Mais les élites françaises, majoritairement actives à gauche, n’ont que faire de la volonté du peuple ! Seule compte pour eux la « morale » qu’elles défendent, une morale qui défend l’immigration mais ne va pas jusqu’à montrer l’exemple en accueillant à titre personnel des migrants …

D’ailleurs, ces élites adopteraient volontiers cette phrase de Bertolt Brecht :

« Puisque le peuple vote contre le gouvernement, il faut dissoudre le peuple. »

Mais c’est plutôt le peuple qui est en train de dissoudre les élites ! Un sondage iFop commandé par le site de ré-information Atlantico montre à quel point cette pseudo-morale irresponsable est rejetée par une majorité de Français. En voici quelques éléments :

Les résultats sont dramatiques pour les tenants de la mondialisation tout azimut et les négationnistes de l’identité française. En résumé :

Seuls, 24 % des Français pensent que les responsables traditionnels
défendent mieux la démocratie que les dirigeants populistes !

Dans l’article d’Atlantico, Paul-François Paoli commente ainsi ce sondage :

Emmanuel Macron n’a pas seulement commis une grave erreur en évoquant voici quelques semaines la « lèpre populiste », il a aussi commis une faute car il a insulté des millions d’électeurs.

Du reste, de quoi parle-t-on quand on évoque le populisme ? Le propre du populisme est précisément d’être difficilement définissable car tout populisme draine des aspirations contradictoires ou incompatibles comme on le voit avec la Ligue ou le Mouvement 5 étoiles en Italie. Ce qui fait la force d’un populisme c’est aussi sa faiblesse.

Mais ce qui est sûr, c’est que le refus du « nouveau monde » incarné par certaines élites, un monde branché et dénationalisé, dominé par l’impératif du marché mondialisé se heurte à des refus viscéraux et massifs dans tous les segments de la population et pas seulement dans les classes populaires.

Personnellement, si je pense que nous vivons indéniablement un « moment populiste »,  le populisme ne peut constituer un programme. Nonobstant, il est indéniable que le populisme n’est pas antidémocratique, puisqu’il postule le gouvernement du peuple par le peuple et pour le peuple. Rien dans le principe n’est antinomique avec cette conception, il suffit de lire ou relire Machiavel pour s’en rendre compte.

Un autre article, paru sur Boulevard Voltaire, est très intéressant pour nous éclairer sur la progression du populisme en Europe. Il s’intitule :

La révolte populiste contre l’Europe de Macron
et Merkel a déjà ses leaders, tous chrétiens

 J’aime beaucoup la juxtaposition des deux photos illustrant cet article :

Crédit photos : Photos reprises de l’article de Boulevard Voltaire

Il y aurait beaucoup de choses à dire à propos de ces deux photos ! Je vous fais confiance …






2 Réponses à “Les élites en perdition dans l’opinion”

  1. Les chiens ne font pas des chats,comme on dit…probablement les gais enfants du couple Macron.Macron mériterait de recevoir un bon coup de pied au derrière,pour parfaire son éducation et rabaisser sa morgue,lui qui a l’injure facile pour les lépreux,les illettrés,les fainéants et les « riens »….
    Et un type comme Attali est une anomalie en démocratie: jamais élu,sans aucun mandat,il grenouille dans les allées du pouvoir depuis 40 ans et possède l’oreille des princes…
    Même remarque concernant Hubert Védrine…

  2. La sous culture chez Macron et la culture chez V Orban.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *