Les médailles idéologiques de la mairie de Paris

Publié par le 15 Juil, 2019 dans Blog | 2 commentaires

Les médailles idéologiques de la mairie de Paris

Le socialisme est mort !

Mais son cadavre bouge encore dans certains temples de gauche, comme la mairie de Paris, où sévit Anne Hidalgo.

Dans ces temples, on célèbre encore l’idéologie de gauche, un ensemble de concepts « bobos » devenus étrangers à l’intérêt du peuple et qu’aucun intellectuel ne défend plus.

Deux cérémonies sont régulièrement organisées dans ces temples : L’attribution de subventions et la remise de médailles, dont les critères d’attribution dont purement idéologiques.

On se rappelle que du temps de Bertrand Delanoë, la ville de Paris avait financé un musée à la gloire de Salvatore Alliende dans la ville de Santiago. N’oublions pas non plus le soutien de la Ville de Paris au terroriste italien Cesare Battisti.

Peu importe les délits ou crimes commis. Si on est de gauche, ça passe !

Plus récemment, la mairie de Paris a été critiquée pour avoir accordé une subvention à la Fédération des associations de solidarité avec tous-te-s les immigré-e-s (Fasti), un groupement qui vient en aide aux sans-papiers sur le terrain mais développe aussi, dans son magazine militant, des thèses politiques très marquées. Même Benjamin Griveaux, pourtant ancien socialiste, a dénoncé cette subvention !

Anne Hidalgo va bientôt faire à nouveau acte d’idéologie en remettant une médaille prestigieuse à deux femmes, capitaines du navire Sea Watch 3, pour avoir forcé l’accès au port de Lampedusa.

C’est l’objet de cet article de Richard Hanlet paru sur Boulevard Voltaire :

Les capitaines du Sea Watch 3 vont recevoir
la plus haute distinction de la ville de Paris

La mairie de Paris vient d’annoncer que, pour réaffirmer son « soutien aux femmes et hommes qui œuvrent au sauvetage des migrants au quotidien », elle va remettre sa médaille Grand Vermeil à Carola Rackete et Pia Klemp. Les deux dames sont, en effet, les capitaines du Sea Watch 3, bateau qui força l’entrée du port de Lampedusa pour y débarquer sa cargaison de migrants (décidément, la marine hollandaise, même commandée par des Allemandes, c’est comme la direction des enquêtes criminelles dans les séries télé françaises : il n’y a plus que des femmes !).

Si on a pu croire, au début, à l’altruisme humanitaire des sauveteurs d’Africains flottant en Méditerranée, il est aujourd’hui clair que cette activité est devenue un commerce comme un autre, avec ses grossistes, ses intermédiaires, ses importateurs et ses transporteurs, tous connectés par téléphone satellite.

À peine éloigné de la côte, on appelle un bateau de sauveteurs comme on commande un Uber en sortant du cinéma, et voguent les ONG politiques subventionnées, qui n’ont plus d’humanitaire que le nom. Et la Rackete lance sa corde aux frêles esquifs…

Si une tempête ou une avarie (vraiment imprévisibles ?) envoient par le fond quelques malheureux, ce sera comme on dit dans les grandes surfaces, de la « démarque inconnue », et surtout une occasion pour les médias de faire pleurer Margot en expliquant qu’on n’en fait jamais assez.

Deux complices de ces mafias vont donc être honorées par la mairie de Paris de la même médaille que Michel Legrand ! C’est que l’inversion des valeurs, c’est dans l’ADN de la municipalité depuis que la gauche a fait main basse sur la ville.

Ainsi, en 2004, le Conseil vota une résolution soutenant Cesare Battisti, et le plaçant « sous la protection de la ville de Paris ». Condamné à perpétuité par contumace en Italie pour plusieurs meurtres, le terroriste d’extrême gauche, devenu écrivain réfugié en France, bénéficia pendant des années des faveurs enamourées de la gauche « intellectuelle ». Finalement extradé (pas par la France, qu’alliez-vous croire !), il reconnut devant la Justice italienne sa responsabilité dans quatre meurtres. Ce qui n’empêche pas une Fred Vargas, par exemple, de croire encore à son innocence !

Alors, laissons à ce héros de la gauche mondaine le dernier mot, lancé au procureur : « Je me suis moqué de tous ceux qui m’ont aidé, je n’ai même pas eu besoin de mentir à « certains d’entre eux. » Un peu comme certains migrants « mineurs » ou “réfugiés politiques menacés dans leurs pays”…

Richard Hanlet pour Boulevard Voltaire.

Merci de tweeter cet article :





2 Réponses à “Les médailles idéologiques de la mairie de Paris”

  1. j’ai lu cet article dans la presse régionale, j’ai voulu le transmettre pour info à tous mes liens mais je vais leur faire parvenir votre article

    ils sont devenus fous nos élus, à gerber
    Salvini de son coté a fermer le plus grand camp de migrants et nous on leur déroule le tapis rouge
    a dégager la HIDALGO une p de merde

  2. Les socialos et les meurtriers de goche comme le toto Cesare Battisti
    sont bien en phase avec cette ideologie completement absurde, qui permet a l’un de tuer sans avoir de probleme et aux autres ( de droite) d’etre « massacrer » mediatiquement puis par la justice… de goche aussi.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *