Lettre d’un « lépreux » ch’timi
au président de la République

Publié par le 1 Août, 2018 dans Blog | 5 commentaires

Lettre d’un « lépreux » ch’timi au président de la République

Abonné depuis peu à Causeur, je souhaite partager avec vous un article de ce magazine de ré-information qui devait absolument figurer dans notre blog.

Il s’agit d’un texte de David Duquesne, bien écrit, profond et bien structuré dans lequel il rebondit sur le terme de lèpre qu’avait utilisé Macron pour parler les mouvements populistes comme le FN.

C’est dans ces moments-là que l’on voit bien que Macron est plutôt de gauche ! En effet, imagine-t-on un homme politique de droite qualifier la France Insoumise de Mélenchon de peste rouge ? Nous assisterions immédiatement à une levée de boucliers condamnant l’abominable fasciste !

La déclaration du président de la République est parfaitement scandaleuse puisque entre 20 et 25 % de la population française votent régulièrement pour le parti qu’il qualifie de lèpre ! N’est-il pas censé représenter TOUS les Français ?

Je vous laisse avec David Duquesne qui a magnifiquement répondu à Macron :

Monsieur le président de la République,

Je vous écris de mon Nord natal, du bassin minier précisément, une terre de souffrance généreuse dans ses sacrifices et dans l’accueil qu’elle aura réservé à des centaines de milliers de Polonais, d’Italiens ou de Nord-africains venus user leur santé dans nos mines et nos industries. Je voudrais vous parler des Ch’tis, des gens simples et attachants qui n’ont pas la chance d’avoir des origines extra-européennes et qu’on peut brocarder et humilier à loisir, ils ne menaceront personne de mort. Leurs grands-parents formaient le plus gros des bataillons de ceux qui remontaient le charbon.

Les plus pauvres d’entre eux vivent aujourd’hui dans des anciens corons et des cités HLM et subissent l’insécurité culturelle, physique, économique et n’ont pas tellement le droit de dire ce qu’ils voient et ce qu’ils vivent, ils subiraient autrement une forme de terrorisme intellectuel.

Dans certains milieux laïques, on dit d’eux qu’ils feraient partie de la tenaille identitaire.

Ils préfèrent se taire ou ne parlent qu’avec des personnes de confiance et ils votent souvent pour la « lèpre » puisqu’ils ne sont pas écoutés par les gens qui pensent bien et qui sont susceptibles de danser sur votre perron à la gloire d’une fellation ou d’une explosion. En terme d’enrichissement culturel, nous avons franchi un cap, atteint un sommet !

Les fiers et humbles descendants des mineurs, ces gueules noires qui ont sacrifié leurs vies dans les mines de charbon ont vécu 270 ans d’humiliations, de manifestations réprimées dans le sang, subi deux guerres sur leur sol et n’ont eu de cesse de se remettre à la tâche pour reconstruire leurs maisons, leurs cités, leurs villes.

Si les gamins des banlieues, qui brûlent des voitures et tirent à vue sur la police, avaient enduré le dixième du quart de ce que le peuple ch’ti a encaissé, notre pays serait à feu et à sang.

Le petit peuple laborieux de cette France périphérique n’a jamais décidé des guerres que les puissants aux affaires ont commencées ou déclarées.

Ils ne se sont jamais enrichis sur l’esclavage et la colonisation, ils sont justes responsables de leurs actes. En 1948, on envoyait les chars écraser les bicyclettes des mineurs en grève, des milliers furent blessés, il y eut de nombreux morts, mais aucun BHL pour demander une intervention pour libérer le bassin artésien de la cruauté des dirigeants de l’époque. Ils auraient pu fuir dans des barcasses en mer du Nord. Ils ont préféré continuer à participer à l’effort de solidarité nationale, toute l’économie française reposait sur les bras de ces femmes et de ces hommes au cœur vaillant.

Les ch’tis ont une identité culturelle qui fait partie de l’identité culturelle française, leur identité n’est pas un suprématisme ethnique ni un racisme. Cette identité culturelle, c’est leur épanouissement car c’est ce qui leur va le mieux et leur permet d’être heureux.

Leur identité, c’est ce qui leur reste, une fois qu’on leur a tout pris, à l’image de tous les Français qui ne vivent pas dans ces « villes-monde », où le bobo devise dans un Starbucks près d’un centre d’affaires, à quelques coudées seulement de quartiers où les lois de la République ne sont plus appliquées.

Ces enclaves où les prêches de religieux importés de pays liberticides, encouragent la partition culturelle, territoriale, quand ils n’encouragent pas le djihad.

La France des terroirs et des clochers n’est pas un nazisme, vous pourrez abuser de la qualification « identitaires », toutes les cultures ne se valent pas, elles n’ont rien de biologique ou d’ethnique, le racisme n’a rien à faire dans cette histoire !

Au contraire, humilier les Français sur leur histoire, leur culture, leur identité, leur religion historique, c’est un racisme hideux qui procède par l’inversion accusatoire et qui se soumet dans la collaboration avec les récipiendaires de la Charia et de l’indigénisme revanchard.

Le « barbensemblisme » de façade entre barbus hipsters et barbus salafistes n’est pas notre tasse de thé et nous goûtons peu l’entrisme des Frères musulmans dans toutes les strates de la société.

La lèpre n’est pas là où certains le croient.

Lire la suite sur Causeur.fr






 

5 Réponses à “Lettre d’un « lépreux » ch’timi
au président de la République”

  1. je trouve ce texte destiné a Macron, subime, j’espère qu’il la eu !
    Ce président prétentieux et en dehors de toute préoccupation des Français n’a de cesse de les insulter, qu’il se méfie du peuple qui en d’autres occasions, a su manifester sa colère
    A bon entendeur salut. Amitiés

  2. COGNET Marie dit:

    Très beau texte, bien écrit, et par moment très émouvant. Macron tirerait un immense profit à le lire. Malheureusement, je doute que ce méprisant parcoure les médias de ré-information… aucune chance…et il est complètement coupé des réalités.

  3. Un bon texte, sincere et basé sur de vraies valeurs de la vraie france que ne connaissent pas les bobos, pret a vendre la nation.

  4. Un très beau texte et tellement vrai.merci pour ce texte qui fait chaud au coeur d’une nordiste lepreuse

  5. maria-miguel Bechet dit:

    Un texte dont j’ai terminé la lecture les larmes aux yeux.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *