Leurs « Fake News » !

Publié par le 8 Avr, 2019 dans Blog | 3 commentaires

Leurs « Fake News » !

Dans l’esprit de la gauche et d’Emmanuel Macron et de sa majorité, la loi contre les Fake News est dirigée contre la droite et surtout l’extrême droite, car pour eux le mensonge est à droite et la vérité à gauche !

Et pourtant, les Fake News émises par la gauche sont très courantes ! Pour en rester dans le domaine sociétal, les mensonges ont accompagné en permanence chaque « avancée » pour satisfaire le lobby gay :

  • Lors du vote du PACS, Elisabeth Guigou nous a promis qu’il n’y aurait jamais d’adoption pour les couples gay,
  • Lors du vote du mariage gay, on a autorisé l’adoption mais on a assuré qu’il n’y aurait pas de PMA pour les couples de lesbiennes,
  • Aujourd’hui, alors qu’on s’apprête à voter la PMA pour toutes, on nous jure que la GPA ne sera jamais autorisé en France !
  • Et demain, nous aurons la GPA au nom de l’égalité homme – femme !

Cette semaine, dans le Bulletin hebdomadaire d’André Noël, un article liste trois Fake News de gauche :

La disparition des mentions « père » et « mère »

En janvier 2013, au moment des manifestations contre « le mariage pour tous », Jean-Luc Romero, activiste « gay », s’en prenait à ces opposants qui prétendaient que « père » et « mère » allaient disparaître des documents administratifs : « Qu’on cesse de dire que père et mère seront remplacés par « parent 1 » et « parent 2 ! » s’exclamait-il, indigné.

Dans Libération, qui traque les fake news dans sa rubrique Désintox (devenue Checks News), on pouvait lire à la même époque : « C’est l’argument médiatique favori des opposants au mariage pour tous. A les croire, le texte de loi entraînerait la disparition des termes « père » et « mère » du code civil et des documents administratifs. »

Or, c’est bien ce qui s’est passé il y a quelques semaines quand les députés LREM ont voté un texte afin que les termes « parent 1 » et « parent 2 » remplacent père et mère dans les documents scolaires, ce qui est bien-là la conséquence de la loi sur le « mariage » entre personnes de même sexe. Devant le tollé, les signataires y ont momentanément renoncé en attendant que les esprits s’y fassent.

Ce n’était donc pas une fake news de la part des opposants au « mariage » gay, mais ni Romero, ni Libération, n’ont fait amende honorable pas plus qu’ils ne se sont excusés auprès de ceux qu’ils ont calomnié en les accusant d’être des faussaires.

Le soutien au terroriste Battisti

Ceux qui ont soutenu le terroriste Cesare Battisti en prétendant qu’il était innocent des assassinats pour lesquels il fut condamné, en 1988 et 1993, n’ont pas, eux non plus, fait amende honorable. Or, Battisti, finalement extradé du Brésil vers l’Italie, a avoué que c’était bien lui qui avait assassiné un gardien de prison, un policier, un boucher, un bijoutier. Dans sa confession, il a tenu à préciser : « Je n’ai été victime d’aucune injustice et j’ai mené en bateau tous ceux qui m’ont aidé. Pour certains d’entre eux, je n’ai même pas eu besoin de mentir. » Cette dernière phrase est terrible : s’il n’a pas menti, s’il leur a dit qu’il était coupable, cela veut dire que ces soutiens-là ont délibérément aidé un assassin. Il ne donne pas (encore) de noms, mais parmi les membres de son comité de soutien, dans les media, les hommes politiques, les artistes, il y en a inévitablement qui savaient qu’il était coupable. Rappelons quelques noms : la romancière Fred Vargas. Bernard-Henri Levy, Pierre Vidal-Naquet, Guy Bedos, Philippe Sollers, George Moustaki, Jean-Pierre Bacri, mais aussi des élus Verts, comme Noël Mamère, et communistes, telle Marie-George Buffet. La presse de gauche fut à la pointe de la diffusion des fake news le concernant.

  • Libération : il est « victime de la nostalgie des chemises noires » ;
  • L’Humanité : il a été condamné par « un tribunal militaire réservé aux militants de l’ultra gauche », ce qui est complètement faux ;
  • Le Monde publiait un éditorial intitulé : « Justice pour Battisti ! »
  • Bertrand Delanoë faisait du terroriste un citoyen d’honneur de la ville de Paris !

Tous ceux-là qui étaient si bavards sont maintenant d’une discrétion de violette. Ils ne présentent pas leurs excuses aux lecteurs qu’ils ont trompés, ni aux parents des victimes de Battisti. Leur campagne mensongère a permis à ce tueur gauchiste d’échapper à la prison pendant plus de trente ans. Il entame maintenant sa peine, la perpétuité, qu’il aurait dû commencer à accomplir en 1988.

La farce du soutien russe à Donald Trump

Aux Etats-Unis, 90 % des media s’accrochaient aux basques de Donald Trump, dès son élection, l’accusant de devoir celle-là à une collusion entre lui et la Russie, laquelle aurait manipulé sondages et media pour entraîner la chute d’Hillary Clinton. Les adversaires de Trump ne doutaient pas un seul instant qu’il serait confondu. On débattait déjà, chez les Démocrates et la presse, s’il valait mieux qu’il démissionnât de lui-même ou s’il était préférable d’entamer le processus de destitution.

Trump proclamait son innocence sous les sarcasmes de ses ennemis. Résultat : le rapporteur spécial, Robert Mueller, assisté de 19 procureurs, de 40 agents du FBI, après deux ans d’enquête, 2.800 réquisitions de documents et l’audition de quelque 500 témoins, a rendu son rapport au début du mois. Il conclut à l’absence de toute « collusion » entre l’équipe du candidat républicain et la Russie, « en dépit de multiples offres russes. »

Non seulement, ses détracteurs ne s’excusent pas, ni ne confessent avoir diffusé des fake news pendant plus de deux ans, mais ils reprochent à Robert Mueller – pour lequel ils n’avaient qu’admiration jusque-là ! – de ne pas avoir poussé assez loin ses investigations ! Le diable portant pierre, tous ces gens-là, qui voulaient abattre Trump, lui facilitent grandement sa réélection …

Le Bulletin d’André Noël.

Très drôle ! En recherchant une illustration pour cette article dans Google Images, je tombe sur un excellent article intitulé :

La presse de gauche et ses « Fake News »

un article publié dans le non moins excellent blog … A droite, fièrement !

Je me demande si je n’aurais pas tendance à me répéter, moi …

Merci de tweeter cet article :





3 Réponses à “Leurs « Fake News » !”

  1. la gauche et Batistti???
    https://www.actualitte.com/article/monde-edition/fred-vargas-reste-convaincue-de-l-innocence-de-cesare-battisti/94119

    Et les autres enfin je veux dire les mêmes par exemple sur le pacte de Marrakech?
    Ou comment ceux qui ont dénoncés cette infamie se sont faits vilipendés sur tous les plateaux de tv…….
    Pourtant le pape vient d’y faire référence!

  2. Richard Mauden dit:

    Source : Nouvelobs
    « Le Monde » raconte comment l’Elysée a fait diffuser un montage vidéo trompeur sur Twitter via un compte anonyme pour tenter d’excuser la violente intervention d’Alexandre Benalla le 1er mai.
    Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.
    Le 1er mai, à Paris, le chargé de mission Alexandre Benalla est accuséd’avoir physiquement agressé un jeune couple. Pour tenter de le défendre, l’Elysée a « fait diffuser un montage vidéo trompeur », assure « Le Monde ».
    En effet, le lendemain de l’événement, le responsable du « pôle e-influence » d’En Marche !, Pierre Le Texier, aurait utilisé son compte Twitter anonyme et militant « frenchpolitic » pour publier une vidéo, « aujourd’hui disparue » assure le quotidien, montrant des « images illégales, mais aussi une vidéo faussement accusatoire ».
    Le but ? « Convaincre l’opinion qu’Alexandre Benalla ne faisait que réagir en réponse à des violences. En termes de communication de crise, il s’agit de ‘donner du contexte’ », explique « Le Monde ».
    La légende
    L’idée vient, assure le journal du soir, d’Ismaël Emelien, chargé de la communication de crise. Le conseiller spécial du président veut alors « utiliser des images et les faire diffuser par des comptes militants. Il se charge lui-même de les trouver puis de les transférer dans la matinée du 19 juillet, au responsable de la ‘riposte’ d’En Marche !, Pierre le Texier, via Telegram, une messagerie cryptée privilégiée par les macronistes pour la ‘riposte’, car elle permet un relatif anonymat », détaille « Le Monde ».
    C’est Alexandre Benalla lui-même qui fournit les premières images. « Elles proviennent du système de vidéosurveillance de la Préfecture de police de Paris (PP), et il les a obtenues quelques heures plus tôt sur un DVD-Rom », détaille le « Monde », qui précise : « On y voit le jeune homme de la Contrescarpe et sa compagne lancer des bouteilles et d’autres projectiles sur les policiers présents sur la place, juste avant l’intervention d’Alexandre Benalla ».
    Une agression que le couple n’a jamais démenti et qui lui a d’ailleurs valu une amende de 1.000 euros le 8 février dernier.
    Une seconde vidéo, où l’on voit « un homme, très agité, poursuivre un policier, chaise à la main » a été utilisée pour ce montage.
    « Or, si les images de vidéosurveillance montrent bien la scène de la place de la Contrescarpe, ce n’est pas le cas des images de ‘l’homme à la chaise’ », dénonce le journal : » Il ne s’agit nullement du jeune homme, comme en attestent facilement ses chaussures, de couleur différente, ou encore son blouson, sans fourrure. […] Ce n’est donc ni la bonne personne, ni la bonne heure, ni le bon lieu ».
    Et pourtant…La vidéo accusatoire « ajoutée à celle ‘des bouteilles’ et envoyée à Pierre Le Texier ». Ce dernier « choisit d’y ajouter une légende en deux phrases laconiques : ‘OK, même si ce n’était pas à #Alexandre Benalla de le faire, ne faisons pas passer cet étudiant pour un garçon bien sous tout rapport. C’était un individu violent qui était sciemment venu place de la contre-escarpe pour casser du flic’ ».
    Le film contenant les deux vidéos est mis en ligne le 19 juillet à 12h59 sur le compte Twitter de @frenchpolitic.
    « M. Le Texier relaie à nouveau la vidéo quelques heures plus tard à l’aide d’un autre faux compte, celui d’un certain ‘Alain GrandBernard […] Le même soir, vers 19 h 15, ‘Alain GrandBernard’ se fend d’ailleurs d’un billet titré : ‘L’affaire Benalla est grave. Mais elle n’est pas politique’ », relaie « Le Monde ».
    Pour finir, Pierre Le Texier supprimera son Tweet contenant la vidéo « au bout de quelques heures, sur demande de M. Emelien ».

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *