Les petits Robespierre d’opérette …

Publié par le 18 Avr, 2019 dans Blog | 5 commentaires

Les petits Robespierre d’opérette …

Il semble que les Français ne se retrouvent
unis que dans le malheur ou dans le drame !

Lundi soir et mardi, les Français ont été sidérés et la grande majorité d’entre eux, croyants ou non, a souffert sincèrement en voyant le feu ravager Notre Dame de Paris.

Lors des grands attentats qui avaient endeuillé la France, le même sentiment d’unité était présent, rapprochant pour un temps les Français.

Il était d’usage, dans ces moments dramatiques, de faire taire les opinions politiques et de s’interdire de lancer des polémiques.

La gauche scrutait alors la moindre ambiguïté des paroles des hommes de droite qui auraient osé reprocher au gouvernement son laxisme en matière d’insécurité ou pire pointé la responsabilité de l’islam.

La gauche criait alors à la récupération politique et à l’indécence de la droite ! Tout en en trépignant sur place au cri du Padamalgam !

Mais il n’aura fallu à la gauche qu’à peine 24 heures, alors que les braises de l’incendie étaient encore chaudes, pour lancer une polémique parmi les plus basses:

Les riches font des dons pour cause de défiscalition !


C’est Juliette Méadel, mardi soir, sur le plateau de LCI, qui a ouvert le feu :

Une bonne initiative, sauf que, si Notre Dame était classée Trésor national, cela permettrait aux chefs d’entreprises de déduire leur don de leurs impôts à plus de 90 %. Et donc ce serait, vous et moi qui payerions !

Le lendemain, c’est Alexis Corbière qui se croyait autorisé à faire un bon mot :

Qui veut défiscaliser des millions !

Après l’hystérie sur l’ISF, la chasse aux riches était relancée de plus belle !

Décidément, en 1789, la soif de sang n’a pas été assez étanchée ! On n’a pas fait rouler assez de têtes dans la sciure et pas baladé suffisamment de têtes d’aristocrates au bout des piques !

Dans la gauche du XXI ème siècle, il reste plein de petits Robespierre d’opérette, de Danton à la petite semaine et de Fouquier Tinville de bazar.

Je me fais souvent la réflexion que la France Insoumise représente bien la descendance des révolutionnaires de la terreur de 1793.

J’aimerais parfois vivre dans un pays anglosaxon où les riches ne sont pas l’objet de haine et où la  réussite n’est pas une tare mais au contraire source d’exemple et d’admiration.

Selon moi, pour une une bonne part des Français votant à gauche, la motivation principale, c’est l’envie et la jalousie de la meilleure réussite de leur voisin !

En ce moment, la polémique fait rage sur les réseaux sociaux. Elle a totalement évacué et remplacé l’intense et sincère émotion qu’avait ressentie beaucoup de Français.

Cette polémique est venue de la gauche donneuse de leçons, de la gauche du vivrensemble !

Un vivrensemble qu’elle limite aux seuls musulmans mais qu’elle est 
incapable de s’imposer à elle-même avec ce qu’elle appelle les « riches » !

Quelle honte !

Jérôme Jaffret

Un autre point que j’ai oublié de rapporter, c’est le propos de Jérôme Jaffret, analyse politique, qui a rappelé tout le monde au sens du politiquement correct et du vivrensemble :

Ce qu’il faut absolument, c’est que les donateurs pour la reconstruction de Notre-Dame de Paris confirment qu’ils auraient fait la même chose si la Grande Mosquée de Paris avait brûlé ! C’est très important !

Je suis désolé, monsieur Jaffret, mais, à côté de la cathédrale Notre-Dame de Paris, la Grande Mosquée ne représente presque rien dans l’inconscient collectif des Français. Monsieur Jaffret nie probablement les racines chrétiennes de la France et c’est donc son idéologie qui lui dicte ses propos. Pense t-il vraiment que l’émotion aurait été la même que lundi soir, ou est-ce juste son souhait le plus cher ?

Merci de tweeter cet article :





5 Réponses à “Les petits Robespierre d’opérette …”

  1. Prenez garde que les Français ne se retrouvent unis non pas dans le malheur mais dans la colère !

  2. Rappelons nous que l’envie est un des sept péchés capitaux et il semble que notre pays soit particulièrement bien pourvu en pauvres pécheurs.

  3. Des polémiques de gauche bien françaises. Les mêmes riches ou entreprises du CAC40 n’auraient rien donné qu’on aurait déploré leur pingrerie, l’absence de mécénat, etc… Donc quoiqu’ils fassent ils ont tort. Aux USA où la tradition est bien ancrée jamais vous n’auriez ces polémiques.

    Bien sûr, il peut y avoir une part de recherche de prestige, voire de narcissisme(accoler son nom à la reconstruction du monument emblématique), mais il est tout à fait malhonnête d’instruire un procès en insincérité à leur égard, sans d’autre éléments que jalousie, haine, aigreur…

    De plus, MM. Pinault et Arnault ont annoncé ne pas demander la défiscalisation de leur don. Dont acte.

    Cela dit, je trouve que, y compris pour les particuliers, un taux de défiscalisation des dons >50% dénature le sens même du don. L’idée d’inciter, en disant pour 1€ donné l’Etat met lui aussi 1€ en fléchant une partie de vos impôts vers l’oeuvre de votre choix, fait du sens. Mais à 75% on n’est plus vraiment dans l’esprit.

    Ensuite, sur la capacité à mobiliser rapidement une grosse somme de dons : elle est classique des événements « chocs » qui nous touchent au plus profond de nous même. On retrouve le phénomène dans le cas de grandes catastrophes naturelles, comme le tsunami en Asie par exemple.
    Alors qu’en temps normal on ne donne pas forcément plus pour les pauvres, les malades, ou les monuments historiques en péril. Ce que l’on peut aussi expliquer en France par le taux tellement haut des impôts et l’habitude que l’Etat s’occupe de tout, qu’au final on se dit : « je paie déjà plein d’impôts pour ça, que l’Etat fasse son boulot ».

    La polémique sur la mosquée est minable, et relève du pur procès d’intention, grand classique de la gauche donneuse de leçon.

  4. jacques boudet dit:

    Admirez les réfractaires à tout changement,
    fouteurs de merde professionnels :
    fiscalistes compulsifs : taxes impôts contributions
    prélèvements accises….
    parasites des associations lucratives sans but,
    politicards « servons nous et servons la cause » :
    gavés de subventions indemnités défraiements
    abattements fiscaux, sans justifier leurs dépenses.

  5. le calcul est fait à l’envers : 1/ l’entretien et la réparation incombe à l’état donc l’obligation est là 2/ en simplifiant à l’extrême pour illustrer le raisonnement, si un particulier donne 100 ça signifie qu’il restera de ce don 40 qui seront réellement affectés à la réparation, , 40 que l’état n’aura pas à fournir ! parce que les 60 restants l’état devait les mettre de toutes façons !

    Au final, grâce aux dons privés 60 de l’état donnent 100 de travaux, point !

    Après je vous suggère de consulter le site du BOFIP, parce que, avec les impôts, c’est toujours plus subtil, plus léonin, pour que le Fisc sorte gagnant !

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *