Les Iraniennes vont-elles déboulonner les mollahs ?

Publié par le 12 Août, 2020 dans Blog | 4 commentaires

Les Iraniennes vont-elles déboulonner les mollahs ?

Seuls les jeunes et, au premier chef, les femmes pourront venir à bout de cette république islamique dont le calendrier semble s’être figé en plein Moyen-Âge.

La révolte gronde parmi les femmes iraniennes qui s’affichent de plus en plus souvent sans voile sur la voie publique.

Mais leur combat laisse de marbre les féministes françaises trop occupées à dénoncer le règne du mâle blanc et à promouvoir l’écriture inclusive.

La gauche a déjà perdu la classe ouvrière en cajolant les minorités. Les féministes vont perdre les femmes en méprisant le juste combat des femmes iraniennes.

Voici des extraits d’un article paru sur le site du Gatestone Institute :

En octobre 1979, l’ayatollah Ruhollah Khomeiny a donné l’une de ses rares interviews à feu la journaliste italienne Oriana Fallaci. A la question : le voile est-il le symbole de la ségrégation que la révolution islamique impose aux femmes, Khomeiny a répondu : « nos coutumes ne vous regardent pas. Si vous n’aimez pas le vêtement islamique, vous n’êtes pas obligé de le porter parce que le voile islamique est fait pour les jeunes femmes honnêtes et convenables. »

« Merci de votre réponse, » a répondu Fallaci. « Et puisque vous m’en donnez la permission, j’enlève ce stupide chiffon médiéval à l’instant ». Fallaci retira son voile et quitta la pièce sans ajouter un mot. En retrouvant le geste de Fallaci, les femmes iraniennes sont à la pointe du combat contre le régime.

la photo d’une iranienne dévoilée, Shohreh Bayat, arbitre du Championnat du monde d’échecs féminin, est devenue virale sur les réseaux sociaux. « Les gens devraient avoir la liberté de se vêtir comme ils le souhaitent, aucun code vestimentaire ne devrait être imposé » a déclaré Bayat évoquant ainsi les règles islamiques qui pèsent sur le vêtement des femmes.

Courageuses femmes iraniennes enlevant leur voile sur la voie publique

« Devrais-je commencer par bonjour, au revoir ou par toutes mes condoléances ? Bonjour, peuple iranien opprimé ; au revoir noble peuple iranien ; toutes mes condoléances à vous qui pleurez toujours », a écrit Kimia Alizadeh, médaille de bronze de Taekwondo aux Jeux olympiques de Rio 2016, peu après qu’elle ait déménagé en Europe. Elle aussi a protesté contre le « voile obligatoire ».

Le 13 janvier, trois présentatrices ont démissionné de la Télévision de la République Islamique d’Iran (IRIB). « Pardonnez-moi pour les 13 années où je vous ai menti, s’est excusé Gelare Jabbari dans un post Instagram. Pendant plusieurs jours, les responsables iraniens ont nié que le Corps des gardiens de la révolution islamique avait détruit un avion de ligne ukrainien, tuant 176 passagers et membres d’équipage.

Ces iraniennes qui font le choix de l’exil marchent dans les pas des dissidents soviétiques qui ont franchi le rideau de fer pour vivre en Occident. Ces dissidents ont joué un rôle fondamental dans la défaite de l’Union soviétique : ils ont ouvert les yeux de l’opinion publique occidentale sur la réalité de leur pays.

Les femmes iraniennes qui défient aujourd’hui ouvertement les mollahs renouent avec une époque antérieure à la révolution islamique de 1979, quand le voile n’était pas obligatoire. Des photos de cette époque montrent des femmes sans voile. Du jour au lendemain, les iraniennes sont passées « de la mini-jupe au hijab ».

« Je suis au regret de dire que le tchador a été imposé aux femmes », a déclaréZahra Eshraghi, petite-fille de l’ayatollah Khomeiny. « Il est devenu obligatoire – dans les édifices publics, dans l’école que fréquente ma fille. Ce vêtement qui était une robe iranienne traditionnelle a été transformé en symbole d’une révolution. »

La dernière impératrice d’Iran, Farah Diba, a rappelé qu’« à son époque, les femmes étaient actives dans toutes sortes de domaines. À un moment donné, le nombre de femmes à l’université a même été supérieur à celui des hommes ». Mais bien qu’elles soient « maintenant maltraitées et dédaignées, bien que leurs droits soient bafoués, les femmes agissent de manière incroyablement courageuse ».

Une avocate des droits humains, Nasrin Sotoudeh, qui a défendu des femmes en lutte contre le voile, a été condamnée en mars à 38,5 ans de prison, avec une peine incompressible de 12 années de prison. Les activistes Yasaman Aryani, sa mère Monireh Arabshahi et Mojgan Keshavarz, ont été arrêtées pour avoir diffusé une vidéo qui les montre sans voile et distribuant des fleurs aux passagers. Trois femmes accusées de « non-respect du hijab obligatoire » ont été condamnées à 55 ans de réclusion. Shaparak Shajarizadeh, 43 ans originaire de Téhéran, a été condamnée à deux ans de prison pour s’être montrée tête nue dans l’espace public. Azam Jangravi, qui a agité son foulard au-dessus de sa tête dans une rue animée de Téhéran, a déclaré qu’elle avait agi ainsi pour sa fille âgée de huit ans. « Je me suis dit : ‘Viana ne devrait pas grandir dans des conditions identiques à celles que l’on m’a infligées quand j’avais son âge’ », a-t-elle expliqué.

Les mollahs iraniens semblent prêts à tout pour casser le mouvement des femmes. Des femmes, qui ont partagé des vidéos les montrant tête nue, ont été condamnées à 10 ans de prison. La « police des mœurs » chargée de briser le mouvement des femmes a embauché 2 000 nouvelles recrues. Le régime iranien diffuse également des vidéos de propagande sur le hijab. Une fille qui s’est déguisée en homme pour assister à un match de football à Téhéran, s’est immolée par le feu peu après son procès. Les femmes iraniennes ont « le taux de suicide le plus élevé au sein de la population féminine du Moyen-Orient». Soixante-dix pour cent des suicides en Iran sont commis par des femmes que le régime opprime directement.

Lire la suite sur le site du Gatestone Institute.

En voici la conclusion :

Il y a trente ans, le mur de Berlin est tombé parce que des citoyens ordinaires ont voulu recouvrer leur liberté de circulation. Aujourd’hui, le mur du régime iranien pourrait être abattu par ces femmes ordinaires qui veulent retrouver la liberté de s’habiller comme elles l’entendent. Courageusement, elles refusent de piétiner les drapeaux d’Israël et des États-Unis – et réclament le droit de jouir du vent dans leurs cheveux.

Merci de tweeter cet article :





4 Réponses à “Les Iraniennes vont-elles déboulonner les mollahs ?”

  1. Je ne crois pas qu’elles déboulonneront quoique ce soit. Le régime n’hésitera pas à tirer dans le tas. Le mur de Berlin est tombé parce que le régime communiste n’a pas voulu employer la force létale, ce qu’il n’avait pas hésiter à faire en juin 1953, ou à Budapest en 1956 et Prague en 1968.

  2. « Il est devenu obligatoire – dans les édifices publics, dans l’école que fréquente ma fille. »

    Tiens on dirait l’histoire de la muselière, pardon du masque…

    « Courageusement, elles refusent la muselière – et réclament le droit de jouir du vent sur leur visage. »

    A quand notre combat contre les absurdités des « progressistes » qui font de véritables progrès dans la mise en place de la dictature.

  3. Le communisme ne s’est pas effondré parce que les gens voulaient retrouver leur liberté mais parce qu’il a fait faillite économiquement. Les gens préfèrent la sécurité et un frigo rempli à la liberté.

  4. Bien evidement aucunes associations pseudo feministes derriere pour appuyer ce combat des iranniennes.

    Comme quoi la foutaise continue.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *